23/05/2014

aikido News

 

interview et demo de l'equipe de Metline pour oordoo tv 

https://www.facebook.com/AikidoTN/photos/pb.1973294369726...

 

Photo du stage de Chatt - Mami

michek becart,bizerte,kef,parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei,leo tamaki,hino akira

 

Stage Interclub le 18 Mai 2014 à chatt Mami

michek becart,bizerte,kef,parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei,leo tamaki,hino akira

Nous participerons Nchallah au stage de 

Dominique pierre sensei

à Strasbourg

http://aikidopierredominique.blogspot.com/2014/04/stages-...

 

michek becart,bizerte,kef,parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei,leo tamaki,hino akira

 

michek becart,bizerte,kef,parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei,leo tamaki,hino akira

Stage de fin de saison avec Ruben varona sensei 

du 20 au 22 juin

Stage a places limitées 

michek becart,bizerte,kef,parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei,leo tamaki,hino akira

 

 

 

Stage Aikido avec si ezzedine Toumi  - Sousse 2013

dominique pierre,oordoo,michek becart,bizerte,kef,parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei,leo tamaki,hino akira

 

 

Mokhtar chez   Michel Becart sensei 

bizerte,michel becart,kef,parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

Regroupement interclubs a bizerte

 

bizerte,parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

Cours aikido 

au

Parc Nahli le 20/10 de 10h à 11h30

 

bizerte,parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

 

 

Stage Interclubs a Bizerte 

 https://www.facebook.com/media/set/?set=a.593138067...

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

Pour cette saison AUSSI  les cours aikido de l'ariana auront lieu au

Shaolin budo center- cité la Gazelle

1er groupe: Lundi, mercredi et vendredi à 19h45.

2ème groupe:Samedi 15h30 et le dimanche 11h30 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

 

Participation de Madame Neila ghannouchi

au stage de Leo Tamaki sensei en belgique 

 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

Stage aikido en plein air de 9h a midi.

dimanche 26 mai/2013
lieu: Chatt Mami (entre metline et ras djebal).
au programme:kenjutsu de 9h a 10h30 et 10h45 a 12h taijutsu
ps:ouvert et gratuit

 Participation de Mr Djamil loucif au stage de Me Michel Becart à Paris 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

Particpation de notre equipe au stage de NEBI VURAL SENSEI  à Sabadell - espagne 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

Bonne année à Tous 

Pour cette saison les cours aikido de l'ariana auront lieu au shaolin budo center- cité la Gazelle ( Salle en renovation) et  ce le lundi mercredi et vendredi à 20h.

ainsi que le samedi 15h30 et le dimanche 11h30 ( pour le groupe de la gazelle )

 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

 

Pour nous contacter :

53.825.535 / 20.025.535

 

cours en plein air ce dimanche 11/11/2012 au Parc El Nahli

( près de la surface de jeu du paint -ball ) 

de 10h à 11h30

et 

de 11h45 à 13

( le cours est gratuit et sans engagement de votr part )

 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

 

 

 

cours ce mercredi avec madame marie joe ibanez.

de 20h à 21h30.

 Shaolin budo center- La gazelle 

 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 
L'Association Tunisienne d'Aïkido et de Budo démarre la saison 2012 dans le Shaolin Dojo à cité la gazelle. Les cours seront dirigés par Souheil Mrad Sensei (4ème Dan) et Eric Béteau Sensei (2ème Dan) Lundi, Mercredi et Vendredi de 20h00 à 21h00
Samedi de 15h30 à 17h00 et Dimanche de 11h30 à 13h00
Les cours à l'Ariana reprendront dès la fin des travaux de rénovation de notre ancienne salle ou si nous trouvons une nouvelle.
Plus d'infos au 20.025.535

 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

 

Bonne saison aiki a tous !!

 notre programme:

Fin decembre passage de grade,

debut avril stage Nebi vural sensei

mi mai passage de grade,

mi juin stage avec Ruben varona sensei

et .....

les stages de nos amis de l'ASA

 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

 

 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

 Polo de l'asso

Prix:25dt

 

 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

Dojo de Metline / BIZERTE

Souheil Mrad | Créez votre badge

 

Cours aikido avec Mr Turki le 27/06/2012 à 20h

au Shaolin budo center - Cite Lagazel

 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

 

Stage Aikido avec Ruben Varona sensei 5ème dan et ses eleves 

et ce le 29 et 30 juin ainsi que le 1 juillet 2012

  Programme:

Vendredi 19h30 ;samedi 9h30 et 14h;

Dimanche 8h ( séance plein air au parc du Nahli )

 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

Cotisation:25dt adultes - 15dt enfants ;Lieu:Shaolin Budo center - Cite Lagazelle / Ariana

 

 

Suivez nos actualités sur facebook.com

https://www.facebook.com/pages/Association-Tunisienne-dAikido-et-de-Budo/197329436972627

 

 

Cour QI GONG ce soir à l'ariana - 20h30

avec madame Anetta 

 

Bonne année à tous ...

le 2 janvier cour avec mr

Masamichi Konno

 

au dojo de l'ariana

 

tennis club d'alain savary,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

Lancement d'une nouvelle section aikido

au

Tennis club d'alain savary

 

article par tekiano.com

http://tekiano.com/ness/20-n-c/4460-tunisie-aikido-lart-d...

 

 

Du

Ninnjutsu

bujinkan

à l'ariana le 19/11 à 19h30

cot:5dt

 

 

bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

 

http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/Ninja

 

Jaff raji sensei à Monastir-tunisie , Nov 2011

Stage organisé par nos amis de l'association sahelienne d'aikido


http://www.youtube.com/watch?v=OP3EJ2wHjKU

 

 

 

Traditionnellement, la pratique dans un DOJO ("lieu d'étude") s'inscrit dans la "voie des BUDO" : chemin d'accomplissement de l'homme au travers des disciplines de traditions martiales.

Les traditions qu'enseigne Jaff RAJI et avec lesquelles il empreinte ce chemin d'accomplissement de soi-même, s'appellent : AIKIDO, JODO et IAIDO. Ces trois voies contribuent au développement de l'unité de l'homme. Ces trois disciplines sont issues des traditions guerrières du Japon féodal du Moyen-Age et même plus anciennes. Elles ont eu aussi des traditions identiques dans nos sociétés occidentales du Moyen-Age. Une longue lignée d'hommes qui a contribué de fait à l'histoire de l'humanité. C'est avec grand respect qu'il considère ces hommes qui ont su perpétuer ces traditions et qu'il pratique ces disciplines.

Aujourd'hui, l'aspect guerrier de ces disciplines est transcendé. Elles sont devenues, dans notre monde contemporain, depuis le début du 20ème siècle, des voies d'éducation et de formation de l'homme moderne. Elles appellent l'homme à se transformer pour son meilleur équilibre, au travers de son corps, de ses émotions et de son esprit. Elles proposent de créer une unité parfaite entre ces trois centres et de s'exprimer ainsi comme un seul centre grâce au KI (concept japonais) ou dans notre langue, souffle ou énergie…

C'est dans ce sens que Jaff RAJI a abordé la pratique de l'AIKIDO, du IAIDO (IAIJUTSU) et du JODO à ses débuts, et c'est aussi sous cet aspect qu'il les enseigne depuis maintenant plus de 25 ans.

Sa compétence technique et pédagogique est aujourd'hui connue et reconnue dans le monde du BUDO. Sa méthode de transmission de ces disciplines, tout à fait personnelle, est appréciée et sollicitée dans de nombreux pays. Cet enseignement, qui au-delà de l'aspect purement technique et physique, propose une possibilité d'éducation complète aux pratiquants adultes et enfants, d'avoir un regard et d'accomplir un profond travail sur eux-mêmes. Grâce aux outils qui constituent les fondements de ces disciplines, tout un chacun par ce travail peut décider d'en faire une philosophie de vie et ainsi, se réaliser au sein de notre société exigeante.

Le rayonnement de son travail et de son enseignement depuis une quinzaine d'années s'est fortement amplifié. Il s'adresse à tous les pratiquants, de tous niveaux, jusqu'aux professeurs. Il exerce bien sûr dans la ville où il réside : RENNES. Il contribue au développement de ces arts dans le département d'Ille & Vilaine. Il y forme de nombreux élèves, gradés et professeurs et soutient l'ouverture de nombreux DOJO. Il est responsable de l'AIKIDO à l'université de Rennes1 dans le cadre du S.I.U.A.P.S. Il enseigne également dans de nombreuses régions de France, et régulièrement dans divers pays d'Europe, d'Amérique et d'Asie : Île de la Réunion, Autriche, Allemagne, Chili, Equateur, Espagne, États-Unis, Hongrie, Irlande, Italie, Maroc, Madagascar, Roumanie, Slovaquie, Taiwan, Vénézuéla, , …

Ses élèves de l'étranger ainsi que ceux de diverses régions de France, en dehors des stages qui se déroulent chez eux, viennent régulièrement le visiter à Rennes, pour des séjours plus ou moins longs pour pratiquer, se perfectionner et se ressourcer.

Il enseigne aussi le "travail sur le corps" à différents groupes de professions diverses et artistiques, comme l'association OPTIMA spécialisée dans la médiation à Rennes et Nantes, le Théâtre National de Bretagne de Rennes, l'Institut International des Marionnettes de Charleville – Mézières, ou encore le centre pénitentiaire pour femmes de Rennes...

 

bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

C'est officiel le 22 juillet 2011 naissance  de l'association tunisienne d'aikido

et de budo

présidée par mr Walid Mazghani

 

 

beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

* Et de 3 pour l’ATLAS MUSIC ACADEMY à Béni Mtir 

 

http://www.hammam-ensa.com/details_articles.php?art_id=1620

webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

Reprise des cours aikido après ramdan nous serons ravis de vous voir parmi nous

* le 19 sep 2011  reprise a l'ariana

 

 * le 24 sep 2011 reprise a la cite la gazelle

 

Changement d'adresse pour le Dojo d'El Menzah :

Nous sommes actuellement a la salle de sports qui est deriere 9assr al wilaya d'Ariana , rue Belhsine Jrad

sur google map 36.852926, 10.189256

 

 

 

 

et ce a partir du 8 fevrier 2010

Les horaires: Lundi,mercredi et vendredi 19h30

Plus d'infos :

Tel:20025535

ctaikido2@yahoo.fr

 

DSC00030.JPG
salle de l'ariana 3.JPG

 

Cours Aikido le 7 Mars 20h à l’Ariana

Avec

Ed Germanov sensei

 

 

DSC00014.JPG

About the sensei :born on the 5th of May 1966 in Sofia. He has practised martial arts since 1980. At the beginning he practised Kyoku shin kai Karate, than Judo and since 1987 he has practised Aikido.His first Aikido teacher is Petko Petkov Sensei, than he continuous his training with Georgy Penev Sensei – the Aikido founder in Bulgaria.In 1989 Sensei Germanov taught as an instructor in Aikido Association Sofia.
In 1990 he founds the Bulgarian Aikido Association (BAA) and now he is a president of BAA and chief instructor.

In 4 of October 1990 he, together with Tzvetanov Sensei and Yurukov Sensei, organises the first visit of Japanese Shihan in Bulgaria and defendes I dan in the presence of Shihan Fumio Toyoda.In 1992 Germanov Sensei defendes II dan and in 1994 – III dan in Chicago – again in the presence of Shihan Fumio Toyoda.In June, 1997 he defends IV dan again in Chicago. At the end of the same year Sensei Germanov founds the Bulgarian Aikido Foundation, which aims to help the activity of BAA.In 1998 he passed a heavy Zen training in the monastery Cho Zen Gy in Hawaii. In the same year Germanov sensei is trained by Doshu Moritero Yeshiba at Aikikai Hombu dojo, Tokio and by Shihan Kobaiashi – the president of Aikido Kobayashi rju -IX dan .Today Sensei Germanov is an official representative of Shihan Toyoda for Bulgaria as his long-lived student. He is a member of teaching and examination committee of the International Aikido Association and he leading seminars in Serbia and Poland.

 

Mais aussi

 

le 7 mars stage PNL à l'hotel maison blanche- Tunis avec madame Abdelmoula

plus d'infos contacter :

Article Aikido sur webmartial.com

Aïkido

22/03/2012

Stage Nebi Vural sensei en Tunisie & ailleurs

 

 

 

 

 

Calandrier de Nebi vural sensei pour la saison 2011-2012

http://www.eurasia-aikido.com/images/images_client/fichie...

 

Calandrier de Nebi vural sensei pour la saison 2010 -2011

3, 4 et 5/09 a russe bulgarie
17 , 18 et 19/09 coimbra ,portugal
25 et 26/09  , Franckfort allemagne
02 et 03 octobre çanakale _ turquie
9 et 08/10  auch france
15 ,16 et 17/10 sestapol - ukraine
22,23 et 24 /10 Ziolana gora - pologne
30-31 /10 et 1 nov Rodemack france
12 - 13 et 14/11 eskisehir - turquie
19 ,20 et 21 / 11 Tel aviv - Israel
27 et 28/11 à auxere france
4 et 2 dec a bratislave - slovaquie
16 - 17 - 18 et 19 dec à baku Azerbaijan
21- 22 - 23 - 24 - 25 et 26 dec à ankara turquie
7 - 8 et 9 janvier a Lisbon - portugal
15 et 16 janvier à Tours / France
21 , 22 et 23 janvier ,Uzghorod- Ukraine
29 et 30 janvier  , Antalya turquie
3 , 4 et 5 fev , Barcelone / espagne
 12 et 13 fev, Hemsbach Allemange
19 et 20 fev a Rodemack France
4 , 5 et 6 Mars - Brno / Tchèque Rép.
11 , 12 et 13 Mars bursa / turquie
17 au 20 Mars , Tel Aviv / Israel
25 , 26 et 27 Mars tunisie
2 et 3 Avril à Franckfort
8 , 9 et 10 Beyrut liban
15 , 16 et 17 Avril Izmir / turkey
22, 23 et 24 Avril , Svestapol ukraine
30 avril et 1 Mai Sarreguemines
7 et 8 Mai , Bratislave slovaquie
13 , 14 et 15 MAI , bAKU / azerbaijan
du 17 au 22 Mai ; Ankara / Turquie
27 , 28 et 29 Mai , Kirovograd / ukraine
3 , 4 et 5 Juin ,Vienne Autriche
9 , 10 et 11 Juin , lisbonne / portugal
17 , 18 et 19 Juin / Diyarbakir turquie
du 2 au 9 juillet stage d'ete - Slovaquie
du 23 au 29 Juillet Stage d'ete - Turquie



 

* The Lebanese Aikido Society with the collaboration of Eurasia Aikido organization announce about their International Aikido seminar with sensei Nebi Vural (6th Dan Aikikai) that will be held in Beirut - Lebanon on Friday the 8th till Sunday the 10th of April 2011.

* for more information do not hesitate to contact:
- Fady Atik : fadyatik@gmail.com / 00961 3 329153
- Victor Farah : victor-a-farah@hotmail.com


 

Stage d’été avec Nebi Vural Sensei

Du 1er au 7 Aout 2010

stage d’été, sous la direction de Nebi VURAL Sensei,se déroulera cette fois-ci à l’Hôtel Thermale Oruçoğlu 5*

Pour plus d’infos sur l’hôtel, merci visiter le site :

http://www.orucoglu.com.tr

Hébergement disponible avec chambre individuelle, a 2 ou a 3 personnes. Possibilité aussi pour ceux qui souhaiteraient y participer en famille.
Adresse:
Kütahya Karayolu 14.km / Afyonkarahisar - TÜRKİYE
Transport-Accès:

Pour ceux qui viennent en bus: Transport commun (dolmus) partant de la gare routière et passant juste devant l’hôtel (durée du trajet: 5 minutes).
Tarifs:

Chambre à trois personnes:
50 TL par personne/par nuit
Chambre à deux personnes:
65 TL par personne/par nuit
Chambre individuelle:
80 TL par nuit
Note:
Les tarifs suscités comprennent les prix par personne pour une nuit en pension complète.

(Taux de change 1 Euro = ± 2TL)

Réservation & Transport:

Pour vos réservations et moyen de transport vous pouvez contacter
M. Sevkan SARISALTIKOĞLU
,

par e-mail: sevkanaiki@yahoo.fr ou par téléphone: +905058018901.

AFyon_kamp.jpg

 

 

 

Affiche stage aikido avec Nebi vural sensei
ankara may 2010

NebiVural2010_afis_01(2).jpg

f

 

 

 

 

Nebi Vural in Vienna: 18th – 20th June 2010

More informations: wlinert@mail.zserv.tuwien.ac.at

http://members.chello.at/aikido/

 

about sensei Nebi Vural seminar in lebanon

Seminar details:
==========
* Friday 28/5/2010 :
-------------------------
- 21:00 Dinner with sensei Nebi Vural

* Saturday 29/5/2010:
---------------------------
- 10:00 - 12:00 Training
- 12:30 - 16:30 Trip to Byblos citadel, visit to the old souk and lunch
- 17:00 - 19:00 Training
- 22:00 Dinner (Oriental ambiance)

* Sunday 30/5/2010:
--------------------------
- 10:00 - 12:00 Training
- 12:30 - 16:30 Visit to beirut Malls
- 17:00 - 19:00 Training
- 22:00 Evening at Beirut Downtown

Hotels offers:
=========
* Foyer sagess:
-------------------
- Single room 25 $ (US dollars) / night / pers
- Double room 20 $ (US dollars) / night / pers
- triple room 15 $ (US dollars) / night / pers

* Hotel Port View (3 *):
----------------------------
- Single room 45 $ (US dollars) / night / pers
- Double room 38 $ (US dollars) / night / pers
- triple room 35 $ (US dollars) / night / pers

* Hotel Le Gabriel (4 *):
----------------------------
- Single room 140 $ (US dollars) / night / pers
- Double room 160 $ (US dollars) / night / pers

* NB1: Seminar fee is set to 50 $ (US dollars)

* NB2: Package is set to 150 $ (US dollars) include: (28/5 at 21:00 dinner) + (29/5 at 12:30 Trip to the citadel of Jbeil, visit to the old souk and lunch + at 22:00 dinner) + (30/5 at 13:00 visit to Beirut malls + evening at Beirut downtown) + transportations.

* NB3: Please inform us about your hotel and room choice.

* NB4: Please reply before the 1st of May 2010 to make the necessary arrangement. I want you to send me the number of persons who are coming with you and where do you like to stay. about foyer sagess we have a limited munber of rooms (just 4 rooms with triple beds for men and open number for women).

* for more information do not hesitate to contact:
- Fady Atik : fadyatik@gmail.com / 00961 3 329153
- Victor Farah : victor-a-farah@hotmail.com / 00961 3 527240

 

 

28104_1379258394548_1024535867_31030472_2797346_n.jpg

( photo du stage liban )

 

Stage lisbonne avec Nebi sensei

Estágio de Aikido com Nebi Vural 6º Dan Aikikai, Director Técnico da União Portuguesa de Aikido

1 de Maio - Sábado
09:00 - 11:00 e 16:00 - 18:00
2 de Maio - Domingo
9:00 - 11:00

€35 adulto estágio completo
€15 adulto por sessão
Gratuito para menos de 12 anos

http://upaikido.org/blog/2010/03/28/estagio-prof-nebi-vur...

Photo du stage
DSC00040.JPG

 

Stage de Nebi vural sensei en  Tunisie

Le 12 13 & 14 Mars 2010

Lieu: Grande salle de Judo ( la nouvelle salle )

à l'Ineps de Ksar Said


Nebi Vural Sensei Tunus Semineri  12-13-14 Mart 2010

 

nebi 2010 font classic format a3.jpg

Article paru dans le blog de Leo Tamaki concernant Nebi Hoça


http://www.metacafe.com/watch/3958276/nebi_vural_sensei_extrait_stage_fanckfort_2009/
Photo du stage de Nebi Vural sensei fevrier 2009

Article sur blog ami

http://www.sakuradojo.be/blog/?p=2015

 

Nebi Vural Sensei Eskişehir Seminar

13-14 November 2010

Seminar Program:
November 13, Saturday
10:00-12:00 General Traning
16:00-18:00 General Traning
November 14, Sunday
10:00-12:00 General Traning

Seminar Place: Eskişehir Yunusemre Teknik ve Endüstri Meslek Lisesi Kapalı Spor Salonu
Address:Akarbaşı Mahallesi. Şehit Zeynel Toköz Caddesi. No:47- Odunpazarı/ESKİŞEHİR

Note:For hotel reservation or registration, please contact us.

Contact:
Sevkan Sarisaltikoglu
tel:(+90) 505 801 8901
e-posta:sevkanaiki@yahoo.fr

 

NebiVURAL_StageAikido_Decembre2010_Ankara.jpg

 

Turkish - Japanese Year Activities and Tamura Shihan Memorial Seminar

December 22-26, 2010

 

In memory of our recently lost sensei, Tamura Shihan, there will be an aikido workshop held on 22-26th of December within the scope of ‘Japan Year 2010 in Turkey’ . The workshop will be hosted by Middle East Technical University (METU) and Police Academy under the supervision of Aikido and Budo Federation and International Police Association (IPA) . Inclusive of the corresponding event, along with the trainings that will be led by Nebi Vural, student of Tamura Shihan and head of ABF technical committee, there will also take place Japanese Martial Arts demonstrations, presentations and talks. Detailed programme is given below.

Seminar Programme

December 22 - Wednesday
18:00- 20:00 All-Ranks Open Aikido Training– Police Academy, Gölbaşı

December 23 - Thursday
10:00-12:00 Training for instructors only– METU Baraka Sports Hall
18:00-20:00 Training for instructors only – METU Baraka Sports Hall

December 24 – Friday
10:00-12:00 Training for instructors only – METU Baraka Sports Hall
18:00-20:00 Training for instructors only & Dan examination – METU Baraka Sports Hall

December 25 - Saturday
10:00-12:00 All-Ranks Open Aikido Training – METU Gymnasium
15:00-18:00 “Japan Year 2010 in Turkey” events – METU Gymnasium
Gala Dinner

December 26 - Sunday
10:00-12:00 All-Ranks Open Aikido Training – METU Gymnasium

Contact & Registration:
Sevkan Sarisaltikoglu
tel:(+90) 505 801 8901
e-posta:sevkanaiki@yahoo.fr

 

STAGE ANKARA MAI 2011

 

La Fédération Turque d’Aïkido et de Budo a le plaisir de vous inviter ainsi que vos élèves au 1er Festival International d’Aïkido qui se déroulera sous la direction de Nebi VURAL Sensei  du  18 au 22 mai 2011 à Ankara. 

Ce festival sera organisé avec le soutien de l’Organisation Eurasia Aikido et de l’Organisation de la Police International.

Notre but est de réunir tous nos amis qui ont envie de pratiquer l’aïkido dans le sens souhaité par  Tamura Sensei. Comme vous le savez, Nebi VURAL Sensei est un des rares élèves de Tamura Sensei  avec qui il entretenait des relations privilégiées et qui diffuse aujourd’hui dans le monde entier, l’enseignement qu’il a reçu de son maitre. 

Ce sera également l’occasion de vous accueillir et pour nous, le plaisir de vous rencontrer. Nous espérons que vous profiterez pleinement de votre séjour et que vous garderez un souvenir mémorable de l’hospitalité de notre pays.

La participation au séminaire vous est offerte ainsi qu’à vos élèves et les frais d’hébergement seront en partie pris en charge par l’organisation. Nous reviendrons vers vous très prochainement à ce sujet mais votre participation à l’hébergement sera de l’ordre de 20€ par personne et par jour avec le petit-déjeuner inclus.

Étant donné le nombre d’invités, nous souhaiterions recevoir rapidement une réponse de votre part quant à votre participation.

Programme général :

17 mai : Accueil

18/19/20 mai : Aïkido de 10h à 12h et de 16h à 18h

20 mai : 18h30 passage de grade 1/2/3/4 Dan

21 mai :

·       Aïkido de 10h à 12h

·       Démonstration d’aïkido par chaque pays participant à 15h

·       Diner de Gala à 20h

22 mai : Aïkido de 10h à 12h.

 

 

Stage Liban 2011

 

* The Lebanese Aikido Society with the collaboration of Eurasia Aikido Organization announce about their International Aikido seminar for "the memory of Tamura sense" with sensei Nebi Vural (6th Dan Aikikai) that will be held in Beirut - Lebanon on Friday the 8th till Sunday the 10th of April 2011.
* The seminar will be... held at Stad Michel El Murr (Dora highway - Beirut - Lebanon).
* Training session:


- Friday 8/4/2011 from 5 PM to 7 PM
- Saturday 9/4/2011 from 9 AM to 12 PM
- Sunday 10/4/2011 from 9 AM to 12 PM
* Fee is set to 50 $.
* Hotel reservation at Port View hotel:


- Single small room 49 $ per night
- Single large room 59 $ per night
- Double room 75 $ per night
- Triple room 105 $ per night
Reservation must be confirmed before 20/3/2011
- Transportation are available.
* For more information do not hesitate to contact:
- Fady Atik : fadyatik@gmail.com / 00961 3 329153
- Victor Farah : victor-a-farah@hotmail.com / 00961 3 527240


malte,russe,tamura sensei,aikido,turquie,fadi atik,nebi vural,tunisie,ariana,el menzah,ankara,istanbul,leo tamaki,eurasia


Stage aikido avec Nebi vural sensei

30 - 31 Mars et le 1er Avril 2012 - Tunis

adresse: Salle de sport Shaolin Budo center

places limitées ( 50 personnes Max)

https://www.facebook.com/events/101446336631963/



nouvel article de Leo tamaki concernant

Nebi vural sensei

http://www.leotamaki.com/article-nebi-vural-l-homme-libre...


24/03/2009

La Voie du Guerrier

La Voie du Guerrier
Entretien avec Pascal Krieger et Malcolm T. Shewan
par Daniel Bessaignet
publié dans la revue « ITINERANCES »
dossier n° 2 de novembre 1986


zanshin_partenariat.gif

 

 

 

 

 


Le thème des nouveaux guerriers ou les films de karaté grand spectacle offrent
une fausse image de l’homme invincible, doté de pouvoirs ou d’une pseudo
sagesse.
En dehors de ces clichés qui attirent la foule, nous concluons ce dossier avec
deux authentiques enseignants « d’arts martiaux ». Leur véritable recherche se
situe, en fait, bien au-delà d’une gestuelle ou d’une simple maîtrise corporelle.
Leur art est une voie qui fréquente l’émotion au plus haut niveau : depuis le
simple regard jusqu’au rapport de justesse, un sabre dans la main. Cet art des
anciens samuraï s’adresse à l’être d’aujourd’hui qui a besoin de se sentir
autant relié à sa fragilité d’homme qu’à la puissance qui l’habite.
Pascal et Tiki nous permettent dans cet entretien l’approche du véritable
paradoxe : combattre, c’est parvenir à l’état où il n’y a ni combat ni ennemi.
D.B. Pourriez-vous nous donner un aperçu des techniques que vous
pratiquez ?
Tiki : l'Aïkido est un Ko-Budo, c’est-à-dire un art martial traditionnel
japonais, actualisé pour être pratiqué comme il l’est de nos jours.
Contrairement au Judo, au Karaté ou au Kendo, l'Aïkido refuse toute
idée de compétitions ou d’applications sportives. C’est avant tout une
pratique de corps à corps, avec des immobilisations, des projections,
etc. L’étude des mouvements de corps pratiqués en Aïkido est issue
des techniques du maniement des armes, telles que le sabre (katana),
le bâton (jo ou yari), ou simplement un couteau (tanto). La discipline
du bâton (Jodo) est enseignée dans une école (ryu) datant du XVIIe
siècle. Le bâton a une taille et une circonférence déterminées pour
devenir efficace face aux armes classiques. Cette école, restée
traditionnelle, englobe dans son enseignement l’étude de diverses
armes telles que le sabre (katana), la canne (tanjo), la matraque
(jitte), la faucille munie d’une chaîne au bout de laquelle est fixée une
boule (kusarigama), l’art de ligoter un adversaire (hojo-jutsu), aussi
bien avec que sans armure.
Nous pratiquons également le Iaïdo, qui est à proprement parler l’art
de dégainer et couper avec un sabre (katana). Il s’agit également
d’une discipline classique qui ne saurait souffrir aucune application
sportive.
Il existe encore aujourd’hui au Japon de nombreuses écoles de Iaï qui
enseignent soit le Iaï-do qui est une approche spirituelle de cet art,
soit le Iaï-jutsu où la recherche vise l’efficacité technique et combative,
telle qu’elle existait par le passé. Il ne faut pas cependant commettre
l’erreur de croire que le Iaï-jutsu est une discipline moins spirituelle
que le Iaï-do. Les vertus guerrières imposent une moralité
irréprochable.
Ces trois disciplines, quoique différentes du point de vue technique, se
rejoignent dans leurs principes. Elles font partie de ce que nous
appelons le Ko-Budo, les disciplines martiales traditionnelles. C’est la
raison pour laquelle nous les travaillons parallèlement. Elles sont
pratiquées dans le même esprit.
D.B. Avez-vous une filiation particulière ?
Pascal : Après des années de pratique dans une discipline martiale, ou dans les
arts martiaux, on finit par être marqué par des personnalités dont
l’enseignement, qui est en soi une éducation autant physique que
spirituelle, permet une transformation du caractère et de notre mode
de comportement. Tous ceux qui ont mûri dans la pratique des
disciplines martiales ont connu un Maître qui les a marqués de son
empreinte. Le Maître peut revêtir la forme d’un simple professeur,
mais qui aura su transmettre.
J’ai été fortement marqué par deux… ou trois personnes et la façon
dont je me conduis actuellement est due en grande partie à l’influence
qu’ils ont exercée sur mon caractère.
Tiki : Nous avons la chance en Aïkido d’avoir en France un maître japonais,
Tamura Sensei, dont la compétence et la valeur sont reconnues dans
le monde entier. C’est un élève du Maître fondateur Morihei Ueshiba.
Je suis d’ailleurs venu en France pour travailler l'Aïkido sous sa
direction.
Dans ma pratique du Iaï, plusieurs personnes m’ont également
fortement influencé. Je voudrais cependant appliquer une définition à
ce que l’on entend par « maître ». C’est un individu qui grâce au
chemin déjà parcouru et par son expérience parvient à transmettre un
aspect, un détail, toujours par rapport à la totalité de l’activité ou de la
discipline qu’il transmet. (En japonais, Sensei ne veut pas dire
« maître », mais « celui qui vient avant ».) Il peut s’agir d’un geste,
d’un déplacement, d’une attitude, ne s’appliquant pas seulement pour
une technique, mais pour l’ensemble des techniques de la discipline.
Par là même, il rend ses élèves libres et indépendants. C’est un guide,
pas un mythe.
D.B. Considérez-vous les arts martiaux que vous enseignez comme
une technique psychosomatique, un sport, un art ?
Tiki : Peut-être faudrait-il avant tout définir ce qu’il convient d’entendre
lorsque l’on parle d’art martial, ou d’arts martiaux, terme trop
largement utilisé. Il faut en effet tenir compte de trois considérations
pour définir l’art martial :
1. il était toujours conçu pour la guerre ;
2. il était toujours en rapport direct avec les armes ;
3. il tenait compte des armures et des fortifications.
Ainsi, à nos yeux, le Judo, le Karaté, le full-contact, etc., ne sont pas
des arts martiaux, mais plutôt des disciplines martiales, en ce sens où
leurs techniques ne peuvent pas être appliquées sur un champ de
bataille. En fait, il n’y a jamais eu à proprement parler d’art martial à
mains nues, et surtout jamais d’art martial avec lequel on puisse faire
de la compétition sportive. L’art martial a techniquement des fins qui
ne s’accordent pas avec des jeux, même pris dans le sens noble du
terme.
Pascal : Au niveau de l’enseignement, nous portons de ce fait une lourde
responsabilité. En effet, on n’enseigne pas à des jeunes gens le
maniement d’une arme comme si c’était un jeu. Le sens de
l’enseignement est de pétrir, de malaxer, de forger le caractère des
gens qui s’y prêtent. Il est des notions simples, des notions de base
qu’il est nécessaire d’inculquer, et d’autres qui consistent à laisser faire
la nature.
Un jeune garçon, par exemple, qui aborde les « arts martiaux » aura
comme première motivation d’apprendre à se battre. En général, son
désir est d’obtenir une meilleure confiance en lui, non par un travail
sur lui-même mais par une domination sur les autres. Aussi, au début
de son entraînement, on lui fera faire des mouvements de base dans
son coin, sans trop le corriger. On va le reprendre s’il n’est pas à sa
place, s’il n’est pas propre, s’il arrive en retard, etc. C’est par là que
l’on va commencer son apprentissage. Après quelque temps, il doit
comprendre qu’après tout, il lui faut commencer par un contrôle de
soi-même avant d’aller plus loin. Il existe donc une sélection naturelle
dès le départ entre ceux qui possèdent un potentiel pour entamer un
travail sur eux-mêmes et ceux qui ne sont pas encore prêts. De là à
dire que ceux qui n’accrochent pas sont perdus est loin de notre
pensée. Ils iront peut-être essayer d’autres disciplines martiales et
acquérir quelques notions de combat, mais tant qu’ils ne percevront
pas la nécessité d’un combat contre soi-même, ils ne pourront pas
entamer un véritable travail.
D.B. Est-ce alors l’enseignement d’une technique ou d’une voie
spirituelle ?
Pascal : Elles vont de pair, car on demande à l’élève de travailler à la fois avec
son corps et avec son âme. Pour les armes, on lui demande de les
respecter, de se conformer à une certaine étiquette ou cérémonial,
d’exécuter des gestes éducatifs n’ayant aucune application combative.
Petit à petit, on le placera dans des situations combatives, non pas
dans un but technique, mais pour cultiver en lui l’attitude mentale de
celui qui a une arme entre les mains. Donc supprimer sa peur, sa
violence, son agressivité, lui faire exécuter les mouvements d’une
certaine manière avec l’attitude mentale nécessaire. Ce travail lui
prendra des années, et c’est lui qui le fera, à 99 %. Le professeur, ou
plus tard le maître, n’est là que pour le remettre dans le droit chemin,
et sera surtout pris comme exemple.
D.B. Dans la pratique des arts martiaux, une meilleure connaissance
de soi inclut-elle une compréhension et une acceptation de ses
peurs ?
Pascal : La peur est issue de l’ignorance. Ce n’est donc pas en la fuyant que
nous parviendrons à la comprendre. Il est en effet indispensable de la
comprendre pour qu’elle puisse disparaître. Tant de réactions de l’être
humain sont issues de la peur : la violence, le racisme, etc.
Tiki : D’ailleurs, à l’origine, les arts martiaux étaient pratiqués par des
guerriers professionnels. Leur travail était de combattre. Ainsi leur vie
était confrontée aux peurs et aux anxiétés issues de leur contact
constant avec la mort. Ils ont donc vite compris que ce n’est pas la
technique qui leur permettrait d’affronter la mort avec le plus
d’efficacité, mais qu’il fallait pénétrer et comprendre, de façon
spirituelle, l’essence même de la vie et de la mort.
Le travail qu’ils accomplissaient sur eux-mêmes leur permettait
d’aborder une situation mortelle comme on s’asseoit derrière un
bureau pour écrire.
On rejoint finalement une notion qui apparaît dans toutes les religions.
Cette notion est Do, la voie spirituelle, au travers de l’art martial. C’est
le paradoxe fondamental : voie spirituelle alors que techniquement on
apprend à tuer. C’est un koan. Il ne peut être résolu
intellectuellement, mais par un engagement total Corps, Ame et Esprit.
Pascal : Dans ce contexte, partant de sa peur de la mort, le guerrier supprimait
toutes ses autres peurs. Et puis, certains d’entre eux ayant fait le tour
de leurs dépendances et de leur manque, finissaient par vivre
frugalement. Habitué à rien, il n’avait besoin de rien. Arriver à ne plus
avoir besoin de la vie et de la Mort. Ils ont transcendé le phénomène,
sachant que vie et Mort forment un tout rejoignant le principe de
l’unité taoïste.
À cet instant de l’entretien, Pascal nous quitte pour prendre son avion
qui le ramène en Suisse, où il enseigne ? Nous poursuivons avec Tiki.
D.B. Actuellement dans votre pratique, il ne s’agit pas, comme dans
le japon d’autrefois, d’une question de vie ou de mort.
Comment insuffler alors au pratiquant l’esprit du Bushido ?
Tiki : Aujourd’hui, nous pratiquons dans un Dojo, qui signifie littéralement
« le lieu où l’on pratique la Voie ». Le dojo est un champ de bataille
sur lequel on peut revenir le lendemain.
Par ailleurs, il paraît difficile dans le contexte social moderne de
recréer la même ambiance de vie et de mort à l’intérieur d’une
structure de masse telle qu’une Fédération. Dans certains Dojo privés,
au Japon, constitués d’un maximum de trente élèves, le Maître
s’arrangera pour créer une situation où, face à lui, vous ne saurez à
aucun moment s’il va ou non porter un coup. Il recrée
intentionnellement et réellement par son attitude la peur que vous
éprouveriez face à la mort, le sentiment que vous pourriez mourir dans
votre entraînement. L’entraînement devient réalité et vous oblige à
aller au-delà de la technique. Il faut cependant déjà posséder plusieurs
années de pratique et une certaine volonté pour se soumettre à un tel
entraînement. C’est une expérience indispensable et déterminante.
Dans certaines écoles, les combats se déroulent avec de vraies armes,
et l’on peut y mourir.
Vous savez, lorsqu’un pratiquant de Iaï comprend la signification des
mouvements qu’il exécute, donc de l’horreur liée à l’arme qu’il manie,
sa prise de conscience est réelle. C’est à ce moment précis qu’il décide
de poursuivre et donc de transcender cette violence par des prises de
conscience successives, ou d’arrêter sa pratique.
D.B. Vous sentez-vous les dépositaires d’une tradition ?
Tiki : Il faut préciser qu’il s’agit de pratiques ouvertes – elles ne le sont pas
toutes -, donc abordables par tous. Elles sont exportables en Occident
et chacun peut y trouver son compte : bonne santé, self-défense,
compétition, détente, etc.
Dans ce sens, nous ne nous sentons pas dépositaires du patrimoine
militaire et stratégique à partir duquel s’est construit l’art martial dans
le Japon ancien.
Nous sommes plutôt des relais et notre responsabilité est de
transmettre au mieux de notre capacité les idées essentielles et
universelles qui sont exprimées dans nos disciplines. Et surtout de
transmettre le plus fidèlement les techniques qui nous ont été
transmises. En effet, du fait de notre antécédent martial, chaque geste
que nous exécutons dans le cadre de notre pratique a une raison
d’être, même lorsqu’il faut des années pour en percevoir le sens.
D.B. Y a-t-il eu, au cours du temps, une évolution de la peur ou bien
l’homme se posera-t-il toujours la question fondamentale de la
résolution de sa mort ?
Tiki : Rien n’a changé. Si autrefois on avait peur de mourir d’un coup de
sabre, aujourd’hui on a peur de mourir d’un coup de revolver. La peur
est la même dans son essence. L’évolution de l’homme, ou ce que l’on
est tenté de considérer comme telle n’est que technique, scientifique,
matérielle. Lui a très peu changé, dans ce sens où il est toujours le
seul à décider pour lui-même d’entreprendre le chemin de son
évolution. Ce n’est pas la résultante d’une transformation automatique
comme l’est par exemple la puberté. L’homme n’évolue pas
automatiquement de façon spirituelle. Cette évolution nécessite un réel
travail sur soi. Mais on peut, comme beaucoup, se contenter de
remplir le rôle que nous a assigné la nature. Aller au-delà, commencer
de répondre au problème de son existence, n’entre pas dans le schéma
de la nature. C’est l’homme seul qui se donne la capacité d’aller audelà.
Sans cette volonté, il n’y a pas de voie possible. Et ce n’est pas
par injustice puisque c’est une question de choix. (rires)
D.B. Pensez-vous que notre temps favorise la recherche spirituelle ?
Tiki : La situation du monde moderne offre des conditions intéressantes et
suffisantes. Nous sommes tous sous la menace d’un incident et/ou
d’un conflit nucléaire auquel il est difficile de se soustraire. En ce sens,
tout le monde est face à l’éventualité soudaine et imprévue de sa
propre mort, tout comme le samuraï ou le chevalier de notre histoire
lorsqu’il se mettait en quête du sens de son existence.
Les conditions actuelles permettent donc ce travail sur nous-mêmes.
D.B. Les arts martiaux amènent-ils tous à une meilleure
connaissance de soi ?
Tiki : Si un pratiquant savait clairement dès le départ les efforts qu’il lui faut
fournir pour obtenir si peu, il n’entreprendrait jamais ce travail.
Heureusement, il ne peut le savoir. Face à nos problèmes personnels :
phobies, angoisses, peurs, etc., il est vraiment nécessaire de refondre
tout notre être. La pratique martiale, telle que nous l’avons explicitée
tout au long de cet entretien, permet une transformation entière de
l’individu. Il n’est plus la même personne que celle qui a commencé.
Cela s’acquiert au prix d’efforts considérables.
D.B. Quelles sont les étapes de ce chemin ?
Tiki : C’est la continuité de la pratique qui crée les étapes. En japonais, on
dit JU NAN CHIN, c’est-à-dire pratiquer en gardant un esprit
d’ouverture et une souplesse d’adaptation en toutes circonstances. Si
la pratique est animée par cet esprit et qu’elle dure suffisamment
longtemps, on restera vigilant pour en percevoir les nuances et les
multiples aspects. Sept pas en arrière pour huit pas en avant, telle
pourrait être exprimée la progression d’un élève sur la voie du BUDO.
Cependant, les conditions nécessaires à la naissance d’une spiritualité
sont tout aussi délicates et hasardeuses que celles requises pour la
naissance d’un enfant… peut-être même plus délicates. Car il est
hasardeux de dire à l’élève : pratiquez, pratiquez, ça viendra ! Il n’y a
pas de garantie. Il s’agit plus d’une combinaison de circonstances qui
vous pousse dans cette direction. Souvent, on reste bon technicien.
Pour la plupart des gens, une quête spirituelle, la remise en question
de leur existence par rapport à la mort et à la vie, ne présentent pas
d’intérêt pratique et immédiat dans leur vie quotidienne et sociale.
Jusqu’au jour où la motivation devient prépondérante, vitale. Le
terrain est alors prêt. La première condition est que la personne le
désire véritablement de tout son Etre, non pas simplement par
curiosité, mais par une réelle insatisfaction qui lui permet de ressentir
la futilité de sa vie. Quand ce manque, ce vide, est ressenti, la
personne n’aura de cesse d’entrer en contact avec une réponse. Mais lnon
plus, il n’y a pas de garantie. La quête peut très bien avorter si les
conditions sont mauvaises. C’est le problème des personnes qui sont
entre les mains de faux maîtres. Mais même une telle expérience peut
se révéler positive si elle donne naissance au discernement.
D.B. Certaines personnes, souvent par souci d’authenticité, couplent
leur pratique corporelle avec une autre technique, voire
thérapie. Qu’en pensez-vous ?
Tiki : Ce n’est pas vraiment nécessaire, bien que la voie empruntée par bon
nombre de gens aille souvent dans pas mal de sens différents. À partir
du moment où ce que l’on fait est un véritable travail sur soi, la
diversité, dans le sens d’un dispersement, ne paraît pas souhaitable,
car c’est souvent par fuite que l’on veut toucher à de multiples
domaines. Cela se justifie encore moins lorsque l’enseignement reçu
est valable. C’est souvent par une sorte de matérialisme spirituelle
qu’une personne exige pour elle-même un traitement de faveur en
raison de ceci ou de cela.
De toute façon : « Toutes les pierres qui tombent à la rivière arrivent à
l’estuaire rondes et polies. ». Proverbe chinois. (rires)

POURQUOI L'ETIQUETTE?


L'étiquette est l'ensemble des formes cérémonieuses qui marquent les rapports entre les particuliers et qui constituent les règles de comportement et de bienséance à observer dans un cadre donné comme par exemple: la cour d'un monarque, un lieu de culte, une célébration, quelle soit profane ou religieuse, sociale ou privée. Voilà pour ce qui est de sa définition formelle et académique. Il est important de préciser que l'étiquette est en rapport aussi bien avec la structure du groupe ou de la société qui l'a instituée qu'avec son histoire et qu'elle implique nécessairement une expérience existentielle. Mais, comme chacun aura pu le constater, plusieurs scénarios peuvent coexister dans une même culture.

Dans la culture japonaise, il existe plusieurs termes concernant l'étiquette, savoir: REISHIKI, REIHO, REIGI, REIGI SAHO.

Tous ces termes sont composés de l'idéogramme REI qui signifie littéralement: salut, salutations.

SHIKI signifie "cérémonie". REISHIKI pourrait donc se traduire par "le cérémonial".
HO signifie "loi". REIHO serait donc "l'étiquette" proprement dite puisque s'agissant des lois régissant le "salut".
REIGI est le terme utilisé par N. Tamura dans son livre: "AIKIDO - étiquette et transmission":

"REI se traduit simplement par salut. Mais il englobe également les notions de politesse, courtoisie, hiérarchie, respect, gratitude. REIGI (l'étiquette) est l'expression du respect mutuel à l'intérieur de la société. On peut aussi le comprendre comme le moyen de connaître sa position vis à vis de l'autre. On peut donc dire que c'est le moyen de prendre conscience de sa position.

Le caractère REI est composé de 2 éléments: SHIMESU et YUTAKA.
shimesu: l'esprit divin descendu habité l'autel
yutaka: la montagne et le vase sacrificiel de bois qui contient la nourriture: deux épis de riz, le récipient débordant de nourriture, l'abondance.

Ces deux éléments réunis donnent l'idée d'un autel abondamment pourvu d'offrandes de nourriture, devant lequel on attend la descente du divin… la célébration.

GI: l'homme et l'ordre. Désigne ce qui est ordre et qui constitue un modèle.

REIGI est donc à l'origine ce qui gouverne la célébration du sacré. Il est probable que ce sens se soit ensuite étendu aux relations humaines lorsqu'il a fallu instaurer le cérémonial qui régissait les relations hiérarchiques entre les hommes."

REIGI SAHO pourrait être traduit par: "les règles de l'étiquette", ce qui correspond au sens donné par les dictionnaires occidentaux.

De façon plus pragmatique, l'on peut dire que l'étiquette constitue un code dont la signification ne peut être perçue que par les initiés, c'est à dire par ceux qui ont acquis les premiers éléments dans la connaissance ou/et la pratique d'une science, d'un art ou d'une pratique donnée. Ce code est la marque d'un groupe particulier ou d'une relation particulière. L'étiquette introduit le novice à la fois dans la communauté des pratiquants (shugyo-sha) et dans le monde des valeurs spirituelles. Elle lui apprend les comportements et l'histoire du groupe, mais aussi ses mythes et ses traditions. L'étiquette raconte pourquoi les choses sont ce qu'elles sont et comment elles nous sont parvenues. Elle raconte l'histoire de tous les évènements qui ont contribué à faire de l'art que l'on pratique ce qu'il est aujourd'hui. Il importe donc de la conserver soigneusement et de la transmettre intacte aux nouvelles générations de pratiquants.

L'étiquette est constituée d'un ensemble de gestes non utilitaires, non pas qu'ils ne servent à rien, mais plutôt que l'on peut s'en passer. Ce geste n'est matériellement pas rentable et peut même être considéré par certains comme une perte de temps. Son but n'est pas dans l'efficacité immédiate. Il n'est donc pas spontané comme ceux que l'on a constamment dans la vie courante, sans même devoir y penser. Il réclame "vigilance" de la part de celui qui l'exécute et, en ce sens, contribue à développer chez le pratiquant le ZANSHIN (littéralement traduit: l'esprit rémanent ou la présence - ici et maintenant - d'esprit).
Sa raison d'être ne se situe donc ni dans son utilité, ni dans sa rentabilité, mais dans la gratuité de ce qu'il induit. Il met en jeu une partie du corps (dont notamment les cinq sens) pour permettre à celui qui l'exécute de rassembler (du grec sumballein (assembler) qui dérive de sumbolon: symbole) son esprit à ce qui échappe à ses sens.

Pour qu'une chose soit bien faite, il faut la faire comme elle a été faite la première fois, s'imprégner de l'état d'esprit qui a prévalu à sa conception et participer ainsi à sa perpétuation. La répétition symbolique du geste implique donc une réactualisation du geste initial et de l'énergie qui l'a créé, avec la même pureté, la même efficience et la même virtualité intacte. En tant que symbole, il est chargé de sens et doit devenir "signe", pour ceux qui le font comme pour ceux qui le voient faire. Il doit être simple, beau, emprunt de sérénité (sans tension ni précipitation), juste et harmonieux.

La répétition rigoureuse du geste rend possible la tabula rasa sur laquelle viendra s'inscrire les révélations successives du pratiquant, de celles qui pourraient lui ouvrir les portes de l'esprit. (En Iai, par exemple, le geste exécuté par la main gauche sur le sageo pour le placer sous le sabre après s'être assis en seiza; ou en Aikido, au moment du salut des adversaires avant taninzu kakari geiko.)

L'étiquette ne vit pas uniquement dans une réalité "immédiate". Sa symbolique pourrait s'exprimer en ces termes: qu'on ne devient un pratiquant véritable que dans la mesure où l'on cesse d'être un homme biologique, mécanique. Elle démontre que le vrai pratiquant - le "spirituel" - n'est pas le résultat d'un processus naturel: il se fait. La "fonction" de l'étiquette pourrait donc être de révéler symboliquement au pratiquant le sens profond de l'existence et de l'aider à assumer sa responsabilité d'être un "Homme Totale", pour ainsi participer à l'évolution spirituelle de l'humanité.

En étudiant et en respectant l'étiquette, on ne perdra pas de vue que le but de la recherche est, au fond, la connaissance de l'homme, de soi. Aussi, l'étiquette constitue-t-elle une démarche, une expérience essentielle dans la progression du pratiquant s'il veut pénétrer le message ultime du BUDO, c'est à dire devenir capable d'assumer pleinement son mode d'être.

Mais à bien y regarder, l'étiquette n'est sclérosée qu'en apparence. Et si l'on se contente aujourd'hui d'imiter à l'infini les gestes transmis, on ne peut ignorer les innombrables transformations dont l'étiquette a bénéficié au cours de son histoire.

 

lesneven2006_0678.jpg



L'ETIQUETTE - COMMENT?


"Le caractère des hommes ne se montre jamais mieux que dans les choses qui paraissent indifférentes."
(Proverbe du monde)

Il serait prétentieux de vouloir dresser une liste exhaustive de l'ensemble des règles de l'étiquette. De surcroît, certaines de ces règles peuvent différer d'un pays à l'autre, ou plus précisément d'une culture à l'autre. Ainsi, au Japon, il est inconcevable de plier son hakama sur le tatami alors que cette façon de procéder semble avoir été adoptée dans tous les autres pays du globe. L'étiquette, cependant, exige que le pratiquant ne plie pas son hakama dos au kamiza. Cet exemple illustre à quel point les règles de l'étiquette ne sont pas gravées dans la pierre et doivent nécessairement s'adapter, notamment lorsqu'elles sont issues d'une culture différente de la sienne. Si en Aikido les règles de l'étiquette semblent relativement uniformes, il n'en est pas de même de disciplines martiales telles que, par exemple, l'Iai où l'étiquette peut varier d'une école à l'autre au point de paraître contradictoire, notamment la position du sabre lors du salut au kamisa ou au sabre lui-même. Dans un domaine plus religieux, le signe de croix n'est pas exécuté de la même façon par les Catholiques, les orthodoxes, les Protestants, les Nestoriens, les Coptes, les Jacobistes et autres. Mais tous, sans exception, font un signe qui symbolise la croix et la passion du Christ.

Ces différences, en apparence discordantes, démontrent à la fois la diversité et la cohérence de la nature humaine. Elles justifient la multiplicité des formes et confirment l'universalité des principes. A ce stade, il est intéressant de relever l'étrange homonymie entre les mots éthique et étiquette (à tel point qu'il ne serait pas choquant d'écrire "l'éthiquette" de cette façon). En effet, ne concerne-t-elle pas les règles de conduite, la morale?

Il n'est pas dans notre intention d'inventorier et répertorier les multiples règles de l'étiquette martiale à travers les âges et les cultures. L'idée n'est pas inintéressante mais déborde largement le cadre de cet exposé. Elle permettrait en revanche de mesurer à quel point nos comportements sont conditionnés par nos rapports avec l'autre et les divers modes de prévenir les conflits. Mesurer, par exemple, que la prohibition du port d'armes a permis de se saluer en se serrant la main, ce qui était parfaitement inconcevable avant. Comprendre que le geste de trinquer était conditionné par le fait que le mélange des liquides au moment où les verres s'entrechoquaient permettait de s'assurer qu'aucun poison n'avait été versé dans l'un d'entre eux. Ainsi, bon nombre des gestes encore utilisés de nos jours dans nos comportements relationnels étaient à l'origine conditionnés par la nécessité de rester vigilant en toutes circonstances, c'est-à-dire en état d'éveil permanent. A fortiori, cette vigilance s'adressait-elle en premier lieu à ceux qui avaient choisi le métier des armes et pour lesquels la moindre faute d'inattention pouvait être fatale.

Aussi, cet exposé se bornera à énoncer quelques principes de base qui devraient permettre au pratiquant de se repérer et, surtout, de comprendre que l'étiquette est plus affaire de conscience que de connaissance.

Fidèle à la didactique du budo classique japonais, nous proposons d'aborder le "comment?" sous la forme tandoku renshu (travail seul), sotai renshu (travail à deux) et tameshi giri (exercice de coupe) que nous transposons de la façon suivante:

-l'étiquette par rapport à soi-même,
-l'étiquette par rapport aux autres pratiquants et au dojo,
-l'étiquette par rapport à l'autre et à la société.

22/03/2009

Le rôle de l'UKE en AIKIDO

l'annuaire des sports en tunisie

http://www.lannuairesport.com

 

UKE, celui qui chute dans la pratique d'AIKIDO, par opposition à TORI qui exécute la technique, joue un rôle essentiel dans la didactique martiale en général et japonaise en particulier, tout du moins pour ce qui concerne les disciplines qui enseignent les formes de combat face à face à un adversaire. La cible n'a pas moins de valeur en KYUDO, par exemple, mais ne remplit pas les mêmes critères. Ce rôle est bien souvent méconnu ou mal compris, pour ne pas dire déconsidéré, par bon nombre de pratiquants notamment en raison de la fonction passive qu'on lui attribue injustement. Cet article se propose d'analyser ce rôle, sous tous ses aspects, et ainsi permettre au shugyo-sha d'y puiser les éléments susceptibles d'orienter son travail vers une meilleure compréhension de sa ou ses pratiques. Dans un premier temps, nous tenterons de comprendre et d'analyser les raisons qui pourraient justifier cet apparent manque d'intérêt. Puis nous aborderons les différents sens attachés à cet aspect de la pratique. Enfin, nous dégagerons quelques moyens utiles et pratiques pour améliorer notre propre technique à ce sujet. L'un des principaux facteurs qui contribue à mésestimer le rôle d'UKE est d'ordre psychologique , notamment dans les techniques corps à corps, savoir: la peur liée à la chute. Cette peur trouve vraisemblablement son origine dans l'inconscient attaché à l'évolution de l'espèce humaine en général et de chaque individu en particulier, lorsqu'il fait ses premiers pas. Il est communément admis, en effet, que l'espèce humaine est née le jour où un animal s'est dressé sur ses membres inférieurs pour adopter la position verticale. On peut facilement imaginer que cette mutation ne s'est pas réalisée sans douleur et il suffit d'observer, à défaut de se rappeler, les pénibles expériences du bébé lorsqu'il passe de la position couchée à la position assise, puis à quatre pattes pour finalement parvenir laborieusement, par imitation, à se dresser sur ses jambes. Combien de chutes, de plaies, de bosses n'ont-elles pas été durement expérimentées à cette époque de la vie? Elles restent inévitablement gravées dans notre mémoire pour ne laisser subsister qu'une peur viscérale de la chute. Dès lors, l'apprentissage de la chute à un âge où tous les facteurs génétiques liés à l'une des spécificités de notre espèce se sont définitivement établis, revient à entreprendre le même processus à l'envers, ce que l'inconscient refuse d'accepter. Il suffit, pour s'en convaincre, de relever les diverses locutions verbales utilisées dans toutes les langues pour exprimer cette peur. Ne parle t'on pas, en effet: de la chute d'un empire, d'une monarchie, d'un régime, d'un gouvernement; de la chute d'une monnaie, des cours de la bourse; de la chute de tension, de température, des cheveux; d'une chute d'eau, de neige, de pluie; de la chute du jour, ne dit-on pas: tomber dans les pommes, des nues, de Charybde en Scylla, etc… sauter dans l'inconnu, Qui n'a pas entendu sa mère lui dire: «Fais attention à ne pas tomber, tu vas te faire mal!», ou encore: «A force de faire le fou, tu vas finir par tomber!», sous-entendu «te faire mal!». Il semble donc que la chute soit associée, dans l'inconscient collectif, à la douleur, au déclin, au manque, à une déchéance, à une perte d'équilibre physique, mental et social . Il n'est donc pas étonnant, dans ces conditions, que l'homme s'en défie instinctivement. Car il s'agit bien d'un défi, puisqu'en entreprenant l'apprentissage de la chute, le pratiquant va à la rencontre de l'une des peurs inscrites dans ses gènes. Parallèlement à ces peurs liées à ce que l'on pourrait appeler l'inconscient de l'espèce, existent d'autres peurs, plus subjectives, plus personnelles. En effet, il y a un monde entre tomber tout seul , par maladresse, par faiblesse temporaire, par inadvertance, et se faire chuter (on dit plutôt se faire projeter ). Ce monde est l'autre et la confiance relative qu'on lui accorde. Car UKE ne se limite pas à l'UKEMI (communément traduit par chute). Il y a, de fait, une part d'inconnu dans le fait de se placer dans une situation de complet abandon, physiquement et psychologiquement. En cela, on peut abonder dans le sens de ceux qui n'accordent à UKE que le seul droit de mourir. Chuter, c'est effectivement mourir un peu, ou tout du moins avoir la possibilité d'en prendre conscience et d'en accepter l'éventualité. Malheureusement, la mauvaise compréhension du rôle d'UKE, alliée à une certaine rigidité physique - que n'améliore pas les conditions de la vie moderne -, aux hiatus techniques de TORI et sa difficulté à réaliser une technique juste, n'incite pas le pratiquant à renouveler l'expérience de sa propre mort suffisamment souvent pour y trouver autre chose qu'un "mauvais moment à passer"! On ne peut, par ailleurs, passer sous silence le rôle que peut jouer l'ego dans cette situation. En effet, en AIKIDO, en JUDO, en KARATE-DO, UKE est celui qui «perd", par opposition à TORI qui le terrasse ou qui, du moins, tente de le faire. En effet, lorsque deux êtres, deux animaux, deux insectes, sont amenés à combattre, pour quelques raisons que ce soit: la prédominance du mâle au sein du groupe, la défense de son territoire, de ses petits, de son honneur -, ils cherchent mutuellement à se faire tomber, à faire perdre l'équilibre à l'autre, et le combat cesse, tout du moins dans le monde animal, quand l'un des deux tombe à terre. Ce système de combat prévaut encore actuellement dans le SUMO, par exemple. Dans le cadre d'un entraînement, bien souvent, la chute peut paraître dévalorisante, pour le pratiquant lui-même comme pour le spectateur néophyte. Il est certes plus gratifiant de s'entendre dire: "Dis donc, qu'est ce que tu lui as mis à ton UKE!" plutôt que: "Tu ne tiens pas debout, mon vieux! Qu'est-ce qui t'a mis!". En fait, la réalité est tout autre, ou devrait être tout autre. En AIKI-KEN, par exemple, c'est UKE qui "domine" puisqu'il conserve le centre à chaque instant, avant, pendant et après la ou les attaques d'UCHI. Ceci constitue d'ailleurs une spécificité du travail d'AIKI aux armes, qui n'existe pas dans les autres BUDO avec armes tels que le KEN-JUTSU ou le JO-DO, par exemple. Dans les disciplines classiques, UKE est celui qui "perd". C'est l'une des raisons pour lesquelles ce rôle est normalement joué par un instructeur, voire par l'enseignant lui-même. Nous aurons l'occasion de revenir sur cette notion par la suite car, bien entendu, le travail sur le tatami ne se résume à gagner ou perdre. De ce qui précède, on peut donc déduire que la peur viscérale liée à la chute génère un certain blocage physique, ou pour le moins une réticence, en relation avec notre inconscient collectif et notre mémoire. Mais on ne pourrait pas moins considérer que le déséquilibre soit à l'origine de cette peur. De fait, il est aux lois physiques ce que la peur est aux facteurs psychologiques, c'est à dire la cause de la chute, qu'elle soit physique, mentale ou sociale. En effet, nous l'avons vu, l'espèce humaine est née le jour où elle s'est dressée sur ses membres inférieurs, c'est à dire qu'elle est passée d'une position parfaitement stable, que lui assurait ses quatre points d'appui, à une position de recherche perpétuelle d'équilibre – ou de constant déséquilibre - l'obligeant à développer une morphologie qui, aussi parfaite soit-elle, n'en est pas moins insuffisante pour le garantir sans risque. Le kangourou, par exemple, qui se déplace également sur ses deux membres inférieurs, dispose d'une queue, c'est à dire du troisième point d'appui qui lui assure une parfaite stabilité. L'état de perpétuel déséquilibre ou d'équilibre précaire de l'homme, qui résulte de son choix d'avoir adopté la position verticale, ne l'a peut-être pas seulement rendu instable physiquement mais également psychologiquement. En se dressant sur ses membres inférieurs, il a de facto généré une situation qui lui fait craindre à tout instant de tomber. Quel est le réflexe d'un homme n'ayant pas appris à chuter lorsqu'il tombe? Il cherche mécaniquement à mettre ses mains pour amortir sa chute, c'est à dire qu'il utilise instinctivement ses membres supérieurs. Il ne lui vient pas naturellement à l'idée de rouler.

Nebi.jpg

Il n'est donc pas moins vrai que cet état de perpétuel déséquilibre génère chez l'homme une peur inconsciente, celle de perdre l'équilibre si chèrement acquis et de tomber. Mais la question n'est pas de savoir aujourd'hui qui de la poule ou de l'œuf est arrivé le premier, mais de mesurer à quel point la chute n'est pas inscrite dans les gènes de la nature humaine. De ce fait, l'homme n'est pas naturellement disposé à en faire l'expérience ou l'apprentissage. Le deuxième facteur qui contribue à déconsidérer le rôle d'UKE est d'ordre physique et physiologique . En effet, qui peut prétendre chuter par ou avec plaisir? La chute, même "maîtrisée", reste douloureuse, et ne manque pas de laisser des séquelles irréversibles au corps, dont la fameuse "touche de piano". De ce point de vue, le fait d'aborder la chute à un âge où le corps n'est pas encore musculairement formé, c'est à dire avant 25 ans en moyenne, peut présenter un avantage certain. Il n'est donc pas étonnant que la propension à chuter diminue proportionnellement à l'âge. Mais fort heureusement, nous le verrons par la suite, la chute n'est qu'un aspect de la notion d'UKE, certes le plus éprouvant physiquement. En revanche et paradoxalement, la chute aide à façonner le corps nécessaire à la réalisation de la technique suivant les critères biomécaniques propres à l'AIKIDO. On pourrait même dire qu'il constitue le seul entraînement à sa disposition pour éduquer les muscles, tendons et autres ligaments indispensables. La préparation des débuts de cours n'y suffit pas, aussi complète soit-elle, tout juste permet-elle d'éviter des raideurs inutiles, un peu comme on s'étire le matin au réveil pour stimuler le corps. D'autre part, il est nécessaire de disposer de ses pleines capacités physiques pour espérer réaliser une chute sans trop de dommages. Des douleurs chroniques, notamment au niveau de la colonne vertébrale, ou des malformations congénitales peuvent handicaper le pratiquant dans la réalisation de la technique d'UKEMI proprement dite, et ce indépendamment des facteurs psychologiques qui y sont immanquablement associés. De même, les chevilles jouent un rôle fondamental dans la chute puisque le principe de base de l'UKEMI est de réduire au maximum sa hauteur par rapport au sol avant de "tomber". En biomécanique, cette fonction est assurée par les chevilles. La position "assise accroupie" chère au monde oriental et moyen-oriental, ainsi qu'aux cow-boys devant le feu de camp en rase campagne, permet de s'assurer que les chevilles possèdent la souplesse nécessaire. Enfin, la chute est étroitement liée au souffle et il semble difficile de ne pas soutenir que tomber est plus épuisant que projeter. A plus d'un titre, la chute peut s'apparenter à une course de fond et parfois, en raison du rythme imposé par TORI, à une course de vitesse. De fait, le cœur et le système pulmonaire sont grandement sollicités et requièrent une bonne constitution. De surcroît, beaucoup de pratiquants dissocient la chute et la remise sur pieds en position verticale. Ils tombent d'abord et se relèvent ensuite. Ils n'utilisent donc pas la dynamique de leur chute pour se relever, ce qui nécessite plus d'efforts de leur part et contribue à les essouffler davantage. Ainsi, à son corps défendant, si l'on peut dire, l'homme n'est naturellement pas disposé à tomber. Il n'est donc pas étonnant qu'il ait quelques réticences à en faire l'apprentissage. Pourtant, c'est en maîtrisant, autant que faire se peut, sa propre chute, c'est à dire son propre déséquilibre, qu'il parviendra à reconnaître et contrôler cette peur viscérale et à utiliser la loi de la gravitation indispensable à la réalisation de la technique martiale. En effet, comment pourrait-on espérer déséquilibrer un adversaire si l'on n'a pas soi-même expérimenté les lois de l'équilibre sur son propre corps? Or, le principe de base des techniques d'AIKIDO ou de JUDO vise à utiliser la dynamique - l'énergie - d'une attaque pour entraîner l'adversaire dans son propre déséquilibre. L'on pourrait donc dire que l'apprentissage de la chute par UKE est à la recherche d'équilibre ce que l'apprentissage de la technique par TORI est à la recherche du déséquilibre. Ces deux aspects de la pratique semblent donc indissociablement liés, comme le positif et le négatif, le ying et le yang. Et ce n'est qu'à cette condition qu'AIKI pourra se manifester. Il est intéressant de constater, à ce sujet, que par un juste partage des rôles, la moitié du temps passée à la pratique est consacrée à jouer celui d'UKE et que la moitié – environ et dans des conditions idéales - de cette part à faire UKEMI. Or, force est de constater que l'apprentissage du rôle d'UKE se limite bien souvent à la seule chute, au seul UKEMI, c'est à dire "comment tomber sans se faire mal", et se résume à la chute avant, arrière et parfois latérale. Ceci équivaut à limiter l'apprentissage de l'écriture à: "comment tenir son stylo", ou l'apprentissage de la natation à: "comment ne pas boire la tasse". Non pas que ce soit inutile, loin s'en faut, c'est même indispensable mais insuffisant pour écrire ou nager. Les nombreux ouvrages relatifs à l'AIKIDO traitent des chutes de façon par trop laconique et pour la plupart ignorent totalement le rôle d'UKE. Aussi, nous nous permettons d'emprunter à Franck Noël, dans son livre: "AIKIDO: fragments d'un dialogue à deux inconnues" cette approche à la fois diserte et expressive de la chute: "La chute, en AIKIDO, est tout sauf une déchéance. Elle revêt une dimension utilitaire, symbolique, magique, héroïque, rythmique et esthétique à la fois. En tant qu'exploration systématique de tous les modes de contact possibles avec le sol, elle va prendre des formes diverses: roulades, glissades, rebonds, voire aplatissages… Le sol, que nous ne pensions qu'à piétiner sans remords ni d'ailleurs sans plaisir, se pose soudain comme le partenaire de longues conversations, comme l'interlocuteur de négociations serrées, difficiles, dans lesquelles il faut confronter tous les points de vue, tenir compte des exigences et faire des concessions." Aussi, nous encourageons le pratiquant à chuter aussi longtemps que son corps le lui permet et à ne jamais interrompre cette douloureuse, mais ô combien instructive, négociation avec l'élément "terre". Mais le concept d'UKE va au-delà de l'apprentissage de la chute qui n'est, pour UKE comme pour TORI, qu'une part du mouvement, sa fin, son dénouement, son apothéose, comme l'orgasme l'est au coït. Et chacun s'accorde d'ailleurs à penser qu'il en constitue le meilleur moment: pour TORI la satisfaction du résultat obtenu, pour UKE celle de s'être relevé et pour les deux celle de pouvoir recommencer. Mais à ce niveau également, ce moment si exaltant dépendra de la "mise en place", des "préliminaires" en quelque sorte, et pour UKE de sa capacité à tenir, car beaucoup reste des "éjaculateurs précoces". En AIKIDO, il ne peut en effet y avoir de chute sans attaque et ce rôle revient de fait à UKE. Hélas, bien souvent, par peur ou par ignorance, l'attaque est rarement ce qu'elle devrait être et le pratiquant se retrouve aussi gauche dans son attaque qu'un enfant sur un terrain de foot quand il reçoit le ballon qu'il n'a pas demandé: il s'en débarrasse. En AIKIDO, la saisie est le moyen éducatif mis à la disposition du pratiquant pour lui permettre d'apprendre et comprendre physiquement, intellectuellement et émotionnellement les principes qui sous-tendent sa pratique et qui constituent, à proprement parler, l'essence de cet art martial. Physiquement parce qu'il est tenu ou qu'il tient - selon qu'il est TORI ou UKE -, intellectuellement parce qu'il doit reconnaître et ordonner, au travers de cette saisie, les lois et principes à mettre en place pour s'en défaire ou la maintenir, et émotionnellement parce qu'elle représente, en finalité, une attaque censée l'abattre. C'est à ce niveau que se situe la principale ambiguïté de la pratique d'AIKIDO. En effet, la saisie n'est pas une attaque en soi, mais un simulacre d'attaque. Martialement parlant, elle ne saurait, tout au plus, que s'apparenter à une menace dissuasive, voire une tentative de contrôle, ou n'être que le prélude d'une attaque plus définitive, telle un atemi, un coup de boule, ou autres. Cependant, une attaque, quelle qu'elle soit: saisie, coup de poings, de pieds, de bâtons, de couteaux, flèche, balle, missile, est toujours constituée d'une direction, d'une dynamique – force, vitesse ou énergie suivant la conception qu'on en a – et d'une distance. Dans la terminologie martiale, ce concept est appelé MA-AI: l'espace-temps. Qu'on lance un missile ou un coup de poing, l'objectif à atteindre nécessite la mise en oeuvre de ces trois facteurs. Le résultat, bien entendu, dépendra des capacités de destruction de l'arme utilisée. Mais, curieusement, plus elle sera destructrice, plus ses effets seront difficilement contrôlables. Bien souvent, les moyens mis en œuvre sont disproportionnés par rapport à l'objectif à atteindre. Ce constat s'applique aussi bien à la dernière guerre en Irak, qui a laissé l'impression "d'un éléphant pour écraser une souris", qu'à une coupe au sabre ou la saisie d'un poignet. Il paraît donc indispensable, pour tenter de comprendre le rôle d'UKE à ce niveau, de ne pas envisager la saisie comme une attaque au sens réel du terme, mais plutôt comme ce que l'esquisse est au peintre, l'épure à l'architecte, la trame au tisserand. Elle est le schéma, le linéament, l'ébauche avec lequel l'artisan-pratiquant pourra, à l'aide des outils que l'AIKIDO met à sa disposition, travailler et donner forme au mouvement, l'améliorer, l'ajuster sans cesse. Plus l'ébauche sera grossière, plus ardue sera la tâche de TORI pour parvenir au produit fini. A contrario, plus l'ébauche s'en rapprochera, plus le travail de TORI s'en trouvera facilité, meilleure et plus rapide sera sa compréhension du mouvement juste et de son exécution. Que l'on se rassure cependant, la didactique de l'AIKIDO comporte dans son curriculum des attaques qui tentent de se rapprocher, autant que faire se peut, de la réalité, savoir: shomen, yokomen, tsuki et les attaques avec armes, pour les plus courants. Mais également à ce niveau, il existe un monde entre une attaque sur le tatami et une attaque "réelle", c'est à dire une attaque qui menace réellement notre vie et qui laisse entrevoir sa possible fin. Personne ne souhaite, d'ailleurs, vivre une telle expérience, à moins d'avoir un tempérament suicidaire. Il est ridicule, quelque part, de croire le contraire, tant au niveau d'UKE que de TORI. Personne ne vient dans le dojo pour tuer quiconque, même si la pratique impose d'y croire. N'en déplaise aux nostalgiques, il n'existe aucune tolérance de perte dans un dojo, comme cela a pu exister dans les RYU à une époque où il s'agissait d'apprendre le métier des armes. Dans le cas contraire, son auteur serait traduit devant les tribunaux et inculpé d'homicide volontaire ou involontaire. Il pourra toujours plaider qu'il pratique les arts martiaux et convaincre les jurés que cette étude comporte une part de risques! Pour clore ce chapitre sur l'attaque en AIKIDO, ce qu'elle n'est pas mais ce qu'elle représente, nous nous permettons une nouvelle fois d'emprunter à Franck Noël une citation de son livre : "Elle (l'attaque) est un des termes du dialogue par lequel l'AIKIDO engage ses adeptes à communiquer; il leur incombe de l'élaborer en même temps qu'ils l'utilisent. Comme dans toute rhétorique véritable, les questions sollicitent des réponses, mais ces éléments de réponses amènent les questions à préciser. Pertinence des unes et adéquation des autres sortiront renforcées de cet échange." Avant d'envisager quelques suggestions utiles et pratiques pour améliorer notre compréhension du rôle d'UKE, il n'est pas inutile de dégager les quelques idées développées jusqu'à présent: De son choix d'avoir adopté la position verticale au cours de son évolution, l'homme n'est pas prédisposé à faire l'apprentissage de sa propre chute en raison des facteurs psychophysiologiques qui y sont, consciemment ou inconsciemment, rattachés et notamment la perte d'équilibre. L'apprentissage de la chute permet d'entrer dans des peurs viscérales liées à notre nature humaine et de former physiologiquement le corps nécessaire à l'exécution des techniques d'AIKIDO. La chute, même "maîtrisée", reste douloureuse et éprouvante. UKE ne se limite pas au seul UKEMI. Il est à la recherche d'équilibre ce que l'apprentissage de la technique par TORI est au déséquilibre. La saisie n'est pas une attaque au sens réel. Elle est son ébauche. Elle est le moyen éducatif mis à la disposition du pratiquant (UKE et TORI) pour lui permettre d'apprendre et comprendre physiquement, intellectuellement et émotionnellement les principes qui sous-tendent sa pratique. Dans le cadre du dojo, une attaque n'est pas portée dans le but d'attenter à la vie de TORI ou de lui nuire, même si la pratique impose d'y croire. La question reste donc de savoir comment UKE doit se comporter pour remplir son rôle. Mais peut-être conviendrait-il, dans un premier temps, de préciser quel est ce rôle? A plus d'un titre, UKE doit se comporter comme un père avec son enfant. C'est d'ailleurs la principale raison pour laquelle ce rôle devrait être joué par un avancé, c'est à dire un pratiquant parvenu à maturité. C'est une situation avérée dans les BUDO classiques qui utilisent des armes. En effet, on ne manipule pas une arme, même en bois, comme une saisie ou une main. Dans la plupart des traditions orientales, la vie humaine se déroule par période de 7 ans. Un dicton japonais recommande d'ailleurs: "Jusqu'à 7 ans, sert ton enfant comme un prince, après sert-en comme d'un esclave.". Ceux qui ont la chance d'avoir éduqué leur(s) enfant(s) comprendront facilement de quoi il s'agit. Durant le difficile passage de la position assise à la position verticale, l'enfant a besoin de ses parents. C'est donc leur rôle de l'assister tout au long de cet apprentissage. Dans un premier temps, ils l'aident à se tenir debout en lui tendant des bras accueillants pour l'inciter à se lever et le rassurer, prennent garde à réduire ses chutes au maximum ou pour le moins s'assurent qu'il ne risque pas de se faire mal ou "trop" mal, car ils savent que les chutes et les bosses gardent une valeur éducative. Puis, quand il parvient fébrilement à se tenir debout, en s'agrippant à eux ou aux meubles, ils l'aident patiemment à faire ses premiers pas en lui prêtant leurs doigts, s'harmonisent à son rythme, calquent leurs pas sur les siens, en un mot consacrent le temps nécessaire au bon déroulement de cette expérience unique dans les meilleures conditions possibles. Ensuite, quand il s'aventure à abandonner cette protection rassurante en lâchant une main, puis l'autre, pour se lancer seul sur ses deux jambes de ses pas hésitants et instables, ils l'accompagnent, prêts à intervenir au moindre déséquilibre, à le soutenir en cas de défaillance et ne manquent jamais de l'encourager par des paroles réconfortantes. Enfin, il marche. Puis il court, il saute des marches, une, puis deux. Après viennent les patins à roulettes, le vélo, le foot et tant d'autres choses que les parents ne manqueront pas de s'enthousiasmer à lui montrer, et ce durant sept années. Mais que sont, au juste, 7 années de la vie d'un AIKIDO-KA? A ce niveau également subsiste une certaine ambiguïté. Sept années à raison de deux cours de deux heures par semaine sont une chose, sept années à raison d'un cours de deux heures par jour une autre chose. Dans le premier cas, elles représentent environ 1450 heures, dans le second plus de 5000 heures, soit 3 fois plus. En matière d'aéronautique, par exemple, seul est pris en compte le nombre d'heures de vol pour déterminer les aptitudes d'un pilote. En AIKIDO, cette imprécision est à l'origine de multiples méprises sur la qualité, les aptitudes et la valeur des uns et des autres. En général, les pratiquants mettent plus volontiers en avant leur nombre d'années de pratique et restent discret sur leurs heures de vol. Mais peut-on normaliser cette situation? La meilleure formule consisterait à se calquer sur la pratique des UCHI-DESHI de O'SENSEI. Lorsque Maître TAMURA est arrivé en France, il avait environ 12 années d'ancienneté…, mais combien d'heures de pratique? La seule raison pour laquelle nous mettons cette ambiguïté en évidence est de permettre au pratiquant de réaliser que les 7 premières années de la vie d'un aïkido-ka sont à mesurer en heures plus qu'en années de pratique et ainsi comprendre que la première enfance peut durer beaucoup plus longtemps pour une grande majorité de pratiquants. Autrement dit, UKE devra conserver à leur égard les mêmes prédispositions qu'un père pour son enfant. Dans l'échelle de mesure proposée ci-dessus, la fin de la première période de 7 années pourrait correspondre au grade de YONDAN, censé sanctionner la fin de l'apprentissage de la technique. Le pratiquant parvenu à ce stade en a fait le tour - en long, en large et en travers -, il est rompu à toutes ses spécificités, comme le pianiste possède la technicité des 10 doigts et du pédalier de son piano. Il est capable de jouer sans difficulté les grandes pièces du répertoire. Il peut désormais commencer à interpréter la musique, mais il ne possède pas encore SA musique. Dès lors, à quoi bon tenir dur ou fort, à quoi bon tester quand le partenaire ne sait pas encore marcher seul? Que penserions-nous d'un père qui considérerait que son enfant sait marcher à partir du moment où il se tient debout, qui déciderait donc de ne pas lui offrir ses doigts mais lui saisirait la main, lui imposerait son rythme, ses enjambées, le réprimandait s'il ne suit pas? Il est fort à parier que cet enfant ne devienne un attardé. En reprenant le parallèle entre le pratiquant d'AIKIDO et l'enfant durant les 7 premières années de sa vie, on pourrait considérer que la position debout correspond à l'apprentissage de l'UKEMI et la marche à celui de la technique, aussi bien en tant que TORI qu'UKE puisque, comme nous l'avons vu, ces deux aspects sont indissociables de la pratique. Une autre incompréhension du rôle d'UKE réside dans le fait que, dans la plupart des cas, UKE ne sait pas plus marcher que TORI, ou à peine mieux, voire moins. En revanche et paradoxalement, du fait qu'il lui appartient d'attaquer, il a loisir de fausser le jeu en n'offrant pas à TORI la saisie dont il a besoin pour comprendre et réaliser la technique. On a trop disserté à propos de la "complaisance" d'UKE. Beaucoup, trop nombreux, considère en effet qu'ils n'ont pas de raisons de chuter si le mouvement exécuté ne les y oblige pas, ne les y entraîne pas. Ils sont ce qu'on pourrait appeler les absolutistes, les: "Christ, puisque tu es Christ, descends donc de ta croix!", ou autrement dit "Puisque tu dois me faire chuter, montre-moi que tu en es capable!". Si l'on veut bien considérer, pour les besoins de la démonstration, que ce comportement soit dicté par des soucis d'ordre pédagogique, il peut sembler utopique d'attendre de la part d'un pratiquant qui ne sait pas encore marcher seul, ou à peine, qu'il réalise un mouvement imparable, ou gagne les 100 mètres aux jeux olympiques! Il n'est pas moins présomptueux d'exiger que TORI marche quand on se tient à peine debout soi-même. Bien souvent, cette attitude n'est dictée que par le souci de se ménager car, comme nous l'avons vu, la chute, même "maîtrisée", reste pénible et douloureuse. Aussi, sous prétexte de ne pas être complaisant avec TORI, on finit par être complaisant envers soi-même. Dans bien des cas, malheureusement, il s'agit plus d'une manifestation de l'ego que d'une véritable vocation pédagogique, dans ce sens où contrarier la réalisation de la technique permet de se rassurer sur sa propre incapacité à la réaliser soi-même. Ils pensent: "Je n'y parviens pas, mais il n'y parvient pas non plus!… et je ne fais rien qui puisse lui permettre d'y parvenir.". Ce comportement, quelque peu stérile, empoisonne littéralement la pratique sur les tatamis. En effet, il s'apparente à une ingérence du rôle d'UKE sur celui de TORI: c'est exiger de lui qu'il fasse correctement sa part de travail pour accepter de faire la sienne. Or, il entre dans le rôle et la fonction d'UKE de faire le premier pas en créant les conditions favorables, en proposant l'ébauche la plus affinée. En effet, pour aider son enfant à marcher, on ne lui fait pas traverser un champ de mines, on ne sème pas d'obstacles son parcours, on ne leste pas ses pieds avec des chaussures en plomb. Bien au contraire, on dégage le terrain, on éloigne les obstacles et on lui enfile des chaussures adaptées à la marche. Par ailleurs et de surcroît, ils se privent eux-mêmes de la part de pratique dont leur corps a besoin pour se former: refuser de tomber est une chute définitivement perdue. N'est-ce pas en forgeant que l'on devient forgeron? Dès lors, il appartient à UKE de faire consciencieusement son travail et à TORI le sien, indépendamment mais ensemble. Cette notion s'appelle: AWASE. En y regardant de plus près, cette dernière proposition peut paraître foncièrement égoïste. Elle l'est effectivement. "Connais-toi toi-même et tu connaîtras les autres." pourrait donc se traduire en termes de pratique AIKIDO: "Connais la chute et tu connaîtras le mouvement". Il importe donc peu pour UKE, quelque part, que TORI parvienne ou non à réaliser la technique juste, pourvu que son embryon de mouvement lui permette de chuter et d'apprendre à son corps les lois de l'équilibre et du déséquilibre. Les pratiquants qui comptent un certain nombre d'années d'expérience savent combien il est difficile de réaliser une technique sur un débutant qui n'a que quelques heures de pratique. A contrario, il n'est pas moins difficile et instructif de parvenir à chuter, c'est à dire à faire en sorte que la technique s'approche au plus près de ce qu'elle devrait être, avec quelqu'un qui ne possède pas encore toutes les clés lui permettant de la réaliser correctement. Mais toutes ces digressions ne disent pas ce que doit être une saisie. Tout au plus, les quelques idées développées ci-dessus ont-elles permis de mieux cerner quel devrait être le rôle d'UKE. Une saisie doit-elle être dure, molle, puissante, forte, solide, souple, rapide, énergique, passive? En fait, la question n'est pas là. Si l'enseignant demande un travail KOTAI, elle sera puissante et solide. S'il demande JUTAI, elle sera souple et énergique. Dans tous les cas et durant toutes les tentatives de TORI pour réaliser la technique, UKE doit, autant que faire se peut - à l'impossible nul n'est "tenu" - et dans les limites de la biomécanique s'entend, maintenir sa saisie et ne pas contrarier le mouvement, même s'il n'est pas "juste", pour ne lâcher qu'au moment où il est entraîné dans sa chute et finalement se relever. Si TORI travaille avec ses bras, UKE reproduit son mouvement avec les siens. S'il pousse, il recule; s'il tire, il avance, etc… UKE doit, en quelque sorte, devenir le miroir de TORI, devenir ce que la photo est au négatif: son révélateur. Idéalement, il doit reproduire le résultat et les effets réels du mouvement de TORI, un peu comme le sketch des 2 clowns avec le miroir cassé. Ce n'est qu'ainsi que TORI parviendra à voir et comprendre ce qu'il fait et qu'UKE développera la souplesse du corps et de l'esprit indispensable à la compréhension des principes de l'AIKIDO. Ces quelques suggestions n'ont pas la prétention d'épuiser le sujet, ni d'apporter de solutions miracles. Le rôle d'UKE s'expérimente et s'affine sur le tatami avant tout. Notre souhait est qu'elles apportent une contribution, un éclairage à cet autre aspect de la pratique, trop souvent déconsidéré. Cet article est une tentative d'engager les pratiquants à communiquer et élaborer ensemble ce dialogue à deux inconnus : FAIRE DE DEUX: UN. Pour y parvenir, il est indispensable de connaître et posséder le rôle de chacun d'eux. Pour conclure, nous rappellerons qu'UKE dérive du verbe UKERU qui signifie: RECEVOIR. Mais pour recevoir, il faut donner. UKE, par sa saisie, son attaque, doit faire le don de son énergie, son corps, sa compréhension, sa disponibilité, son expérience (aussi infime soit-elle), sa sensibilité et met symboliquement sa vie entre les mains de TORI pour lui permettre de réaliser AIKI, l'UNITÉ. Mais le pratiquant ne pourra espérer atteindre le TAO que s'il accepte d'explorer ces 2 éléments indissociables de la pratique: TORI et UKE, qui composent et constituent la technique de l'AIKIDO. Daniel Leclerc

Martial Arts Techniques

19/11/2008

Iaido , Muso shinden ryu

INITIATION à L'IAIDO avec Farouk Benouali:

Pour plus d'informations:

ctaikido2@yahoo.fr

Gsm:+20.025.535

farou iai 5.jpg

 

Concernant l'IAIDO Le terme Iaido date du début des années 30 et fut rendu populaire par NAKAYAMA HAKUDO SENSEI (1869-1958) considéré aussi comme à l’origine de l’école MUSO SHINDEN RYU. L’histoire de l’art de dégainer le sabre remonte à l’après quatorzième siècle, époque pendant laquelle des maîtres comme IZASA IEANO, fondateur de l’école TENSHIN SHODEN KATORI SHINTO RYU et ses disciples pratiquaient l’art guerrier du Iai-jutsu utilisant le Katana, sabre long japonais qui se portait à la ceinture, tranchant vers le haut. Mais on s’accorde à considérer que c’est JINSUKE SHINEGOBU (1546-1621 ?) ou plus précisément HAYASHIZAKI JINSUKE SHINEGOBU qui est à l’origine du Iaido et des écoles de sabre qui au cours du temps ont abouti à l’école MUSO SHINDEN RYU.
Peu de choses sont connues sur JINSUKE SHINEGOBU. Il est né dans la province de SAGAMI vers le milieu du seizième siècle, à une époque où les guerres étaient incessantes. Il se peut que dans cette atmosphère, il eut un intérêt précoce et compréhensible pour les arts de combat.
On raconte que lorsqu’il avait environ vingt cinq ans, il traversa le village d’OKURA, et alla prier la divinité HAYASHI MYOJIN au temple HAYASHIZAKI. Il eut une inspiration divine qui lui permit de concevoir sa propre vision de l’art de dégainer le sabre. On dit que c’est à partir de ce moment qu’il se nomma lui-même HAYASHIZAKI.Il est plus probable que ce soit au cours de son séjour à BUSHU (actuellement la préfecture de SAITAMA) que JINSUKE SHINEGOBU élabora son style personnel basé sur la théorie chinoise du Yin et du Yang (In et Yo en japonais) qu’il dénomma initialement SHIMEI MUSO RYU BATTO JUTSU, mais ses élèves et disciples rebaptisèrent son école SHIN MUSO HAYASHIZAKI RYU. Les deux noms suggèrent que l’école n’a pu exister qu’à travers une vision divine reçue dans un rêve.
La trace de JINSUKE SHINEGOBU se perd petit à petit lors de son deuxième tour du Japon.Au vingtième siècle, un temple fut construit en sa mémoire.Les différents SOKE (responsable en titre de l’école) diffusèrent l’enseignement de l’école originelle et parfois créèrent leurs propres écoles.

DSC00137.JPG

Après le décès du onzième SOKE, l’école se sépara en deux branches, la branche SHIMOMURA à l’origine de l’école MUSO SHINDEN RYU, et la branche TANIMURA à l’origine de l’école MUSO JIKIDEN EISHIN RYU.C’est le seizième SOKE de la branche SHIMOMURA, NAKAYAMA HAKUDO qui jeta les bases du Iaido moderne et de l’école qu’il nomma MUSO SHINDEN RYU moins connue sous le nom de NAKAYAMA RYU. Le Iaido moderne est un art martial basé sur un code d’éthique très strict et le contrôle de son corps dans un esprit de non agressivité. Le terme Iaido fait penser à l’harmonie entre l’homme et son environnement. On a l’habitude de dire que le Iaido n’est pas l’art de couper un adversaire qui n’existe pas, mais bien de lutter contre son égo afin d’atteindre la perfection du geste.L’école MUSO SHINDEN RYU comporte des techniques pratiquées seul et des techniques pratiquées à deux, les premières étant les plus enseignées.Celles ci consistent en trois séries : SHODEN dont l’origine est l’école OMORI RYU, CHUDEN dont l’origine est l’école EISHIN RYU et OKUDEN qui est la série la plus ancienne traditionnellement réservée aux pratiquants confirmés.

La série SHODEN se compose de douze mouvements, onze pratiqués à genoux (Seiza) et un pratiqué debout (Tatchi Waza) :SHOHATTO ,SATO, UTO ,ATARITO ,INYOSHINTAI ,RYUTO ,JUNTO ,GYAKUTO ,SEICHUTO ,KORANTO (Tatchi Waza) ,GYAKUTE INYOSHINTAI & BATTO



 

 

Kenjutsu - Iaïjutsu - Iaïdo

L'art du sabre japonais est divisé en deux pratiques principales le Ken-Jutsu et le Iaï-Jutsu:

  • Le Ken-Jutsu est l'art de manier le sabre lorsqu'il est déjà retiré du fourreau. C'est à proprement parler l'art du sabre. Cette pratique était considérée comme la plus importante, aussi, le Bushi y concentrait-il l'essentiel de son attention et de son effort. Le Ken-Jutsu, selon la mode de l'époque ou les conceptions philosophiques et politiques inhérentes à certains écoles, prit différents noms au cours de son histoire: Heiho, Kenpo, Toho, Gekken, Hyoho, Tojutsu, Tachiuchi, Hyodo, etc. Cependant, le plus couramment, on applique à l'art du sabre classique le nom de Ken-Jutsu.
  • Le Iaï-Jutsu est l'art de dégainer et couper d'un seul geste. Grâce à la rapidité avec laquelle il permettait de porter une attaque, le Iaï-Jutsu réussit à occuper une place importante de l'escrime bien que secondaire par rapport au Ken-Jutsu. On s'accorde à penser aujourd'hui que le développement du Iaï ou Batto-Jutsu est à mettre au compte de Hayashizaki Jinsuke Shigenobu, mais le fait qu'il ait vécu entre la fin du 16e siècle et le début du 17e incite à émettre quelques doutes. Comment peut-on supposer en effet qu'un tel avantage technique naisse si tardivement?

 

DSC00178.JPG

Il semble plus vraisemblable de penser que le Iaï existait avant que Jinsuke Shigenobu ne le développe, et ce depuis des temps indéterminés, en conjonction avec les différentes écoles de Ken-Jutsu. Mais Jinsuke Shigenobu rénova la façon de considérer le Iaï et c'est grâce à ses efforts que l'art du dégainage rapide se répandit à travers le Japon. Le Iaï-Jutsu prit aussi différents noms au cours de son histoire: Batto-Jutsu, Tachiuchi, Batto-Ho et, de nos jours, Iaïdo.

 

Le Iaïdo : de l'art de tuer à l'art de vivre

Ce n'est qu'au 20e siècle que l'on commença à utiliser le terme "Iaïdo" et que cet art fut considéré comme une discipline spécifique au sein des autres Budo. Jusqu'alors les termes les plus couramment utilisés étaient Iaïjutsu ou Batto-Jutsu. La différence est essentielle: en Iaïjutsu prime l'efficacité combative; en Iaïdo c'est le développement spirituel et moral qui prend une place prépondérante.

Dans son ouvrage sur le Tenshin Shoden Katori Shinto Ryu, Otake Risuke donne du Iaïjutsu la définition suivante: "C'est un art avec lequel on tue un ennemi". Beaucoup de pratiquants ignorent aujourd'hui cette origine et se contentent d'exécuter des "figures" esthétiques mais trop souvent vides ou, le cas échéant, se donnent l'illusion de reproduire les techniques mêmes utilisées par le Bushi d'autrefois ("syndrome du petit samouraï"). Une  expérience et une compréhension insuffisantes sont à l'origine de ces deux attitudes.

En effet, le Budo envisagé comme "discipline" spirituelle, possédant par-là même des "fins plus élevées" que le Bu-Jutsu, et tolérant - voire encourageant - une certaine inaptitude pratique, est le résultat non seulement d'une compréhension insuffisante, mais peut-être même d'une simple ignorance intentionnellement dissimulée tant par le pratiquant que par l'enseignant. Il n'y a ni contradiction ni opposition entre Jutsu et Do.

Ceux qui créèrent le Iaïdo pensaient que le sabre et l'art de le tirer pouvaient être à l'origine d'un développement spirituel de l'homme. C'est ainsi que la conception de Seishin Tanren ("la forge de l'esprit") introduit une situation où les méthodes techniques nécessaires à l'éveil spirituel de l'individu ne sont pas toujours totalement identiques à celles dictées par le besoin d'efficacité combative. Le pratiquant de Iaïdo doit donc réunir en lui, à travers une compréhension juste, deux aspects apparemment contradictoires de cet art: moyen pour éliminer l'adversaire, moyen au service d'un éveil spirituel. La conception originelle de cette discipline ne saurait être ignorée sous prétexte de croire que la voie vers l'éveil spirituel semble opposée aux techniques brutales nécessaires pour éliminer un adversaire réel.

 

Photo du Stage Iaido

stage iaido dernier jour.JPG


le 2ème stage d'

Iaido ,Muso shinden ryu

est prevu
pour le 1 et le 2 mai 2010

visitez aussi le nouveau site

24/10/2008

Aikido in Everyday Life



The modern martial art from Japan called Aikido is often referred to as the “art of peace” because it espouses a quick peaceful end to any form of aggression. In the practice place of Aikido, usually called dojo, students will be able to learn about flexibility and adaptation. Both of these are results of a relaxed manner that Aikido students strive to embody.

The reason why being relaxed and calm is taught in Aikido practice is because at the heart of its principles of spirituality and philosophy, Aikido masters and instructors believe that the ki or ch’i or energy can only truly flow in its complete potential energy when one is relaxed. It is in this relaxed state that ki flows freely and smoothly. This philosophy that ki is a force that is very strong and fundamental.

It is believed to be superior to muscle and physical strength, which sometimes hinders the ki. In fact, in Aikido, instead of muscle and strength building, flexibility and endurance is part of the Aikido martial art training. Now, it said that to be able to truly harness the power of the ki, it must be allowed to flow. It can only flow properly within us when we are in a relaxed state. The relaxed state cannot be built like muscles through exercise. A spiritual journey must be taken upon by an Aikido student to be able to achieve the state of calm and peace that is vital in combat.

In constant defense and fear, we tend to be too busy to concentrate and are easily distracted. Aikido stresses this fact and so it teaches its students to remain calm in the face of an assault. Remaining calm puts an advantage over the assailant because you will not be caught of guard and unaware and therefore will not be toppled over or thrown. More advanced techniques teach students not only to fall properly, but also to be able to rebound and plant a counter attack as one rises from a fall.

Beyond combat and the dojo however, Aikido masters and instructors cultivate the development of spirituality and character within Aikido students so that they can apply Aikido principles everyday in life. True understanding of Aikido simultaneously promotes better performance in practice combats as well as in performance in everyday life.

Aikido everyday in life is akin to having an unshakable peace and calm that enables you to have the strength needed to withstand even the toughest of life’s challenges. Remember that Aikido teaches students about flexibility, adaptability, calm and clarity. All these are useful tools in dealing with life, so say Aikido practitioners.

Some Aikido martial artists tend to relate Aikido combat principles to everyday life like work, play and personal relationships. This results in a true oneness in the practice of Aikido everyday in life. In Aikido training, there is such a thing as uke and nage. One cannot exist without the other. Uke makes an assault on nage and consequently is the receiver of the Aikido technique which nage uses to neutralize uke’s attack energy with. In training using uke and nage, one will be able to get better in Aikido techniques by learning from each other and gaining each others strengths and battling each others weaknesses together.

If this is something that you want to cultivate in your life then Aikido everyday in life is something that you might want to take up and learn.

25/09/2008

Endo sensei !

Seishiro Endo (Né le 6 septembre 1943) est un professeur japonais d' Aikido de l'Aikikai Hombu Dojo et est actuellement 8 e Dan.


Aujourd'hui Endō Sensei organise régulièrement des cours à l'Hombu Dojo et au dojo de l'université Gakushuin à Tokyo. Il dirige également de nombreux stages dans les différents dojos du Japon ainsi que des stages organisés chaque année en France, en Suède, en Finlande, le Liechtenstein, la Suisse, l'Autriche, la Hollande et l'Espagne.

En 1993, il construit Saku Aikido Dojo dans sa ville natale de Saku.

 

24/09/2008

Budo arts martiaux ou ché pas koi

Budo : Terme japonais désignant un ensemble de pratiques semi-martiales effectuées par des gens voulant péter la gueule à tout le monde mais sans faire de mal. Aspect philosophique et spirituel desdites pratiques (Mais attention, on peut te casser la gueule quand même si on veut, hein!).

*origine:Si on voulait résumer le budo en trois mots (anglais, désolé, il est des choses difficilement traduisibles...), ce serait "Holier than thou" (traduction littérale: Plus sacré que toi). Le budo est un système politico-médiatique mis en place par les membres de la caste samouraï à la fin du XIXe siècle au Japon pour continuer à enfoncer les castes inférieures comme ils l'avaient fait par le passé.Revenons en arrière. XVIIe siècle au Japon, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Les shogun ont des armées, les samouraï se foutent sur la gueule avec joie, et le peuple la ferme, parce que l'ouvrir signifie se manger un grand coup de sabre en pleine tronche. Et un katana, ça coupe plutôt bien. Il ne faisait pas bon être paysan, à cette époque: le samouraï avait tous les droits sur les castes inférieures et pouvait parfaitement décider d'interpréter un regard de travers comme une insulte mortelle. Que ceux qui croient toujours au code d'honneur des samouraï et au Père Noel lèvent la main gauche et ouvrent un livre d'histoire de la main droite au lieu de se toucher les glaouis: le fameux bushido, code d'honneur faisant du samouraï un demi-dieu bon, juste et plus blanc que blanc (ou plus jaune que jaune, pour être exact...) est une invention littéraire du XIXe siècle, une fable destinée à redorer le blason des psychopathes à katana. Il est un proverbe concernant la véracité historique au Japon: mieux vaut un beau mensonge qu'une affreuse vérité.

Nous sommes donc fin du XIXe siècle, et les samouraï en ont gros sur la patate. Ca fait des décennies que la paix règne au Japon, et l'Empereur commence à comprendre que les guerriers surentraînés, parfois, on se dit qu'il aurait mieux valu qu'ils crèvent sur le champ de bataille. Soucieux d'ouvrir le Japon au commerce avec les pays étrangers, l'empereur envoie les samouraï à l'ANPE en leur ordonnant une réorientation professionnelle. Leur prestige est brisé, leurs droits sont supprimés les uns après les autres, et le jour où l'empereur leur interdit de porter le sabre en public, c'est le drame. Humiliés par cette interdiction fort malvenue de massacrer leur prochain sans sommation (une mentalité reprise par la NRA aux Etats-Unis des années plus tard), les samouraï lèvent une armée contre les forces de l'empereur et prennent une raclée fort mal venue lors de la bataille de Satsuma (allez voir le dernier samourai: c'est très romancé, mais en gros, c'est comme ça que ça s'est passé). Eh oui, au sabre contre des fusils les chances sont plutôt limitées, mais les samourais avaient depuis des siècles échangé leur matière grise contre de la testostérone.

Modernes, les samouraï décident donc, plutôt que de former une élite militaire, de fonder une élite spirituelle et intellectuelle. Ils pondent le Bushido, crachant gentiment à la figure de cinq siècles de massacres au nom de l'honneur, et plutôt que d'arrêter de s'entraîner au sabre pour se mettre aux armes à feu, décident de mettre en place un nouveau fondement spirituel pour leur pratique martiale: le Budo, ou comment mentir habilement à propos des objectifs de l'entraînement.

*Chniya ek hkeya?Si vous demandez à dix pratiquants de budo ce qu'est le budo, vous aurez douze réponses différentes. Cela est dû a fait que l'expansion du budo dans le monde est liée à une campagne de désinformation profonde et complexe initiée par les anciens samouraï, bande de fourbes, et reprise par les yakuza, les triades, le kuomintang et le 666e clone de pikachu, dont le but avoué est de pousser tous les belliqueux du monde à apprendre un système de combat pourri, pour que les Japonais puissent revenir en force et conquérir un par un tous les pays du monde à coups de sabre (vous voyez, ils n'ont toujours pas digéré le coup des fusils).

Le budo, donc, place l'amélioration de soi et le perfectionnement technique, mental et spirituel au-dessus de la simple recherche d'efficacité martiale. Là où auparavant, on se disait "Et si je lui coupais le bras pour l'empêcher de tenir une arme", on travaillera maintenant sur un axe différent, commençant par "Je vais donner 800 coups de sabre dans le vide pour perfectionner ma trajectoire" pour passer à "Je visualise mon adversaire... je ressens les battements de son coeur... je sais quand il va bouger... je perçois son énergie... ah merde, je bande", afin d'enfin parvenir au niveau ultime: "Je n'ai pas besoin de me battre". Si vous en êtes là, dites-vous une chose: le mec en face, lui, il en veut, et si vous ne voulez pas vous battre, lui se fera un plaisir de vous démonter la tronche, budo ou pas, et ce d'autant plus facilement que vous ne vous défendez pas, engoncé dans vos convictions ridicules.

Un pratiquant de budo, donc, est un agressif refoulé adepte de l'autosuggestion, qui plutôt que de s'avouer à lui-même que tout ce qu'il veut, c'est faire mal aux gens avec des objets pointus ou contondants, ou même à mains nues ou avec les dents s'il le faut, préfère noyer le poisson dans un charabia ésotérique mélangeant honneur, droiture, respect de l'adversaire (déjà, là, sachant que ça vient des samourais, on devrait avoir des doutes), élévation de la perception, recherche d'amélioration de soi, méditation transcendentale, procrastination, surévaluation des propres capacités martiales, soumission aveugle à un maître spirituel, masturbation pas seulement intellectuelle et suicide collectif. Les plus vicieux y rajoutent un soupçon de médecine chinoise traditionelle pour faire bonne figure et faire croire qu'ils peuvent réparer une fracture avec deux aiguilles et un violent serrage de tétons.

*pourquoi faire?

C'est fort simple, voyons. Le jour où tous les bagarreurs du monde, militaires y compris, croiront dur comme fer que:

* l'adversaire le plus dur à vaincre, c'est soi-même (et non pas, disons, trois régiments de mecs à la Bob Sapp surentraînés équipés de FAMAS et de poignards de combat)
* la méditation est la clé de l'élévation spirituelle (c'est ça, faites la sieste pendant que les autres s'entraînent)
* le combat est un rituel sacré qu'il convient d'approcher avec une certaine étiquette (preuve que les budoka habitent rarement les quartiers chauds)
* d'un bon combattant émane une aura surnaturelle qui dissuade les adversaires de l'attaquer (non, au pire, un bon combattant s'entraîne beaucoup, a de gros muscles, un regard de pitbull et sent la sueur, ce qui dissuade un peu tout le monde de l'approcher)
* on peut esquiver les balles de fusil ou les arrêter avec le torse (oublions joyeusement la Révolte des Boxeurs et la bataille de Satsuma)

... alors le complot Japon-Yakuza-Triades-communistes-Pikachu n'aura plus qu'a débarquer la fleur au fusil et flinguer tous ces branleurs incompétents qui se prennent pour des vrais guerriers pour être maîtres du monde. Fourbe, mais élégant.

L'autre but non avoué, mais dont les gouvernements profitent bien, c'est que ça fait rentrer des sous dans les caisses des clubs de sport. Comment voulez-vous attirer les chétifs, les non-sportifs, les trouillards, les victimes et les simplets si vous annoncez que dans votre club, c'est (modèle n° 1) 650 pompes, trois kilomètres à ramper dans la boue, une heure de tir à la mitrailleuse sans compensation de recul et quatre heures de combat au couteau de survie plein contact sans protection? C'est beaucoup plus facile de prétendre (modèle n°2) que le but n'est pas la victoire, que l'aspect spirituel est primordial, que la défense vient d'elle-même quand on a cotisé pendant suffisamment longtemps, etc. Généralement, le jour où les adeptes du modèle n°2 se frottent à ceux du n°1, il y a des déceptions parmi les survivants.

Le budo, une machine à fric? Meuh non, voyons. Qui a été vous raconter ça?

les forms:

Budo n'est pas budo. Quand il s'agit de faire prendre des vessies pour des lanternes à son voisin, tous les moyens sont bons. Les requins commerciaux du complot Japon-Yakuza-Triades-communistes-Pikachu ont donc développé divers parfums de budo. C'est comme les glaces, tout le monde y trouve son compte.

* Judo: la lutte, c'est bien, c'est un beau sport, c'est même vachement vieux puisque les grecs la pratiquaient déjà dans l'antiquité. Si apprendre à lutter ne vous suffit pas, que vous êtes un adepte du "tendez bien le petit orteil", que vous êtes trop feignant pour enlever votre pyjama le matin, que vous trouvez la vraie lutte gréco-romaine trop violente, alors le judo est fait pour vous. N'espérez pas que ça vous serve à quelque chose pour vous battre. Mais au moins, ça vous donne l'occasion de peloter convenablement les copines à l'entraînement.
* Karaté: Prenez al pose, inspirez profondément, concentrez-vous, serrez les fesses, crispez bien tout le corps, frappez la planche en balsa d'un coup sec en criant de toutes vos forces. Soignez votre main. Recommencez jusqu'à ce que la planche casse (pour du balsa 3mm, il vous faudra environ 6 mois). Prenez-vous pour un surhomme et racontez à qui veut l'entendre que vous fracassez des murs sans défense à mains nues.
* Iaido: le summum du foutage de gueule, ou comment apprendre à ne pas savoir se servir d'un sabre. La pratique est simple: mettez votre beau pyjama pattes d'eph' avec sabre à la ceinture, faites une demi-heure de sieste à genoux, levez-vous (doucement, une demi-heure sur les genoux ça fait des rhumatismes), tirez votre sabre pour trancher un petit fagot de paille en deux (l'échec est autorisé, voire recommandé), rentrez votre sabre, retournez vous coucher.
* Kendo: avec un sabre en bambou, courez vers votre adversaire en armure en hurlant quelque chose d'inintelligible. Frappez-vous en même temps et continuez votre chemin. Il paraît qu'un a gagné et l'autre perdu, mais même au ralenti sur la vidéo, c'est dur à dire. Le kendo est un vrai budo car l'équipement coûte horriblement cher, mais un peu moins cher en général que les cotisations mensuelles.
* Kyudo: après les armes de contact, le tir à l'arc, sauf qu'ici il vous faut une semaine de préparation intellectuelle et vestimentaire avant de tirer une flèche. Ah, et regarder la cible, c'est tricher.
* Aikido: l'aikido part du principe que l'adversaire réagira de façon intelligente à vos techniques car il préfère protéger son intégrité physique que de venir abîmer la vôtre. Tout ce qu'il y a à en dire, c'est que si les axiomes sont bidons, la théorie qui en résulte est rarement mieux.
* Kobudo: soucieux de préserver la tradition des ancêtres, les pratiquants de Kobudo utilisent une méthode d'entraînement proche du Karaté, mais uniquement avec les armes traditionnelles des paysans d'Okinawa (bonjour l'ouverture internationale). Vous pourrez y apprendre à vous battre avec des objets de tous les jours tels rame, faucille, fléau à grain, poignée de meule, etc. Que des trucs qui traînent partout dans la rue et qu'on transporte souvent sur soi, en fin de compte...

Le budo a donc, par l'intermédiaire du complot machintruc (faites un copier-coller vous-mêmes, après tout), pourri à peu près tous les arts martiaux asiatiques vendus de par le monde. Le complot est en pleine forme, aussi bien morale que financière, et s'attaque lentement à l'escrime, la boxe, le tir et le rugby. D'ici peu, tous les sports et arts plus ou moins guerriers de la planète seront sous leur domination, et alors, ET ALORS...


Arts Martiaux! La notion d'art martial (de art : "art", et de martial : "de mars") a été crée "créé" à partir du moment "moment" ou l'être "humain" a arrêté de "parler" entre guillemets (ouf !) pour mettre un pain dans la gueule de son voisin. La référence à Mars est censée evoquer la tenacité, la capacité d'aller au combat, symbole du sexe masculin qui remet le couvert, ne dit on pas "un mars et ca repart" ?Il n'y en pas, au final c'est fait pour péter la gueule à son voisin en rêvant de faire comme chuk norris, simplement les pratiquants en avaient assez de passer pour des brutes sans cervelle alors ils ont mis "art" devant, tout comme d'autres abrutis parlent d'arts de la table, d'art de vivre, d'artagan, d'artichaux, dardevil ou d'art des champs. Bref, c'est n'importe quoiAujourd'hui la plupart des arts martiaux du monde s'alignent petit à petit sur le modèle japonais.Proposant ainsi un système de grade allant de la ceinture blanche (débutant vraiment tout naze qui ferme les yeux quand le sensei lui tend la main pour dire bonjour en hurlant "aïe pas tapé, pas moi") à la ceinture noire en passant par les ceintures jaune, orange, verte, bleue, rose, fuschia, begonia, azur, violette, indigo, cyan, mauve, teal, paprika, bouton d'or et enfin la NOIIIIIIIIIIIIIIIIIRE (excusez-moi je me suis fait dessus).

Puis arrivent les dans du premier au 6ème, marqués par des barettes (tu m'étonnes qu'ils voient tout en couleur les mecs s'ils prennent leurs 6 barettes tous les jours, les maîtres...). Passé le 6ème dan, on porte parfois, selon les diciplines, d'autres ceintures et l'on revient, à la fin, à la blanche (mais plus large, non, parce que bon, on a beau avoir atteint l'ultime sagesse, on est quand mme le maître quoi, merde.)


AIKIDO,Definition et historique:

L'aïkido (合気道) est un BUDO JAPONAIS a la finalité ambigüe qui voit des individus en pyjama blanc,parfois vêtus d'une robe bleue ou noire courir autour de celui qui a la ceinture la plus sale(heu,noire,pardon) dans le but de lui attraper le poignet ou de poser symboliquement la partie charnue du tranchant de sa main sur son crane.

il est egalement possible de faire tout ceci en faisant semblant de s'etre fait couper les tibias,dans ce cas ,on nomme cela "suwari waza"(pratique pour nains).

Crée au milieu du 20 eme siècle par Morihei Ueshiba,un obscur visionnaire pré HIPPIE néo communiste adepte du Bouddhisme et fréquentant la secte de l'Omoto Kyo du réverend Déguchi,contrairement a ce qui est d'ordinaire avancé,Morihei ne serait pas décédé en 1969 mais aurait découvert le secret de la vie éternelle.

Ayant désormais atteint son but secret,il laissa les clés a son bon a rien de fils qui continua de gesticuler comme avant.

Aujourd'hui,Morihei,âgé de 124 ans serait réfugié en FRANCE et enseignerait les clés de son savoir en haut d'une tour dans un fort entouré de nains en charente maritime.

Lorsque Kissomaru,fils du pere fouras repris la succession de l'aïkido,la plupart des anciens élèves tombèrent(ca c'est pas nouveau,ils le faisaient deja avant)en désaccord avec la facon de tomber et d'aller chercher le poignet de l'autre en robe et a la ceinture sale(faut suivre).

Koichi Tohei preferait attraper les poignets avec le ki.

Gozo Shioda,preferait attraper les poignets plus fort.

Kenji Tomiki preferait attraper les poignets ou le premier qui attrape il a gagné.

d'autres éleves creerent ainsi leur propre facon d'attrapper les poignets tel Saito qui separe sa gesticulation en deux phase : une ou on attrape les poignets sans bouger et une ou on attrape les poignets en bougeant.

Faut dire que,pas bete,le Saito a gardé la maison de campagne du pere fouras ou,il faut bien le dire,la retraite est bien agréable,surtout avec les stagiaires occidentaux qui viennent vous labourer les champs.

"aïkido" est composé de trois caractères :

"ai" qui,selon les transcriptions peut vouloir signifier union,fusion,mais aussi "cri de douleur"

"ki" qui peut être traduit par énergie,demi sexe ou "quelle personne"?

vous retrouvez "ki" dans "kiloutou","kilimandjaro" ou "kiproquo" par exemple(a non,tout comptes faits,kilimandjaro n'est pas japonais ^^)

"do" qui signifie "voie d'épanouissement personnelle,opposé au nombrilisme(qui lui se dit "ventre",avouez que c'est fort quand même le japonais)....au final,cela signifie voie d'épanouissement personnel par laquelle des personnes qui a un demi sexe et qui cri en fusionnant avec l'autre coté de mon ventre.

NB: ne pas confondre avec l'aiki jutsu qui font a peu près pareil mais vont chercher les poignets depuis plus longtemps

Samourai: C'est est un japonais qui a pour seul but de tuer ou de se faire tuer.Quand il n'a pas réussi à résoudre son quota de sudoku de l'année, il se fait seppuku avec son petit couteau pour ouvrir le courrier.Il n'aime que deux choses dans ce monde : son katana et utiliser son katana. Alors que le japonais normal n'aime lui que les sushis et les geishas.En ce qui concerne ses passe-temps, il y a faire la guerrre, faire des massacres et nettoyer ses armes après utilisation. Certains vont même jusqu'à faire des haiku en hiragana, en katakana ou en kanjii pour tuer le temps.L'âge moyen d'un samouraï ne dépasse pas les 30 ans, car ils finissent tous par se faire tuer par un autre samouraï ou il se suicident parce qu'ils ont raté leur mission. Si un jour vous rencontrez un samouraï, courez autour de lui en l'insultant (mais gardez vos distances tout de même) et il risque de finir par tomber sur le dos, et vu le poids et la forme de leur armure, il ne pourra jamais se relever, du moins pas avant que vous n'ayiez eu le temps de lui voler son katana qui vaut très cher !

Seppuku :On raconte que dans le Japon médiéval (qui est quand même resté médiéval jusqu'en août 1945, où Littleboy et Fatman, deux rappeurs américains, leur ont apporté la bonne parole), vivaient de grands fous furieux avec des grosses armures et des masques effrayants. Ces dingues suicidaires profitaient de la moindre excuse pour se suicider joyeusement : ils se faisaient alors seppuku.

Se faire seppuku (hara kiri ) pour les incultes), consiste à se planter un wakizashi (katana pour nain) ou un tanto (wakizashi pour gnome) dans le ventre, juste au-dessus du nombril (là où ça fait le plus mal, sinon, c’est pas drôle). La mort par éviscération dure approximativement 10 minutes, mais ça fait pas assez spectaculaire pour les Japonais, tous ces intestins sur le sol. Alors quand un samouraî se fait sepuku, un autre samouraï, généralement le vainqueur, ou un passant sadique, se place derrière lui et lui tranche la tête en poussant un long cri plaintif semblable à celui des mouettes sur la côte de Blankenberge.

Ensuite, ils enterrent le corps, les intestins et la tête du pauvre samouraï mort dans une jolie tombe toute fleurie, et tout le monde le respecte pour son sens de l’honneur. En fait, au Japon, pour prouver son honneur, il suffit de prouver qu’on a pas peur de tripoter ses boyaux.

Un autre truc :le Karaté ! c'est un art martial en provenance de l'archipel d'Okinawa, situé au sud du Japon. (En théorie, Okinawa appartient d'ailleurs au Japon, mais si vous dites ça à un Okinawaien, il se fera un plaisir de vous faire une démonstration de la technique de ses ancêtres. C'est comme les Alsaciens en France, sauf qu'ils mettent du riz dans la choucroute)

Contrairement à l'idée populaire, le Karaté n'est pas né par inspiration divine et les braves paysans d'Okinawa ne se sont pas transformés en mr Miagui ou en ryu du jour au lendemain. Il existait sur Okinawa avant l'introduction du Karaté d'autres systèmes de combat, pour la plupart armés: le Kobudo, basé sur l'utilisation d'instruments agricoles (fléau, faux, rame, vache, épouse...) comme armes, le Mikado (combat à la baguette au chocolat), le Fédodo (pratiqué la nuit), le Sudoku, le Karaoke (n'importe qui ayant déjà entendu de la musique traditionnelle d'Okinawa confirmera qu'il s'agit bien d'une méthode guerrière)... Enfin bref, plein de choses pour pourrir la vie de son voisin. Mais toujours est-il qu'un beau jour certains okinawaiens qui en avaient marre de vivre sur un caillou de 3m² perdu au milieu de l'océan traversèrent les mers et arrivèrent à pied par la Chine. Et là, ô surprise, les gens se foutaient sur la gueule aussi, mais ils appelaient ça kung-fu. Comme les Okinawaiens étaient moins cons qu'il paraît, ils se rendirent bien compte que Zhang Ziyi était quand même vachement plus sexy que Toshiro Mifune et se mirent au kung-fu, avant de rentrer chez eux le coeur léger et les bourses vides.

Oui mais. Là où les Chinois étaient souples et agiles dû à leurs nombreuses années d'entraînement à blouser les touristes dans le parc d'attractions de SHAOLIN, les p'tit gars d'Okinawa, eux, étaient des paysans, pas forcément malins ni agiles. Ils se mirent donc en tête de singer les mouvements appris en Chine, et comme ils ne comprenaient pas tout, de simplifier, raccourcir, épurer, jusqu'à ce qu'il ne reste plus que... pas grand-chose. De même, dans un souci de respecter la physiologie de leurs compatriotes, plus proches de l'arbre que du singe, ils enlevèrent l'aspect souple et rond pour le remplacer par un aspect raide et carré. De plus, comme ils s'étaient rendus compte que se taper dessus à l'entraînement, ça fait mal, ils supprimèrent le contact pour le remplacer par des techniques dans le vide. Le Karaté était né.

Le premier effort des paysans empreints de mysticisme et d'auto-satisfaction fut de rejeter les méthodes de combat traditionnelles. Après tout, c'est vrai que se battre avec une faucille dans une main et une massue dans l'autre, c'est bien moins efficace pour tuer son voisin que de se percher des heures sur un rocher face à la mer en couinant Kiai de temps à autre. Les chétifs et faibles d'esprit, qui se seraient fait massacrer dans n'importe quelle discipline guerrière, affluèrent en masse. L'expansion du Karaté comme moyen de mystification des masses faiblardes en mal de sagesse ancestrale trouvée dans les gâteaux porte-bonheur chinois était lancée.

Par un miracle inexpliqué certainement lié au fait que le Karaté se développa pendant une période de paix et que la plupart des pratiquants ne se sont jamais battus, sauf bourrés au saké, auquel cas le Karaté est bien vite oublié, les Karateka sous la férule du fondateur Atchoum Fumepasquandjechie perdurèrent et se répandirent dans Okinawa d'abord, et au Japon ensuite. La Japan Karate Association fut rapidement fondée en tant que sous-département Handisport du Ministère de l'Agriculture japonais. Suite à l'occupation américaine pendant la Seconde Guerre Mondiale (durant laquelle les arts martiaux étaient interdits au Japon), le Karaté, reconnu comme méthode de rééducation douce pour paraplégiques, fut rapidement ré-autorisé. C'est alors que Japonais et Européens, suite à une étude de marché fort avancée dont on peut trouver les traces à la bibliothèque du département Psychiatrie de l'hôpital central de TOKYO, se rendirent compte d'une chose: emballé d'un poil de mysticisme, de légendes farfelues sur un ivrogne tuant les taureaux à coup de tête et d'une bonne dose de nationalisme fascisant pro-Japonais, le Karaté pourrait se vendre plutôt bien.

Et c'est ainsi qu'en France le Karaté arriva, importé par Henri Replet(qui était loin d'être con puisqu'il s'est rendu compte tout de suite que tout ça c'était du flan et a fait fortune dans la pub ensuite). Pour donner une image forte, Henri provoqua en duel plusieurs combattants de styles européens, et comme le p'tit père Henri était avant d'être karatéka un sacré bon boxeur et lutteur, il a pété les dents de ses adversaires en criant: "Vous voyez? C'est du karaté!". Et hop: dans un petit coin tranquille du Marais, rue Monte-là-dessus Sainte-Guenièvre, le premier dojo de Karaté français fut fondé. On s'y faisait entuber comme dans tout le quartier, mais à un niveau plus mystique. La tradition de prendre les élèves pour des vaches à lait stupides juste bons à sautiller en pyjama et taper dans le vide en poussant des cris pathétiques non sans similitudes avec l'orgasme d'un PONEY perdure aujourd'hui encore au sein de la FFKAMMA (Fédération Franc-Comtoise de Karaté et Autres Maladies Mentales Affligeantes).

La journée du Karatéka est longue et dure, contrairement à son... mais je m'égare, je m'égare. Elle commence par un lever aux aurores, suivi d'un petit déjeuner composé de RIZ non cuit et de racines déterrées à mains nues. S'ensuit une longue douche sous une cascade (Okinawa n'a pas encore l'eau courante partout) où le Karatéka ferme les yeux pour ne pas y recevoir la mousse qui pique de son shampooing Dop Enfants. Ensuite, pour se sécher, le Karatéka trouve un poteau avenant sur la plage (à Okinawa, on n'est jamais loin de la mer) et grimpe dessus, ce qui en soi est déjà un bon échauffement, pour y rester perché sur une jambe en plein soleil jusqu'au repas de midi, composé de riz non cuit et de racines déterrées à mains nues, pris en haut du poteau. Le pratiquant y travaille son esquive, car rare est le karatéka qui ne se fait pas piquer régulièrement son déjêuner par les mouettes. Il y travaille également son endurcissement corporel en tombant régulièrement sur le sable chaud (saloperies de mouettes).

Peu enclin à se risquer contre un adversaire digne de ce nom, le Karatéka passe ensuite une heure à casser des planches en balsa et des tuiles moisies avec n'importe quelle partie imaginable de son corps. Sans doute y trouve-t-il une satisfaction immense. S'ensuit le travail des "kata", suites de mouvements codifiées censées représenter un combat contre plusieurs adversaires (vous savez, un peu comme ces gens qui font semblant de jouer de la guitare dans les concerts et se croient musiciens). N'importe qui s'étant battu une fois dans sa vie vous dira que le kata est au combat ce que la pétomanie est à chopin, mais il paraît que le but est plus "mystique", du moins, c'est ce que prétendent les karatéka. En tout cas, ça fait peur aux oiseaux, ce qui explique pourquoi les karatéka paysans peuvent se permettre d'économiser un épouvantail. Le travail de tension du corps est très important: si le karateka n'est pas contracté au point qu'il est impossible de lui glisser un noyau d'olive huilé dans le rectum et que seule la dynamite peut lui faire desserrer les mâchoires, c'est qu'il n'est pas encore assez crispé.

Enfin ça, c'est à Okinawa. En france et dans le reste du monde, le Karatéka rentre de sa journée de boulor, desserre sa cravate, enlève ses pompes et se prend une bière en un croque-monsieur devant le JT, avant de ramasser son sac de sport et de filer au dojo (prétentieux, les karateka refusent de parler de salle de sports, ça fait trop nouveau riche). Là, il y enfile un pyjama sale, serre une ceinture de couleur variable autour de sa taille, et répète ses kata dénués de sens (mais n'a même pas la joie de faire peur aux oiseaux). Il pratique également une forme de combat sportif qui n'est pas sans rappeler deux marionnettes faisant du kick boxing sans se toucher. Puis il va à la buvette s'enfiler une demi-douzaine de pastis avec ses copains d'entraînement, en devisant sur le sens de la vie, du devoir et de l'honneur, et l'importance de la position du 2e orteil lors du mouvement 17 du kata Bassine d'Ail, sans oublier de bien cracher sur les autres arts martiaux qui eux, ne sont que des sports sans profondeur et ne forment pas des vrai Kill3r$ comme eux. Cette séance de masturbation intellectuelle poussée est censée remplacée la méditation zen, qui fait trop Dahlia Lama au goût du bon français.

Comme si ça ne suffisait pas, les karatéka se réclament en général d'un "style", un peu comme les danseurs (à la différence près qu'un bon danseur, en général, maîtrise plusieurs styles). Voici les plus connus:

1. Chatte-o-kan: la technique originale de maître Atchoum Fumepasquandjechie enseigne à ses élèves que pour gagner un combat en étant pratiquant de karaté, faut avoir une sacrée chance.
2. Shit-o-ryu: les pratiquants de ce style font de la merde, mais au moins, ils en sont fiers! (Une autre branche secrète de ce style pratique uniquement sous stupéfiants, mais ils se cachent...)
3. Wesh-y-ryu: le style le plus répandu parmi les kevins.
4. Gadjo-Ryu: style enseigné uniquement aux non-Gitans par les Gitans.
5. Coucou ch'tite caille: les pratiquants de ce style se concentrent principalement sur leur physique afin de mieux pouvoir lever les gazelles.

Vous noterez que le nom de Ryu apparaît souvent dans les noms de style. C'est parce que les fondateurs desdits styles aiment beaucoup street fighter.

Malgré ses défauts, le Karatéka a retenu deux ou trois choses des secrets soi-disants ancestraux de ses maîtres soi-disant secrets (mais inscrits au Registre du Commerce). Pour commencer, le Karatéka est souvent sportif, bien entraîné, bien musclé, et pas trop moche. Cela lui permet d'assurer en boîte et de ramasser les vanessa à la pelle. En général, il finit par en épouser une, lui fait un gosse parce que l'utilisation de la capote n'est pas expliquée dans le kata Hayon Sans Dents, et éduque son gamin comme il a appris: trois mille coups de poings, pied, tête et testicules par jour sur un poteau en acier dès l'âge de 18 mois, posant ainsi les bases de la future génération de pratiquants. On a vu pire, et puis ça favorise la sélection naturelle après tout.

Ensuite, le Karatéka a le "spirit". Ce qui veut dire qu'à force d'autosuggestion, il est arrivé à croire qu'il était un type intègre, honnête, courageux, droit, franc, et surtout, modeste. Cela ne l'empêche pas de provoquer des bagarres dans les bars quand il a un coup dans le nez comme tout un chacun, ou pour certains de voter trop à droite. Il est des réflexes innés que même le karaté ne suffit pas à effacer. Le "spirit" lui permet de voir le monde différemment. Quand un karatéka s'arrête en admiration devant une mouche ou un papier de bonbon sur le trottoir, ne lui parlez pas! Laissez-le profiter de cet instant de béatitude dans lequel il a retrouvé dans les mouvements de la mouche ou la posture du papier un des secrets du Karaté. De toute façon, il ne peut pas vous expliquer ce qu'il ressent.

Ceci mis à part, le karatéka a une vie normale. Il fait ses 35 heures, fait ses courses chez Auchan, aime Julien Lepers, passe ses vacances à Ibiza (pour les plus jeunes) ou à Dunkerque (pour les autres), lit Captain America et X-Men, mange bio, et vote à gauche parce qu'il est "aware", ou à droite parce qu'il a plus de 30 ans. Une majorité écrasante de karateka arrête la pratique sportive passé 50 ans et souffre le reste de ses jours de ses genoux, de son dos, ou de ses hanches qu'il a tellement maltraités au cours de ses années de jeunesse, faisant le bonheur et la fortune des ostéopathes.

Les valeurs quasi-aryennes de beauté, perfection, discipline et rigueur que véhicule le Karaté sont à l'origine du succès des films basés sur cet art. L'histoire de ces films est souvent simple (on a le public qu'on mérite...) et les personnages fort stéréotypés. En voici les représentants principaux.

1. Le petit jeune qui n'en veut. Ce personnage est en général incarné par un ou une ado en mal de vivre, type clement le nolife, souvent maltraité par ses camarades, qui refoule des pulsions destructrices et apprend le karaté pour péter la gueule de ses petits copains. Il apprend au cours du film la sagesse, la patience, l'endurance, le nettoyage de voitures et la sodomie au cactus. À la fin, il/elle gagne le tournoi régional "Kill the Poney".
2. Le petit vieux qui n'en veut plus. Ca fait 57 ans qu'il ne s'est pas battu, depuis qu'il a fait pleurer Bébé Jean en lui collant un coup de pelle dans le bac à sable et qu'il ne s'est toujours pas pardonné cet affreux excès de violence. Arrive un petit jeune, et le vieux est bien emmerdé, donc plutôt que de lui enseigner un art auquel il ne connaît rien, il le manipule pour le pousser à faire tous les trucs domestiques chiants qu'il ne veut pas faire lui-même: nettoyer la bagnole, peindre la clôture, poncer la véranda, tout ça... À la fin, il est bien embêté parce que le p'tit jeune a gagné le tournoi "Kill the Poney" et ne veut plus venir chez lui. Alors, il s'en trouve un autre.
3. Le killer au regard d'acier. Méchant ou gentil, peu importe, c'est tout juste si son cerveau fait la différence. Musclé, hyper résistant, hyper fort (mille coups ne lui font rien, mais avec une frappe il dégomme dix-sept adversaires), sexy, cool, il va sauver la veuve et l'orphelin s'il est gentil, ou violer la veuve et enlever l'orphelin sinon. Deux fins possibles: s'il est gentil, il est gravement blessé mais a tué tout le monde et a le droit de sauter la veuve pendant que l'orphelin dort. S'il est méchant, il se fait mettre minable par le p'tit jeune qui n'en veut, malgré ses huit titres olympiques, ses 27 cm et 38 kg d'avantage et son expérience de 20 ans à faire le gros bras pour son chef.

AIKIDO,Definition et historique:

L'aïkido (合気道) est un BUDO JAPONAIS a la finalité ambigüe qui voit des individus en pyjama blanc,parfois vêtus d'une robe bleue ou noire courir autour de celui qui a la ceinture la plus sale(heu,noire,pardon) dans le but de lui attraper le poignet ou de poser symboliquement la partie charnue du tranchant de sa main sur son crane.

il est egalement possible de faire tout ceci en faisant semblant de s'etre fait couper les tibias,dans ce cas ,on nomme cela "suwari waza"(pratique pour nains).

Crée au milieu du 20 eme siècle par Morihei Ueshiba,un obscur visionnaire pré HIPPIE néo communiste adepte du Bouddhisme et fréquentant la secte de l'Omoto Kyo du réverend Déguchi,contrairement a ce qui est d'ordinaire avancé,Morihei ne serait pas décédé en 1969 mais aurait découvert le secret de la vie éternelle.

Ayant désormais atteint son but secret,il laissa les clés a son bon a rien de fils qui continua de gesticuler comme avant.

Aujourd'hui,Morihei,âgé de 124 ans serait réfugié en FRANCE et enseignerait les clés de son savoir en haut d'une tour dans un fort entouré de nains en charente maritime.

Lorsque Kissomaru,fils du pere fouras repris la succession de l'aïkido,la plupart des anciens élèves tombèrent(ca c'est pas nouveau,ils le faisaient deja avant)en désaccord avec la facon de tomber et d'aller chercher le poignet de l'autre en robe et a la ceinture sale(faut suivre).

Koichi Tohei preferait attraper les poignets avec le ki.

Gozo Shioda,preferait attraper les poignets plus fort.

Kenji Tomiki preferait attraper les poignets ou le premier qui attrape il a gagné.

d'autres éleves creerent ainsi leur propre facon d'attrapper les poignets tel Saito qui separe sa gesticulation en deux phase : une ou on attrape les poignets sans bouger et une ou on attrape les poignets en bougeant.

Faut dire que,pas bete,le Saito a gardé la maison de campagne du pere fouras ou,il faut bien le dire,la retraite est bien agréable,surtout avec les stagiaires occidentaux qui viennent vous labourer les champs.

"aïkido" est composé de trois caractères :

"ai" qui,selon les transcriptions peut vouloir signifier union,fusion,mais aussi "cri de douleur"

"ki" qui peut être traduit par énergie,demi sexe ou "quelle personne"?

vous retrouvez "ki" dans "kiloutou","kilimandjaro" ou "kiproquo" par exemple(a non,tout comptes faits,kilimandjaro n'est pas japonais ^^)

"do" qui signifie "voie d'épanouissement personnelle,opposé au nombrilisme(qui lui se dit "ventre",avouez que c'est fort quand même le japonais)....au final,cela signifie voie d'épanouissement personnel par laquelle des personnes qui a un demi sexe et qui cri en fusionnant avec l'autre coté de mon ventre.

NB: ne pas confondre avec l'aiki jutsu qui font a peu près pareil mais vont chercher les poignets depuis plus longtemps

Samourai: C'est est un japonais qui a pour seul but de tuer ou de se faire tuer.Quand il n'a pas réussi à résoudre son quota de sudoku de l'année, il se fait seppuku avec son petit couteau pour ouvrir le courrier.Il n'aime que deux choses dans ce monde : son katana et utiliser son katana. Alors que le japonais normal n'aime lui que les sushis et les geishas.En ce qui concerne ses passe-temps, il y a faire la guerrre, faire des massacres et nettoyer ses armes après utilisation. Certains vont même jusqu'à faire des haiku en hiragana, en katakana ou en kanjii pour tuer le temps.L'âge moyen d'un samouraï ne dépasse pas les 30 ans, car ils finissent tous par se faire tuer par un autre samouraï ou il se suicident parce qu'ils ont raté leur mission. Si un jour vous rencontrez un samouraï, courez autour de lui en l'insultant (mais gardez vos distances tout de même) et il risque de finir par tomber sur le dos, et vu le poids et la forme de leur armure, il ne pourra jamais se relever, du moins pas avant que vous n'ayiez eu le temps de lui voler son katana qui vaut très cher !

Seppuku :On raconte que dans le Japon médiéval (qui est quand même resté médiéval jusqu'en août 1945, où Littleboy et Fatman, deux rappeurs américains, leur ont apporté la bonne parole), vivaient de grands fous furieux avec des grosses armures et des masques effrayants. Ces dingues suicidaires profitaient de la moindre excuse pour se suicider joyeusement : ils se faisaient alors seppuku.

Se faire seppuku (hara kiri ) pour les incultes), consiste à se planter un wakizashi (katana pour nain) ou un tanto (wakizashi pour gnome) dans le ventre, juste au-dessus du nombril (là où ça fait le plus mal, sinon, c’est pas drôle). La mort par éviscération dure approximativement 10 minutes, mais ça fait pas assez spectaculaire pour les Japonais, tous ces intestins sur le sol. Alors quand un samouraî se fait sepuku, un autre samouraï, généralement le vainqueur, ou un passant sadique, se place derrière lui et lui tranche la tête en poussant un long cri plaintif semblable à celui des mouettes sur la côte de Blankenberge.

Ensuite, ils enterrent le corps, les intestins et la tête du pauvre samouraï mort dans une jolie tombe toute fleurie, et tout le monde le respecte pour son sens de l’honneur. En fait, au Japon, pour prouver son honneur, il suffit de prouver qu’on a pas peur de tripoter ses boyaux.

Un autre truc :le Karaté ! c'est un art martial en provenance de l'archipel d'Okinawa, situé au sud du Japon. (En théorie, Okinawa appartient d'ailleurs au Japon, mais si vous dites ça à un Okinawaien, il se fera un plaisir de vous faire une démonstration de la technique de ses ancêtres. C'est comme les Alsaciens en France, sauf qu'ils mettent du riz dans la choucroute)

Contrairement à l'idée populaire, le Karaté n'est pas né par inspiration divine et les braves paysans d'Okinawa ne se sont pas transformés en mr Miagui ou en ryu du jour au lendemain. Il existait sur Okinawa avant l'introduction du Karaté d'autres systèmes de combat, pour la plupart armés: le Kobudo, basé sur l'utilisation d'instruments agricoles (fléau, faux, rame, vache, épouse...) comme armes, le Mikado (combat à la baguette au chocolat), le Fédodo (pratiqué la nuit), le Sudoku, le Karaoke (n'importe qui ayant déjà entendu de la musique traditionnelle d'Okinawa confirmera qu'il s'agit bien d'une méthode guerrière)... Enfin bref, plein de choses pour pourrir la vie de son voisin. Mais toujours est-il qu'un beau jour certains okinawaiens qui en avaient marre de vivre sur un caillou de 3m² perdu au milieu de l'océan traversèrent les mers et arrivèrent à pied par la Chine. Et là, ô surprise, les gens se foutaient sur la gueule aussi, mais ils appelaient ça kung-fu. Comme les Okinawaiens étaient moins cons qu'il paraît, ils se rendirent bien compte que Zhang Ziyi était quand même vachement plus sexy que Toshiro Mifune et se mirent au kung-fu, avant de rentrer chez eux le coeur léger et les bourses vides.

Oui mais. Là où les Chinois étaient souples et agiles dû à leurs nombreuses années d'entraînement à blouser les touristes dans le parc d'attractions de SHAOLIN, les p'tit gars d'Okinawa, eux, étaient des paysans, pas forcément malins ni agiles. Ils se mirent donc en tête de singer les mouvements appris en Chine, et comme ils ne comprenaient pas tout, de simplifier, raccourcir, épurer, jusqu'à ce qu'il ne reste plus que... pas grand-chose. De même, dans un souci de respecter la physiologie de leurs compatriotes, plus proches de l'arbre que du singe, ils enlevèrent l'aspect souple et rond pour le remplacer par un aspect raide et carré. De plus, comme ils s'étaient rendus compte que se taper dessus à l'entraînement, ça fait mal, ils supprimèrent le contact pour le remplacer par des techniques dans le vide. Le Karaté était né.

Le premier effort des paysans empreints de mysticisme et d'auto-satisfaction fut de rejeter les méthodes de combat traditionnelles. Après tout, c'est vrai que se battre avec une faucille dans une main et une massue dans l'autre, c'est bien moins efficace pour tuer son voisin que de se percher des heures sur un rocher face à la mer en couinant Kiai de temps à autre. Les chétifs et faibles d'esprit, qui se seraient fait massacrer dans n'importe quelle discipline guerrière, affluèrent en masse. L'expansion du Karaté comme moyen de mystification des masses faiblardes en mal de sagesse ancestrale trouvée dans les gâteaux porte-bonheur chinois était lancée.

Par un miracle inexpliqué certainement lié au fait que le Karaté se développa pendant une période de paix et que la plupart des pratiquants ne se sont jamais battus, sauf bourrés au saké, auquel cas le Karaté est bien vite oublié, les Karateka sous la férule du fondateur Atchoum Fumepasquandjechie perdurèrent et se répandirent dans Okinawa d'abord, et au Japon ensuite. La Japan Karate Association fut rapidement fondée en tant que sous-département Handisport du Ministère de l'Agriculture japonais. Suite à l'occupation américaine pendant la Seconde Guerre Mondiale (durant laquelle les arts martiaux étaient interdits au Japon), le Karaté, reconnu comme méthode de rééducation douce pour paraplégiques, fut rapidement ré-autorisé. C'est alors que Japonais et Européens, suite à une étude de marché fort avancée dont on peut trouver les traces à la bibliothèque du département Psychiatrie de l'hôpital central de TOKYO, se rendirent compte d'une chose: emballé d'un poil de mysticisme, de légendes farfelues sur un ivrogne tuant les taureaux à coup de tête et d'une bonne dose de nationalisme fascisant pro-Japonais, le Karaté pourrait se vendre plutôt bien.

Et c'est ainsi qu'en France le Karaté arriva, importé par Henri Replet(qui était loin d'être con puisqu'il s'est rendu compte tout de suite que tout ça c'était du flan et a fait fortune dans la pub ensuite). Pour donner une image forte, Henri provoqua en duel plusieurs combattants de styles européens, et comme le p'tit père Henri était avant d'être karatéka un sacré bon boxeur et lutteur, il a pété les dents de ses adversaires en criant: "Vous voyez? C'est du karaté!". Et hop: dans un petit coin tranquille du Marais, rue Monte-là-dessus Sainte-Guenièvre, le premier dojo de Karaté français fut fondé. On s'y faisait entuber comme dans tout le quartier, mais à un niveau plus mystique. La tradition de prendre les élèves pour des vaches à lait stupides juste bons à sautiller en pyjama et taper dans le vide en poussant des cris pathétiques non sans similitudes avec l'orgasme d'un PONEY perdure aujourd'hui encore au sein de la FFKAMMA (Fédération Franc-Comtoise de Karaté et Autres Maladies Mentales Affligeantes).

La journée du Karatéka est longue et dure, contrairement à son... mais je m'égare, je m'égare. Elle commence par un lever aux aurores, suivi d'un petit déjeuner composé de RIZ non cuit et de racines déterrées à mains nues. S'ensuit une longue douche sous une cascade (Okinawa n'a pas encore l'eau courante partout) où le Karatéka ferme les yeux pour ne pas y recevoir la mousse qui pique de son shampooing Dop Enfants. Ensuite, pour se sécher, le Karatéka trouve un poteau avenant sur la plage (à Okinawa, on n'est jamais loin de la mer) et grimpe dessus, ce qui en soi est déjà un bon échauffement, pour y rester perché sur une jambe en plein soleil jusqu'au repas de midi, composé de riz non cuit et de racines déterrées à mains nues, pris en haut du poteau. Le pratiquant y travaille son esquive, car rare est le karatéka qui ne se fait pas piquer régulièrement son déjêuner par les mouettes. Il y travaille également son endurcissement corporel en tombant régulièrement sur le sable chaud (saloperies de mouettes).

Peu enclin à se risquer contre un adversaire digne de ce nom, le Karatéka passe ensuite une heure à casser des planches en balsa et des tuiles moisies avec n'importe quelle partie imaginable de son corps. Sans doute y trouve-t-il une satisfaction immense. S'ensuit le travail des "kata", suites de mouvements codifiées censées représenter un combat contre plusieurs adversaires (vous savez, un peu comme ces gens qui font semblant de jouer de la guitare dans les concerts et se croient musiciens). N'importe qui s'étant battu une fois dans sa vie vous dira que le kata est au combat ce que la pétomanie est à chopin, mais il paraît que le but est plus "mystique", du moins, c'est ce que prétendent les karatéka. En tout cas, ça fait peur aux oiseaux, ce qui explique pourquoi les karatéka paysans peuvent se permettre d'économiser un épouvantail. Le travail de tension du corps est très important: si le karateka n'est pas contracté au point qu'il est impossible de lui glisser un noyau d'olive huilé dans le rectum et que seule la dynamite peut lui faire desserrer les mâchoires, c'est qu'il n'est pas encore assez crispé.

Enfin ça, c'est à Okinawa. En france et dans le reste du monde, le Karatéka rentre de sa journée de boulor, desserre sa cravate, enlève ses pompes et se prend une bière en un croque-monsieur devant le JT, avant de ramasser son sac de sport et de filer au dojo (prétentieux, les karateka refusent de parler de salle de sports, ça fait trop nouveau riche). Là, il y enfile un pyjama sale, serre une ceinture de couleur variable autour de sa taille, et répète ses kata dénués de sens (mais n'a même pas la joie de faire peur aux oiseaux). Il pratique également une forme de combat sportif qui n'est pas sans rappeler deux marionnettes faisant du kick boxing sans se toucher. Puis il va à la buvette s'enfiler une demi-douzaine de pastis avec ses copains d'entraînement, en devisant sur le sens de la vie, du devoir et de l'honneur, et l'importance de la position du 2e orteil lors du mouvement 17 du kata Bassine d'Ail, sans oublier de bien cracher sur les autres arts martiaux qui eux, ne sont que des sports sans profondeur et ne forment pas des vrai Kill3r$ comme eux. Cette séance de masturbation intellectuelle poussée est censée remplacée la méditation zen, qui fait trop Dahlia Lama au goût du bon français.

Comme si ça ne suffisait pas, les karatéka se réclament en général d'un "style", un peu comme les danseurs (à la différence près qu'un bon danseur, en général, maîtrise plusieurs styles). Voici les plus connus:

1. Chatte-o-kan: la technique originale de maître Atchoum Fumepasquandjechie enseigne à ses élèves que pour gagner un combat en étant pratiquant de karaté, faut avoir une sacrée chance.
2. Shit-o-ryu: les pratiquants de ce style font de la merde, mais au moins, ils en sont fiers! (Une autre branche secrète de ce style pratique uniquement sous stupéfiants, mais ils se cachent...)
3. Wesh-y-ryu: le style le plus répandu parmi les kevins.
4. Gadjo-Ryu: style enseigné uniquement aux non-Gitans par les Gitans.
5. Coucou ch'tite caille: les pratiquants de ce style se concentrent principalement sur leur physique afin de mieux pouvoir lever les gazelles.

Vous noterez que le nom de Ryu apparaît souvent dans les noms de style. C'est parce que les fondateurs desdits styles aiment beaucoup street fighter.

Malgré ses défauts, le Karatéka a retenu deux ou trois choses des secrets soi-disants ancestraux de ses maîtres soi-disant secrets (mais inscrits au Registre du Commerce). Pour commencer, le Karatéka est souvent sportif, bien entraîné, bien musclé, et pas trop moche. Cela lui permet d'assurer en boîte et de ramasser les vanessa à la pelle. En général, il finit par en épouser une, lui fait un gosse parce que l'utilisation de la capote n'est pas expliquée dans le kata Hayon Sans Dents, et éduque son gamin comme il a appris: trois mille coups de poings, pied, tête et testicules par jour sur un poteau en acier dès l'âge de 18 mois, posant ainsi les bases de la future génération de pratiquants. On a vu pire, et puis ça favorise la sélection naturelle après tout.

Ensuite, le Karatéka a le "spirit". Ce qui veut dire qu'à force d'autosuggestion, il est arrivé à croire qu'il était un type intègre, honnête, courageux, droit, franc, et surtout, modeste. Cela ne l'empêche pas de provoquer des bagarres dans les bars quand il a un coup dans le nez comme tout un chacun, ou pour certains de voter trop à droite. Il est des réflexes innés que même le karaté ne suffit pas à effacer. Le "spirit" lui permet de voir le monde différemment. Quand un karatéka s'arrête en admiration devant une mouche ou un papier de bonbon sur le trottoir, ne lui parlez pas! Laissez-le profiter de cet instant de béatitude dans lequel il a retrouvé dans les mouvements de la mouche ou la posture du papier un des secrets du Karaté. De toute façon, il ne peut pas vous expliquer ce qu'il ressent.

Ceci mis à part, le karatéka a une vie normale. Il fait ses 35 heures, fait ses courses chez Auchan, aime Julien Lepers, passe ses vacances à Ibiza (pour les plus jeunes) ou à Dunkerque (pour les autres), lit Captain America et X-Men, mange bio, et vote à gauche parce qu'il est "aware", ou à droite parce qu'il a plus de 30 ans. Une majorité écrasante de karateka arrête la pratique sportive passé 50 ans et souffre le reste de ses jours de ses genoux, de son dos, ou de ses hanches qu'il a tellement maltraités au cours de ses années de jeunesse, faisant le bonheur et la fortune des ostéopathes.

Les valeurs quasi-aryennes de beauté, perfection, discipline et rigueur que véhicule le Karaté sont à l'origine du succès des films basés sur cet art. L'histoire de ces films est souvent simple (on a le public qu'on mérite...) et les personnages fort stéréotypés. En voici les représentants principaux.

1. Le petit jeune qui n'en veut. Ce personnage est en général incarné par un ou une ado en mal de vivre, type clement le nolife, souvent maltraité par ses camarades, qui refoule des pulsions destructrices et apprend le karaté pour péter la gueule de ses petits copains. Il apprend au cours du film la sagesse, la patience, l'endurance, le nettoyage de voitures et la sodomie au cactus. À la fin, il/elle gagne le tournoi régional "Kill the Poney".
2. Le petit vieux qui n'en veut plus. Ca fait 57 ans qu'il ne s'est pas battu, depuis qu'il a fait pleurer Bébé Jean en lui collant un coup de pelle dans le bac à sable et qu'il ne s'est toujours pas pardonné cet affreux excès de violence. Arrive un petit jeune, et le vieux est bien emmerdé, donc plutôt que de lui enseigner un art auquel il ne connaît rien, il le manipule pour le pousser à faire tous les trucs domestiques chiants qu'il ne veut pas faire lui-même: nettoyer la bagnole, peindre la clôture, poncer la véranda, tout ça... À la fin, il est bien embêté parce que le p'tit jeune a gagné le tournoi "Kill the Poney" et ne veut plus venir chez lui. Alors, il s'en trouve un autre.
3. Le killer au regard d'acier. Méchant ou gentil, peu importe, c'est tout juste si son cerveau fait la différence. Musclé, hyper résistant, hyper fort (mille coups ne lui font rien, mais avec une frappe il dégomme dix-sept adversaires), sexy, cool, il va sauver la veuve et l'orphelin s'il est gentil, ou violer la veuve et enlever l'orphelin sinon. Deux fins possibles: s'il est gentil, il est gravement blessé mais a tué tout le monde et a le droit de sauter la veuve pendant que l'orphelin dort. S'il est méchant, il se fait mettre minable par le p'tit jeune qui n'en veut, malgré ses huit titres olympiques, ses 27 cm et 38 kg d'avantage et son expérience de 20 ans à faire le gros bras pour son chef.

20/09/2008

Christian Tissier sensei

 

 

 

 

Interview

"Interview conducted by Guillaume Erard and Ivan Bel. Original versions are available in French, Italian and English on http://www.guillaumeerard.com"

I had been trying to conduct an interview with Christian Tissier Shihan (7th dan Aikikai, head of the French Aikido Federation FFAAA) for quite some time now. Eventually, thanks to his good will and his kindness, things became possible. There are very few interviews of him published in English so I thought that this would be a great way to introduce Sensei to the English-speaking Aikido practicioners.

 

After a very dynamic morning class, we went for a very pleasant lunch with Christian  Tissier and some comity members of the AFA in a lovely brasserie in Brussels. There we had an informal talk and the two Shihan of the day (Christian Tissier had just awarded Dany Leclerre with this distinction on behalf of Doshu Moriteru Ueshiba that very morning) shared many colourful anecdotes about their many years of practice. We then headed back for the afternoon class and it is later in the afternoon that Ivan (my colleague from Aikidoka Magazine) and I met Sensei again in his changing room to finally ask him all the questions that we had prepared for so long. He pointed very intense blue eyes on us, giving us his complete attention for over an hour (almost forgetting heading back to catch his flight in the process…). He answered questions with great precision and a disarming honesty which made the interview all the more interesting and enjoyable. We mainly went through the specificities of his teaching as well as the general organisation and functioning of Aikido.

I would particularly like to thank Dany Leclerre Shihan, François Warlet and Paul Van Lierde from the Association Francophone d'Aïkido for their help and for their warm welcome in Belgium.

Guillaume Erard: Rather than going through your youth and years in
Japan over again let us investigate your practice a little more. When one sees you perform an Aikido technique, the amplitude and the gracefulness of your motions strike first. Is aesthetic an important part of your research?

Christian Tissier: No, in Aikido, we are trying to reach the purity through gestures in spite of a physical constraint represented by our partner/adversary. As a consequence, as soon as this conflict is going to be resolved, keeping in mind a research towards precision, placement and economy, the motion will be closer to purity. If it is pure, then it is natural and therefore, it is beautiful. As you see, the aesthetic is not an aim in itself. Aikido is a martial discipline but it is also an art and as soon as we use the body in from this perspective, we must work on the purity of the gesture. Aesthetic is the final outcome of all this work.

Ivan Bel: When you practice, you seem totally relaxed. In fact, during the seminar you just gave, you showed that if we get blocked by uke, we can conserve this relaxed state by just changing to another movement.

C.T.: that is not exactly true. My conception of a martial art is that if there is a block, we should not say “I can’t do that, therefore I have to do something else”. Actually, I try to do the opposite, if there is a difficulty, I do not try to avoid it but instead, I try to find an appropriate solution by changing angle or posture but not technique. That is what I was trying to show you during the seminar, in particular on kotegaeshi. Quite often on this technique, we feel that we cannot go any further for a whole variety of reasons. As soon as we cannot go further, no point trying, it means that we came to the end of that action, however, another action has to start as a result and we should not try to escape the contact.

To answer your question about the relaxed state, one of the aims of Budo is the suppression of fears. Wanting to become stronger than everybody else has no meaning. We should just be working on trying to overcome our own apprehensions. This is why the educational system that we put in place during an Aikido class has as an objective to suppress situations of refusal, exclusion, and non-communication. The more we will suppress these fears, the more we will find easy to go towards the others but it does not mean at all that we will become invincible. In my opinion, a well mastered, purified technique will allow us to work on ourselves and trigger an easy way of communication through the movement. Relaxation arises from that.

G.E.: About communication, you put a particular emphasis on the relationship that must exist between Tori and Uke, where both must try their best to help the other improve. This is however often regarded as connivance.

C.T.: Seeing things like that show a very poor interpretation of this relationship. There can be no teaching system without codes. If we decide to plays tennis together, I will not turn up with a baseball bat, otherwise we will find very difficult to play together. Whatever the system, we will define codes. We wear white keikogi, this is a code; we practice on a tatami, this is also a code. Then we will decide to do katatedori from a static position, this is a code too, there is no action. We don’t push or pull; we let the partner perform his technique. We establish codes at the beginning and from these codes, we will organise the structure the technique.

Of course, at the beginning, there will probably be almost no sensation. For example, we will talk about tenkan linked to the centre but in the beginning, we will just see a pivot and perhaps the idea of both partners looking in the same direction but no connection really. However, if you work with a Uke who is better than you, he will put you in a situation where you can understand what you are looking for.

At the end of the day, what interests me most is being able to practice with people whose codes are different from mine and to make it work nonetheless! That is precisely why I like to practice with people I don’t know, beginners, tall people, big people, karateka, judoka and so on. I like practicing with everybody because it shows that the technique can work without codes: this is the application of the technique. But before getting there, the learning process has to rely on codes.

There are of course some education systems that are totally different from mine. Some are very strict and precise but sometimes so stuck within their own codes that they can’t free themselves from it. That is a shame…


I.B.: We are often told that Aikido is based onto two great principles: irimi and tenkan. Seeing you, it seems that you emphasise more on the latest with big spiral motions. Is it a choice of yours or simply a way that fits with your body?

C.T.: Frankly, I have the feeling that I am practicing an aikido of irimi. The confusion might come from the fact that we do not have the same notion of irimi. Irimi is not about smacking the partner across the face each time he moves or leaves an opening. For me, irimi is about getting to the core of the movement. Ma sensitivity in terms of practice comes a lot from Kenjutsu (Kashima Shin Ryu) and this type of work is very direct. Then again, it depends of everybody’s definition of irimi and tenkan but I really think that physically and mentally, my Aikido is more irimi than it is tenkan.

Regarding the spiral, this is again an irimi motion. The spiral has a core; therefore, each time we will find the ideal position around which to turn, we will take up speed and get toward the centre. In the end, we will enter towards the partner. At that particular moment, we are totally irimi!

G.E.: You often say that Aikido is an education system based on a martial discipline. According to you, what do people develop through the practice of this discipline?

C.T.: Well, that is very variable according to the individual but if we speak of Aikido in terms of education system, we must not forget the martial frame. This martial aspect has specifically been chosen. We could have chosen painting, sculpture, Zen are many other things. What sometimes pushes people towards martial arts is a taste for fighting or confrontation. In a martial discipline, there are intrinsic notions of constraint and sanction. Our education system which aim is to make us progress as human beings will rely on this martial context. Each mistake should be sanctioned, either by the teacher or by the impossibility to perform the technique but because we are on the mat, we get a new chance to start over. We must take advantage of this new chance, not to repeat the same mistake but to resume a motion in which that particular error is erased.

I don’t agree with people who say that to progress is to do better. For me, progression means making less and less mistakes, perfecting our movements and not presenting any opening. The essence of Budo is the absence of openings, waki ga nai, which means never leaving an opening, either through our actions or our words. In one of my books, I had copied the following citation from an etiquette school called Ogasawara. On the main gate of this school is written: “When you are correctly seated in the ideal position, even the rudest person cannot disturb you”.

It is our behaviour that allows us not to leave any opening. The martial education offers what I call “constants of the Way” which will be attitude, management of distance and vision. These three constants work together. It is not very difficult to put into practice, we can already say that this is martial arts but nothing happens yet: we are not into the motion. In order to get into the motion, we will have to summon another natural principle, the technique. Why is it a natural principle? Because since the beginnings, people have tried to develop techniques in order to perform tasks more easily and efficiently. The notion of technique cannot disregard the other natural notions. This is therefore just something that adds itself up. A well performed technique creates an economy of movement and energy. The principle of economy is also natural. This is what we should try to reach.

On top of all that, you can add principles such as communication, research of purity etc. I really think that there are some Aikido principles that have not yet been discovered but that are nonetheless natural and that we will have to add to our education system in order to enrich it.

I.B.: About natural principles, we often hear about Ki, the energy flow. You don’t speak much about it though…

C.T.: No I don’t. The reason is that it is a very confusing notion. I have seen quite a bit in Aikido, I have met quite a few Senseis and I must say that the ones who speak of it the most are often the ones who have the poorest technique. Of course, this is not true for everybody but Ki is not tangible. Ki is within us. There is Ki everywhere, either we know how to use it or we don’t. The fundamental issue with Ki is its flow. In terms of Aikido vocabulary, we have Ki and Kokyu, which is the vehicle for Ki. The translation of Kokyu is “breathing” but to be more accurate, in reality, Kokyu is the exchange between the two.

The bottom line is that if you practice with your stiff shoulders up to your ears, the Ki won’t flow, any acupuncture practitioner will tell you. As a consequence, until the technique is perfect, there will be no Ki, no natural flow. To me, people who really have Ki don’t feel it because everything happens naturally within them.

We could of course develop exercises such as the ones proposed by Qigong in order to specifically work on breathing. We could also specifically work on flexibility or other things but to what end? I consider Aikido as a whole system that as been well thought. It is therefore useless to concentrate on only one aspect of the art, in particular if it is to the expense of practice time. If we have to specifically work on flexibility, we can go to a specialist, same for breathing but we should not mix everything up.

To get back to the Ki I prefer not to say too much about it as I think the discourses about this topic are often very misleading.

I.B.: Your choice is therefore to focus solely on the technique.

C.T: That is right because the technique will unlock the body! Once you have unlocked your body and removed all fears, the gesture will be fluid and this will allow more kokyu. If you add an intention to this kokyu, the Ki will naturally occur.

G.E.: Everyone knows you had a very strong bond with Seigo Yamaguchi Sensei; however, you developed a style that is very different from his, in appearance at least.

C.T.: In fact, there are two masters who had a great influence on my practice. The second Doshu (Kisshomaru Ueshiba) was an important model to me, in particular for the basic techniques. I also owe a lot to Yamaguchi Sensei technically of course but also for many other things such as freedom, applications and rigour. Him and I, we had a sort of father-son relationship to such extend that at the end of his life, he wanted to buy a house on the south coast of France in order to be living closer from me.

To answer your question, I don’t know whether I do things like him or not, this is not my purpose as a teacher. In fact, he did not want us to be the slaves of his technique and he would probably not have been happy if I had become his clone. I mostly integrated the principles he transmitted to me.

G.E.: We sometimes hear about a pre and post war Aikido dichotomy. If at all, you have been one of the main actors for the evolution of Aikido in France and abroad. In your opinion, what has changed in Aikido?

C.T.: I find this question rather amusing because when I returned from Japan, people said that what I was doing was different. The thing is that I was just back from seven years spent at the Aikikai. From my perspective, it is the people who stayed in France that were doing something different. I was only repeating what I had learnt at the Hombu Dojo, I did not invent the techniques. Moreover, I had been recognised by my peers at the age of 24, close student of the Doshu and much attached to Yamaguchi Sensei so I really don’t think that I have been the actor of a change in the practice of Aikido. One should not mistake what one thinks Aikido is and what is really being practiced at the Aikikai.

When I arrived in Japan, I was a second Dan from Mutsuro Nakazono Sensei and I had been to all the summer courses of Nobuyoshi Tamura Sensei so I thought I had a pretty good level. Once I got to the Hombu Dojo, as I saw the Doshu Kisshomaru Ueshiba, I really wondered what he was doing. It was very different and all my certainties had to be challenged and corrected. I fact, I have to say that at first, I did not like what I saw when I met the Doshu, I thought he was stumbling. Of course I was wrong; I only knew what I was used to. These discrepancies between what we think we know and what is; are what leads us to think that there was an evolution.

There is however one sort of evolution going on, it is the evolution of a teacher during his lifetime. I remember Miyamoto Sensei, at the time, in Japan; he only practiced to destroy his partner. Nobody except the group I was in wanted to train with him. Nowadays, he is a charming man who takes care of his Ukes on the mat but of course, he is 60 now. He changed, as does everybody. What I mean is that when we are 20 years old, we must behave as a 20 years old on the mat too but we must also accept that we change in practice, status and age of course.

To finish, of course Aikido, as any other discipline, had an evolution. If we compare the Ukes of the beginnings with people today, the difference is significant. It is easy to explain because the Ukes from the beginnings were judoka. Today, practitioners move more freely, more spontaneously, faster so of course, the technique is not the same as in the beginning. I will try to explain to you what I mean. When I was a kid, when even a mediocre karateka was delivering a mawashi geri to the face of the opponent, it left us in admiration. Nowadays, kids are so used to video games and movies that they are used to see a guy doing six turns around himself before even kicking. Youngsters are therefore harder to impress, they live within a fantasy about martial arts that does not fit reality anymore. The imagination as changed as well as the conception of the techniques and their applications. This is normal and Aikido changes following this principle.

We cannot say that Aikido is fixed; it changes constantly, thanks goodness for that, otherwise, if students don’t become better than their teachers, in 50 years, there won’t be any Aikido anymore! What do not change are the principles.

I.B.: About the fantasies with which kids who play video games deal with, do you feel that there is a gap with the new generations in terms of attitudes and values?

C.T.: Frankly, I don’t know. Maybe this is the case but I think that young people who come to Aikido understand well the difference. To start with, they accept a whole lot of rules that they would not necessarily accept at home or elsewhere. Then, the respect etiquette, community life and come to train regularly. Maybe we seem to them like dinosaurs but what is most important is the behaviour that we have ourselves and the example we give them. If, as teachers, we are able to detect a dedicated or talented kid, they are also able to make out if you are a model, if you have the natural authority or if you are just an old fart. In my opinion, the key to success is to be able to deliver messages to young people without having to act as youngsters ourselves.

We have to be honest and direct, that is all. In terms of practice, it is wrong to believe that kids are not willing to make efforts and sacrifices. A kid who practices seriously tektonik or break dancing we deliver as much effort as the one practicing Aikido. Both are just as difficult!

I.B.: Now, let’s talk a little bit about politics. You just awarded on of the very rare Shihan titles given to non-Japanese to your friend Dany Leclerre (7th Dan from Belgium). You were the very first non-Japanese to receive this distinction, does it bring back memories?

C.T.: Well, the truth is that for me, things were not so simple. When I was a 6th Dan, nothing was formalised, I was sometimes receiving letters, either from the Aikikai or from Endo Sensei where they referred to me as “Tissier Shihan” but it was not clear since this title was not being officially awarded at the times. After a while, a polemic started to appear, originating from and article published in Aikido Today magazine (American magazine edited by Susan Perry between 1983 and 2005, stopping after 100 issues) where Mitsugi Saotome Sensei and other Shihan were giving their opinion on the subject. From that, the Aikikai decided to make things clear by officially awarding the title.

The title of Shihan is either awarded to a country or to an individual. Today, we awarded it to Belgium through Dany Leclerre, kind of a thank you gesture for all what he did for Aikido but also to make sure that everybody knows that he is the one in charge of the transmission of Aikido in this country. It doesn’t mean that he will be able to grade people around the world though. Others can do it however, each case is different. It is still a bit of a complicated business alright...

G.E.: As far as we know, there are only about 15 non-Japanese Shihan that have officially been awarded by the Aikikai, it is very little. Are the Japanese still quite protectionists?

C.T.: Indeed this is very few. Of course they are doing protectionism, towards the Aikikai in the first place. Everybody knows that you have to wait for some time between Dan grades. This rule applies for the whole world except for the Japanese uchi-deshi [live in students] of the Hombu Dojo… These guys are from the house so as soon as they travel abroad, they quickly get promoted. Anyway, that is part of the game, and we know who is who so there is no real surprise with this system. Everybody knows what everyone is worth. They also know themselves what to expect from non-Japanese masters.

I.B.: With the general level of skills increasing, will there be a time when we don’t need Japan anymore?

C.T.: Yes, we now can do without Japan as much as Japan could do without us. However, I think it is very important not to underestimate the interaction that exists between the two. For example, Japan could not really do without us in terms of diffusion of Aikido with for example our national organisations and the international federation that give them credibility beyond of their own frontiers. It is also important to realise that a Sensei in Japan is only known within his dojo and the ones of his students. Don’t think that these guys teach seminars with 300 people, far from it. They have to come to Europe to see that happen. For q young teacher in his fifties, coming to Europe is a huge gain in credibility for him. On the technical level, we are as competent in Europe and in the US to teach Aikido but I think it is always interesting to go back to the origins because the teaching is different. What the Japanese lack is the systematic analysis of Aikido. Thankfully, not everybody is like that but in general, pedagogy is not their one of their strength! If you ask why a technique is like this or like that, they will just answer you “because it is”. This is the kind of typical answers you get in Japan. As a consequence, an 8th Dan Sensei from Japan would probably fail the Brevet d’Etat [French teaching qualification] here. I have often discussed about this with Seishiro Endo Sensei. Even though he is my Sempai, he sometimes asked me if such and such technique existed in the Ura version. Our pragmatic logic and our sense of analysis allowed us to deconstruct very early on the techniques and to classify them. We bring a lot to the Japanese on that respect.

On the opposite, we don’t have the same culture and we don’t have the same way to deal with problems. The Japanese often allow you to question yourself on very subtle notions and this is a great way to progress. Japanese will make you doubt because it obliges you to reconsider what you know.

To sum up, yes, we could do without Japan but both would lose a lot.

G.E.: Let’s talk now about the FFAAA (French Aikido Federation]. People don’t really know what your position in this organisation is. Some people often call you the boss of the federation. What exactly is your role?

C.T.: To be absolutely clear, I am at the origin of the FFAAA. I even chose its name. Without me, it would not exist. That being said, I did not really intend to create it and I am not that proud of it either. It happened mainly because of the circumstances at the time. At that time, Aikido was part of the Judo federation [FFJDA]. I had a meeting at my house with Tamura Sensei and as we were eating, he asked me: “If we leave the FFJDA, would you follow me?” At the beginning, I was all for it but I soon realised that it was in fact a political manoeuvre with some very disputable positions. Eventually, I did not follow the movement but it was not to be against anybody. It is just the way that it happened that disturbed me. I think the separation from the FFJDA was a mistake. We had many advantages to be with them in terms of installations and we would have had our independence eventually, like the Karate with the FFKAMA [French Karate federation] or later, the Taekwondo with the FFKAMA. We would just have had to grow with serenity to take our independence naturally. After the separation, I ended up more or less on my own. The young teachers around me such as Philippe Gouttard were only 2nd or 3rd Dan. We really were a federation of children (laughs). That was in 1982, and even though I was a bit better off technically, I was only 31. A few people who did not like the way it was done either stayed with me like Paul Muller or Louis Clériot amongst others. We then called Jacques Abel and we structured the federation. Pierre Guichard, who was the national technical director of the Judo and the successor of Courtine, came to ask me if I wanted to become national technical director for Aikido. This was quite a huge offer, it was a ministerial appointment. Out of respect for the other people who stayed with me, I decided not to take it, perhaps I was wrong.

I am the head of the federation only because almost all of the regional technical directors except 7 or 8 are from my dojo. I am therefore the leader but only because of this fact. I have never wanted to claim an official status. In fact, some people are blaming me for this because as a consequence, there is no real hierarchy within the federation. That is just the way it is, perhaps it will change one day. This system doesn’t disturb me at all. My true role is to represent the federation on the international level. I have no official post on that either however. Oh yes, sorry I have one, I am a member of the technical college but I never go (laughs). I am probably seen as some sort of a renegade, not very easy to handle.

I.B.: That is really surprising to hear that from you!

C.T.: But that is the truth! If I really wanted to take the power it would be very simple, I would just have to go to the direction of the FFAAA and ask to become the boss or else I leave. This would of course create a big problem.

G.E.: Let us finish by the traditional question; do you have a message for the readers?

C.T.: In fact I do. We just talked about the two federations. In my opinion, it is a real shame that there are two federations in France, in particular two federations that do not get along very well. However, we should consider ourselves lucky, there are only two! In some countries, there are 7 or 8. I will go soon to Israel and I have been told that here were 27 different groups over there for a very small amount of practitioners. As you see, it could be a lot worse.

I would like things to be very clear, I have always had the greatest respect for Tamura Sensei and I think he knows it. He is a great master who fully deserves the recognition he has. In the future, would like more connections between the groups. Even if the techniques and the conception of the grading are different, we must remember that we are all doing Aikido and that we share the same principles. We must learn to get along.

Personally, I sometimes feel closer to some people from the FFAB [the other French federation of Aikido] than from my own. For the moment, things are as they are and we do our best to run the dual headed system. If I was running the FFAAA, I would probably run things a bit differently but I don’t plan to do it in a near future. We must therefore show some good will in order to make communication easier and allow practitioners to appreciate each other.

A.M.: Thank you very much Sensei, enjoy your flight and see you soon on the mat.

C.T: My pleasure.

01/09/2008

Verbal Aikido & Pnl

 

Pnl & arts martiaux

par Pierre Arthapignet, Directeur et Enseignant de l’Institut de Formation à la PNL (inforpnl)

Quelques réflexion personnelles sur le lien pouvant être fait entre les Arts Martiaux et la PNL.

Je pratique ce qui est communément appelé les "Arts Martiaux" depuis de nombreuses

années, (36 ans). Compétiteur, enseignant, aujourd'hui pratiquant, le Budo est partie

intégrante de ma façon de vivre.

L'aïkido, le judo, le karaté, le kendo…, toutes ces approches sont désignées et contenues dans

cette appellation "Arts Martiaux" qu'il me parait important de re cadrer.

Mars, dieu de la guerre du panthéon romain n'a rien à voir à l'affaire !!! Détournement

sémantique qui induit une représentation limitative et limitante de ces différentes pratiques.

Quant au terme "Art" cela évoque une activité artistique qui peut être réelle à l'occasion, mais

qui occulte le sens véritable de ces techniques, le développement personnel.

Judo, Kendo, Aïkido, Iaïdo ont toutes un dénominateur commun: Do, la Voie, le chemin, ce

qui nous situe immédiatement hors des frontières sémantiques pré citées.

C'est le Cheminement de l'Etre vers son accomplissement. Nous sommes loin du sport, de la

technique, cela dépasse la notion d'art.

A un homme qui voyait la mer pour la première fois de sa vie, et qui s'extasiait sur sa beauté

et son immensité, son ami lui dit : "et encore, tu ne vois que la surface !"

Voilà le premier lien que j'ai fait en découvrant la PNL sur la Voie que je suis depuis mon

plus jeune age. J'ai choisi la Voie du Combat (Bu Do) qui signifie étymologiquement "arrêt

des armes". L'idéogramme est formé par la juxtaposition de deux signes l'un représentant un

halle-barde signifiant "les armes" et l'autre représentant l'empreinte d'un pied immobilisé et

qui donne le sens d'arrêter, de stopper. La pratique de la Voie du Combat doit donc être vue à

travers cette double représentation, c'est son but, son Essence, l'arrêt des Armes.

Avant de vivre l'Essence de la Voie du Combat, j'ai commencé par toutes les erreurs, fuir le

combat, puis combattre, les autres tout d'abord, puis moi même… L'erreur, composante

incontournable de tout apprentissage, le feed back, carburant indispensable de mon

évolution…Voilà l'autre point commun avec la PNL.

Djalâl-od Dîn Rûmî disait : "pour trouver la perle il faut un plongeur".

Une seule façon d'atteindre la perle, plonger. Si je reste à la surface pour la regarder, je peux

en avoir une bonne connaissance, mais cela ne me donnera pas la perle. Je peux aussi vider la

mer pour la récupérer… non vraiment, il faut plonger. Cela nécessite une grande technique,

un état d'esprit sans lequel la technique ne sera rien, il faut de l'art dans la façon de plonger,

comme pour mieux mériter cette perle.

Autre point commun avec la PNL et la façon dont j'enseigne la PNL.

"La vie de l'esprit commence là où un être "un" est conçu au dessus des matériaux qui le

composent…" citation d'Antoine de Saint-Exupéry.

PNL et Arts Martiaux

Pour finir ma contribution sur ce sujet je vais évoquer ce qui constitue l'Essence de la Voie du

Combat : L'Unité de L'Etre.

La technique est au service du Combat, et le Combat est lui même au service de celui qui est

sur la Voie. Pour faire simple, une attaque lors du Combat exige de celui qui la porte l'Unité.

Etre UN, tout mon Etre doit être unifié, mon Esprit, mon Corps et mes émotions. Le

Combattant ne travaille sa technique que pour pouvoir expérimenter et réaliser cette Unité. Iaï,

l'Unité de l'Etre, la quête du Combattant. Je laisse à chacun de vous (en tous cas aux

courageux qui m'ont lu jusqu'ici) le soin de faire le lien entre la PNL et le Iaï… Pour vous

aider voici la transcription d'un vieux poème zen chinois du VIème siècle "Shin-Jin-

Mei" "Poème de la Foi en l'Esprit"

"la véritable Voie n'est pas difficile,

Mais il ne faut ni amour, ni haine,

Ni choix, ni rejet.

Si vous faites la moindre parcelle

de discrimination,

Aussitôt le Ciel et la Terre

Sont séparés par une distance

infinie..."

Avec mon Salut le plus respectueux

 

 

 

 

Verbal Aikido: Techniques for 
Managing Verbal Attacks

Thomas F. Fischer

Number 130

 How do you deal with the unexpected confrontation? What do you do when someone’s response is obviously designed to wrest control?

Deciding exactly what to do is the challenge of every leader. That’s why leaders would benefit from what Terry Paulson in They Shoot Managers, Don’t They? calls "Verbal Aikido." Named after the Japanese Martial art "Aikido," Verbal Aikido seeks, as does the Aikido martial artist, to counter the attack without bringing harm to the attacker. The key objective of Verbal Aikido is to uphold balance and restore equilibrium to the strained relationship without being killed--or killing the attacker.
Some Basic Principles
In order to practice Verbal Aikido,
  • Don’t aim to kill your opposition.
  • Instead of silencing the party attacking you, listen, absorb, and redirect the attack.
  • Instead of using force, use the attack as a springboard to direct the energy to solve the problem.
  • Honor and recognize the existence of opposition without accepting the severity of the attack.
  • Seek knowledge and information, even if you don’t agree with it or it’s communicated improperly.
  • Don’t use the Aikido attack opportunity to coerce your views, reiterate or position, or to have them seem it your way. Instead, use it to demonstrate your willingness to listen.
  • Do not reinforce his resistance, but do acknowledge it.
  • Let it be known that it’s OK to disagree and honorable for having shared the disagreement in a direct manner.
Verbal Aikido In Action
Terry Paulson gives some examples of Aikido responses. These responses have been adapted for pastors and are listed below.
Attack Aikido Response
"It won’t work" "It may not. I see some problems. What do you see?"
"You’re just like the rest of the pastors and leaders around here!" "I am a pastor and a leader. That’s why I want to hear what you’re saying. What do you see is the problem?
"All you think about is your own self and agenda?" "I am concerned about what happens to the church’s ministry and how it affects members, including you. What kinds of things are bothering you?
"You pastors are all the same!" "In many ways we are alike. But whatever you think about pastors and whatever your past experience with pastors, I want to work with you, not against you. What things are bothering you?
"You aren’t’ fair!" "Sometimes I may not be. Leadership decisions may not always seem fair to individuals, though they are made with the intention to make things better for everyone. In what ways have things not been fair for you?"
General Attack "There may be some truth to that. I don’t have any pretense or illusions of being perfect. I’m interested to hear what you have to say about this issue in greater detail."

Listening...Aikido Style

When using Verbal Aikido, it’s very important to exercise excellent listening skills with the right motivation.
1) Listen to understand, not to gain tactical advantage.

Don’t be defensive. Relax. Use this opportunity to exude trust and to receive information. If you’re striving to win at the other’s expense, watch out! You’ll probably lose the battle, the war, and their trust.

2) Listen to discover what the speaker really, really means.
Continually check and re-check the meaning of words, the specifics of the issues and, watching for non-verbals, try to discover which issue (or issues) are the most important one.

3) Listen with questions in mind. Ask yourself…

  • What’s the point?
  • Are the points consistent with each other? Why or why not?
  • Does it make sense?
  • Is there real evidence to back up the assertions?
  • Is this shared information fact, assumption, or hogwash?
  • Could this be a politically-motivated "facade" of seeking truth to justify future (short or long-term) attacks? What’s his track record?
  • How are my prejudices obscuring the issues presented?
  • Is the issue really the real issue?
  • Is my ego in the way…again?
  • How useful or applicable is this information?

4) Be a good facilitator.

Don’t be a "bore". According to Ambrose Bierce’s definition, a "bore" is "someone who talks when you want him to listen." Don’t be a bore. Listen!
5) Begin redirecting toward problem solving.
Nothing is worse than a sharing session which has not been directed toward a problem solving process. Be honest, direct, but courteous in discussing possible ways available to address the issue in a constructive, positive manner.
6) State your own views.
Be honest and forthcoming, but not overbearing. Share your needs, views and perspectives and reasons why you currently are sympathetic to the position you hold.
If middle ground is available, prudent and appropriate, suggest that possibility. If restrictions, rules, or other circumstances preclude the possibilities of middle ground, indicate the restrictions but do so in a patient manner which understands that accepting such non-negotiable items may be difficult but nevertheless necessary.
7) Encourage follow-up.

Thank that attacker for having shared the information and indicate that you would like to discuss this further at another time in the near future.

Perhaps you may follow-up with a very short letter simply acknowledging their concerns and thanking them for sharing with them. Do not go into any details or specifics in the letter. Also indicate in the letter your desire to discuss the issues further. Then follow-up.

Granted, Verbal Aikido can be an excellent communication tool to help transform destructive, antagonistic conflict into constructive, energizing conflict. But doing it does not come easy. After all, listening and thinking quickly on your feet is difficult—especially when invaded by the more intimidating attackers. That is the real test. Listening and being quick on your feet to give an appropriate "Aikido" response.
Spiritual Verbal Aikido
Frankly, sometimes pastors don't know what to say in a situation. Or, when it becomes evident that a confrontation may take place, pastors can become tongue-tied.
That's when God provides pastors and other Christians the highest form of Verbal Aikido, "Spiritual Verbal Aikido." This type of Verbal Aikido defies practice and preparation. It defies fear and timidity. It even defies human wisdom and effort.

Without intending to sound simplistic, naive or foolish, Spiritual Verbal Aikido is really the only Verbal Aikido Christians really need. Actually, it's the only one we have! It is a special gift of God, given by His abounding graciousness, especially for His people for use in those difficult, but necessary, ministry encounteers.

"When they arrest you, do not worry about what to say or how to say it. At that time you will be given what to say, for it will not be you speaking, but the Spirit of your Father speaking through you" Matthew 10:19-20 (NIV).

Granted, Spiritual Verbal Aikido can be abused. Some Christian leaders may erroneously assume that everything they say is "divine" as an all-too-obvious veneer for their narcissism. Others may use Jesus' promise to provide what to say as an excuse for not giving serious and weighted consideration for the necessary confrontations.
Jesus' promise, however,  is that as one moves forward with unshakable faith in God's leading and with a firm resolve to communicate in a prayerful, spiritual and constructive manner, one can do so with an uncompromising confidence of God's presence. God does lead us. He moves us to say what He desires to be said. God's prompting often comes without one's even knowing it...until, after the encounter one reflects with amazement on God's working.
Conclusion
Initially, practicing Verbal Aikido of either the "normal" or "spiritual" kind, may be difficult. But, over time, it can be helpful to reduce the potential for conflict in your church. Moreover, this Aikido approach can, by the grace of God working through you and others in your ministry, help develop a more non-threatening atmosphere in which healthy expression of disagreement can occur.
Enjoy your use of this verbal martial art to help lead your church to more effective conflict management. But remember, no matter how "slick" your Verbal Aikido skills, it is God who is the Lord of all that happens in the church--from communication to conflict management!
Thomas F. Fischer

 

 L'aikiCom

 

L'AïkiCom' combine les qualités de l'aïkido avec celles de techniques de communication telles que la CNV et la PNL.

L'aïkido nous apprend physiquement comment nous synchroniser à l'énergie d'une attaque pour la transformer en énergie de coopération qui respecte les deux partenaires. Cette synchronisation trouve toute sa signification dans la démarche CNV développée par Marshall Rosenberg.

La CNV nous propose d'identifier ce que nous observons, les besoins qui sont satisfaits ou violés et les émotions qui en découlent. Le praticien CNV apprend ensuite à formuler une demande claire qui part de lui. La formule classique prend la forme: "Quand je vois ..(fait observable).., je me sens ..(émotion).. et cela viole/satisfait mon besoin de ..(besoin).., et je te demande ..(demande claire)..". De la même façon le praticien CNV portera son attention à identifier le besoin, l'émotion et aidera son interlocuteur à reformuler une demande: "Quand tu vois que ..(fait observable).., ressens-tu ..(émotion).. parce que ton besoin de ..(besoin).. n'est pas satisfait..." Ce faisant il entre en communication avec son interlocuteur qui confirmera l'hypothèse proposée par le praticien CNV. Ce style de communication évoqué ici de manière on ne peut plus sommaire crée un climat de communication qui désamorce l'escalade de l'aggressivité, voire de la violence.

Les parallèles sont frappants entre la pratique de l'aïkido et la CNV. En portant son attention sur ses besoins et ceux de son interlocuteur, le praticien CNV pratique un aïkido verbal. Il prend en considération son centre et celui de son partenaire. Sa manière de s'exprimer transforme l'énergie agressive contenue dans la verbalisation et la transforme. De même l'aïkido va effectuer un déplacement à partir de son centre et va guider par le mouvement du partenaire pour transformer l'énergie de l'attaque en énergie de transformation. Les deux approches s'enrichissent mutuellement: l'aïkidoka découvre comment ses mouvements trouvent une nouvelle expression avec les mots et le praticien CNV découvre comment sa technique de communication se matérialise en sensation corporelles.

Et la PNL dans tout çà?

La PNL  rejoint l'aïkido dans la technique appelée "accorder et guide" (pace and lead en anglais). En PNL s'accorder veut dire se synchroniser avec le partenaire en terme de gestuelle, de tempo, de tonalité, de vocabulaire, etc. Ce faisant il exécute verbalement et non verbalement une technique que pratique l'aïkidoka quand il effectue un taï sabaki pour rejoindre le centre du partenaire. Vient ensuite la phase de guidage ou le PNListe comme l'aïkidoka crée une dynamique qui emmène le partenaire et transforme l'interaction. Constatons au passage qu'autant l'aïkido que la PNL peut servir à prendre le contrôle d'autrui, à le manipuler comme se plaisent à le dire les détracteurs de la PNL. C'est une possibilité mais ce n'est pas le message qu'il faut retenir (certainement en ce qui concerne l'aïkido, pour ce qui est de la PNL ce n'est pas le cas non plus mais le message est plus ambigu car les co-créateurs de la PNL ne s'y sont jamais intéressés). Le message est que nous sommes responsables de notre attitude et de notre rôle dans l'interaction. Même face à une agression, nous avons le choix de l'agressivité ou du désamorçage de l'agressivité pour créer les conditions d'un dialogue contructif. De même que pour la CNV, l'aïkido crée une synergie très intéressante qui nous entraîne dans ce processus de transformation d'une situation de combat en espace de dialogue.

 

31/05/2008

cours aikido gratuits pour les filles

635645182.jpg

Cours aikido gratuits gratuits pour les femmes  pendant le mois de mai et juin

Lieu:local menzah sports - El Menzah 1 ( à 50m de la librairie El Moez )

mardi et jeudi à 19h30

Contact:souheil au 20.025.525

L'AÏKIDO, L'ART MARTIAL LE PLUS ADAPTE AUX FEMMES

L'AIKIDO ET LES FEMMES

 

 

L'aïkido est certainement l'art martial le plus adapté aux femmes.
Sa pratique ne nécessite pas l'utilisation de la force physique et son efficacité repose sur le déplacement, le placement, l'engagement des hanches, le relâchement musculaire qui permet une meilleure circulation de l'énergie : le ki*
L'aïkido est un art martial japonais, mais c'est en occident que les femmes s'en sont emparées, attirées sans doute par son caractère non violent, chorégraphique et pourtant très martial.
N'importe quel mouvement peut être accompli par une femme. Elle ne le fera pas de la même manière qu'un homme. La force physique inférieure à celle des hommes sera compensée par un meilleur déplacement, un meilleur placement, une meilleure vision, une réponse plus adaptée à l'attaque.
Aujourd'hui, un tiers des femmes accède au moins à la ceinture noire et au niveau des 2°/3°/4° DAN (grades supérieurs à la ceinture noire), on observe que les femmes persévèrent davantage que les hommes du même niveau.
*(Le Ki : énergie interne, considérée par la médecine traditionnelle chinoise comme le flux vital)

L'AIKIDO, UNE DISCIPLINE DE VIE VERS LA VOIE DE LA NON VIOLENCE

Qu'est ce que l'Aïkido ?
L'Aïkido est un art martial japonais dont la caractéristique principale est d'utiliser la force et l'énergie de son assaillant en la retournant contre lui. Il vise à décourager l'attaque et non à vaincre son adversaire. Aïkido signifie littéralement "Voie de l'Harmonisation"
AÏ : union, unification, harmonie
KI : énergie vitale
DO : voie, perspective, recherche
AÏKIDO : " recherche pour l'unification des énergies vitales ".
Cet art martial fut créé au début du vingtième siècle par Morihei Ueshiba*, et fait la synthèse des arts martiaux qu'il a étudié.
C'est un art martial non violent. Il repose sur le principe de projection ou d'immobilisation par une clé de son partenaire. On détruit l'attaque, pas l'attaquant. Il n'existe pas de compétitions. Le principe de base est le mouvement d'entrée ou IRIMI. L'Aïkido conçoit tout mouvement comme un cercle ou une spirale. L'IRIMI permet de pénétrer au centre de ce cercle ou de cette spirale pour projeter son partenaire en utilisant la force de l'attaque.

Quel est le but de l'Aïkido ?
Au travers de sa pratique martiale, l'Aïkido a pour objectif d'améliorer les relations entre les personnes en favorisant le développement harmonieux de chacun.
* (Maître UESHIBA a défini en 1929 les principes de l'Aïkido (environ 50 ans après la création du Judo /1852/- fondée par Jigoro Kano 1860 - 1938) en intégrant aux techniques des arts traditionnels purement physiques les valeurs morales de l'être humain.)
Dans cette perspective, c'est à la valorisation mutuelle qu'il convient de s'employer et non à l'affirmation de soi au détriment de l'autre, et c'est la raison pour laquelle la compétition, qui glorifie le vainqueur, n'existe pas dans l'Aïkido.
L'objectif de l'Aïkido est extrêmement vaste et ambitieux. Il ne s'agit donc pas de le réduire à un ensemble de techniques de self-défense (même si cet aspect est également pris en compte). Il suppose une recherche permanente et un souci constant de perfectionnement tant sur le plan technique, physique que mental ou relationnel.

Comment pratique-t-on l'Aïkido ?
Dans le cadre de la pratique, les rôles de Uke (celui qui attaque, qui subit la technique et chute) et de Tori (qui est attaqué et applique la technique) sont d'égale importance et doivent être abordés avec le même sérieux car ils constituent les deux faces indissociables de la situation qui sert de cadre d'étude.
Dans cette même logique et conformément à l'objectif de la discipline, chacun doit s'efforcer de pratiquer avec la plus grande diversité de partenaires, représentants des types humains différents de par l'âge, le gabarit, le sexe ou le niveau technique. La tentation est souvent grande de ne travailler que par affinité, mais ce serait là limiter considérablement la portée de l'expérience qu'il est possible de vivre dans le Dojo (Lieu où l'on pratique un art martial).
La tenue traditionnelle pour la pratique de l'Aïkido est composée du GI attaché grâce à une ceinture ou OBI, et de l'HAKAMA, sorte de jupe-culotte noire, qui fait partie de la tenue traditionnelle japonaise. Il sert comme vêtement de travail, pour se protéger de la poussière, et comme tenue de cérémonie. Un grand soin lui est accordé. Les ZORI sont des sandales de paille, que l'on porte en allant vers le tatami.


Le travail de l'Aïkido est composé de plusieurs formes :
Le travail "mains nues" est la forme traditionnelle de travail.
Il se décompose en trois formes :
Suwari Waza : les deux partenaires sont à genoux
HamniHandachi Waza : l'attaquant est debout
Tachi Waza : les deux partenaires sont debout.
Le travail avec les armes est un dérivé de la pratique à mains nues.
Les armes utilisées sont le tanto (ou couteau), le jo (bâton d'un mètre vingt environ) et le bokken (sabre en bois). Les attaques au couteau se pratiquent essentiellement contre mains nues, alors qu'il existe de nombreuses applications techniques entre les différentes armes.
La progression se fait par degrés appelés " KYU " du 6ème au 1er KYU.
Après le passage du 1er KYU, la ceinture noire est décernée à la suite d'un examen technique devant une commission de hauts gradés.
L'enseignement de l'Aïkido est assuré par des professeurs diplômés d'Etat. Des stages nationaux sont organisés tout au long de l'année par des experts japonais et des hauts gradés français.
La France est le pays au monde où l'Aïkido est le plus implanté. Il y a été pour la première fois présenté en 1951 par Maître Minoru Mochizuki et s'est dans un premier temps, dévelopé grâce aux professeurs de Judo, fortement intéressés par cette nouvelle discipline.
Le développement de la discipline a été continu depuis lors et s'est effectué dans un cadre fédéral qui n'a cessé d'évoluer pour s'adapter au mieux à une réalité en plein devenir.

Aujourd'hui, la F.F.A.A.A. fondée en 1983, agréée par Jeunesse et Sports, membre de la Fédération Internationale d'Aïkido, compte environ 800 clubs et 35 000 pratiquants.

 

 

Stage MB 2007046.jpg

 

Les femmes sont-elles nombreuses à pratiquer l'aïkido ?
"Il y a environ 30% de femmes qui le pratiquent mais ce pourcentage peut varier suivant les régions et les pays. Et ce chiffre est en nette progression. Beaucoup de femmes viennent dans mon cours pour retrouver leur énergie. Je pense d'ailleurs que l'aïkido est l'art le plus adapté aux femmes. En plus, il est accessible à tout type de femme et à tous les âges."

Qu'est ce qui les attire dans cet art ?
"C'est d'abord le côté non violent car on n'utilise pas la force dans l'aïkido. Il est efficace pour gérer son stress et améliorer ses relations avec autrui. Ensuite, c'est le côté artistique qui les attire beaucoup : l'aïkido ressemble beaucoup à un enchaînement de chorégraphies. Les femmes aiment la tenue, composée d'un Keiko-gi (sorte de Kimono) et d'une jupe-culotte noire ou bleue nuit (le hakama) qui donne un aspect très esthétique."

 

24/03/2008

René Trognon sensei by aikidoka.fr

2111844089.JPG
Stage : René Trognon à Sarrebourg
AikidoKa Magazine - 18-03-2008
1229527707.JPG

19/10/2007

aikido au feminin !!!

L'Aïkido au féminin

Écrit par Coron Joelle

Dans l’esprit du grand public l’aïkido est fréquemment confondu avec un sport de combat.

Or l’Aïkido est très littéralement un art martial : si l’aspect martial est très souvent placé au premier plan, l’art est par contre souvent oublié.

Il est pourtant à considérer en tant que tel, l’apprentissage de l’aïkido, nécessite la même rigueur, la même minutie que tout autre activité artistique, ce sont là les « bases » de l’aïkido, qui ne sauraient s’inventer ou s’éluder et qui nécessitent un effort régulier d’investissement dans l’apprentissage. Vient ensuite l’interprétation personnelle que chacun selon sa prédisposition propre et sa conformation physique aura à mettre en place. Par contre à aucun moment de ce parcours la force physique n’est nécessaire ni même souhaitable : elle est souvent utilisée « à contre sens », surtout par les débutants, pour passer « malgré tout » un geste incorrect dans l’opposition au partenaire. C’est dire que les femmes y sont aussi aptes que les hommes et ce pourquoi les entraînements sont mixtes et ne tiennent pas compte des poids et tailles des partenaires respectifs. Donc point n’est besoin d’être doté d’aptitudes physiques exceptionnelles pour pratiquer l’aïkido. Il n’est ni utile ni souhaitable de renforcer ses capacités physiques par un travail de musculation ou d’endurance …qui peut au contraire venir cristalliser des attitudes fausses.

Reste l’aspect martial, auquel les femmes sont traditionnellement réputées étrangères car littéralement « ayant trait à la guerre » et de ce fait dévolu aux hommes. Même lorsque le monde était en guerre, les femmes n’ont jamais été préservées et on peut considérer qu’elles avaient dans les siècles passés un rôle de « gardiennes du foyer » et se trouvaient, de ce fait, peu aux prises avec le monde extérieur, quitte à en être victimes Notre monde occidental ne se trouve pas en guerre, mais il est parfois plongé dans l’insécurité ; la société dans laquelle nous vivons et les mutations rapides dont elle fait l’objet sont souvent source de tensions et de stress, pour les femmes qui ont la nécessité d’y prendre et d’y tenir leur place. Comment, en effet, pourraient-elles y vivre, hors de tout contexte en se réfugiant dans un angélisme béat ou derrière les murailles de leur propre peur ?
Ne pas prendre en compte les femmes dans une pratique d’art martial serait contraire à l’harmonie du monde (Aïkido signifiant voie de l’harmonie). Il ne s’agit pas, pour elles, de devenir des combattantes- le terme même pourrait induire la confusion car souvent lié à des idées d’affrontement et d’opposition- mais d’offrir à chacun(e) la possibilité d’évacuer les stress répétés au quotidien.

Sans développer longuement les situations extrêmes avec une irruption imprévue et brutale de violence, il faut cependant noter que la sidération par la peur ou la fuite incontrôlable peuvent être, dans une certaine mesure, maîtrisées par la respiration ou la simple idée que, peut être, quelque chose pourrait être tenté. L’acquisition de nouveaux réflexes qui, si ceux-ci ne sont pas des réflexes « guerriers » (durant les premières années de pratique) permet néanmoins de « survivre » en situation d’attaque, c'est-à-dire, à savoir au moins se protéger dans le pire des cas.

En leur donnant les moyens mentaux de ne pas se placer dans une situation de victime passive, résignée à subir toute agression ou attaque, en développant la détermination et la capacité d’anticipation des pratiquant(e)s à l’encontre de toute menace de violence,l’aïkido permet à chacun d’accroître ses capacités naturelles à gérer une situation problématique en évitant toutes sources de conflits inutiles et stériles.

Naturellement il ne s’agit pas d’un remède miracle qui ferait disparaître, ipso facto, toutes les situations de stress ou de tension mais de la capacité d’élaborer une ligne de défense qui permet d'accroître les capacités d'adaptation et de résistance des pratiquant(e)s , de prendre confiance en soi et en ses capacités physiques avec une meilleure connaissance de ses forces et de ses limites. En favorisant une meilleure maîtrise de soi dans une situation donnée, (qu’elle soit par exemple d’ordre familial et/ou professionnel) l’aïkido permet d’apprendre à contrôler ses émotions sans que ce soit au contraire celles-ci qui prennent le contrôle et ainsi d’atteindre une meilleure gestion des sentiments tels que la peur, et/ou la colère, par exemple

Bien plus encore que tous ces aspects, la partie martiale est un support pour changer sa façon de vivre (l'Aïkido est un art de vivre...). Si, effectivement, à l'Aïkido, on apprend à se défendre efficacement, c'est parce qu'on a changé sa façon de faire, de penser, de réagir… on ne répond pas à la violence avec de la violence. Ce ne sont pas les techniques d'Aïkido qui sont terriblement efficaces : c'est l'Aïkido qui s'exprime par elles qui l'est. De toute façon, la non-violence devrait pouvoir être un choix : seul le fort peut être non-violent, le faible n'étant qu'impuissant. L'aïkido,  en démontrant que la violence est  inutile, permet à chacun de développer sa capacité de se situer dans le monde : l'Aïkido est  un art martial non-violent. En ce qu’il est ouverture et présence au monde en même temps qu’affirmation du soi, l’Aïkido dépasse les frontières étroites du Moi et tend à  atténuer, c’est un euphémisme, les manifestations de l'ego.

En conclusion, l'Aïkido permet de se connaître mieux et d'appréhender les situations conflictuelles différemment. Les pratiquant(e)s doivent y apprendre à éviter les rapports de force (où, en général, les femmes sont en situation défavorable).

Si le rapport de force est engagé, l'Aïkido aide à s'en dégager sans se situer d’entrée de jeu comme victime. Parce qu’à l’origine, l'Aïkido a pris forme à partir de situations extrêmes où la vie était en jeu (un combat), il vise à y apporter une réponse universelle (dans le sens : qui marche tout le temps) et non-violente.




 

 

Un tiers des pratiquants d’aïkido sont des femmes. La pratique régulière de cet art martial peut bouleverser leur existence. Jusqu’à devenir un art de vivre.

Parmi les vertus de l’aïkido qui ont séduit les femmes : l’absence de compétition, le travail intérieur sur l’agressivité (certains psy recommandent cette pratique), la prise de conscience de la mécanique de son corps et du rapport à l’autre, le besoin nul d’utiliser la force, l’efficacité de cette technique d’auto-défense adaptée aux agressions classiques, la réelle facilité des débutants à s’intégrer dans un cours.....