12/08/2014

aikido News

Cours initiation à Ecole Ryushin Shochi Ryu

avec Farouk Benouali

cdominique pierre,ooerdoo,michek becart,bizerte,kef,parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei,leo tamaki,hino akira

 
 Reprise des cours ... Debut septembre 
 
 

interview et demo de l'equipe de Metline pour oordoo tv 

https://www.facebook.com/AikidoTN/photos/pb.1973294369726...

 

Photo du stage de Chatt - Mami

michek becart,bizerte,kef,parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei,leo tamaki,hino akira

 

Stage Interclub le 18 Mai 2014 à chatt Mami

michek becart,bizerte,kef,parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei,leo tamaki,hino akira

Nous participerons Nchallah au stage de 

Dominique pierre sensei

à Strasbourg

http://aikidopierredominique.blogspot.com/2014/04/stages-...

 

michek becart,bizerte,kef,parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei,leo tamaki,hino akira

 

michek becart,bizerte,kef,parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei,leo tamaki,hino akira

Stage de fin de saison avec Ruben varona sensei 

du 20 au 22 juin

Stage a places limitées 

michek becart,bizerte,kef,parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei,leo tamaki,hino akira

 

 

 

Stage Aikido avec si ezzedine Toumi  - Sousse 2013

dominique pierre,oordoo,michek becart,bizerte,kef,parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei,leo tamaki,hino akira

 

 

Mokhtar chez   Michel Becart sensei 

bizerte,michel becart,kef,parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

Regroupement interclubs a bizerte

 

bizerte,parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

Cours aikido 

au

Parc Nahli le 20/10 de 10h à 11h30

 

bizerte,parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

 

 

Stage Interclubs a Bizerte 

 https://www.facebook.com/media/set/?set=a.593138067...

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

Pour cette saison AUSSI  les cours aikido de l'ariana auront lieu au

Shaolin budo center- cité la Gazelle

1er groupe: Lundi, mercredi et vendredi à 19h45.

2ème groupe:Samedi 15h30 et le dimanche 11h30 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

 

Participation de Madame Neila ghannouchi

au stage de Leo Tamaki sensei en belgique 

 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

Stage aikido en plein air de 9h a midi.

dimanche 26 mai/2013
lieu: Chatt Mami (entre metline et ras djebal).
au programme:kenjutsu de 9h a 10h30 et 10h45 a 12h taijutsu
ps:ouvert et gratuit

 Participation de Mr Djamil loucif au stage de Me Michel Becart à Paris 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

Particpation de notre equipe au stage de NEBI VURAL SENSEI  à Sabadell - espagne 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

Bonne année à Tous 

Pour cette saison les cours aikido de l'ariana auront lieu au shaolin budo center- cité la Gazelle ( Salle en renovation) et  ce le lundi mercredi et vendredi à 20h.

ainsi que le samedi 15h30 et le dimanche 11h30 ( pour le groupe de la gazelle )

 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

 

Pour nous contacter :

53.825.535 / 20.025.535

 

cours en plein air ce dimanche 11/11/2012 au Parc El Nahli

( près de la surface de jeu du paint -ball ) 

de 10h à 11h30

et 

de 11h45 à 13

( le cours est gratuit et sans engagement de votr part )

 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

 

 

 

cours ce mercredi avec madame marie joe ibanez.

de 20h à 21h30.

 Shaolin budo center- La gazelle 

 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 
L'Association Tunisienne d'Aïkido et de Budo démarre la saison 2012 dans le Shaolin Dojo à cité la gazelle. Les cours seront dirigés par Souheil Mrad Sensei (4ème Dan) et Eric Béteau Sensei (2ème Dan) Lundi, Mercredi et Vendredi de 20h00 à 21h00
Samedi de 15h30 à 17h00 et Dimanche de 11h30 à 13h00
Les cours à l'Ariana reprendront dès la fin des travaux de rénovation de notre ancienne salle ou si nous trouvons une nouvelle.
Plus d'infos au 20.025.535

 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

 

Bonne saison aiki a tous !!

 notre programme:

Fin decembre passage de grade,

debut avril stage Nebi vural sensei

mi mai passage de grade,

mi juin stage avec Ruben varona sensei

et .....

les stages de nos amis de l'ASA

 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

 

 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

 Polo de l'asso

Prix:25dt

 

 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

Dojo de Metline / BIZERTE

Souheil Mrad | Créez votre badge

 

Cours aikido avec Mr Turki le 27/06/2012 à 20h

au Shaolin budo center - Cite Lagazel

 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

 

Stage Aikido avec Ruben Varona sensei 5ème dan et ses eleves 

et ce le 29 et 30 juin ainsi que le 1 juillet 2012

  Programme:

Vendredi 19h30 ;samedi 9h30 et 14h;

Dimanche 8h ( séance plein air au parc du Nahli )

 

parc nahli,sabadel,tennis club d'alain savary,qi gong,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

Cotisation:25dt adultes - 15dt enfants ;Lieu:Shaolin Budo center - Cite Lagazelle / Ariana

 

 

Suivez nos actualités sur facebook.com

https://www.facebook.com/pages/Association-Tunisienne-dAikido-et-de-Budo/197329436972627

 

 

Cour QI GONG ce soir à l'ariana - 20h30

avec madame Anetta 

 

Bonne année à tous ...

le 2 janvier cour avec mr

Masamichi Konno

 

au dojo de l'ariana

 

tennis club d'alain savary,bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

Lancement d'une nouvelle section aikido

au

Tennis club d'alain savary

 

article par tekiano.com

http://tekiano.com/ness/20-n-c/4460-tunisie-aikido-lart-d...

 

 

Du

Ninnjutsu

bujinkan

à l'ariana le 19/11 à 19h30

cot:5dt

 

 

bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

 

http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/Ninja

 

Jaff raji sensei à Monastir-tunisie , Nov 2011

Stage organisé par nos amis de l'association sahelienne d'aikido


http://www.youtube.com/watch?v=OP3EJ2wHjKU

 

 

 

Traditionnellement, la pratique dans un DOJO ("lieu d'étude") s'inscrit dans la "voie des BUDO" : chemin d'accomplissement de l'homme au travers des disciplines de traditions martiales.

Les traditions qu'enseigne Jaff RAJI et avec lesquelles il empreinte ce chemin d'accomplissement de soi-même, s'appellent : AIKIDO, JODO et IAIDO. Ces trois voies contribuent au développement de l'unité de l'homme. Ces trois disciplines sont issues des traditions guerrières du Japon féodal du Moyen-Age et même plus anciennes. Elles ont eu aussi des traditions identiques dans nos sociétés occidentales du Moyen-Age. Une longue lignée d'hommes qui a contribué de fait à l'histoire de l'humanité. C'est avec grand respect qu'il considère ces hommes qui ont su perpétuer ces traditions et qu'il pratique ces disciplines.

Aujourd'hui, l'aspect guerrier de ces disciplines est transcendé. Elles sont devenues, dans notre monde contemporain, depuis le début du 20ème siècle, des voies d'éducation et de formation de l'homme moderne. Elles appellent l'homme à se transformer pour son meilleur équilibre, au travers de son corps, de ses émotions et de son esprit. Elles proposent de créer une unité parfaite entre ces trois centres et de s'exprimer ainsi comme un seul centre grâce au KI (concept japonais) ou dans notre langue, souffle ou énergie…

C'est dans ce sens que Jaff RAJI a abordé la pratique de l'AIKIDO, du IAIDO (IAIJUTSU) et du JODO à ses débuts, et c'est aussi sous cet aspect qu'il les enseigne depuis maintenant plus de 25 ans.

Sa compétence technique et pédagogique est aujourd'hui connue et reconnue dans le monde du BUDO. Sa méthode de transmission de ces disciplines, tout à fait personnelle, est appréciée et sollicitée dans de nombreux pays. Cet enseignement, qui au-delà de l'aspect purement technique et physique, propose une possibilité d'éducation complète aux pratiquants adultes et enfants, d'avoir un regard et d'accomplir un profond travail sur eux-mêmes. Grâce aux outils qui constituent les fondements de ces disciplines, tout un chacun par ce travail peut décider d'en faire une philosophie de vie et ainsi, se réaliser au sein de notre société exigeante.

Le rayonnement de son travail et de son enseignement depuis une quinzaine d'années s'est fortement amplifié. Il s'adresse à tous les pratiquants, de tous niveaux, jusqu'aux professeurs. Il exerce bien sûr dans la ville où il réside : RENNES. Il contribue au développement de ces arts dans le département d'Ille & Vilaine. Il y forme de nombreux élèves, gradés et professeurs et soutient l'ouverture de nombreux DOJO. Il est responsable de l'AIKIDO à l'université de Rennes1 dans le cadre du S.I.U.A.P.S. Il enseigne également dans de nombreuses régions de France, et régulièrement dans divers pays d'Europe, d'Amérique et d'Asie : Île de la Réunion, Autriche, Allemagne, Chili, Equateur, Espagne, États-Unis, Hongrie, Irlande, Italie, Maroc, Madagascar, Roumanie, Slovaquie, Taiwan, Vénézuéla, , …

Ses élèves de l'étranger ainsi que ceux de diverses régions de France, en dehors des stages qui se déroulent chez eux, viennent régulièrement le visiter à Rennes, pour des séjours plus ou moins longs pour pratiquer, se perfectionner et se ressourcer.

Il enseigne aussi le "travail sur le corps" à différents groupes de professions diverses et artistiques, comme l'association OPTIMA spécialisée dans la médiation à Rennes et Nantes, le Théâtre National de Bretagne de Rennes, l'Institut International des Marionnettes de Charleville – Mézières, ou encore le centre pénitentiaire pour femmes de Rennes...

 

bujinkan,ninjitsu,jaff raji,beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

C'est officiel le 22 juillet 2011 naissance  de l'association tunisienne d'aikido

et de budo

présidée par mr Walid Mazghani

 

 

beni mtir,piano,webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

* Et de 3 pour l’ATLAS MUSIC ACADEMY à Béni Mtir 

 

http://www.hammam-ensa.com/details_articles.php?art_id=1620

webmartial,ramadan,ariana,tunis,aikido,el menzah,tamura sensei,nebi vural,art martial,self defense,rene trognon,ed germanov,toyoda sensei

 

Reprise des cours aikido après ramdan nous serons ravis de vous voir parmi nous

* le 19 sep 2011  reprise a l'ariana

 

 * le 24 sep 2011 reprise a la cite la gazelle

 

Changement d'adresse pour le Dojo d'El Menzah :

Nous sommes actuellement a la salle de sports qui est deriere 9assr al wilaya d'Ariana , rue Belhsine Jrad

sur google map 36.852926, 10.189256

 

 

 

 

et ce a partir du 8 fevrier 2010

Les horaires: Lundi,mercredi et vendredi 19h30

Plus d'infos :

Tel:20025535

ctaikido2@yahoo.fr

 

DSC00030.JPG
salle de l'ariana 3.JPG

 

Cours Aikido le 7 Mars 20h à l’Ariana

Avec

Ed Germanov sensei

 

 

DSC00014.JPG

About the sensei :born on the 5th of May 1966 in Sofia. He has practised martial arts since 1980. At the beginning he practised Kyoku shin kai Karate, than Judo and since 1987 he has practised Aikido.His first Aikido teacher is Petko Petkov Sensei, than he continuous his training with Georgy Penev Sensei – the Aikido founder in Bulgaria.In 1989 Sensei Germanov taught as an instructor in Aikido Association Sofia.
In 1990 he founds the Bulgarian Aikido Association (BAA) and now he is a president of BAA and chief instructor.

In 4 of October 1990 he, together with Tzvetanov Sensei and Yurukov Sensei, organises the first visit of Japanese Shihan in Bulgaria and defendes I dan in the presence of Shihan Fumio Toyoda.In 1992 Germanov Sensei defendes II dan and in 1994 – III dan in Chicago – again in the presence of Shihan Fumio Toyoda.In June, 1997 he defends IV dan again in Chicago. At the end of the same year Sensei Germanov founds the Bulgarian Aikido Foundation, which aims to help the activity of BAA.In 1998 he passed a heavy Zen training in the monastery Cho Zen Gy in Hawaii. In the same year Germanov sensei is trained by Doshu Moritero Yeshiba at Aikikai Hombu dojo, Tokio and by Shihan Kobaiashi – the president of Aikido Kobayashi rju -IX dan .Today Sensei Germanov is an official representative of Shihan Toyoda for Bulgaria as his long-lived student. He is a member of teaching and examination committee of the International Aikido Association and he leading seminars in Serbia and Poland.

 

Mais aussi

 

le 7 mars stage PNL à l'hotel maison blanche- Tunis avec madame Abdelmoula

plus d'infos contacter :

Article Aikido sur webmartial.com

Aïkido

01/07/2014

Stage Systema en Tunisie

2014-07-25 13.58.21-2.jpeg

concernant le planning

 

 
le stage sera dirigé par Mr christophe peytier 
cotisation:80dt

 

28/04/2014

Stages aikido avec Luc Bouchareu Shihan en Tunisie

Notre prochain Stage sera animé par Luc Bouchareu Shihan, 6° dan de l'Aïkikaï de Tokyo.Luc Bouchareu est Chargé d'Enseignement National pour la F.F.A.B et auteur/co-auteur de plusieurs ouvrages de références sur l'aïkido (livres, D.V.D...).Technicien de haut-niveau, il est aussi un grand pédagogue, dont les pratiquants apprécient la chaleur et l'humanité depuis plusieurs années. 

luc stage test 8 .png

ENTRETIENT AVEC LUC BOUCHAREU 

entretien luc bouchareu.pdf

 

 

Nous participerons au stage d'ete de luc sensei ainsi que jacques bardet shihan  robert d'alessandro sensei 

 

luc bouchareu 2014.jpg

 

Pour la saison 2014/2015 deux stages sont programmés 

Mi décembre et Mi avril 

 

 

2014-07-07 12.06.16.jpg

 

 

 Photo de Groupe stage Martres et tolsane - 2014

 

2014-07-07 19.31.33.jpg

 Jacques Bardet sensei 

 

 

Robert d'alessandro sensei

2014-07-07 19.32.28.jpg

24/09/2013

News !

Stage Interclubs le 18 Mai a Chatt Mami - route Metline/Bizerte

de 8h30 à 12h30

 

Le 29 sep inter-clubs a bizerte.

de 9h a midi.
lieu:maison des jeunes sidi salem- bizerte 
(37.281463, 9.877819)
(+37° 16' 53.27", +9° 52' 40.15")
programme:kumijyo et taijutsu....

 

 

 




 

 

seminaire d'aikido dirigé par  

Hiroaki Kobayachi

le 22, 23 et 24 octobre
Lieu :salle federale cité des jeunes el Menzeh
,tunis

affiche nouno fini.jpg

la nouvelle version de webmartial

Webmartial : arts martiaux, sports de combat, mma, free fight, combat libre

 

Cérémonie en hommage à TAMURA Shihan le 4 septembre 2010 à partir de 15h30 à BRAS.Les personnes qui se sont inscrites afin de participer à cet hommage peuvent trouver sur le site de l'Ecole Nationale d'Aïkido www.ena-aikido.com
sous la rubrique "Comment y accéder" des informations utiles à leur venue.

sugano-sensei.jpg

 

* C’est avec une énorme tristesse que je vous annonce le décès de

Sugano Shihan,

survenu à New York le 30 août 2010. Après avoir marqué à jamais notre pratique de l’aïkido et notre vie, et après avoir relevé tant de défis à force de courage, Sensei a finalement franchi le pont qui se tient entre la terre et le ciel. Un hommage lui sera également rendu en Belgique.

 concernant Seiichi Sugano:  (1939, né au Japon) a commencé à étudier l’art de l’Aïkido à l’âge de 18 ans. Il débute rapidement une vie d’apprenti sous la tutelle directe du Fondateur de l’Aïkido, Ueshiba Morihei.Aujourd’hui, il est 8ème Dan (Niveau) et a le titre de Shihan (Maître parmi les Maîtres) au sein de l’Ueshiba International Aïkido Foundation au Japon. Pendant ces années d’études au Japon il a également étudié le Boudhisme Zen dans un Temple.En 1965, il est envoyé par le Fondateur en Australie pour créer la Fédération australienne d’Aïkido dont il est toujours le Président aujourd’hui. Il a étudié et est certifié en Acuponcture. Il a aussi été l’élève d’un Maître Zen Chinois et a été initié comme moine sous le nom de « EKAI ». Il a également vécu dans un monastère Tibétain en Himalaya.Treize ans plus tard, il est venu vivre en Belgique et enseigna l’Aïkido en Europe qui compte à l’heure actuelle beaucoup de ses adeptes.En 1988, il est parti s’établir à New York (où il réside encore à l’heure actuelle) et y poursuit l’enseignement de l’Aïkido. Il y étudie et pratique également l’escrime et a participé à d’innombrables compétitions du Championnat National et de la NAC.Au-delà de ses enseignements au niveau international, Sugano Shihan est encore un membre éminent du Superior Council de la Fédération Internationale d’Aïkido.

 

lesneven2006_0678.jpg

 

*Décès de Tamura sensei

vendredi soir 9 juillet 2010 vers 19h.

En ce moment le monde de l'aikidô est en deuil, un monstre sacré de l'aikidô vient de disparaître. Il s'agit de sensei Nobuyoshi Tamura, 8ème dan d'aikidô (ayant refusé le 9ème).

http://www.leotamaki.com

 

 

Dojo en syrie

www.syriandojo.com

Master Class 2010
à Bruxelles

Minoru Akuzawa Senseï
Le Maître de l’Aunkai


Le principal intérêt de la méthode d'Akuzawa senseï est qu'elle s'attaque à un travail de fond, au-delà de la technique. Une façon d'apprendre à utiliser son corps qui permet ensuite de réaliser plus efficacement les gestes des voies que l'on suit et dans lesquelles les méthodes de développement ont parfois été oubliées.

L'Aunkaï est une méthode de Bujutsu Tanren. Les exercices enseignés permettent de développer la conscience du corps, d'en construire l'armature, d'en développer le cœur, l'essence.
Un travail vraiment exceptionnel…
25 et 26 mai 2010 de 19h30 à 22h00
Participation : 35€ le cours/60€ deux cours

Ces stages sont ouverts à toutes disciplines et pour tous niveaux.
Lieu:
Dojo ACEPO
Rue Metsys, 91
1030 Bruxelles

Kono Senseï
Le dernier des Budokas


Yoshinori Kono est sans conteste le Budoka le plus célèbre du Japon.
Capable d’améliorer les performances de sportifs de haut niveau ou le jeu de musiciens professionnels grâce à  l’utilisation du corps selon les principes du Bujutsu, il est surtout un pratiquant d’exception excellant aussi bien dans le travail aux armes qu’à mains nues.
Un enseignant à découvrir absolument…
23 juin de 19h30 à 22h00
Participation : 45€
Ces stages sont ouverts à toutes disciplines et pour tous niveaux.
Lieu:
Dojo ACEPO
Rue Metsys, 91
1030 Bruxelles

Note ami

Farouk Benouali

dirigera un stage aikido-Bukiwasa

le 12 ainsi que le 27-28 & 29 decembre à Lyon

farouk benouali - iaido Photo 292.jpg

Photo du stage aikido à Sfax avec Michel Benard sensei & Bruno Both

photo de groupe 2.JPG

 

la famille aikido est en deuil: Jean-Yves LE VOURC'H est décèdé

Pour la première fois une equipe tunisienne participera officiellement au championnat du monde du kenpo à BOUKHARESTE la ROUMANIE du 26/10/2009 --31/10/2009 ,l'equipe est composée de nos amis du Shaolin Budo center la gazelle ainsi que nos amis du centre sportif du nord ( Bizerte ).

afis_wkc_2009mediu.jpg

Tunisie : Michael Jackson dans nos salles de cinéma

«This is it», le tant attendu film documentaire sur Michael Jackson sera, mercredi 28 octobre, dans les salles de cinéma en première mondiale. Exceptionnellement, les fans tunisiens du King of Pop pourront regarder le film à peine 2 jours plus tard. Parce que «This is it» sera projeté en Tunisie dans 5 salles de cinéma, le vendredi 30 octobre. Ce documentaire sera projeté aux salles suivantes de la capitale : Hannibal d’El Manar, le Colisée au centre ville de Tunis et Alhambra à El Marsa. Ceci en ce qui concerne les salles de la ville de Tunis. Mais les régions ont aussi pris part aux droits de diffusion puisque le film défilera à partir de la même date au cinéma «Le Palace» à Sousse. A Sfax, c’est «l’Etoile» qui scintillera en projetant cette œuvre cinématographique tant attendue.

Ces informations nous ont été confiées par Quinta Distribution, société de l’incontournable producteur tunisien Tarak Ben Ammar. Rappelons que ce dernier, ami intime de Michael Jackson, était le manager du king of pop de 1996 à 1998. Il a même produit Michael dans une tournée mondiale de 52 concerts dont un mémorable show qui a eu lieu en Tunisie le 7 octobre 1996 au stade d’El Menzah. Inscrit dans le légendaire History World Tour, ce premier concert que Michael Jackson ait donné en Afrique a réuni 60 000 personnes et a marqué les mémoires de toute une génération. Selon Quinta Distribution, le film sera disponible aussi dans les centres culturels et les théâtres municipaux.

Des centaines de milliers de fans attendaient le retour de Michael Jackson sur scène pour «This is it» annoncée comme sa dernière tournée. , la star avait prévu 50 concerts à Londres, 1 150 000 sièges.25 juin 2009, la légende du pop nous a quitté et la tournée a été, bien évidemment, annulée. Peu de temps après, c’est un film qui a pris l’intitulé de la tournée.

Ce film documentaire réalisé par Kenny Ortega se veut un témoignage rare sur l'interprète en train de développer, créer et répéter pour ses concerts - tous complets - qui auraient dû se dérouler à l'O2 Arena de Londres. Chronique des mois d'avril à juin 2009, «This is it» est tiré de plus d'une centaine d'heures de séquences filmées en coulisses, présentant Michael Jackson répétant plusieurs de ses chansons pour le spectacle. En aout 2009, la Cour supérieure de Los Angeles a approuvé un accord entre AEG Live, le promoteur de la tournée This Is It, et Sony Pictures concernant la succession des droits d'auteur sur les séquences filmées en préparation de la tournée. L'accord permet à Sony Pictures d'éditer des centaines d'heures d'images moyennant un versement de 60 millions de dollars pour les droits cinématographiques. Il a été confirmé que les séquences qui seront sélectionnées seront en 3-D. De plus, le film comprendra une rétrospective de la carrière de Michael Jackson ainsi que des entretiens avec d'anciens amis de la star. La bande-original du film «This Is It», sortira en CD, le 26 octobre 2009. Au final, les producteurs du film permettront au public d’avoir un regard privilégié sur ce génie du show lorsqu'il mettait les dernières touches à son spectacle… désormais posthume.

d'après

www.Tekiano.com

compagne publicitaire pour notre salle dojo de la gazelle dans

le journal lapresse et le temps

kamel 2 b.jpg

La Troupe japonaise de danse et de musique traditionnelles

« Ryûjin» est en Tunisie

A l’occasion de la tenue de la 33ème Assemblée générale du Conseil international de la musique qui se tiendra à Tunis, du 15 au 22 octobre 2009, l’Ambassade du Japon organise, en collaboration avec le Comité culturel national, un spectacle musical, le lundi 19 octobre 2009 à 19 heures, à la Maison de la Culture Ibn Rachiq.
Célèbre groupe de tambours, de  danse et de musique traditionnels d’Okinawa, un petit archipel situé à l’extrême sud du Japon,  « Ryujin », rendra visite en Tunisie à partir du 17 octobre 2009 avec ses cinq artistes renommés.

Aikido seminar in istanbul

with

Nebi vural sensei

31 october - 1 november  2009

Boğaziçi Üniversitesi

 

KarmaKula: Mystic Warrior

la nouvelle serie

Karma kula  the Mysthic warrior

http://karmakula.ign.com/

 

Gamers Week à El Menzah

Une semaine de jeux vidéo, ambiance conviviale et des cadeaux. C’est ce que propose la communauté Tunisia Games du 16 au 23 Octobre prochain à El Menzah 1. Un village de tentes accueillera la manifestation et sera mise en place en face du stade d'El Menzah.

Durant cette semaine, les gamers pourront s’affronter dans plusieurs jeux : StreetFighter, WoW (World Of Warcraft), Need For Speed Shift, Guitar Hero, Dota, Counter Strike, Fifa 10. La compétition se déroulera chaque jour de 16 à 22h au courant de la semaine et de 10h du matin à minuit durant le weekend.

Les cadeaux qui attendent les gagnants vont de mini PC à des consoles de jeux en passant par des téléphones GSM et des cartes de recharges WoW.

http://www.gamers-week.com

guitar.gif

Miz à jours du blog d'Ivan Bel

http://fudoshinkan.over-blog.com

Windows 7

Microsoft joue gros avec la sortie, jeudi, de Windows 7, son nouveau système d'exploitation. Une campagne de promotion titanesque est prévue, avec notamment une saga de neuf spots à la télévision dès le lancement, ainsi que 1 400 journées de démonstration à travers la France. En magasin, Microsoft a formé 5 000 conseillers pour donner un coup de pouce aux ventes de son nouveau système d'exploitation. À Paris, la marque a même ouvert un Windows Café, lieu éphémère d'information et d'échange sur Windows 7, mais attention : ce n'est pas un point de vente.

 

ATLAS MUSIC ACADEMY 2009 – 1ère Edition

http://www.hammam-ensa.com/details_articles.php?cat_id=45...

La 1ère Edition du Stage et du Concours des jeunes pianistes organisée par ATLAS (Association Tunisienne pour le Leadership, l'Auto développement et la Solidarité), le Laboratoire Afro-Asiatique d'Art et de Culture en partenariat avec l’Ambassade de Pologne en l'honneur du 200ème Anniversaire de la Naissance de Frédéric CHOPIN en 2010 s’est terminée en beauté, le Samedi 21 Novembre 2009 au Palais Ennejma Ezzahra à Sidi Bou Saïd.

C’est dans ce lieu magique qu’est la Maison duBaron d’Erlanger et en présence de nombreuses personnalités et bien sûr de leurs familles que chaque enfant a eut le privilège d’interpréter un morceau. Les jeunes ont aussi reçu leur attestation de stage et pour les participants au Concours, leur diplôme et leur prix (pour les premiers).
Les invités ont été accueillis par M. Mounir HINTATI, le maître des lieux, Directeur du Centre Ennejma Ezzahra - Centre des Musiques Arabes et Méditerranéennes (CMAM). Après les allocutions de M. Krysztof OLENDZKI (Ambassadeur de Pologne), de M. Mohamed ZIN ELAABIDINE (Représentant du Ministre de la Culture), de M. Ahmed CHOUBANI (Commissaire de la culture à Jendouba) et de M. Salah Brik El HANNECHI (Président d’ATLAS - Fondateur et Dir. du Festival ATLAS), Mme Fusun GURAY – REGAIEG (Dir. Artistique du Festival - Présidente du Jury du Concours) a présenté les enfants.
Enfin après une présentation des activités de l’Association ATLAS et un diaporama de photos du stage qui s’est déroulé du 1 au 9 Août 2009 à Beni Mtir, place à la musique avec au programme :
Mohamed CHERIF (8 ans) - Niveau Initiation
GAZOUILLIS D'OISEAUX (AARON) -DANSE INDIENNE (AARON)
Mériem RAJHI (8 ans ½) – 9 ans le jour du Concert ;-) - 1er prix Niveau Débutant
NOVELETTE (GURLITTE) - CHANSON FRANCAISE (TCHAIKOWSKY) -INNOCENCE (BURGMULLER)
Zeïneb MASMOUDI (12 ans) - Niveau Préparatoire
SONATINE en sol majeur (L.V. BEETHOVEN)
Inès GHOZZIA (9 ans) - Niveau Débutant
RONDE (B. BARTOK)
Wafa MBARAK (17 ans) - Niveau Préparatoire
PRELUDE (KABALEWSKY)
Inès TABKA (11 ans) - 2ème prix Niveau Préparatoire
POLONAISE en Si b Majeur (F. CHOPIN)
Mériem GHOZZIA (13 ans) - Niveau Élémentaire
BARCAROLLE (F. MENDELSSOHN)
Taher BOUZAKOURA (14 ans) - 1er prix Niveau Élémentaire
MAZURKA op 67 n°1 et 2 (F. CHOPIN)
Omar ATTIA (13 ans) - 2ème prix Niveau Élémentaire
HUMORESQUE op 6 (M. LEVIN)
Nada MESRATI (15 ans) - 2ème prix Niveau Moyen 1
MAZURKA op 67 n°4 (F. CHOPIN)
Meysoun SAHBI (20 ans) - Niveau Moyen 1
NOCTURNE op 55 n°1 (F. CHOPIN)
Tarak CHABAANE (16 ans) - Niveau Supérieur
ARABESQUE (C. DEBBUSY) -FANTASISTUCK AUFSCHWUNG (R. SCHUMAN)
Selma BAROUNI (14 ans) - 1er prix ex aequo Niveau Moyen 2
VALSE op 64 n°2 (F. CHOPIN)
Miriam MBARAK (18 ans) - 1er prix ex aequo Niveau Moyen 2
FANTASIE-IMPROMPTU (F. CHOPIN)
Sélim MRAD (17 ans) - 3ème prix Niveau Moyen 2
VALSE op 64 n°1 (F. CHOPIN)
Slim SELLAIMI (23 ans) - 2ème prix Niveau Supérieur
PRELUDE op 3 n°2 (S. RACHMANINOV)
Syrine MELITTI (22 ans) - Niveau Supérieur
IMPROMPTU op 142 n°4 (F. SCHUBERT)
Stéphane SAITTA (18 ans) - 1er prix Niveau Excellence
BALLADE n°1 (F. CHOPIN) -ETUDE op 10 n°12 (F. CHOPIN)
Sans oublier les deux jeunes du Conservatoire de Jendouba qui ont fait le voyage pour jouer avec leurs amis du stage de Béni Mtir et se sont joints au programme :
Souheil (17 ans)
Azza Maaroufi (18 ans) – Sonate au Clair de Lune (L.V. BEETHOVEN)
Une belle soirée et en tous cas de merveilleux souvenir pour tous les enfants, leurs familles et leurs proches.
Merci encore aux PARTENAIRES & SPONSORS de la 1ère Edition : Ambassade de Pologne - Gouvernorat de Jendouba - Ville de Béni Mtir - Auberge de Jeunesse de Béni Mtir- Commissariat Régional à la Culture - ATLAS (Association Tunisienne pour le Leadership, l'Auto développement et la Solidarité)
Un grand merci aussi à :  BANQUE DE L’HABITAT - AGILSONO MUSIC

RV pour la 2ème Edition du Stage et Concours pour les jeunes pianistes de 6 à 25 ans à Béni Mtir
- Stage & Concours du 15 au 24 Juillet 2010
>> Stage du 15 au 22 Juillet 2010
- Participants : 50 jeunes maximum
- Lieu : Beni Mtir (village à 650 mètres d'altitude, à quelques kilomètres d'Aïn Draham).
- Hébergement : Auberge de Jeunesse de Béni Mtir (douches à chaque étage sur le palier, chambres non climatisées)
- Encadrement : 3 Professeurs de piano étrangers + 3 Assistants spécialisés
- 6 heures de cours de piano sont garanties
Programme Musical : par degré avec limites d'âge*
Programme d'Animation :
- Yoga méditation, Yoga zen : chaque matin sous la direction d'un spécialiste.
- Excursions et animations quotidiennes diverses
- Cours de piano gratuits pour les enfants de Béni Mtir prodigués par les élèves les plus expérimentés
Et nouveautés pour cette 2ème Edition avec la mise en place d’un chantier social (aide aux plus démunis) et d’ateliers au choix (théâtre, aïkido ou apprentissage à la réalisation de savons, eaux aromatiques et d'huiles essentielles à base de plantes de la région de Aïn Draham).
Concours : Pré-sélection le 23 Juillet 2010 - Concours le 24 Juillet 2010
Par degré avec limites d'âge (un morceau imposé et un morceau au choix dans une liste prédéfinie par les organisateurs*).
Objectifs : Soutenir l'intérêt grandissant parmi les jeunes tunisiens au piano et élargir les horizons de la musique en Tunisie
* Le programme détaillé et les œuvres par degré avec limites d'âge vous seront envoyés sur simple demande au 97 445 922 (seulement l'après-midi) ou par mail fusun.guray@hotmail.com
Pour en savoir plus :
- Programme complet du concert du 21 Nov. 2009 et infos pour la 2ème Edition du Stage et du Concours des Jeunes pianistes en 2010  program_concert_erlanger_21nov2009.pdf,
- Stage & Concours de Piano - Pour les jeunes pianistes de 6 à 25 ans
- Chopin à Beni Mtir, en pleine forêt… - 1ère Edition du Stage et concours de piano pour les enfants de 6 à 25 ans
- ATLAS - Association Tunisienne pour le Leadership, l’Auto développement et la Solidarité -
http://www.hammam-ensa.com/details_articles.php?cat_id=71&art_id=894
- Le CMAM (Centre des Musiques Arabes et Méditerranéennes) -
http://www.cmam.nat.tn/fo/fr/index.htm et http://www.culture.tn/html/institutions/cmam.htm
 

Extrait du site http://www.hammam-ensa.com

 

program_concert_erlanger_21nov20092.JPG

 

compte rendu d'après Kapitalis

http://www.kapitalis.com/kultur/40-musique/1090-tunisie-c...

 

 

 

Nuit des Arts Martiaux Traditionnels

Nuit des Arts Martiaux Traditionnels (NAMT) aura lieu le 14 novembre à l'Institut du Judo et réunira à nouveau un groupe de maîtres exceptionnels.3h de démonstrations avec les plus grands maîtres des arts martiaux et pour la première fois en démonstration Hino Akira, le fondateur du Hino Budo

Voici la liste des participants:

Hino Budo

Hino Akira

Shorinji Kempo

Hiroshi Aosaka 8°dan

Aïkibudo & Katori Shinto Ryû

Alain Floquet 8° et 7°dan

Shodokan "Tomiki" Aïkido

Tsuchiya Satoru 6°dan

Aïkido

Léo Tamaki 4°dan

Taï Ki Ken

Sawada Mitsuharu

Uechi Ryu Karaté

Yukinobu Shimabukuro 9°dan

Taï Chi, Hsing I et Pakua

Kunlin Zhang 7°dan

Kyokushin Karaté

Fabrice Fourment 3°dan

Aïkido et Iaïdo

Philippe Cocconi 5° et 4°dan

NAMT09_web2.jpg

 

Stage ouvert à tous avec

Hino Akira sensei

Dimanche 8
Dojo Kikentai, 9h30 à 12h, 14h30 à 17h

Samedi 14
Dojo d'Herblay, 9h30 à 12h
Dimanche 15
Dojo Kikentai, 9h30 à 12h, 14h30 à 17h
Tarifs
½ journée 35
Journée 70
Préinscriptions
-Dimanche 8: 50€
-Samedi 14 et dimanche 15: 75€
-Stage complet (totalité des Master Class et cours supplémentaires): 180€
Cours supplémentaires
Attention, ces cours sont limités en nombre et réservés aux membres des dojos où ils ont lieu et aux participants des Master Class.
Lundi 9
Dojo d'Herblay, 19h30 à 21h30
Mardi 10
Dojo Archereau, 20h30 à 22h30
Jeudi 12
Dojo d'Argenteuil, 19h15 à 21h15
Vendredi 13
Dojo d'Argenteuil, 19h à 21h
Tarifs (par cours)
20€
Lieux
Dojo d'Herblay
Chemin de Chennevières
95220 Herblay

Dojo Kikentai
145 avenue Jean Jaurès
75019 Paris
Dojo Archereau
61, 63 rue Archereau
75019 Paris
Dojo d'Argenteuil
Gymnase Paul Vaillant Couturier
Rue Grégoire Collas
95100 Argenteuil
Les préinscriptions peuvent d'ores et déjà être adressées par chèque à l'ordre de Shinbudokaï à Masamune, 44 rue des Cordellières, accompagnées de votre nom, prénom, adresse e-mail, discipline(s) pratiquée(s).

hino akira.jpg

 

 

   

vivre en Tunisie

 

Photo du rassemblement de l'asociation sahelienne d'aikido

à l'occasion du 7 Novembre 2009

le cours à ete dirigé par Mr Ezzedine Toumi

 

Cours aikido avec Mr ezzedine.JPG
orange tunisie c le 5 Mai
http://www.orange.tn
 
 
 

 

06/09/2013

Rapport : ETAT DES LIEUX DES ARTS MARTIAUX TUNISIENS

Partie 1 : GENERALITES

 

Le présent « rapport » (ou compte-rendu), est un premier essai de document sur la situation des arts martiaux en Tunisie.Il est loin d’être exhaustif.

Il se base sur des faits, des récits, des témoignages ainsi que des constatations qui nous sont parvenus, ou que nous avons fait par nous-même,  depuis les événements de 2011. Ce rapport ne se considère pas comme une référence, son objectif est de mettre les projecteurs sur le monde des arts martiaux en Tunisie : pointer les dysfonctionnements, les paradoxes, éclairer les entraineurs et les pratiquants, essayer de donner une vision d’ensemble de ces disciplines un peu particulières et de proposer des orientations pour le futur, en vue de mettre en place un cadre légal dans lequel les arts martiaux en Tunisie pourraient se développer de façon harmonieuse, propre, et exemplaire.

Ce document vaut ce qu’il vaut.

Les propos du rapport n’engagent que leurs auteurs, et n’ont d’importance que si vous leur en donner.

--------------------------------- PARTIE 1 ----------------------------------------------------------

 La pratique des arts martiaux en Tunisie connait un fort développement depuis une 10ène d’année, et notamment après le tournant de 2011, tant au regard du  nombre de pratiquant(e)s, que de celui des disciplines pratiquées.

 Les arts martiaux constituent un groupe de disciplines hétérogènes, autant par leur pratique que par leur origine. Au sein d’une même discipline peuvent coexister des écoles ou des styles dont les différences sont parfois marquées, au point d’être quelquefois identifiés comme des disciplines à part entières :

exemple pour le karaté :

- le karaté sportif de compétition : + de 70 % (essentiellement  style « shotokan »)

- le karaté « traditionnel »  très minoritaire et très rare

- le karaté kyokushinkai 

- le karaté « shintai do »  

 Les tentatives de classification se heurtent à ces particularités et à un panorama complexifié par la proximité des disciplines des sports de combat qui peuvent favoriser le développement de pratiques parfois dites « hybrides » (MMA, Grappeling, Shootfighting, etc).

 

Dans le domaines des arts martiaux, le Ministère Tunisien de la Jeunesse et des Sports, bien qu’il réfléchisse sérieusement à la question, n’a pas encore entrepris de démarches sérieuses pour essayer de favoriser un regroupement cohérent de ces disciplines au sein de structures agrées et/ou délégataires en vu d’aboutir à une organisation de l’encadrement des arts martiaux et sports de combat, afin de promouvoir l’essor et le développement de celles-ci, mais aussi afin d’éviter au maximum les dérives qui pourraient avoir lieu dans ce domaine. 

 Un recensement de tous les arts martiaux et disciplines de combat serait à l’étude par le Ministère.  

 Les disciplines d’arts martiaux se distinguent, en raison de leur origine orientale, par un fonctionnement différent des autres disciplines sportives, dites occidentales.    

 

En effet, la pratique de ces disciplines est caractérisée d’abord par la relation Entraineur (« maître ») / pratiquant (« disciple ») ainsi que, le plus souvent, par la délivrance de grades. Cette relation est très ambiguë puisque beaucoup ignore les notions ou concepts que recouvrent les mots « maitres » et « disciples » ouvrant la voie  à de très nombreux abus et/ou confusions.

 

De plus, certaines disciplines ne proposent pas de pratique compétitive (exemple : l’aïkido, le tai chi chuan, ….).

 

L’ensemble des disciplines d’arts martiaux et de sport de combat connaît un engouement grandissant.   Ainsi, le nombre de clubs ou de salles (privées ou public : maisons de jeunes) a fortement augmenté ces dernières années à travers la Tunisie, avec une répartition toutefois très inégale sur le territoire nationale.  

 Le nombre de licenciés a longtemps fait l’objet de très sérieuses controverses, notamment concernant la véracité des chiffres : c’est un secret de polichinelle le fait de savoir que pendant des années les fédérations d’arts martiaux « traditionnelles » ont gonflé le chiffre du nombre de leur licenciés, parfois avec la complicité de fonctionnaires du Ministère des Sports, dans l’unique but de toucher des subventions.

 

Certains témoignages laissent à penser que ces pratiques ont la vie dure et qu’elles continuent de perdurer dans certaines disciplines.  

 

C’est pourquoi après le tournant de 2011, les études et analyses  réalisées par ces mêmes fédérations ont revu les chiffres très largement à la  baisse -  Malheureusement elles ne communiquent pas dessus, pour éviter de faire une comparaison entre avant et maintenant, masquant de ce fait le gouffre que l’on pourrait constater.   Toutefois il est indéniable que sur l’ensemble des disciplines, le nombre de licences a augmenté depuis 2011 – avec une stagnation pour les disciplines traditionnelles et un engouement certains pour les nouvelles. 

 Ces évolutions significatives pourraient conduire le Ministère de la jeunesse et des sports à être attentif aux modalités d’encadrement réglementé des disciplines d’arts martiaux et sports de combat, afin d’éviter une certaine anarchie dans ce domaine. Mais du fait d’ l’instabilité politique qui règne actuellement dans notre pays, cela ne se fera pas avant quelques années.    

 Le cas de l’aïkido et du Ju-Jitsu : Les différentes démarches progressives effectuées par les responsables de la discipline peine à se concrétiser en raison des difficultés récurrentes de collaboration avec la fédération de Judo qui les « héberge » actuellement, et malgré la promesse de Monsieur Skander Hachicha, président de la FTJudo, d’œuvrer pour l’indépendance de la discipline, le plus tôt possible -  Une des raisons pourraient être la « manne financière » que le nombre de licenciés de ces 2 disciplines apportent à la fédération de Judo en matière de subvention et de cotisation. Toutefois la situation serait en train d’évoluer et la création d’une fédération tunisienne d’Aikido ne serait plus tarder.  

 

La démarche de structuration des disciplines d’arts martiaux et leur développement au sein de structures (Associations, Unions, Fédérations) s’est accompagnée d’une implication importante de la part des pratiquants de ces disciplines, toutefois, il est beaucoup plus difficile de quantifier et analyser d’une manière plus approfondie le développement de ces disciplines au sein même de ces structures.  

 Les instances même de ces structures ont elles-mêmes parfois du mal à avoir une vue général de leur discipline, en raison du manque certains de coordination ou /et de réactivité de la part de certains responsables de clubs ou de salle.   Il n’est pas anodin que pour décerner un agrément ou une délégation, le Ministère Tunsien des Sports, dans le but de favoriser l’émergence d’une fédération indépendante et agréée réunissant l’ensemble des pratiquants d’un art martial, diligente une mission d’inspection générale afin d’évaluer si les conditions de création d’une fédération autonome sont réunies. Encore faut-il que cette mission soit effectuée par des personnes compétentes et impartiales donnant la parole à tous les acteurs, et cela sans partis pris.    

 

Les particularités liées au domaine des arts martiaux, d’une part, (émergence et développement continu de nouvelles disciplines : krav-maga, seni silat gayong, yoga, kempo, …), ainsi que les enjeux financiers croissants autour de l’enseignement des arts martiaux, d’autre part, ont pu conduire des entraineurs (enseignants), à proposer une activité hors de tout encadrement fédéral (vis-à-vis de leur structure de tutelle).  Il reste beaucoup à faire en la matière.    

 Contrairement à nos voisins en Algérie ou au Maroc, il ne nous a pas encore été signalé de dérives sectaires au sein des arts martiaux en Tunisie, ce qui laisse supposer que seule une meilleure connaissance du phénomène sectaire par l’ensemble des acteurs potentiellement concerné constitue une vigilance efficace. Tous les acteurs sont appelés à redoubler de vigilance sur ce point. les "maitres-gourous" sont plus nombreux qu'on le croit.  

 Il s’est avéré avec le temps, que la plupart des responsables dans une structure fédérative ont démontré de grandes lacunes concernant l’expérience dans la gestion d’une fédération ou d’une simple association, gestion qui très souvent au lieu d’être transparente est  très opaque : les bilans, les rapports, les comptes-rendus ne sont pratiquement jamais publiés ou mis à la disposition des ayants-droits, c’est-à-dire les pratiquants. Toutefois dans certaines structures on commence à déceler un changement à ce niveau, mais cela reste encore très marginale.  

 Pour palier ce déficit d’expérience et de connaissance en matière de  gestion, d’organisation, et de structuration, les structures sportives commencent à comprendre qu’un changement de  mentalité est nécessaire pour progresser et que pour développer correctement une discipline, une étroite collaboration est nécessaire avec le Ministère des Sports tant au niveau pédagogique, technique, financier ( quand c’est possible), humain, etc … à condition toutefois que les projets développés par ces structures d’arts martiaux et sports de combat soient en adéquation avec les politiques sportives du Ministère des Sports.    

La délivrance des grades est à la fois l’un des aspects marquants et structurants de la pratique des arts martiaux, mais aussi celui qui pose le plus de problèmes.  Les grades délivrés aux pratiquant(e)s sanctionnent, le plus souvent, la qualité de prestations lors du passage d’épreuves techniques, et plus globalement la démonstration d’une maîtrise de connaissances techniques et disciplinaires ou encore d’exercices collectifs accomplis  qui sont déterminés à l’avance.

 La polémique qui tourne autour des passages de grades sera publier prochainement – car l’analyse est encore en cours -,

 cependant force est de constater que beaucoup d’entraineurs disposent de grades qui ne sont pas en adéquation avec leur véritable niveau technique – Les conditions d’attribution sont bien souvent peu clairs, voir obscures,  et les critères très subjectifs, et toujours hors de portée des pratiquants.  

 

Il est important que tous les acteurs des arts martiaux sache qu’un grade aussi élevé soit-il n’est pas une garantie satisfaisante de la qualité d’un enseignement, ni de la sécurité des pratiquants.

 Les (grands) maitres en Asie sont des personnes simples, parfois n’ayant jamais fréquentés l’école, ils n’ont ni diplômes, ni ceintures ostentatoires, ce qui ne les a pas empêché d’acquérir un savoir technique et pédagogique exemplaire.    

Il serait intéressant que tous les acteurs des arts martiaux et des sports de combat se penchent sur ce qui se fait en France par exemple avec les CSDGE, à savoir les :Commissions Spécialisées des Dans et Grades Equivalents,  imposées aux grandes fédérations délégataires - Une idée que l’on pourrait reprendre fi bladna en lui apportant les adaptations nécessaires à notre cadre sportif.

 Ces commissions délivreraient des grades sanctionnant les qualités sportives et les connaissances techniques, et, le cas échéant, les performances en compétitions . Chaque CSDGE de chaque fédération (ou Association) serait dotée d’un règlement spécifique, approuvé par le ministère des sports. Ces règlements précisent les conditions de passage et de délivrance des dans et grades équivalents. Chaque discipline devrait avoir sa propre CSDGE afin de garantir son indépendance et sa liberté de pratique, et dans un esprit sportif d'équité : même les petites disciplines dites  «associées » ou « assimilées » pourraient mettre en place leur propre CSDGE.  

 

Beaucoup de pratiquants d’arts martiaux ou de sports de combat ignorent la réglementation concernant les passages de grades de leur propre discipline, ce qui est parfois, pour ne pas dire très souvent, une source de confusions, d’illusions voir même de désenchantement. 

 Il est très facile de constater qu’au niveau local (club, salle, association) l’organisation d’un passage de grade se fait, très souvent à des fins commerciales, par le biais de stages ou de formation, parfois assez coûteuses, à l’issue desquels sont délivrés les grades et les diplômes. 

 Le développement significatif des disciplines d’arts martiaux s’est notamment appuyé sur un réseau important d’enseignant(e)s diplômé(e)s ou pas.

Avec un niveau technique général assez faible, le taux de professionnalisation chez les entraineurs d’arts martiaux et de sports de combat, est également très faible, car la restructuration de ces disciplines n’est encore qu’à ses balbutiements, et qu’il nous faudra encore pas mal de temps avant de garantir une très bonne qualité d’enseignement ainsi que la sécurité de tous les pratiquants, et cela dès le début de l’apprentissage.    

Une autre question va rapidement se poser de manière très redondante, ce sera celle de

l’enseignement des arts martiaux et sports de combat contre rémunération : un métier à part entière ?  

Il serait très intéressant afin que les questions et les difficultés spécifiques liés aux arts martiaux et sports de combat puissent être traités par l’ensemble des acteurs concernés, de créer une « Commission Consultative des Arts Martiaux et Sports de Combat » (CCAMSC), . Cette commission est compétente pour donner son avis au ministre de la jeunesse et des sports sur toutes les questions

- techniques,

- déontologiques,

- administratives

- et de sécurité se rapportant aux disciplines considérées et assimilées ».

Cette commission serait composée de représentants :

- de l’Etat ( ministères chargés des sports, de l’éducation nationale …) ;

- des fédérations sportives agréées ; (Direction, entraineurs, pratiquants, )

- du comité national olympique et sportif tunisien ;

- des professionnels du monde du sport ……

- des membres de l’opposition – qui ont un point de vue différent des responsables fédéraux ( et qui serait    intérssant d'entendre et de connaitre.)

 

Les travaux de la commission s’articulent principalement autour de 3 objectifs :  

- préciser et stabiliser le cadre juridique des arts martiaux ;

- prévenir et éviter certaines dérives, notamment mercantiles, fantaisistes ou sectaires ;

- favoriser la qualité de l’encadrement des pratiques d’arts martiaux      

La création de cette instance de concertation, associée à la construction progressive d’un cadre juridique spécifique au champ des arts martiaux, contribuerait à une organisation plus cohérente et une meilleure lisibilité de l’action de la majorité des disciplines d’arts martiaux et de sports de combat.  

Aujourd’hui les arts martiaux et les sports de combat dans l’ère post-ben ali, sont un secteur très porteur, surtout d’un point de vue (très) financier.

Toutefois il est important de répéter que la situation est fort complexe y compris au sein des « grandes » fédérations « traditionnelles ».  

Résumer les arts martiaux en Tunisie à une « guerre larvée » entre fédérations et autres disciplines martiales ou de combat (au sujet du nombre de licenciés), serait caricatural et trop limitatif, même si ce combat existe vraiment. 

 Sans entrer dans les détails (que beaucoup connaissent très bien), il serait juste de dire que presque toutes les disciplines ont connu une époque troublée pour le moins critiquable, et que pour certaine la situation continue de persister jusqu’à aujourd’hui. Aborder ces sujets dans le présent document serait futile et n'apporterait pas grand chose au débat.   

Cela a d’ailleurs favorisé l’émergence de diverses sécessions plus ou moins spontanées comme au sein du  karaté par exemple ou du taekwondo, conduisant parfois à des impasses au point que de nombreux entraineurs souffrent de cette situation.  

Il est important de signaler que depuis 2011 de nombreuses nouvelles disciplines sont apparues, tout aussi légitimement, venant ainsi rallonger la liste des disciplines déjà connues.  

Parmi ces nouvelles disciplines citons à titre d’’exemple : 

-       le Silat Seni Gayong,

-       le  Zamaktel,

-       le Kempo,

-       le (Vo Thuật-) Van Vo Dao  (Vo Co  Truyền Vietnam),

-       Krav-maga,

-       le Jiu-Jitsu Brésilien,

-       le kendo  

 

Cette prolifération de disciplines est « normale » au vu de la situation concernant les arts martiaux avant 2011.   Il est facilement aisé de constaté l’engouement pour les nouvelles disciplines de combat «  mixte », de la part de nos jeunes au détriment des arts martiaux traditionnels qui traversent une crise au sujet du nombre de licenciés 

 

Les guerres intestines, encore non réglées, agacent les pratiquants et les entraîneurs au plus haut point, et à  tel point que beaucoup se sont éloignés des instances fédérales, se rapprochant même des disciplines de combat.  Certains n’hésitant pas à faire un mélange des genres – certainement avec la bonne intention d’être encore plus « attractif ».    

 

Les scandales sont légions dans les structures d’arts martiaux (karaté, taekwondo, kung-fu, kyokushinkai, etc…), Tout tourne autour de l’argent et de son utilisation à des fins appropriés ou détournés -  Comme partout l’argent reste le nerf de la guerre – Comme le dit un proverbe, pour déterminer la probité d’une action il faut  suivre l’argent – 

Comment expliquer le fait qu’il puisse y avoir une session au sein d’une fédération ? 

quelques suppositions gratuites :

il est vraisemblable  que la « fédération de tutelle » n’a pas réussi à se promouvoir comme « centralisatrice », rassurante et valorisante pour ses membres, provoquant chez certains de ses membres : rancœurs, déception, vengeance, amertume, ….  

Conduisant inexorablement au divorce et à la mise en  place d’une force d’opposition visant au renversement ou à la déchéance des responsables en place.   

 

Sans compter le fait que certains manipulateurs qui étaient "aux commandes" avant 2011,  soient toujours en place soit derrière le rideau tirant certaines ficelles, sinon comment expliquer la présence de certaines personnes « grillées » à des postes clés de certaines fédération, alors que ces personnes n’ont rien à voir ou à faire avec la discipline en question.

 

Cela laisse supposer que le nettoyage n’a pas eu lieu en profondeur et que certaines manigances ou magouilles ont toujours lieu au sein de certaines fédérations. 

Aussi il serait crédule de croire que l’on peut se défaire en quelques mois d’un système qui a mis des années à s’installer et à prendre racine. Beaucoup oublient que le changement devrait commencer par se faire dans la tête, avant de se concrétiser dans les faits.    

 Les grandes fédérations traditionnelles ( Karaté, Taekwondo, Judo, Kung-fu) avec tous les problèmes qu’on leur connait déjà, laissent ressortir une impression de « déjà-vu »,qu’on aurait voulu pourtant voir disparaître après les événements du 11 janvier : par exemple cette impression de « soumettre » les disciplines associées, leur octroyant très peu de marge de manœuvre pour leur développement et par conséquent pour leur future indépendance en tant que discipline reconnue à part entière.

Par exemple l’Aïkido, qui tarde à prendre son envol, en raison de sa mise sous tutelle au sein de la fédération de Judo – Nous rappelons que l’Aïkido est une discipline de plus en plus prisée, et qui se développe très bien en Tunisie, avec comme seul inconvénient, et non des moindre, la discipline n’est pas à la portée de toute les bourses, mais ce qui ne l’empêche pas de connaitre un développement croissant depuis 2011.    

 Le sport à travers le monde est devenu un enjeu très important, un moyen de faire du « business », très  lucratif, et la Tunisie n’échappe pas à cette règle.  

Pour entrer rapidement dans le vif du sujet,

il est très très important que tout le monde soit conscient que le « fond de commerce » des fédérations d’arts martiaux et sports de combat réside dans les compétitions et dans les passages de grades, et principalement celui de la ceinture noire qui est une véritable mine d’or pour les caisses de la fédération. 

Ces fédérations tentent d’imposer comme modèle internationale, celui basé sur les grades japonais, pour renforcer ainsi le poids des disciplines japonaises, qui sont en perte de vitesse ces dernières années, en raison de la multiplication ou de la prolifération des nouvelles disciplines « sportives martiales » : arts martiaux chinois, indonésiens, malaisien, vietnamiens, MMA, Jiu-Jitsu Brésilien, Krav-maga, etc etc ….

Un autre secteur très lucratif en Tunisie, c’est celui des « diplômes » - Combien de stages  (payants bien sûr) n’a-t-on pas vu se profiler à l’horizon depuis 2011 ;

Presque toutes les semaines. Une manne financière considérable pour les fédérations et pour les clubs  Mais si les gens acceptent de payer, tant mieux -  Mais nous pensons que ce « diplômes » qui n’est qu’un vulgaire bout de papier n’apporte rien au pratiquant, bien au contraire il l’infantilise et le rend « dépendant », l’empêchant de s’évaluer lui-même. Ce qui revient à dire qu’ils « vous »  « vendent » votre  niveau, et qu’il faudra continuer de le "marchander" (votre niveau) tout au long de votre pratique.

Beaucoup de pratiquants avec qui nous avons discuté « en ligne » accorde une trop grande importance à ce bout de papier (qui au bout du compte reste une denrée périssable qui a de très grande chance d’atterrir un jour à la poubelle), sous-estimant leur capacité et surtout leur possibilité d’action. Mais bon silence, l’argent est tout ce qui compte pour certains.

 "La quantité de pratiquants d'une discipline

 croît en proportion inverse

 de la qualité de son enseignement."

 

 

Partie 2

 

Revenons à présent sur un autre point important, commun à beaucoup de disciplines :

la faiblesse du niveau technique – une faiblesse caractérisé, pour certains, surtout par le port d’une ceinture que « nous » jugeons « inadaptée » par rapport au capacité du pratiquant –

 

il est flagrant qu’aujourd’hui une très grande majorité ne possède pas la maitrise des techniques de base de sa discipline, alors que certains n’hésitent pas à enseigner plusieurs disciplines à leurs pratiquants  -  

 

c’est davantage lors de compétitions  que cette faiblesse est notable,  surtout parmi les grades élevés.

 

Comment peut-on décerner une ceinture à une personne qui n’a pas le niveau –

 

 On ne peut nier les complaisances qui existent dans ce domaine,  les ententes illicites,  la corruption passive, etc  etc ….

 

Tout cela existait avant janvier 2011 et continue de perdurer jusqu’à aujourd’hui, dans une certaine mesure …. .   

 

Les « référents techniques » mis en place par les fédérations traditionnelles, ne semblent pas être à la hauteur de la tâche qui leur incombe,  car eux-mêmes, semble avoir besoin d’une mise à jour de leur connaissance, car beaucoup ne se sont plus entrainés depuis des années, et par ce que nous avons pu en juger,  ils semblent dépasser par leur « fonction » -  Un manque d’expérience flagrant en matière de formation technique, pédagogique, psychologique, etc :   

Nous n’avons que faire d’une critique négative qui ne mène à rien – notre but et de montrer ou démontrer les défauts afin de signaler les dysfonctionnements pour permettre de corriger la trajectoire,  afin d’aider à améliorer le niveau de nos athlètes pour qu’ils soient plus performants, plus compétents et mieux former, car ils sont ou seront les meneurs de demain.

 

Karaté, kung-fu, taekwondo, judo, etc   :   le meilleur niveau de nos meilleurs éléments est un niveau faible, qu’on le veuille ou non,  il n’est en nul point comparable avec celui des meilleurs éléments européens, nord-américain ou encore asiatique,  et cela malgré les quelques médailles glanées par-ci par-là.  Le chemin est encore long pour remonter la pente et nous ne sommes qu’au début du parcourt.

 

L’art martial qui va surement le plus être touché par la crise des pratiquants dans les prochaines années sera à coup sûr : le taekwondo.  La décision prise par le CIO de ne plus classer le taekwondo parmi les disciplines olympiques à partir de 2020, va porter un coup dur à la discipline, qui va beaucoup perdre de son prestige, ainsi que de ses pratiquants.

Elu à la tête de la fédération tunisienne de taekwondo lors d’élections  très contestées,Ridha Belhadef, s’est assuré l’allégeance de quelques entraineurs bien connus,  pour diriger un  Bureau Fédéral, dont la plupart des membres sont des personnes inexpérimentés pour les fonctions pour lesquelles il les a choisi - 

 

Il se heurtent également à une très forte opposition, ce qui a pour conséquence une division du taekwondo : une famille plusieurs clans :

-          Ceux qui sont affiliés à la fédération : dans les faits ils ne sont pas si nombreux que cela – sur une même années ce sont presque toujours les mêmes clubs et les mêmes entraineurs qu’on voit

-          Les opposants farouches à Belhadef comme Nouri M., qui a créé une structure rivales : L’UTK   Union Tunisienne de Taekwondo, censé recueillir tous les mécontents de Belhadef ; citons aussi M. Eylat Hassen, un « ancien », ex DTN

-          Les Indépendants : ni d’un côté ni de l’autre,  neutre, attendant une amélioration de la situation,

La fédération de taekwondo a à plusieurs reprises,  fait preuve de son aisance financière, surtout en ce qui concerne le subventionnement des différentes équipes nationales, sur ce plan ses largesses sont indiscutables, mais là où le bât blesse, c’est lorsque des responsables de clubs demande des subventions pour développer l’activité au niveau local ou national, et qu’on leur répond qu’il n’y a pas ou plus d’argent et qu’il ne doivent compter que sur eux-mêmes.  

 Au karaté ou au kung-fu c’est plus ou moins la même chose,  les fédérations investissent très très peu dans le développement de l’activité  au niveau national-  les rares stages de formation sont inadaptés de par leur contenu et leur organisation –

 Il n’est pas faux de dire que 50% voir plus du budget d’une fédération est entièrement consacré à aux équipes nationales, à savoir une 50ène de personne sur quelques milliers de pratiquants –

 A ce jour aucune des fédérations d’arts martiaux n’a encore publié les chiffres officiels du nombre de ses licenciés, alors que ceux-ci devraient être connu depuis au moins le mois de mars  (avec une marge d’erreur de +/- 10%)   Pourquoi ?       Va-t-on encore nous la jouer comme à l’époque de Benali, en maquillant les chiffres, nous espérons que non,  car aujourd’hui  l’Histoire ne pardonne plus.

Normalement ces chiffres devraient être disponibles auprès du Ministère des Sports pour ses statistiques, et lorsque nous les avons appelés pour obtenir les chiffres il y a quelques semaines,  on nous a répondu que les différentes fédérations ne leur avaient encore rien communiqué et qu’eux-mêmes les attendaient.

 Abordons à présent une autre thématique, et non des moindre :

Le rôle de ‘argent dans les arts martiaux.  

 

Comment nous l’avons déjà mentionné les arts martiaux ne sont pas considérés en Tunisie comme une profession à part entière, car la législation est encore plus que floue à ce sujet -  

De plus la très grande majorité des entraineurs n’ont pas assez  de pratiquants pour pouvoir en retirer un « revenu financier » qui leur permettrais d’en vivre convenablement, même si quelques rares personnes y parviennent, ce qui est loin d’être le cas de la plus grande majorité.

C’est pourquoi pour beaucoup l’enseignement d’une discipline martiale ou de combat doit être davantage considéré comme une discipline d’appoint permettant d’arrondir, si possible, les fins de mois, ou de générer un revenu financier complémentaire

 

Nous avons également signalé que les arts martiaux sont une ressource aux multiples facettes à destination des entraineurs,  des clubs,  fédérations, ou associations :

 

Quelques exemples concrets pour faire rentrer de l’argent dans les caisses (ou « dans les poches ») :

-          Inscription pour participer aux différentes compétitions (en moyenne 3 par an)

-          Inscription pour participer aux stages

-          Passage de grade

-          Vente de matériel (kimonos, ceintures, armes d’entrainements, protections, ….)

-          Etc etc …

 

Essayons de voir ou va cet argent  ou plutôt à quoi il sert ?

-          pour payer le loyer de la salle,

-           financer l’achat concernant  le matériel d'entrainement,

-          financer de possibles voyages à des tournois ou compétitions ou encore des stages)

-          éventuellement dans certains cas à rémunérer l’entraineur, car beaucoup gagnent leur vie grâce à un autre travail qu'il réalise indépendamment de leur enseignement martial.

 

Mëme si tout travail mérite son salaire y compris dans les arts martiaux, il est indéniable que dans le monde moderne dans lequel nous vivons actuellement, l'art martial est devenu un véritable « commerce »  pour certains:

-          combats rémunérés ( des primes, etc ),

-          ventes de vidéos, livres, matériel d'art martiaux, qui dans un certain sens bénéficie à la divulgation, connaissance et évolution des arts martiaux.

 

Les arts martiaux en Tunisie n’échappent à la règle – et afin d’éviter les dérives une solution consisterait à mettre en place dans notre pays, des brevets d’enseignement typique pour les arts martiaux et sports de combat, à l’instar de ce qui se fait dans certains pays européens  comme par exemple en France.

 

L’entraineur d’arts martiaux en Tunisie n’a pas encore de statut fixe,  hormis ceux qui sont « salariés » dans les grandes salles de sports, qui ont assez de moyens financiers pour les payer, mais la très grande  majorité sont des « bénévoles », livrés à eux-mêmes.

 

-------------------------------

Par exemple en France : 

-          Si un entraineur est bénévoles, c’est-à-dire qu’il ne retire aucun profit financier de son enseignement, il n’a LEGALEMENT  besoin d’AUCUNE QUALIFICATION REQUISE : pas plus de grade que de diplôme

 

 

Un haut grade ou un diplôme important n’est pas un gage de qualité – mais l’absence de grade ou de diplôme n’est pas non plus un gage de qualité 

 

le bon entraineur « se voit » , « se ressent »  indépendamment de ses titres ou de ses ceintures.

-  Par contre si un entraineur  touche de l’argent c’est-à-dire qu’il enseigne contre rémunération, il doit obligatoirement disposer d’un diplôme adéquat (diplôme d’Etat)

----------------------------------

 

Des projets  allant dans ce sens, sont à l’étude au Ministère des Sports, mais au vue de situation actuelle, cela ne sera pas réalisable avant quelques années.

 

En Tunisie les bénévoles sont très nombreux et c’est surtout grâce à eux que se fait la diffusion des arts martiaux. Si demain ce « statut » venait à disparaitre, cela  porterait un coup fatal au développement des arts martiaux, et le prix des cotisations flamberait immédiatement.

 

 

Notre Tunisie est un pays ou les arts martiaux ne jouent pas un rôle de premier plan, contrairement au football, au volley, etc .  et le budget octroyé par le Ministère pour développer ces disciplines est     « ridicule » par rapport à celui octroyé à d’autres disciplines –

 

Le développement de l'enseignement s'est toutefois développé en quantité au détriment de la qualité.

 

Méditez bien la phrase suivante : qui pourrait faire débattre des experts pendant des heures :

"La quantité de pratiquants d'une discipline croît en proportion inverse de la qualité de son enseignement."

 

Il est indéniable que le niveau de pratique martiale des adeptes du passé était de loin supérieur à celui des « experts » d'aujourd'hui, et ils en conviennent eux-mêmes.

 

 

 

Les fédérations considérant trop souvent le public en termes de marché  luttent entre elles afin d'accroître le nombre de leurs adhérents.

Cela nécessite de développer son offre, notamment en terme de nombre d'enseignants. Les qualifications sont donc de plus en plus basses mais leur quantité plus importante.

 

 

 

Aujourd'hui il suffit souvent d'être premier dan afin de pouvoir enseigner, même si les recommandations officielles des fédérations sont généralement « supérieures ». C'est un niveau respectable mais qui est celui d'un débutant dans la Voie des arts martiaux.

La conséquence négative de ce développement est la baisse de niveau et la baisse de tarifs :

De 10 DT pour les tarifs les plus bas que nous avons constatés, allant jusqu’à 35 DT voir plus pour les tarifs les plus élevés (dans les grandes villes).

Tout cela fait qu'il est quasiment impossible en Tunisie de vivre en tant que professionnel des arts martiaux. L'élite n'en est donc plus une et à terme cela signifie une baisse continue du niveau général.

 En Tunisie : beaucoup d’amateurs et très très peu de professionnels des arts martiaux :

 

Parmi les arts martiaux l'Aïkido est une des disciplines parmi les plus chères du marché. On remarque parmi les licenciés beaucoup de cadres, médecins, professions libérales -  les tarifs demandés ne sont pas à la portée de tous -  Mais si on prend en compte le fait qu’il n’y ait pas de compétitions, l’écart sur la dépense annuelle par le pratiquant se réduit sensiblement par rapport aux tarifs des arts martiaux traditionnels classiques qui ponctionnent leurs adhérents tout au long de l'année.

 

 

Pour le pratiquant, les dépenses sont les suivantes :

L’inscription ou cotisation (généralement mensuel)

la licence,  

la tenue, 

l'équipement, (protége dents, protège-tibias, plastron, armes traditionnelles, ……) 

les stages,  

les compétitions,  

les passages de grades...

 

Ce qui fait qu'au final, pratiquer un art martial, peut s'avérer (très) coûteux. Et si jamais, il y a 2 ou 3 enfants dans la famille qui pratiquent, le budget peut être conséquent pour les parents -

 

Beaucoup de parents, auquel nous aimerions rendre ici également hommage,  réalisent de grands sacrifices afin que leur enfants pratiquent un art martial, ce qui nous fait dire que dans le cadre de cette relation marchande (la prestation d'enseignement), pratiquant (consommateur) est en droit d'attendre un service de qualité en rapport avec le montant de l'inscription payée ou des montants déboursés. 

 

Certes, un diplôme, un titre (champion de xxx ou xxxx), un grade (4e, 5e dan...), une fonction (directeur technique, conseiller, arbitre...), une réputation (ancienneté du club, nombre d'élèves, publications...) peuvent être des révélateurs plus ou moins pertinentsde la qualité présumée de l'enseignement mais ne sont pas une garantie absolue,

 

car il ne faut pas oublier que les arts martiaux sont arrivés jusqu’à nous grâce à des Experts qui ne possédaient ni ceintures ni diplômes ni titres de champions pour la plupart –

 

Jusqu’à la la 1ère guerre mondiale rien de tout cela n’existait dans les arts martiaux traditionnels –  « L’occidentalisation » du monde a introduit des normes dans les arts martiaux, parfois bonnes parfois mauvaise selon le point de vue de chacun, et beaucoup les appliquent au pied de la lettre, sans les discuter, mais surtout sans cherche à comprendre l’origine des décisions. 

 

 

 

 

Quelle est la valeur d'un cours  d’art martiaux ?  

 

Quelques pistes :

 

Combien de cours y a-t-il chaque semaine ?  

Y a-t-il cours pendant les vacances ?

Les passages de grades sont-ils payants ?

Les supports de cours quand il y en a  (fiches techniques, vidéos...) sont-ils payants ?

Les stages sont-ils systématiquement payants et à quel prix ?

Le club met-il à disposition du matériel ?

Des activités gratuites sont-elles proposées de temps à autres ?

Combien de compétitions par an ?   À quelles dates, et à quels prix ?

 

il est vrai que parfois une inscription un peu onéreuse peut se révéler être plus "rentable" si au cours de l'année les pratiquants ne sont pas pressés comme des vaches à lait, sollicités financièrement à chaque occasion...

 

Enseigner les arts martiaux contre de l’argent  n’est pas une mauvaise chose lorsqu’on le fait bien, mais nous avons noté que nombres d’entraineurs d’arts martiaux exercent leur profession sans « foi ».

 

Ils ne possèdent pas cette conjonction des qualités techniques, physiques, intellectuelles et humaines :

-          Quelques-uns en arrive un peu par hasard, faute de mieux,  à diriger un club

-          Quelques autres, pas trop mauvais se tournent vers l’enseignement parce que ça peut être un job par trop compliqué

-          Enfin dans la très grande foule brumeuse des « bonimenteurs, charlatans,  faux-maitres, et gourous, et businessman » se dessine une envie de Pouvoir et/ou d’Argent 

Cela touche d’ailleurs aussi bien les professionnels que les bénévoles qui sont quand même généralement des professionnels déguisés). C'est là que se niche parfois le mensonge.

 

 

 

Mais vivre de l'enseignement des arts martiaux a ceci de spécifique qu'il faut  avoir quelque chose à proposer (à vendre), le connaître, être capable de l'exposer, de le transmettre, aimer cela et vouloir le partager avec son public. C'est paradoxal mais la démarche doit presque être désintéressé. "Nous" sommes en droit de nous poser la question, lorsque nous voyons une grande partie des entraineurs se comporter comme des "tyrans" face à leurs élèves.

 

Finissons par une touche d'optimisme en affirmant que malgré tout, les enseignants d'arts martiaux de qualité ne sont pas si rares et que beaucoup d'entre eux sont poussés par de nobles desseins, qu'ils soient professionnels ou bénévoles. Gardons juste à l'esprit que le monde des arts martiaux a souvent tendance à se berner avec ses propres mythes,.

 

Quelques simples visites de quelques salles de sports, clubs ou maisons de jeunes ou l’on pratiquent les art martiaux suffisent pour constater que l’horizon de pratique des arts martiaux des Tunisiens réside dans un grand déséquilibre entre une vision sportive et une pratique traditionnelle, du fait d’une institutionnalisation  dans les années 50-60 en Europe et à partir du milieu des années 70 en Tunisie, dans un contexte de structuration fort  du mouvement sportif autour des fédérations.

 

La pratique des différents arts martiaux s’est développée différemment en fonction de l’orientation des pratiquants et des enseignants : certains font le choix d’une pratique permettant de se défouler et d’autres orientent leur pratique dans le sens d’une « Ecole de Vie », ceux qui font ce choix sont beaucoup plus rares.

 

Les différences culturelles entre la Tunisie et les pays d’origine des arts martiauxfont que les pratiques se sont construites sur des modèles internes complétement différents et ces différences ont entrainées des pratiques « culturellement » identiques sur la formes mais différentes sur le fond.

 

D’un côté la vision orientale avec un travail basé sur l’interne, favorisant la quête personnelle, spirituelle ayant comme code implicite le Budo. De l’autre côté la vision occidentale, basée sur le dépassement de l’autre, où les règles sont écrites avec un but à atteindre dans un esprit élitiste.

 

 

 

 

En Tunisie, beaucoup ne savent pas encore faire la différence entre la pratique d’un art martial et d’un sport de combat ou de compétition, confondant bien souvent l’un avec l’autre.  Voici une petite explication aussi simple que possible :

 

 

 

 

Art martial ou Sport de combat ?    quelle(s) différence(s) ?

 

L'adjectif "martial" est dérivé du dieu latin Mars, dieu de la guerre.

 

Art Martial pourrait donc se traduire ainsi : "Art de la guerre".

Un art martial apporte (en théorie) l'enseignement d'une technique de combat, la connaissance et la maîtrise de soi.  On retrouve systématiquement dans chaque art martial un apprentissage et un développement philosophique et spirituel (toujours en théorie, car la réalité est tout autre).

L'art martial dans son sens "originaire" est empreint d'un certain nombre de rites venus d'un lointain passé, d'un héritage culturel qui va au-delà d'une simple pratique physique.

 

 

Ce qui caractérise un art martial est son absence de compétition.

 La compétition va à l’encontre de tout ce qu’un art martial tente d’inculquer,

 la seule vraie compétition qui existe dans l’art martial, c’est la compétition avec soi-même.

 

Le judo ou le karaté ne sont ils pas des arts martiaux ? Voici un bien grand débat....

 

 

un sport de combat

Un sport de combat appartient à une famille d'activités physiques proposant le plus souvent comme forme compétitive un affrontement entre deux combattants.

 

Comme son nom l'indique, c'est une pratique du combat dans un cadre sportif où les principes de base se fondent sur le développement d'une finalité de pratique compétitive.

 

Un sport de combat est donc avant tout une activité sportive encadré par des règlements.

Une notion essentielle symbolise le sport de combat : celle de règlement.

 

Un règlement détermine notamment l'ensemble des techniques qui sont autorisées, voire même privilégiées avec un système d'attribution de points menant à la victoire, de celles qui sont interdites.

 

Chaque sport de combat possède des règles sportives et déontologiques visant notamment à garantir l'intégrité physique des participants et compétiteurs. Durant les compétitions un ou plusieurs arbitres seront présents pour faire appliquer les règles.

 

 

 

 

Petit tour d’horizon sur l’ « auto-défense »  (ou self-défense) :

 

 

L’auto-défense a pour but d'enseigner un ensemble de techniques de combat permettant de faire face à une situation de confrontation réelle. L'enseignement se réalise donc le plus possible en fonction des situations que nous pouvons rencontrer dans la vie de tous les jours.

Les techniques de self défense prennent leurs bases sur les arts martiaux et sports de combat. Malgré cela, il ne faut surtout pas assimiler la self defense à un art martial ou un sport de combat, sa pratique étant bien différente.

S'il y a un respect rigoureux de règles de sécurité pendant l'enseignement et l'entraînement, avec utilisation d'armes factices et port de protections, l'application en est tout autre.

L'objectif de la self defense étant de mettre hors d'état de nuire une menace le plus rapidement, le plus efficacement et ce par tous les moyens possibles, l'absence de règle, mais non de principe, caractérise ainsi cet enseignement.

Il faut toutefois souligner que, vis-à-vis de la loi, la réponse doit être proportionnée à l'attaque : la légitime défense.

 

 En fin de compte, nos pratiquants doivent savoir et retenir qu'il y a autant de stratégies pour se protéger et se défendre, qu’il y a de personnes et non nécessairement une méthode unique offerte par une Ecole ou un Style d’Art Martial.  Chacun réagit aux problèmes sur la base de son vécu, de son éducation, de sa façon de percevoir le monde, de ses capacités physiques et intellectuelles.

 

Aujourd'hui le Tunisien a le choix de sa pratique, et il n'est pas rare qu'il essaye plusieurs disciplines avant de trouver celle qui fera son bonheur.

 

Toutefois il ne devrait oublier pourquoi il pratique cette discipline et quels sont ses (propres) objectifs ( à court, moyen et long terme).  Mais le plus important il devra toujours garder un esprit ouvert vis-à-vis des autres disciplines pour conserver la possibilité d'élargir ses horizons à tout moment.


Chapitre 3

 

 

L’absence de médecin pendant les compétitions.

Certaines disciplines continuent d’organiser des compétitions sans la présence de médecins ou de la protection civile, ce qui est illégale et hors la loi – leur présence est obligatoire, mais cela n’empêchent pas certains de passer outre la loi et de mettre en jeu la santé de leur athlètes – De nombreux accidents plus ou moins grave se sont produits au cours des deux dernières années. Les responsables des compétitions, la plus part du temps, des entraineurs, savent pertinemment que leur responsabilité est engagé, tant bien au civil qu’au pénal.

Cela a été noté pendant des compétitions de karaté, de kempo, de taekwondo, de judo, etc ….

 

La triche pendant les compétitions :

Sans entrer dans les détails, le maillon faible des compétitions est et reste l’arbitrage-  Dans certaines compétitions le « favoritisme » est tellement  flagrant, que crier au scandale ne suffit même plus.  Certains entraineurs ont montré leurs connivences avec certains autres arbitres. Des vidéos, présents sur le net (Facebook, You tube et Daily motion) montre, preuve à l’appui, les incohérences des arbitres, d’un pratiquant à un  autre – l’indulgence et la sévérité des points ou des pénalités varient selon des critères plus que douteux -  Pour faire simple, la tricherie est très présente pendant les compétitions, y compris les championnats nationaux, ou les enjeux sont très importants, notamment pendant les périodes de qualifications.

 

La question est : quelle valeur les entraineurs enseignent-ils à leurs pratiquants en agissant de la sorte ?  Il ne serait pas complétement faux de déduire que pour certains entraineurs, seul le nombre de médailles compte -  quitte à faire des écarts de conduite – puisque pour ces personnes la fin justifie les moyens -  Ces pratiques aussi malsaines que dangereuses sont d’actualités puisque les arbitres et les juges agissent presque à découvert – Pour avoir assister discrètement au championnat national de Tunisie de Kempo, qui s’est déroulé courant août,   nous pouvons affirmer que l’arbitrage était très faussé,  malsain et que les arbitres et les juges étaient  soient incompétents soit malhonnêtes – Mais nous savons tous que ces  agissement ne datent pas d’hier – et queles personnes qui s’adonnent à ces actes de tricheries ne valent eux-mêmes pas grand-chose et n’iront jamais très loin.

 

 

Les évènements de janvier 2011 ont fait l’effet d’un « coup de tonnerre dans un ciel (relativement) serein ».

Le monde du sport était loin de se douter de ce qui allait lui tomber dessus. 

Le jour ou   Ben Ali a été forcé à quitter le pays pour toujours, un vent de panique avait commencé à s’emparer des différents responsables des fédérations sportives et notamment de celles qui concernaient les arts martiaux.

L’heure du glas avait sonné. La revanche des opprimés allait pouvoir commencer.

 

Les présidents (sans les nommer car tout le monde connait leur nom et leur visage) ont senti le vent tourner et ont tous (sans exception) essayer de s’accrocher à leur siège, sachant pertinemment que leur fin était proche. Tout d’abord les langues ont commencé à se délier, et les pratiquants à réclamer justice, en réclamant le départ des «pourris ».

 

L’assainissement du sport avait commencé et hélas aujourd’hui, deux ans après nous n’avons toujours pas abouti, pire certaines personnes ont été « promu », jusque même au sein du CNOT (Comité National Olympique Tunisien).

 

Le trucage des élections des Bureaux Fédéraux a été quelque chose de plus ou moins normal -  Les rebondissements  au sein de la fédération de karaté ont été nombreuses -  idem au sein du taekwondo, du kyokushinkai, du kung-fu,  etc ….

Certes ce fut une période troublée, mais dont les troubles n’ont toujours pas été résolu jusqu’à aujourd’hui – Malgré des preuves accablantes, ayant même fait l’objet de publication sur le Net,  la justice n’a toujours pas rendu son verdicte dans ces affaires de trucage des bureaux fédéraux –

 

Ces événements ont affaibli les arts martiaux et crée une opposition forte – créant une division au sein des disciplines entre ceux qui soutiennent les bureaux fédéraux (pour des raisons plus ou moins honorables) et ceux qui souhaitent leur dissolution et la tenue de nouvelles élections –

 

Si aujourd’hui de nombreuses disciplines ont éclaté, sont divisés c’est parce qu’il n’y a pas encore de personnage clé, une personne charismatique qui se démarque par sa volonté de faire avancer les choses

 

– la méfiance règne et chacun fait plus ou moins ce qu’il lui plait, comme des électrons libres – au détriment de son Bureau Fédéral – sans autorité certaines,  contraint de jouer soit la carte de la menace soit celle de quelqu’un qui supplie pour qu'on travaille avec lui.

Au karaté Mongi B. fait office de paravent, son équipe bat de l’aile, au taekwondo Ridha B. est très contesté et la discipline est en très forte régression, au kung-fu les pratiquants réclament le départ du Président et de son DTN, les résultats sont très peu flatteur et le nombre de pratiquants est en baisse constante – vu que la discipline peine à se développer au niveau national, ou même à se maintenir dans ses propres bastions.

 

Une guerre larvée fait rage entre les différents bureaux fédéraux et les opposants de leurs disciplines – avec ceci en commun : la fuite des pratiquants vers d’autres disciplines plus calmes, plus « exotiques », plus "justes", loin des querelles de clochers.

 

Au taekwondo par exemple (mais pas uniquement) il faut payer 50 DT une somme considérable pour la plus part des famille, pour pouvoir uniquement participer aux sélection pour faire partie des équipes nationales –sans garantie de succès -

Ou encore la même somme pour pouvoir participer à certains stages (heureusement pas tous) comme celui ou la fédération avait reçu l’Iran, et qui fut un cuisant échec en raison de la façon dont il s’est déroulé.

Beaucoup de responsable ne se rendent pas compte que la « politique du faire payer pour tout » a des limites qu’ils ont franchi depuis longtemps et les conséquences pour eux et pour la disciplines ne peuvent être que très claires et très logiques.

 

 

C’est à se demander ce que recherchent certaines personnes, en dehors d’une gloire éphémèreque certains malgré toutes leurs gesticulations n’atteindront jamais car comme beaucoup ils se sont fourvoyés en cours de route. Ils sont devenus des « illusionnistes » des arts martiaux.

 

 

Quelle (s) trace (s) veulent-ils laisser dans l’Histoire des Arts Martiaux en Tunisie ?

Celle de quelqu’un de travailleur, passionné, dévoué, désintéressée, modeste et humble ou plutôt faire parler d’elle comme une personne fourbe, malhonnête, tricheuse, et qui ne recherche que son propre intérêt, pouvant aller très loin pour satisfaire ce dernier.

 

 

Les récents scandales de diplômes montre à quel point les fédérations n’ont pratiquement pas d’autorité sur les responsables de clubs.

 

Le Kukkiwon, siège du taekwondo international, a jeté un pavé dans la mare, en enlevant aux fédérations l’une de leur principale attribution, il les a désarmé, leur a ôté une de leur principal force de frappe nucléaire :

 

le monopole des passages de grades : ce dernier n’est plus le seul apanage des fédérations.

Toute personne disposant d’un grade international validé par le Kukkiwon est en mesure d’organiser des passages de grade sans passer par la fédération -  cela va de soi que le pouvoir et le manque à gagner que cela représente pour les fédérations est considérable.

 

C’est sans doute pour cette raison que le président de la FTTK Ridah Belhadef et son équipe ont refusé de valider les grades d’instructeurs internationaux des pratiquants qui se sont rendus en Corée du Sud en juillet dernier.

Le bras de fer engagé depuis longtemps est loin de se terminer.

 

 

On ne peut pas dire que les fédérations d’arts martiaux se soient investies dans de grandes politiques de développement à l’échelle nationale. Nous n’avons pas remarqué une réelle politique engagée en faveur du développement de clubs à grande échelle - ( C'est vrai que nous n'avons pas visité tous les Gouvernorats)  c’est vrai que les moyens pour faire cela sont quasi nuls -  ou qu’ils sont dépensés ailleurs.

 

Il nous a été également signalé que les récompenses financières méritées par les athlètes ne sont pas toujours versées à temps, quand on ne les en prive pas, par des prétextes fallacieux.  Comment voudrait-on motiver les pratiquants avec de tels agissements ? Et après on vient s’étonner que les athlètes arrêtent de pratiquer ou changent de disciplines.

 

 

Tous ces dysfonctionnement sont connus de tous, à commencer par les actuels responsables, les pratiquants, et même le Ministère des Sports.

 

Alors que faire pour y remédier de manière intelligente ?

 

A cette question il n’y a pas de réponse toute faite ou toute prête.

 

Rien ne peut changer si les mentalités ne changent pas, si les façons de faire actuelles continuent de perdurer de la sorte. Tous les règlements du monde, toutes les décisions ne sauraient y modifier quoi que ce soit, sans une réelle volonté de changement de la part de tous.  On dit que l’Union fait la Force, mais en Tunisie c’est l’Individualisme qui prime.

 

Autres faits marquants, que l’on pensait voir disparaitre, ou commencer à disparaitre graduellement, après les événements de janvier 2011, ce sont les scandales qui touchent les responsables des fédérations, les membres des Bureaux Fédéraux.

 

Presque toutes les fédérations sont impliquées ou embourbées dans des scandales de toutes sortes, très très peu en sont épargnées.  Révélés au grand jour certains scandales ont donné lieu à des changements, parfois même radicaux (Le Responsable de l'Equipe Nationale de Taekwondo en a fait les frais - il a perdu sa place, suite à une compétition durant laquelle un compétiteur tunisien a affronté un adversaire Israelien, sans l'aval du Ministère de tutelle).

 

Le nerf de la guerre restant toujours l’argent : et comme nous l’avons déjà dit pour suivre et comprendre un scandale il faut suivre la trace de l’argent –

 

 

Parmi les scandales les plus en vue nous avons :

- le trucage des élections : des procès sont toujours en cours ( karaté, taekwondo, ….)

-       Nomination et révocation des Responsable Technique  (dernier en date celui de l’équipe nationale de TKwondo, idem au karaté il y a quelques mois)

-       La participation des athlètes à certains championnats ( dernier en date : annulation de la participation de l’équipe nationale de kung-fu wushu aux 5ème championnat d’Afrique -  ce qui a « dopé » une contestation déjà forte depuis quelques mois – réclamant la tête du DTN et du Président de la fédération -

-        Les (faux) diplômes et grades (ceintures) de « complaisance ….

 

 

Les gens se reconnaitront sans que nous ayons à les nommer – Ce n’est pas notre rôle d’accuser ou de défendre, nous relations simplement les faits, des faits qui certes parfois peuvent laisser place à un débat ou il y aura toujours des détracteurs – Mais c’est le principe même de la démocratie -  ce qui manque peut-être dans la gestion de nos fédération – le débat a lieu, sans l’avis des personnes concernées et les premiers à l’être se sont les entraineurs et les pratiquants – qui malheureusement très souvent font les frais des décisions qu’on prend pour eux –

 

Il est à noter qu’un « vent de révolte » est en train de parcourir depuis quelques mois la plus part des fédérations, car les mécontentements se font de plus en plus fort – et que les dirigeants, pour la plus part, se sont révélés incompétents en matière de « gestion de crise » -  Nous assistons à un « pourrissement de la situation » qui accentue le ras-le-bol des pratiquants et des entraineurs au point de s’éloigner des structures fédérales et de prendre leur autonomie, voir leur indépendance vis-à-vis des fédérations de tutelle.

 

Si la situation continue ainsi, il est fort à parier que les dirigeants et leur staff seront probablement « sanctionner » lors des prochaines élections -  à moins que les pratiquants Tunisiens aient la mémoire courte pour réélire ceux qui sont à l’origine de leurs déboires –

 

 

Les Championnats d’Afrique :

 

-       Karaté :  succès en demi-teinte :  il a permis de révéler que pour un événement d’une telle ampleur, les responsables fédéraux ont encore beaucoup à apprendre en matière d’organisation – car celle-ci fut très décevante – Les débordements auxquels nous avons assisté, montre les lacunes en matière de gestion d’un tel événement.  Le niveau technique et combat est encore très faible -  Le niveau des Algériens, il faut le reconnaitre, est de loin supérieur à celui de nos pratiquants.

Malgré les médailles glanées, très très peu de pratiquants sortent du lot -  

Les sélections demeurent toujours aussi obscures,  et nous avons du mal à comprendre pourquoi un pratiquant doit payer (environ 50DT) pour pouvoir participer aux sélections d’entrée en équipe nationale – somme non remboursable s’il n’est pas retenu dans l’équipe) -   Tout le monde n’a pas les moyens, surtout les étudiants –

 

Nous notons également beaucoup de "gachis" parmi les karatékas, des pratiquants et pratiquantes avec de véritables potentiels de champions et championnes, mais dont on s'occupe peu, ou pas comme on le devrait - de véritables talents de notre karaté - et pas forcément ceux et celles sur lesquels les responsables ont décidé de miser leur atouts. ( Ce phénomène de "gachis de talents" existent aussi dans les autres arts martiaux)

 

-       Taekwondo : plusieurs équipes, celle officielle et celle qui ne l’est pas –

L’équipe non officielle remporte le plus de médaille, n’est pas reconnu par la fédération à son retour en Tunisie -  ils ne sont pas rémunérés pour leur succès

Bref, nous constatons que tous ceux qui ne « sont pas en accord » avec le bureau fédéral,  sont dans la ligne de mire de ce dernier.

 

 

-       Kung-Fu Wushu :  l’ultime scandale : l’annulation à la dernière minute du départ de l’équipe national pour participer aux 5ème championnats d’Afrique -  bien que des cadres s’y soient rendu, dont le DTN, très contesté en ce moment, et dont les pratiquants veulent la révocation ainsi que la démission du président – qui n’a pas hésité à menacer des membres de l’équipe nationale ( message de menace insultant – disponible actuellement sur Facebook) – l’affaire est actuellement entre les mains du Ministère des Sports –

 

En considérant tout cela, nous voyons que le développement des arts martiaux et sports de combat en Tunisie, n’est pas simple –

le vent de liberté qui a soufflé sur notre pays après janvier 2011, montre que ces disciplines se cherchent encore,  et que la stabilité est encore loin d’être atteinte – le pouvoir corrompt, et ce sont les athlètes qui payent le prix fort -  Jusqu’à quand ?  cela dépend en gros, de la capacité d’encaissement des athlètes, le jour où ils se réveilleront,  les dirigeants commenceront à trembler.

 

Cependant tout n’est pas complétement noiril y a des structures associatives qui tiennent la route, certes plus petites, moins développer, mais qui se développent lentement mais surement – L’Aikido est l’une d’elle, mais il y a aussi le Kendo,  le Silat Seni Gayong, le Tai Chi,  le (Vo Thuật) Van Vo Dao,  etc ….  .  Certes ces structures ne sont encore qu’à leur début pour la plus part,

mais les bonnes manières s’imposent dès le départ 

 

 

Il va de soi qu'au vu de tout cela les prochaines élections feront l'objet de règlement de  compte, de coup bas, de compromissions, et que l'avenir des arts martiaux traditionnels sera un enjeu de taille pour ceux et celles qui voudront le Pouvoir - Certains ont déjà commencé à nettoyer et à aiguiser leurs armes. La guerre des coulisses ne fait que commencer, et il ne fait aucun doute que beaucoup de "dossier" ressortiront comme par enchantement.

 

 

 

 

Copié collé de la page facebook:

Aider au developpement des arts martiaux en tunisie

https://www.facebook.com/pages/AIDER-AU-DEVELOPPEMENT-DE-...

 

 

 

 

 

 

10/06/2013

2éme stage d'ete avec Ruben Varona sensei 5ème dan, Tunisie 2013

Stage aikido avec Ruben varona sensei et ses eleves - ete 2013
Date du 14 au 16 juin
programme:
-vendredi 
de 19h30 à 21h30 ( salle shaolin budo - lagazelle )
-samedi
de 8h a 9 ( parc nahli )
de 10h à 11h30 ( shaolin budo center )
de 15h30 à 17h ( shaolin budo center )
-dimanche
de 8h30 à 10h30 et 
de 11h a 12h30 ( chatt mami- Ras djebal/metline  http://goo.gl/maps/wzVqn )
cotisation:40dt / 20dt enfants 
ps:places limitées - 60 personnes 
fin des inscriptions 1 juin

 

Ruben-Varona (1) amica.jpg

 l'event sur facebook

https://www.facebook.com/events/338674596213405/?fref=ts

 

le 3eme stage d'ete avec

Ruben Varona sensei 

le 20 21 et 22 juin 2014

 

1015852_10151528729684620_1517032659_o.jpg

 

 3eme stage avec Ruben Varona sensei 

 

29/01/2013

Stage aikido avec Nebi vural sensei - Tunisie avril 2013 & abroad

Photo du stage aikido avec Nebi vural sensei 2013

 

885205_10151510231618631_1455280190_o.jpg



Festival aikido à Ankara - Turquie avec Nebi vural sensei

& les cadres d'Eurasia-Aikido 

on y vaaaaaaaaaaaaaaaaa 

 

778895_594750910550716_1432300375_o.jpg

 Aikido summer camp - Yalova / Turquie 

aikido yalova nebi vural

https://www.facebook.com/events/583523565012439/

 

 

RDV EN NOVEMBRE


21/09/2012

Wing Chun en Tunisie ............. que l'aventure commence

644388_400609613339936_1952069440_n.jpg

 

1ere formation instructeur wing chun:

L''objectif de faire connaitre le WIng Chun Kung Fu dans toute la tunisie,La 1ere session de formation de futurs professeurs de Wing Chun Kung Fu.Intervenant: Sifu Ridha LHIBA, Diplomé d'état en arts martiaux chinois externes, expert en Wing Chun Kung Fu,enseignant professionnel de WIng Chun en France et à Monaco.

Plus d'infos sur www.wingchun.fr et www.monacowingchun.com

Quelques principes fondamentaux du Wing Chun :

·Toujours protéger son centre que ce soit dans l’attaque ou la défense ;

·Canaliser d’une manière constante la poussée des bras vers l’avant ;

·Utiliser la force de l’adversaire pour la retourner contre lui ;

·Utiliser les principes de déviation de force pour la défense et la ligne droite pour l’attaque ;

·Lorsque le pont a été établi, rester collé aux avant bras de l’adversaire car l’information qui transite par le contact est plus rapide que celle qui transite par l’œil ;

·Si la force adverse est trop grande, céder et utiliser son système de déplacement pour se restructurer ;

·Si l’adversaire recule, le suivre et maintenir la pression ; ne pas le laisser reconstruire de nouveaux plans.

 

Les coups, donnés à faible distance, n’ont pas besoin d’être accélérés par la pratique interne du Qi Gong. Cette pratique interne consiste à donner une forte secousse d’une amplitude réduite après avoir touché la cible à faible vitesse. C’est tout le corps qui produit cette onde de choc (le bras est le clou, le corps est le marteau), utilisant à la fois le poids du corps, la détente globale du corps utilisé comme un fouet et l’addition des forces de toutes les articulations. Ces qualités sont travaillées dans les trois formes, progressivement, jusqu’à en venir à réaliser le fondement du Qi Gong et de sa circulation dans les méridiens. Interne veut dire se maitriser soi-même et non pas maitriser son adversaire en premier.

 Les trois formes (Taos) :

Siu nim tao « petite idée » : c’est la première et la plus importante forme en Wing Chun, qui enseigne les règles d’équilibre et de structure corporelle. Cette forme est généralement considérée comme une forme de Qi Gong complète, cette forme est fondamentale, sur laquelle le pratiquant revient sans cesse.

Chum Kiu : « chercher le pont », « le pont coulant » ou encore « faire le pont ». Cette seconde forme se concentre sur les techniques de déplacements du corps total et les techniques d’entrée pour « combler le fossé » entre le pratiquant et son adversaire, ainsi que perturber sa structure et son équilibre. Cette forme permet d’apprendre les techniques fondamentales de défense. Les attaques de courte distance avec les coudes et les genoux sont aussi travaillées a ce stade.

Biu Gee : « les doigts jaillissants » : La troisième forme est faite de techniques ultra courtes et ultra longues, coups de pieds bas et balayages et techniques dites d’urgence, pour contre-attaquer quand la structure et la ligne centrale ont été mises à mal ou que le pratiquant est gravement blessé. Le pratiquant va apprendre durant cette forme les techniques d’attaque.


Les pratiquants avancés complètent ces formes à mains nues par trois autres formes : celle du mannequin, celle du bâton, et celle des couteaux.

Le chi-sao « les mains collantes » :

Le but du Chi-sao est de développer, ou de créer, des réflexes sensitifs pour réagir à la pression exercée par l’adversaire afin de se créer une ouverture pour frapper. Ces techniques de mains sont particulièrement efficaces, conçues pour le combat rapproché. Les bras restent souples au possible en liaison avec une pression constante vers l’adversaire, quoi qu’il tente, ce qui permet de dévier et contrôler facilement les coups afin de protéger son centre, et de placer ses propres frappes à la moindre ouverture de garde de l’adversaire.

Des techniques similaires existent pour les jambes : Chi-gerk ou pieds collants, qui permettent d’éviter les tentatives de balayages et de projections adverses, elles permettent également de contrôler l’adversaire par une pression sur ses pieds et genoux. La technique d’entrainement pour le travail des pieds confère un meilleur équilibre ; l’enracinement se faisant par la pratique du Qi Gong.

Le mannequin de bois :

De la taille d’un homme, muni de 3 bras et d’une jambe. Il est utilisé par le pratiquant pour améliorer les déplacements, la vitesse et la précision des techniques, endurcir les membres mais surtout pour développer les sensations et réflexes des bras et jambes.

 Les armes :

le bâton de 6 pieds et demi qui était la perche pour faire avancer les jonques fleuries. Le bâton de 7 pouces et demi, qui correspond au bâton des moines cultivant la terre du Shaolin.

La paire de couteaux papillons : paire de couteaux d’appontage des bateliers de Hong Kong des célèbres jonques rouges des hakkas. Il s’agit historiquement d’une dérive de la paire de sabres courts chinois.



lA DEUXIEME SESSION A ETE PROGRAMMEE POUR LE 1ER ET 2 DECEMBRE 2012

 

1348402944711.jpg


01/09/2012

Du Krav Maga en Tunisie

527073_263161123801520_1703135733_n.jpg

Bientôt à Tunis et Ksibet El Madyouni ( monastir ) !!!!

541337_271465192971113_473045570_n.jpg

Article par mag14.com

http://www.mag14.com/actuel/37-sport/1072-krav-maga-methode-de-combat-israelienne-en-tunisie.html

Le Krav Maga, le système de combat de l’armée israélienne est désormais enseigné en Tunisie. Des salles dans le grand Tunis, et dans le Sahel, organisent des stages, invitent des instructeurs étrangers et attirent un nombre grandissant d’intéressés. Or le Krav Maga, termes hébreux qui signifient en «Combat Rapproché» n’est pas un art martial comme les autres.

Sur les réseaux sociaux, des pages et des groupes Facebook tunisiens sont dédiés à la pratique de cette discipline dans notre pays (voir notamment Krav Maga en Tunisie). Certains de nos concitoyens s’affichent ainsi fièrement en photo, avec à la main des certificats arborant des caractères hébreux. D’autres portent des tee-shirts mentionnant explicitement l’origine de leur discipline «Krav Maga Israeli self defense». En d’autres termes, les amateurs tunisiens de cette méthode de combat israélienne sont parfaitement conscients des origines de leur pratique.

Cette méthode de combat a en effet été fondée dans les années 30 du siècle dernier par Imi Lichtenfeld, pour protéger la communauté juive de Bratislava, dans la Slovaquie actuelle. Elle a été depuis adoptée par l’armée israélienne et le Mossad, ainsi que par les forces d’élite de services de sécurité comme le GIGN en France ou le FBI aux Etats-Unis. Et ce système de combat participe aujourd’hui pleinement à faire reluire l’image d’Israël dans le monde.


Ainsi, les principes du Krav Maga, sont conformes à l’idéologie guerrière de l’Etat sioniste. En clair, il ne s’agit pas réellement d’une méthode de self-défense, puisqu’elle vise plutôt à prendre l’initiative de l’attaque, en visant des points très sensibles du corps humain comme les yeux, la gorge, la nuque, les genoux, les parties génitales. Des groupes ultras sionistes en Europe s’y entraînent, d’ailleurs, dans l’optique d’une confrontation avec les membres de nos communautés arabes et musulmanes d’outre-méditerranée.

Le journal français Rue89.com, souligne que le krav-maga, constitue  l’autodéfense de la police et de l'extrême droite juive. Le magazine cite même un certain Ammon Cohen, responsable de la Ligue de défense juive en France, qui précise : «On l’utilise à des fins politiques pour défendre nos synagogues, nos manifestations, et pour contrer l’islamisme». Selon M. Cohen, «99,9% des enseignants de ce sport sont pro-israéliens et prônent l’autodéfense juive. Mais ils ne vous le diront jamais individuellement».

Certes, les pratiquants tunisiens de cette méthode d’origine clairement sioniste n’ont pas nécessairement des motivations idéologiques. Il n’en reste pas moins que l’on peut s’interroger sur la diffusion d’une telle méthode, en Tunisie, dans un contexte politique et sociale plutôt tendu.  

Moez El Kahlaoui

 

22/03/2012

Stage Nebi Vural sensei en Tunisie & ailleurs

 

 

 

 

 

Calandrier de Nebi vural sensei pour la saison 2011-2012

http://www.eurasia-aikido.com/images/images_client/fichie...

 

Calandrier de Nebi vural sensei pour la saison 2010 -2011

3, 4 et 5/09 a russe bulgarie
17 , 18 et 19/09 coimbra ,portugal
25 et 26/09  , Franckfort allemagne
02 et 03 octobre çanakale _ turquie
9 et 08/10  auch france
15 ,16 et 17/10 sestapol - ukraine
22,23 et 24 /10 Ziolana gora - pologne
30-31 /10 et 1 nov Rodemack france
12 - 13 et 14/11 eskisehir - turquie
19 ,20 et 21 / 11 Tel aviv - Israel
27 et 28/11 à auxere france
4 et 2 dec a bratislave - slovaquie
16 - 17 - 18 et 19 dec à baku Azerbaijan
21- 22 - 23 - 24 - 25 et 26 dec à ankara turquie
7 - 8 et 9 janvier a Lisbon - portugal
15 et 16 janvier à Tours / France
21 , 22 et 23 janvier ,Uzghorod- Ukraine
29 et 30 janvier  , Antalya turquie
3 , 4 et 5 fev , Barcelone / espagne
 12 et 13 fev, Hemsbach Allemange
19 et 20 fev a Rodemack France
4 , 5 et 6 Mars - Brno / Tchèque Rép.
11 , 12 et 13 Mars bursa / turquie
17 au 20 Mars , Tel Aviv / Israel
25 , 26 et 27 Mars tunisie
2 et 3 Avril à Franckfort
8 , 9 et 10 Beyrut liban
15 , 16 et 17 Avril Izmir / turkey
22, 23 et 24 Avril , Svestapol ukraine
30 avril et 1 Mai Sarreguemines
7 et 8 Mai , Bratislave slovaquie
13 , 14 et 15 MAI , bAKU / azerbaijan
du 17 au 22 Mai ; Ankara / Turquie
27 , 28 et 29 Mai , Kirovograd / ukraine
3 , 4 et 5 Juin ,Vienne Autriche
9 , 10 et 11 Juin , lisbonne / portugal
17 , 18 et 19 Juin / Diyarbakir turquie
du 2 au 9 juillet stage d'ete - Slovaquie
du 23 au 29 Juillet Stage d'ete - Turquie



 

* The Lebanese Aikido Society with the collaboration of Eurasia Aikido organization announce about their International Aikido seminar with sensei Nebi Vural (6th Dan Aikikai) that will be held in Beirut - Lebanon on Friday the 8th till Sunday the 10th of April 2011.

* for more information do not hesitate to contact:
- Fady Atik : fadyatik@gmail.com / 00961 3 329153
- Victor Farah : victor-a-farah@hotmail.com


 

Stage d’été avec Nebi Vural Sensei

Du 1er au 7 Aout 2010

stage d’été, sous la direction de Nebi VURAL Sensei,se déroulera cette fois-ci à l’Hôtel Thermale Oruçoğlu 5*

Pour plus d’infos sur l’hôtel, merci visiter le site :

http://www.orucoglu.com.tr

Hébergement disponible avec chambre individuelle, a 2 ou a 3 personnes. Possibilité aussi pour ceux qui souhaiteraient y participer en famille.
Adresse:
Kütahya Karayolu 14.km / Afyonkarahisar - TÜRKİYE
Transport-Accès:

Pour ceux qui viennent en bus: Transport commun (dolmus) partant de la gare routière et passant juste devant l’hôtel (durée du trajet: 5 minutes).
Tarifs:

Chambre à trois personnes:
50 TL par personne/par nuit
Chambre à deux personnes:
65 TL par personne/par nuit
Chambre individuelle:
80 TL par nuit
Note:
Les tarifs suscités comprennent les prix par personne pour une nuit en pension complète.

(Taux de change 1 Euro = ± 2TL)

Réservation & Transport:

Pour vos réservations et moyen de transport vous pouvez contacter
M. Sevkan SARISALTIKOĞLU
,

par e-mail: sevkanaiki@yahoo.fr ou par téléphone: +905058018901.

AFyon_kamp.jpg

 

 

 

Affiche stage aikido avec Nebi vural sensei
ankara may 2010

NebiVural2010_afis_01(2).jpg

f

 

 

 

 

Nebi Vural in Vienna: 18th – 20th June 2010

More informations: wlinert@mail.zserv.tuwien.ac.at

http://members.chello.at/aikido/

 

about sensei Nebi Vural seminar in lebanon

Seminar details:
==========
* Friday 28/5/2010 :
-------------------------
- 21:00 Dinner with sensei Nebi Vural

* Saturday 29/5/2010:
---------------------------
- 10:00 - 12:00 Training
- 12:30 - 16:30 Trip to Byblos citadel, visit to the old souk and lunch
- 17:00 - 19:00 Training
- 22:00 Dinner (Oriental ambiance)

* Sunday 30/5/2010:
--------------------------
- 10:00 - 12:00 Training
- 12:30 - 16:30 Visit to beirut Malls
- 17:00 - 19:00 Training
- 22:00 Evening at Beirut Downtown

Hotels offers:
=========
* Foyer sagess:
-------------------
- Single room 25 $ (US dollars) / night / pers
- Double room 20 $ (US dollars) / night / pers
- triple room 15 $ (US dollars) / night / pers

* Hotel Port View (3 *):
----------------------------
- Single room 45 $ (US dollars) / night / pers
- Double room 38 $ (US dollars) / night / pers
- triple room 35 $ (US dollars) / night / pers

* Hotel Le Gabriel (4 *):
----------------------------
- Single room 140 $ (US dollars) / night / pers
- Double room 160 $ (US dollars) / night / pers

* NB1: Seminar fee is set to 50 $ (US dollars)

* NB2: Package is set to 150 $ (US dollars) include: (28/5 at 21:00 dinner) + (29/5 at 12:30 Trip to the citadel of Jbeil, visit to the old souk and lunch + at 22:00 dinner) + (30/5 at 13:00 visit to Beirut malls + evening at Beirut downtown) + transportations.

* NB3: Please inform us about your hotel and room choice.

* NB4: Please reply before the 1st of May 2010 to make the necessary arrangement. I want you to send me the number of persons who are coming with you and where do you like to stay. about foyer sagess we have a limited munber of rooms (just 4 rooms with triple beds for men and open number for women).

* for more information do not hesitate to contact:
- Fady Atik : fadyatik@gmail.com / 00961 3 329153
- Victor Farah : victor-a-farah@hotmail.com / 00961 3 527240

 

 

28104_1379258394548_1024535867_31030472_2797346_n.jpg

( photo du stage liban )

 

Stage lisbonne avec Nebi sensei

Estágio de Aikido com Nebi Vural 6º Dan Aikikai, Director Técnico da União Portuguesa de Aikido

1 de Maio - Sábado
09:00 - 11:00 e 16:00 - 18:00
2 de Maio - Domingo
9:00 - 11:00

€35 adulto estágio completo
€15 adulto por sessão
Gratuito para menos de 12 anos

http://upaikido.org/blog/2010/03/28/estagio-prof-nebi-vur...

Photo du stage
DSC00040.JPG

 

Stage de Nebi vural sensei en  Tunisie

Le 12 13 & 14 Mars 2010

Lieu: Grande salle de Judo ( la nouvelle salle )

à l'Ineps de Ksar Said


Nebi Vural Sensei Tunus Semineri  12-13-14 Mart 2010

 

nebi 2010 font classic format a3.jpg

Article paru dans le blog de Leo Tamaki concernant Nebi Hoça


http://www.metacafe.com/watch/3958276/nebi_vural_sensei_extrait_stage_fanckfort_2009/
Photo du stage de Nebi Vural sensei fevrier 2009

Article sur blog ami

http://www.sakuradojo.be/blog/?p=2015

 

Nebi Vural Sensei Eskişehir Seminar

13-14 November 2010

Seminar Program:
November 13, Saturday
10:00-12:00 General Traning
16:00-18:00 General Traning
November 14, Sunday
10:00-12:00 General Traning

Seminar Place: Eskişehir Yunusemre Teknik ve Endüstri Meslek Lisesi Kapalı Spor Salonu
Address:Akarbaşı Mahallesi. Şehit Zeynel Toköz Caddesi. No:47- Odunpazarı/ESKİŞEHİR

Note:For hotel reservation or registration, please contact us.

Contact:
Sevkan Sarisaltikoglu
tel:(+90) 505 801 8901
e-posta:sevkanaiki@yahoo.fr

 

NebiVURAL_StageAikido_Decembre2010_Ankara.jpg

 

Turkish - Japanese Year Activities and Tamura Shihan Memorial Seminar

December 22-26, 2010

 

In memory of our recently lost sensei, Tamura Shihan, there will be an aikido workshop held on 22-26th of December within the scope of ‘Japan Year 2010 in Turkey’ . The workshop will be hosted by Middle East Technical University (METU) and Police Academy under the supervision of Aikido and Budo Federation and International Police Association (IPA) . Inclusive of the corresponding event, along with the trainings that will be led by Nebi Vural, student of Tamura Shihan and head of ABF technical committee, there will also take place Japanese Martial Arts demonstrations, presentations and talks. Detailed programme is given below.

Seminar Programme

December 22 - Wednesday
18:00- 20:00 All-Ranks Open Aikido Training– Police Academy, Gölbaşı

December 23 - Thursday
10:00-12:00 Training for instructors only– METU Baraka Sports Hall
18:00-20:00 Training for instructors only – METU Baraka Sports Hall

December 24 – Friday
10:00-12:00 Training for instructors only – METU Baraka Sports Hall
18:00-20:00 Training for instructors only & Dan examination – METU Baraka Sports Hall

December 25 - Saturday
10:00-12:00 All-Ranks Open Aikido Training – METU Gymnasium
15:00-18:00 “Japan Year 2010 in Turkey” events – METU Gymnasium
Gala Dinner

December 26 - Sunday
10:00-12:00 All-Ranks Open Aikido Training – METU Gymnasium

Contact & Registration:
Sevkan Sarisaltikoglu
tel:(+90) 505 801 8901
e-posta:sevkanaiki@yahoo.fr

 

STAGE ANKARA MAI 2011

 

La Fédération Turque d’Aïkido et de Budo a le plaisir de vous inviter ainsi que vos élèves au 1er Festival International d’Aïkido qui se déroulera sous la direction de Nebi VURAL Sensei  du  18 au 22 mai 2011 à Ankara. 

Ce festival sera organisé avec le soutien de l’Organisation Eurasia Aikido et de l’Organisation de la Police International.

Notre but est de réunir tous nos amis qui ont envie de pratiquer l’aïkido dans le sens souhaité par  Tamura Sensei. Comme vous le savez, Nebi VURAL Sensei est un des rares élèves de Tamura Sensei  avec qui il entretenait des relations privilégiées et qui diffuse aujourd’hui dans le monde entier, l’enseignement qu’il a reçu de son maitre. 

Ce sera également l’occasion de vous accueillir et pour nous, le plaisir de vous rencontrer. Nous espérons que vous profiterez pleinement de votre séjour et que vous garderez un souvenir mémorable de l’hospitalité de notre pays.

La participation au séminaire vous est offerte ainsi qu’à vos élèves et les frais d’hébergement seront en partie pris en charge par l’organisation. Nous reviendrons vers vous très prochainement à ce sujet mais votre participation à l’hébergement sera de l’ordre de 20€ par personne et par jour avec le petit-déjeuner inclus.

Étant donné le nombre d’invités, nous souhaiterions recevoir rapidement une réponse de votre part quant à votre participation.

Programme général :

17 mai : Accueil

18/19/20 mai : Aïkido de 10h à 12h et de 16h à 18h

20 mai : 18h30 passage de grade 1/2/3/4 Dan

21 mai :

·       Aïkido de 10h à 12h

·       Démonstration d’aïkido par chaque pays participant à 15h

·       Diner de Gala à 20h

22 mai : Aïkido de 10h à 12h.

 

 

Stage Liban 2011

 

* The Lebanese Aikido Society with the collaboration of Eurasia Aikido Organization announce about their International Aikido seminar for "the memory of Tamura sense" with sensei Nebi Vural (6th Dan Aikikai) that will be held in Beirut - Lebanon on Friday the 8th till Sunday the 10th of April 2011.
* The seminar will be... held at Stad Michel El Murr (Dora highway - Beirut - Lebanon).
* Training session:


- Friday 8/4/2011 from 5 PM to 7 PM
- Saturday 9/4/2011 from 9 AM to 12 PM
- Sunday 10/4/2011 from 9 AM to 12 PM
* Fee is set to 50 $.
* Hotel reservation at Port View hotel:


- Single small room 49 $ per night
- Single large room 59 $ per night
- Double room 75 $ per night
- Triple room 105 $ per night
Reservation must be confirmed before 20/3/2011
- Transportation are available.
* For more information do not hesitate to contact:
- Fady Atik : fadyatik@gmail.com / 00961 3 329153
- Victor Farah : victor-a-farah@hotmail.com / 00961 3 527240


malte,russe,tamura sensei,aikido,turquie,fadi atik,nebi vural,tunisie,ariana,el menzah,ankara,istanbul,leo tamaki,eurasia


Stage aikido avec Nebi vural sensei

30 - 31 Mars et le 1er Avril 2012 - Tunis

adresse: Salle de sport Shaolin Budo center

places limitées ( 50 personnes Max)

https://www.facebook.com/events/101446336631963/



nouvel article de Leo tamaki concernant

Nebi vural sensei

http://www.leotamaki.com/article-nebi-vural-l-homme-libre...


26/08/2011

Marzouki et Facebook contre le «proxénétisme politique»

article copié sur le nouveau mag sur le web

mag14.com

Visiblement, l’assaut lancé par Moncef Marzouki contre la publicité politique et les partis qui s’en servent, n’a pas fini de faire des vagues. Il faut croire que les arguments du leader du Congrès pour la République (CPR) ont fait mouche. Surtout dans un contexte de flou juridique dont des petits malins ont su tirer le plus grand profit. En s’appuyant sur des sociétés de communication qui, jusque là étaient plus spécialisées dans la vente des yaourts que dans la diffusion des idées, ils ont gagné en un temps record en termes de visibilité. En d’autres termes, la force de frappe financière due aux nouvelles alliances (a priori contre-nature)nouées entre formations politiques et hommes d’affaires, risque de fausser le jeu démocratique.
La critique de Marzouki n’a pas fini d’essaimer, et la houle d’enfler. Les réseaux sociaux et Facebook en particulier bruissent de commentaires cinglants contre ce qu’il convient désormais de nommer : le business de la politique. Jaouhar Ben Mbarek, professeur en droit constitutionnel, et l’un des membres fondateur de l’association «Le Manifeste du 20 mars» ouvre le feu avec un petit article publié le lundi 22 août, et qui commence déjà à faire le tour du web tunisien. Et le juriste n’y mâche pas ses mots.
Il écrit ainsi : «les proxénètes transforment l’espace public en un grand bordel politique. La propagande Zabatiste envahie nos rues…la politique faite, à défaut de vrais politiques, par des agences de communication…des produits de consommation rapide et des slogans rappelant le lancement de détergeant …la politique en kits, " Deux pour le prix d’un », « Tu nous prends la liberté, on vous offre la dignité gratuitement».

La résistance à ceux qui tirent, dans les coulisses, les cordons de la bourse et qui s’immiscent en catimini dans le jeu politique aux règles pas encore définies, s’annonce donc farouche sur Facebook. L’écrivain tunisien Gilbert Naccache, auteur du célèbre roman «Cristal», n’y va pas, lui, par quatre chemins. Comme pour enfoncer le clou que Jaouhar Ben Mbarek a voulu planter, il renchérit de son côté :

«Pour le moment, il faut reconnaître que le proxénétisme est très présent en politique, non seulement de la part de ceux qui veulent acheter le pouvoir, mais également de tous ceux, et ils sont nombreux, qui veulent "grimper sur la révolution", alors qu'ils en étaient tragiquement absents, et qui ne sont même pas fichus de donner des indications quant à la façon concrète dont doit se traduire institutionnellement et constitutionnellement la démocratie qu'ils affirment vouloir réaliser, tout comme la reconnaissance de la souveraineté populaire».

Et les déclarations de guerre contre le «proxénétisme politique» continuent de susciter les commentaires les plus enflammés sur les réseaux sociaux. Et voici même que certains médias de masse se lancent également dans la bataille. La station FM radio Jawhara a ainsi donné la parole à M. Moncef Marzouki, et à M. Kamel Laabidi, le président de l’Instant Nationale pour la Réforme de l’Information et la Communication (INRIC). Et M. Laâbidi rappellera pour l’occasion le projet de loi contre la publicité politique que son instance propose.
Mais ces réactions trouveront-elles un écho auprès d’une population tunisienne passablement désorientée par l’émergence de plus d’une centaine de partis politiques ?
MEG

26/02/2011

kadhafi , the one and only !

article de Tekiano.com

Philip Jaffé, psychologue, analyse la personnalité du colonel : “ De loin, on dirait que c’est un excentrique un peu bouffon mais quand on regarde de près vraiment c’est quelqu’un d’assez déséquilibré avec des traits mégalomanes, un gros narcissisme et une paranoïa qui semble s’amplifier au fil des années”.


Les discours de Kadhafi ont fait le buzz cette semaine, mais ce n'est pas une nouveauté. Ils ont toujours drainé une foule de commentaires. Rappelez-vous son discours aux Nations Unies commenté sur twitter, le 27 septembre 2009. Un discours qui a duré plus de six fois le temps imparti de parole, environ 100 minutes, dans lequel le "Roi des rois" a évoqué tour à tour, la guerre 'Irak, l'Afghanistan, les critiques bien sur des Nations Unies, la grippe H1N1 , des vœux pour Obama en lui souhaitant de rester toujours au pouvoir...et cerise sur le gâteau, la réouverture de l'enquête sur l'assassinat de JFK ce qui a suscité bien évidemment rires et bâillements des dirigeants.


Toutefois, il a le mérite de parvenir à provoqué une vague des messages sur twitter. Discours divertissant? Mégalo? Narcissique? Atypique?


Nous vous avons concocté un best of de citations du "frère guide": ces petites perles resteront dans l'histoire sans aucun doute:


Commençons par le cru du 22 février 2011 :


Dan son délire, le guide, se décrit comme différent des autres dirigeants de ce monde, au-dessus d’eux, sans titre, tantôt parlant de lui à la première personne du singulier, tantôt à la troisième, ce qui nous rappelle étrangement le syndrome Alain Delon :

« Je suis au-dessus des postes de chefs d’Etat. Je suis un révolutionnaire. Je suis un bédouin. Je ne peux pas laisser la terre de mes ancêtres. Je vais mourir en martyr. » … Il a un peu la grosse tête quand même.

« Si j’étais président j’aurais démissionné. Mais je n’ai pas de titre. Je n’ai que moi-même et mon fusil. Moi je n’ai peur de rien. Moi je suis quelqu’un qui arrive à faire face. »

« Mouammar Kadhafi n'est pas un président et n'est pas un être normal contre qui on peut mener des manifestations. » Comme quoi, ça lui arrive d'avoir des moments de lucidité.

« Mouammar Kadhafi n'a pas de poste officiel pour qu'il en démissionne. Mouammar Kadhafi est le chef de la révolution, synonyme de sacrifices jusqu'à la fin des jours. C'est mon pays, celui de mes parents et de mes ancêtres. » … Il veut nous avoir par les émotions, mais c'est désormais cliché.

Autre point, s’il se dit prêt à mourir en martyr, il veut surtout que ceux qui s’opposent à lui meurent en martyrs :

Il n’y aurait eu, après tout, que quelques centaines de morts… mais, si cela continue, il passera à une répression supérieure :

« Quand on aura besoin d’utiliser la force j’en donnerai l’ordre. Tout cela va mener à une guerre civile. Tous ceux qui sont derrière une guerre civile doivent être condamnés à mort, ainsi que ceux qui touchent à l’indépendance du pays. »



Le ton est menaçant, notez, à ce propos le regard halluciné, extrêmement violent qui s'en dégage! :

« Rendez vos armes immédiatement sinon il y aura des boucheries. »

Notez, également, la grande recherche stylistique dans son discours notamment avec cette métaphore filée, pour désigner les opposants, :


« Ce sont des rats et des microbes qui ne vaincront pas la Libye. »

A qui il promet l’extermination :

« Je suis Mouammar Kadhafi, un dirigeant que des millions défendront. Nous marcherons sur eux par millions pour purger la Libye pouce par pouce, maison par maison et allée par allée. »


Et les classiques:


« Je suis un leader international, le doyen du monde arabe, le rois des rois d’Afrique et l’imam des Musulmans et mon statut international ne me permet pas de m’abaisser à un niveau inférieur ». Mouammar Kadhafi en quittant le sommet arabe réuni en Arabie Saudite, le 31 mars 2009.

« Tout musulman dans n’importe quel endroit au monde qui aura de contacts avec la Suisse est un apostat, il est contre Mahomet, Dieu et le Coran ». Mouammar Kadhafi garde son sang-froid en traitant une récente crise internationale.

« Vous, le peuple tunisien, venez de subir une grande perte. Il n’y pas mieux que Ben Ali pour gouverner la Tunisie ».


Vanity fair, le magazine américain, lui rend hommage en revisitant le style du " frère guide" voyant "un génie de la mode de nos temps" et nous propose un jeu afin d'imaginer un discours bizarre: http://www.vanityfair.com/politics/features/2011/02/qad-libs-201102


A vous, maintenant, de nous envoyer votre discours "kadhéféen".

 

 

 

19/02/2011

African Manager, Businessnews, Leaders, autant de journaux électroniques.....Ghaltouna!

L'article "African Manager, Businessnews, Leaders… Ghaltouni!" publié aujourd'hui sur Tekiano vient d’être retiré par IMG ( la société éditrice de Tekiano et Webmanagercenter) peu de temps après sa publication. L'article présente, à travers des faits et des preuves, la complicité qu'avaient les médias cités avec le pouvoir de Ben Ali et leur "virage à 180 degrés" après le 14 janvier.
Même si quelques uns pensent que ce genre d'articles "relève de la chasse aux sorcières dont on a pas besoin", il s'agit bien d'un grand pas vers la rupture avec l’hypocrisie nationale. Mais malheureusement, le retrait de cet article par le patron de IMG nous donne un aperçu sur les nouvelles formes de censure auxquelles nous auront droit.

L’intégralité de l'article "censuré" signé par Oualid Chine repris d'un blog tunisien:

African Manager, Businessnews, Leaders, autant de journaux électroniques qui ont effectué un virage à 180 degrés. Les uns et les autres brûlent ce qu’ils ont adoré. Il ne manquerait plus qu’ils ne crient «Ghaltouni» comme l’a fait Ben Ali !

Taoufik Habaieb, le responsable de Leaders.com.tn, n’est pas le premier communicateur venu. Il s’agit de l’un des plus importants propagandistes de l’ancien régime. Ne craignant pas le ridicule, il écrira sur les colonnes de ‘‘La Presse’’: «Le plébiscite issu des urnes devra aussi sceller cette coalition qui s’ébranlera immédiatement d’un seul pas, en front large, solide et uni, autour du Président Ben Ali, pour concrétiser le programme 2009-2014 et relever tous les défis». Le lecteur appréciera la langue de bois digne des cellules du RCD des bas quartiers. Sa boîte diffusera accessoirement les communiqués de presse des sociétés «Trabelsifiées» comme Carthage Cement, et la Banque de Tunisie. PR Factory, son agence dédiée aux relations publiques, harcèlera les journalistes par sms interposés, pour les inciter à couvrir les «fêtes» du village électoral organisé pour soutenir Zaba en 2009.

Taoufik Habaieb est également le fondateur de TH Com, «une boîte de communication réputée pour ses créations de marques à succès (parmi lesquelles Business News d’ailleurs) et slogans valorisants» rappelle Nizar Bahloul. Et le 4 octobre 2010, pour fêter son nouveau look, le journal en ligne Businessnews.com.tn (dans lequel Taoufik Habaieb était actionnaire avant de se retirer pour créer son propre site Leaders.com), profitera de l’occasion pour faire l’éloge appuyé de Ben Ali. Dans une chronique intitulée "Business News : changement dans la continuité" (ironie du sort?), il met ainsi en scène une «discussion à bâtons rompus, qui a eu lieu il y a quelques mois, avec un investisseur toulousain».

Les promesses de Zaba

Nizar Bahloul, le rédacteur en chef et premier responsable de Businessnews s’exclame : «Vous voulez savoir où va la Tunisie dans les prochaines années? Lisez le programme présidentiel». Pour ceux qui ont encore quelques doutes, M. Bahloul martèle: «Revenez aux anciennes promesses électorales de Ben Ali et vous allez constater de vous-mêmes qu’elles ont toutes été respectées». On a bien du mal à imaginer que déclamer une ode à Zaba dans un tel contexte, celui de l’annonce d’une nouvelle charte graphique, soit le résultat de pression d’Abdelwahab Abdallah. A moins qu’il ne s’agisse de devancer les désirs du maître.

Deux semaines avant la chute du dictateur, le même Businessnews a réussi la prouesse, en élisant les hommes d’affaires de l’année 2010, d’aligner en ronds d'oignon les noms des proches de Ben Ali. Inutile de vous dire que la sélection a été dure à établir…

Le journal en ligne African Manager, dirigé par Khaled Boumiza, sera l’un des premiers sur la place à vanter les success stories du clan Trabelsi. Des portraits de mafieux comme Imed Trabelsi en homme d’affaires respectable ont ainsi été publiés sur ce site qui a fait la part belle à la «familia». Mais visiblement, la base de données du journal a été nettoyée au Karcher, histoire d’effacer les traces trop compromettantes. La Révolution est aussi passée par là. Les uns effacent leurs articles. Les autres dégaineront leur mea culpa. Les uns et les autres brûlent ce qu’ils ont adoré.

Les retournements de vestes sont aussi rapides que les anciens applaudissements appuyés. Il ne manquerait plus qu’ils nous fassent le coup de Ben Ali dans son dernier discours : «Ghaltouni» ! Reste à savoir qui a trompé qui ? Ben Ali ses thuriféraires ou le contraire? Etant admis que ce sont nos citoyens, qui, finalement, ont trinqué. Mais les Tunisiens, visiblement, ne s'en laisseront plus conter.

25/09/2010

Mahdia ,articles...musée

Mahdia : histoire chargée, musée allégéMahdia : histoire chargée, musée allégé
JETSETMAGAZINE.NET | 02.09.2010
On l’appelait Djamma, Africa, Aphrodisium, Gummi, ou encore, " le lieu maudit ", la " mâle ville d’Afrique…" "… Mais plusieurs ne connaissent de Mahdia que ses belles plages et son sable blanc. Son histoire, aussi mystérieuse soit-elle.....
Jetset Magazine
Mahdia forever

" Je ne crois pas que l’absence d’un département consacré à l’épave de Mahdia au sein du musée du chef-lieu de gouvernorat constitue ‘‘une aberration’’,  pour reprendre le mot utilisé dans l’article paru le 2 septembre dernier", affirme Habib Ben Younès, directeur des musées à l’Institut national du patrimoine (INP), en faisant allusion à un texte paru sur les colonnes de notre journal et relatif au musée de Mahdia.  D’après cet archéologue, l’histoire de cette épave ne se rapporte en aucune façon à celle de Mahdia. Le navire antique, circulant dans les eaux méditerranéennes, se trouvait au large de cette côte au moment où il a coulé. Il avait probablement chaviré suite à une rude tempête. " Rien n’indique le lien qui pourrait rattacher le navire aux ports de cette région ", fait remarquer le spécialiste. Pour cette raison, la collection repêchée de l'épave appartient légitimement au musée du Bardo. Néanmoins, un espace dédié à ce " malheur heureux " serait quand même aménagé dans les murs du musée de Mahdia, puisque ce hasardeux accident est aujourd’hui définitivement accolé  au nom de la ville. Le musée contiendra une maquette du navire identique à celle qui est exposée au musée du Bardo et plusieurs autres objets découverts récemment dans le site…  L’étude est en cours et les travaux vont bon train. " Mais il faut garder en tête que cette épave ne représente en rien l’histoire de Mahdia. Elle est comme une goutte dans un océan, insignifiante par rapport à la véritable richesse qu’offre ce gouvernorat. Je reconnais tout de même que Mahdia mérite plus d’attention et d’intérêt. Elle possède de grandes potentialités historiques, utiles pour la promotion du tourisme culturel", insiste encore Habib Ben Younès.  A cette région du Sahel, le chercheur a consacré sa thèse de doctorat. A lui, les ruines ont dévoilé leurs secrets. Les vestiges, à peine visibles à la surface du sol, lui sont totalement familiers…

 

Un parcours culturel d’exception

 

En quelques secondes, Ben Younès griffonne sur un papier un parcours de plus d’une trentaine de kilomètres, reliant Mahdia à El Jem. Plusieurs sites archéologiques et historiques s’alignent d’une manière naturelle et fluide. La visite peut être entamée à partir de Bekalta (au nord de Mahdia), plus précisément de Thapsus (Ras Dimas), et remonter jusqu’au chef-lieu de gouvernorat. En sortant de ce dernier vers Ksour Essaf, on découvre la deuxième plus grande nécropole punique après celle de Carthage, qui s’étire sur une douzaine de kilomètres,  " une véritable cité des morts contenant plus de 1.000 caveaux ", précise le chercheur. Plus loin se dresse " Aggar ", une ville mentionnée dans le récit de guerre de César. Puis, on rejoint Ksour Essaf " qui est un pôle soufi par excellence, où plusieurs marabouts ont trouvé refuge et ont joué un rôle social assez important ", souligne encore l’archéologue. Le circuit débouche ensuite sur Salakta, un ''port-ville'' représenté par les naviculaires figurant sur la célèbre mosaïque trouvée à Ostie. C’est aussi dans ses environs que l’on a découvert un sarcophage, d’une valeur historique inestimable, datant du IIIe  av. J.-C. Quelques kilomètres plus loin, on retrouve des catacombes (une nécropole souterraine), à fouiller encore, " qui sont aussi, voire plus importantes que celles d'Hadrumète (Sousse) ", témoigne Ben Younès. La route se poursuit jusqu’à Henchir El Alia qui est, selon le spécialiste, un site exceptionnel, unique en Afrique, rassemblant dans un même endroit des vestiges de plusieurs civilisations. Il s’agit d’un canal romain, taillé dans la roche, qui traverse une nécropole punique. Il relie la mer à un lac, appelé Sabkha injila. " On racontait qu’au moment de la marée haute, les villageois pêchaient, dans cette sabkha, un poisson qu'on ne trouve que dans cet environnement. D’ailleurs, à l’époque romaine, ce même lac servait à la pisciculture". A côté de ce canal, se trouve un ribat, qui  représente l’époque islamique. Et, au-dessous de ce dernier, on a découvert un site préhistorique. Dans les environs, se situe une autre Vaga (nom antique de Béja), mentionnée aussi dans la guerre de César, où l’huile joue ici le rôle que joue le blé pour la Vaga du Nord. Arrivant à El Jem, outre l’amphithéâtre, la villa romaine et le musée, on peut encore aller vers Rougga (à 15km) pour en découvrir les fameuses citernes, " une merveilles de plus en Tunisie ", précise Ben Younès. "C’est en exploitant ces sites, dont la plupart sont encore vierges, que l’on peut mettre au point les stratégies d’un tourisme culturel de qualité ", suggère Habib Ben Younès.          

 

Un  musée à revoir absolument

 

En attendant une meilleure exploitation, ces sites continuent à alimenter les musées locaux et nationaux. Le responsable de l'INP nous apprend que le musée de Mahdia sera entièrement revu. De récentes recherches seront effectuées pour mieux exploiter son espace. De nouveaux objets seront prochainement exposés : des sculptures de l’époque romaine, de la céramique et de la documentation, punique et islamique. " Cette dernière est en train d’être restaurée", précise-t-il. A ces pièces, s’ajoutent des éléments monétaires et diverses inscriptions.En somme, plus de la moitié de la collection actuelle sera rajoutée au fonds du musée. "Au départ, on a voulu construire à Mahdia un musée du chef-lieu de gouvernorat, qui soit moderne et qui représente par excellence les différentes époques et civilisations ", précise Habib Ben Younès. On a conservé la façade de la mairie, l’ancien lieu du musée. On a essayé de créer une continuité avec la Skifa El Kah'la (l’ancienne entrée de la ville fatimide) en bâtissant des baies vitrées dans le mur qui sépare le musée du monument. " Une première ", selon le spécialiste.  Mais, comme le dit un poète arabe, les vents ne soufflent pas toujours dans le sens que souhaitent les bateaux.  Ce local, esthétiquement parfait, ne peut contenir un musée. " Trop proches de la mer, les murs sont humides. Et les collections s’abîment rapidement, surtout celle des costumes traditionnels ", fait savoir le directeur. C’est pour cette raison d’ailleurs que des photos d’habillements et d’accessoires ont remplacé les objets d’origine dans le département ethnographique du musée de Mahdia (voir l’article cité)… Rien ne mentionne cependant cette opération de restauration : ni pancarte  ni quelque indication que ce soit. L’agent d’accueil n’y fait pour sa part aucune allusion. Ce qui induit le visiteur en erreur.  Réparer les dégâts causés par l’humidité ou par d’autres facteurs, comme la lumière, la chaleur, la pollution, les vibrations, est un véritable casse-tête. " Pour les costumes, par exemple, il faut d’abord trouver le tissu correspondant à la pièce et, ensuite, chercher l’artisan capable de reproduire les mêmes touches d’antan. Ce qui n’est pas évident. Cela demande des semaines, voire des mois de recherche  et d’exécution ", ajoute M. Ben Younès. Les réparations et la restauration se compliquent davantage quand il s’agit de manuscrits ou de pièces archéologiques. Une fois la collection prête, elle doit être maintenue en l’état. " Pour cela, il faut former un personnel de musée, capable de gérer un lieu de culture et d’histoire. Il est essentiel de nommer, dans  chaque musée, un conservateur permanent dont l’unique tâche consiste à s’occuper, jour après jour, des pièces exposées", suggère encore le directeur. Créer un musée ne dépend pas uniquement de la collection que l’on doit exposer. C’est aussi des normes internationales à respecter et un code déontologique auquel il faut se conformer. Il faut être à cheval entre la restauration et l’enrichissement des musées. " Le travail doit être parfait. Aucune fausse note n’est permise. Ce qui nécessite une énergie inépuisable, un budget énorme et des nerfs d’acier", conclut Habib Ben Younès, le sourire aux lèvres.

 

Musée national du Bardo Le trésor de Mahdia
JETSETMAGAZINE.NET | 01.06.2010
Six salles sont consacrées aux fouilles de Mahdia au Musée national du Bardo. L'une d'entre elles abrite une maquette du navire coulé dont il a été supposé qu'il s'agissait d'une galère. Par ailleurs, cinq ancres ont été retrouvées, d'un poids total de treize tonnes.....
Jetset Magazine

12:41 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : mahdia, musée

01/09/2010

YOGA and aikido à la cité la gazelle/Ariana

Yoga and aikido share the goal of a tension-free body that uses energy wisely and efficiently.

By Baron Baptiste and Kathleen Finn Mendola

 

In sixth-century China, because Zen Buddhist monks who meditated for long hours were developing spiritually but weakening physically, Prince Bodhidharma introduced monks at the Shaolin Temple to what later became known as kung fu—a martial art based on Indian yoga. The monks were not only priests but warriors too, and practiced this first martial art on a daily basis.

In the seventeenth century, Okinawa (an island between China and Japan) was captured by the Japanese, who took away the islanders' weapons. To defend themselves, the Okinawans turned to the martial arts of China. As the century progressed, the martial arts slowly transformed from a means of combat to a spiritual path. Both yoga and martial arts are modes of self-healing that aim to dissolve stress and increase awareness. Both practices strive to awaken energy, or chi, within the body. Like yogis, martial arts practitioners learn how not to think, how to go beyond thinking to samadhi, a state of meditative union with the Absolute. Aikido, one of the newer forms of martial arts, embodies principles remarkably similar to the yoga tenets of moving from the body's center, relaxing under pressure, and extending chi.

The Zen-like principles of aikido de-emphasize the power of the intellect, instill intuitive action, and help individuals overcome the effects of evaluating, judging, analyzing, thinking—overriding conditions of our society. Yoga too encourages surrender, letting the mind go, and being in the present, and downplays striving and pushing.

"Competition is an integral part of life in our culture, starting from birth," says George Leonard, who holds a fifth-degree black belt in aikido, co-owns an aikido studio in Mill Valley, California, and is author of several books including The Way of Aikido: Life Lessons from an American Sensei (Dutton, 1999). But progress in aikido comes with patient and diligent training. He tells his students "to stay with the process, enjoy this level, do not strive; keep practicing and don't try to get anywhere."

Yoga Mat as Dojo

A dojo—the Japanese word for a place of enlightenment—is a temple of sorts, and the place where martial artists practice. In the dojo, you make contact with your fears, reactions, and habits. This arena of confined conflict, with an opponent or partner engaging you, helps you to understand yourself more fully. Though in yoga the process is more individual, your yoga mat can be a dojo. Poses can take you deep inside yourself, challenging you to loosen the grip of indiscriminate emotions such as anger or fear.

The ultimate aim of aikido is to free the individual from anger and illusion, fear and anxiety. This is done by constantly having to become nonaggressive, according to Leonard. Aikido moves protect both the attacked, and if possible, the attacker. An aikidoist usually chooses not to harm an attacker even though the opportunity to harm is present. "Each time you're forced to be nonaggressive, you're brought nose to nose with your internal aggression," Leonard says. "This isn't done by denial but by integrating the emotion, understanding it, and transforming it into something else which, ultimately, is love."

aikido,yoga,cite la gazelle ,riadh al andalouss,ariana al soghra,tunis,hatha yoga, kundalini

 

 

06/04/2010

Mickael Martin - Stages aikido

ouuuf stage epoustouflant 

stage,mickael martin,aikido,shumeikan,bras,france,tunisie,jijel,jsd,skikda,ariana,cite la gazelle,leo tamaki

 
On revoit Mika sensei ce Mars Finalement au shumeikan 
 
Stage d'ete en Algerie avec Mickael Martin
fin Juin 2011  à Anneba
plus D'infos merci de contacter mr Hocine Daoued

daoudhocine40@yahoo.fr
tel +213 (0) 661 64 51 38

 
stage Mickael Martin confirmé du 28 au 30 octobre à skikda - algerie
Stage d'aikido
avec
Mickael Martin Sensei 4éme Dan Ushi Deshi de Tamura Shihan
à Skikda -Algérie.
le 02 et 03 Avril 2010.
un autre stage a ete fixe pour le
29 et 30 octobre 2010
Lieu: Salle de Beni Malek Skikda Algérie
*le Vendredi 29 : Matin, 10h - 12h cours pour tous. Soir, 15h - 18h cours pour tous
*le Samedi 30 :   Matin 09h - 10h 30mn cours Enfant 10h 30mn - 13h cours gradés
(horiaires et lieu à confirmer avec Mr houcine )
contacte:
daoudhocine40@yahoo.fr
tel +213 (0) 661 64 51 38

 

 

Pour la saison 2009
deux stages avec Mickael martin
c à Skikda et à Jijel
www.aikido-budo.com
 
Rebelote !!! Mickael Martin sera en algerie pour une deuxieme fois mais a Jijel on se rejouit de cet initiative de la JSD
le stage donc aura lieu du 24 au 26 juin
 
TARIF: 4600 dinars:hebergement,restauration (repas sportif),transport,stage bloqué,visite touristique guidée
site d aceuil plage andrew
pour plus d'infos merci de contacter
Mohamed Bouyahiaoui au fbady1@hotmail.com et par telephone  00213554156056
page web de l'evenement sur facebook
 
compte rendu du stage par Hocine Doued
Jijel la capitale de l'aïkido 2009

le 24, 25 et 26 juin 2009 la JSD (Jeunesse Sportive Djijilienne) en collaboration avec la FAAM, Fédération Algérienne des Arts Martiaux, la Ligue de la wilaya de Skikda et la superbe orchestration de M. Bouyahyaoui et H. Belouhem, a organisé le 1er stage international d'aïkido sous la direction technique de Mickael Martin sensei, 4eme Dan et élève à demeure de Maitre Tamura, lui même 8 ème Dan d'aikido. Un stage sous le signe de l'amitié et du tourisme. En effet, les organisateurs ont réussi à mettre en valeur la beauté de la ville de Jijel ainsi que l'hospitalité remarquable de ses habitants.. plus de deux cent -200- participants, venus des quatre coins du pays, ont pu profiter de la beauté de jijel et de ses plages magnifiques. Le stage a été d'une grande richesse technique; les pratiquants de cet art martial ont pu s'abreuver de l'immense savoir de maitre N.Tamura, pas directement ! mais par personne interposée, en l'occurrence maitre Mickael Martin; un personnage humble et d'une immense modestie, ce qui fait de lui un artiste martial avéré.



Trois jours durant, les Tatamis de la salle Aberkane ont connu une fête sans précédant. La joie et la bonne humeur envahissaient les lieux, des jeunes aux yeux admiratifs, devant la splendeur des techniques, en voulaient encore plus. La présence des Maitres algériens, à leurs tête maitre Hamid Silem, 6eme Dan d'aïkido, n'a fait qu'amplifier la motivation des pratiquants algériens. Nul ne voulait que cette fête se termine, mais les trois jours sont passés!! déjà? et oui !!! Nous avons bien pratiqués, nous nous sommes bien amusés et nous sommes rentrés avec des appareils-Photos plein de souvenirs... rendez-vous très bientôt..
DAOUED.JPG
Sur l'invitation de Mr Hocine Daoud ; Mickael MARTIN dirigera un stage aikido à Skikda et ce du 15 au 18 octobre 2008
La-Rochelle-08_086.jpg
Concerant Mickael Martin:

C'est dans sa région natale, en Bretagne, que Mickaël Martin découvre l'Aïkido, à l'âge de 13 ans. A partir de là, cet Art Martial ne va plus le quitter.Sa rencontre en 1991, avec Toshiro SUGA et surtout avec TAMURA Senseï, ne fera qu'augmenter sa passion.Depuis 1996, il suit assidûmment tous les stages de TAMURA Senseï, dans toute la France.Il passera différents grades avec succés et obtiendra en 2006 le 4ème DAN d'Aïkido.Son arrivée à l'Ecole Nationale d'Aïkido, ainsi qu'à l'Aïkido Club des Allées,en 2002, lui permettra de vivre pleinement sa passion.Il va découvrir le Japon, ainsi que l'AÏKIKAÏ SO HOMBU en 2005. Pendant son séjour, sa rencontre avec un grand maître d'armes, KURODA Tetsuzan senseï, lui apportera énormément.Et maintenant, à travers un enseignement de qualité, il veut transmettre sa passion et surtout montrer les vrais valeurs de cet Art Martial qu'est l'Aïkido.

(email de mickael a souheil )
Bonjour Souheil,

Merci beaucoup pour ton acceuil en Tunisie, j'ai eu beaucoup de plaisir à te rencontrer et à pratiquer avec toi même si ce fut cours. Je vois que tu t'es beaucoup investi à développer l'Aïkido et tu mérites des encouragements.
Je t'envoie le lien de mon nouveau site du dojo Shumeïkan il n'est pas encore fini mais le principal y est. Si tu as le temps tu peux laisser ta marque sur le livre d'or.
http://www.aikido-budo.com
Je te souhaite une bonne continuation, peut être je te verrai en Algérie en octobre si tu viens.
A bientôt

 
Mickaël

Impression sur le stage:

Très bonne accueil, salle et infrastructure à la hauteur de l'événement, très bonne couverture médiatique (radio et presse écrite) .D'un point de vue technique Mickael a montré les bases selon Tamura sensei , j’étais aussi impressionné par le travail du sabre ( influence de Kuroda sensei ) .

 

notre stage aikido a skikda avec mickael martin.JPG

 

Profil de Souheil M'radCréez votre badge
Profil Facebook de Souheil M'rad

 

Concernant Mickael Martin:

C'est dans sa région natale, en Bretagne, que Mickaël Martin découvre l'Aïkido, à l'âge de 13 ans en 1989. A partir de là, cet Art Martial ne va plus le quitter.
Sa rencontre en 1991, avec Toshiro SUGA et surtout avec TAMURA Senseï 8°dan, ne fera qu'augmenter sa passion.

 

Depuis 1996, il suit assidûment tous les stages de TAMURA Senseï, dans toute la France. En 2002, sur la proposition de Tamura senseï il intègre le Shumeïkan dojo "Ecole Nationale d'Aïkido" comme élève interne.

 

Son arrivée à l'Ecole Nationale d'Aïkido lui permettra de vivre pleinement sa passion et surtout de suivre au plus prêt l'enseignement de Tamura senseï.
En 2005 il s'envole pour son premier voyage au Japon et découvre Kuroda senseï, Soke du Shinbukan Kuroda ryugi et un peu plus tard Kono Yoshinori senseï. Ces rencontres lui permettront d'affiner sa pratique.

 

Aujourd'hui Mickaël enseigne à Bras au Shumeïkan et à Marseille au Meïwa dojo. En plus de ses cours en semaine Mickaël donne plusieurs stages d'aïkido en France ainsi qu' à l'étranger.

 

 

30/12/2009

News aikido de tunisie & d'ailleurs !

La FTJ serait-elle au-dessus de la loi?

Dans le souci d’aplanir les conflits qui déchirent certaines fédérations sportives, le département de tutelle a cru bon d’entreprendre une série d’actions tout à fait salutaires pour le mouvement sportif tunisien

Malheureusement rien n’y fit. Les fédérations sportives nationales font actuellement la loi, alors que le ministère donne l’impression de bouger.
Pourtant, la situation au sein de la Fédération tunisienne de judo n’a jamais été abordée (!?) depuis le 14 juin  (dernière réunion avec le bureau fédéral), alors que cinq démissions ont été signalées au sein de l’exécutif fédéral.
Histoire de gagner du temps sans faire de vagues?
«Je suis vraiment déçu de  l’indifférence totale de la tutelle qui n’a pas encore trouvé des solutions pour voir plus clair dans la situation actuelle de notre judo. Je suis fort étonné du silence troublant des responsables de notre sport. Normalement, après cinq démissions, le bureau fédéral est dissout. Depuis le 14 juin,  il n’y a eu aucune compétition. Toutes les activités de notre judo sont actuellement suspendues.
Il ne faut pas oublier que le temps presse, tout un chacun attendant de résoudre la crise de la FTJ. Il ne faut pas oublier que les compétitions arabes, continentales et olympiques s’approchent à grands pas au moment même où la tutelle fait la sourde oreille devant cette situation qui porte naturellement préjudice à notre judo, un sport qui est le plus pratiqué en Tunisie après le football», a souligné le membre fédéral démissionnaire, Hatem Natat.

Statu  quo inquiétant

La part de responsabilité de l’autorité de tutelle est engagée dans ce statu quo qui ne ressemble plus à rien. Au lieu de se montrer ferme, efficace et tranchant, elle laisse pourrir la situation. Pourtant, l’élection d’un nouveau bureau fédéral s’impose afin de relancer les compétitions nationales toutes catégories et plus généralement les affaires de cette discipline.
Il faut rappeler que le bureau actuel, a fortiori après la démission de cinq membres, ne jouit d’aucune légitimité.
«C’est vrai, le silence de la tutelle est troublant, alors qu’il aurait fallu respecter les règlements. Notre judo est paralysé. Il est temps de le restructurer d’autant qu’il est actuellement pris en otage. Les jeunes sont  en désarroi en voyant les activités du judo gelées et sa gestion manquer de stratégie  et de ligne directrice», déplore Hatem Natat, grande figure sportive.
Partant du fait que le BF ne s’appuie désormais sur  aucune légitimité ni base juridique, les membres composant l’instance fédérale ne peuvent plus par conséquent se prévaloir d'aucune  autorité sur les judokas. Quand bien même ils satisferaient  les désirs et les exigences de ces mêmes pratiquants.
Face à cette situation d’illégalité indiscutable, la tutelle devra organiser dans les meilleurs délais une assemblée générale élective.
A notre humble avis, la sortie de crise doit nécessairement passer par des élections  qui ne peuvent exclure personne car tout bénévole est le bienvenu dans la discipline. A condition d’avoir une connaissance suffisante de celle-ci

 

 

 

 

 

 

Création d'une nouvelle association aikido

Association Tunisienne d'aikido et de Budo

 

 

Stage aikido avec Wilko sensei debut juillet
affichevect copie(2).jpg

 

 

 

Affiche stage aikido avec René Trognon sensei

( stage organsé par mr chokri Maallem et ramzi bouslimi )

stage-aikido1.jpg

Blog de notre ami  Juanjo Sanchez Delgado
http://dojoaikidoatemi.blogspot.com/

 

 

 

Pratiquer l’Aïkido au 3ème millénaire

par René Trognon

 

A voir les pratiquants impeccablement alignés, avec leurs kimonos immaculés et leurs hakamas dans un silence impressionnant, à contempler les longs saluts cérémonieux, on se croirait revenu à une

autre époque, dans un autre lieu. C’est du moins ce que pense le spectateur non initié. Pour lui, l’Aïkido semble englué dans le passé, la tradition. Un art martial, certes, mais de quelle utilité en cas de conflit,à l’heure de la bombe et de la mitraillette ? Ramener l’art martial à l’efficacité défensive est une erreur qui dénature la discipline.

Face aux agressions du monde moderne dans tous les domaines : bruits, concurrence,pouvoir de l’argent, agitation, environnement, atteintes corporelles, etc., l’Aïkido propose une autre solution que l’écrasement du plus faible : construire un homme à la force sereine, sans agressivité, mais prêt à réagir grâce à son équilibre mental,corporel et relationnel. Le but n’est pas la compétition, la victoire sur l’adversaire, mais la mise à l’épreuve de soi-même et de l’aptitude à remonter la pente pour retrouver l’équilibre un instant menacé. C’est le sens même de la chute. Toujours tomber et toujours se relever.Se connaître soi-même et s’améliorer, sans violence. C’est la raison pour laquelle

l’Aïkido peut convenir à tous : enfants,hommes, femmes, personnes âgés.

Aïkido et Seniors débutants

Ayant lancé depuis peu l’Aïkido pour les seniors grands débutants (certains

débutent à plus de 70 ans), j’ai été fasciné par le changement qui s’est opéré. Face aux rieurs qui comprennent mal cette démarche, Maître TAMURA, que je suis fidèlement, a répliqué "On peut pratiquer l’Aïkido de la petite enfance à la mort". Au lieu de se recroqueviller, les anciens se redressent (shizei), ils osent à nouveau sortir, entreprendre (irimi) et adopter leurs comportements à

l’environnement en un coup d’oeil (ma aï). Je ne sais s’ils auraient une grande efficacité combative, mais je sais qu’ils développent là une forme fondamentale de la martialité dans la

vie quotidienne. Peu importe le point d’arrivée, ce qui compte, c’est le chemin

parcouru depuis les débuts en Aïkido. Se connaître soi-même et se modeler pour progresser, c’est

paradoxalement, par le respect le plus total de la tradition, de reisiki et la répétition systématique des mouvements que le transfert s’opère et permet d’aborder sereinement les agressions de la modernité.

Globalité de l’être

Le point le plus important dans cette évolution semble lié au concept de la globalité de l’être. La France, pays de Descartes a créé des spécialités du corps, des spécialités de l’intellect et des spécialités de l’affectif. Certes, l’homme est organisé en trois systèmes :

- le cerveau primaire (le corps)

- le cortex (l’intellect)

- le système glandulaire et hormonal(l’affectif).

Mais, les trois entretiennent d’étroites relations (un choc affectif peut déclencher un cancer. Un enfant qui assimile mal les mathématiques élémentaires est souvent un enfant qui se situe mal dans sa fratrie). Pour vieillir harmonieusement, il convient de ne négliger aucun des ces trois

systèmes. Que l’intellect ne travaille plus, le corps et l’affectif (sentiments / relationnel/ sexualité) en subiront les conséquences.L’Aïkido met en place un être global où les trois composants se

développent harmonieusement, interagissentet permettent de décupler l’énergie.

En guise de conclusion

L’Aïkido exorcise rituellement la violence par une violence codée pour que l’autre ou

soi-même puisse apprendre à rentrer dans la vie en esquivant avec amour : changer de

place, ne jamais perdre, décourager l’agression et harmoniser.

Cet art le plus traditionnel est certainement le mieux adapté à la modernité.

Traditionnel, parce qu’il revient à l’essence même de l’attitude primitive : se confronter à la vie, sans écran de protection, à mains nues.On l’avait peut-être oublié avec les jeux virtuels qui donnent l’illusion de la puissance tout en entretenant l’agressivité.La redécouverte de l’unité perdue passe par la négation de cette paranoïa.Et, dépouillé de l’agression quotidienne et des nuisances du conditionnement à l’émulation et à la gloire, se retrouver dans la beauté pour se modeler comme un objet d’art spirituel et performant avec les autres : TOUT UN ART.

 

 

 

Stage Aikido

le 8 ,9 & 10 Janvier 2010

avec

 

Danail Prangov sensei

le stage aura lieu à la salle Shaolin Budo - La Gazelle

(entré de la gazelle par  la route geant-bizerte ,vou tournez a droite juste apré  la station de service oillibya

puis la deuxieme a gauche vous avancez un peu et vou trouverez la salle a votre gauche )

programme:

Vendredi 8 Janvier 20h

Samedi 9 Janv 15h

Dim 10 Jan 11h

concernant Daniel sensei:

 

Pratique des arts martiaux depuis 1986, a partir de 1989 il pratique l’aikido. De 1990 il s’entraine avec sensei E. Germanov.En 1996 il passe sa 1ère dan, en 2006 obtention du 4eme dan.De 1996 à 1999 il est instructeur adjoint dans le Tendokan dodjo de sensei Germanov et en 1998 il crée son dodjo qui s’appelle Aiki Budo.En 2002, après le passage de 3eme dan il a ete donne le nom official de son dodjo – Shidokan.Il a organise des stages d’aikido au niveau regional.Sensei Prangov est member de l’Association Bulgare d’Aikido, laquelle est devenu membre de l’Association Americaine d’aikido depuis 1994.Jusqu’au present l’Association Bulgare d’Aikido continue son development independent en maintenant l’esprit de l’ecole de shihan Fumio Toyoda.

 

Stage aikido avec Djamel Mokdad sensei le 18 19 & 20 Déc
final1.3.jpg

 

Cours aikido

avec

Daniel Bourguinion sensei

le 16 Dec _ Cite la gazelle /ARIANA NORD

 

cours aikido daniel bourguignion.JPG

 

 

La femme et les arts martiaux

http://budobarillet.over-blog.com/article-25848882.html

 

 

Cours au dojo de monastir dirigé par

Maitre Ezzedine Toumi

le mercredi 11 novembre.

Dojo de la maison des jeunes de Monastir quartier el Akba.






Aikido Seminar with Mike Flynn Shihan (6 Dan) technical director of Hellenic Birankai
among with Greek Birankai teachers and guests across the Europe.
2009_10_mikeflynnseminarposter1.jpg

 

nouveaux clips aikido sur notre compte metacafe

merci de visiter le lien

http://www.metacafe.com/channels/aikidotunisie/

 

le lien de notre ami et notre frere Ibrahim çubukçu

dojo de çanakkale

http://www.aikidocanakkale.com/

 

Lien de nos amis Portugais placés sous la direction techniques de Nebi vural sensei

União Portuguesa de Aikido

http://www.upaikido.org/

 

nebi_2010.JPG

 

* Stage à Beyrouth (Liban) du 16 au 21 novembre 2009 avec Voariano sensei

Pour toute information :

aikidolebanon@hotmail.com

www.aikidolebanon.com/

aikido ukrania.jpg

Aikido ukraine

http://aikiportal.com.ua/

 

Nebi Vural  sensei sera en stage à Sevastopol le 13 14 & 15 Novmbre ainsi que

le 2 , 3 & 4 Avril ,un autre stage est programmé aussi pour le 11 , 12 & 13 à Kirovograd

 

Stage aikido Intensif en Hongrie avec

Jaff Raji sensei

23rd - 28th october 2009

http://www.rajibudoiskola.hu/BP-KANGEIKO-2009_main_EN.html

 

 

Aikido in Gijon

http://aiki-tamos.blogspot.com

articles de  Jacques Bonemaison sensei

http://www.dojoshinkai.org/articles.php

2009 Séminaire en Pologne: 30ème Anniversaire avec  Nebi Vural Sensei

le 22-25 Octobre 2009  web: http://aikido.zgora.pl/

 

stage Jigen Lyon cannes avec yahagi sensei .JPG

 

Marie-Jo IBANEZ

3ème DAN - B.E.E.S 1er degré

dirigera le cours ce dimanche au dojo de la gazelle

lieu:
salle shaolin budo ,rue djebal ressas cite la gazelle
(entré de la gazelle par  la route geant-bizerte ,vou tournez a droite juste apré  la station de service

oillibya puis la deuxieme a gauche vous avancez un peu et vou trouverez la salle a votre gauche )

 

Dojo de St Petersbourg

http://www.lenkai.spb.ru

federation russe

http://www.aikido.ru/

article concernant l'aikido en Russie

http://eu.aikidojournal.net/Entretiens/Benedetti_Stephane...

 

Stage avec Léo Tamaki au Sakura Dojo de Chaumont-Gistoux les 31 octobre et 01 novembre.

SakuraDojoStageLeoTamaki092.JPG

Stage européen

sous la direction de

 

Tamura Shihan

qui aura lieu à Bruxelles le we du 09 octobre.

affichetamurasenseioct092.JPG
Aikido Egypte
Groupe Maghreb aikido sur facebook.com
Maghreb aikido on Facebook
Stages à herblay ( region parisienne )
l'association KEN SEI KAN , et l'alliance des professeurs d'aikido
organisent un stage international d'aikido les 9/10/11 octobre 2009
sous a direction de
sensei HOMMA GAKU
Nos amis du Sakura Dojo ( Bruxelle ) vous invite à un stage Aïkido
avec
Alain Lapierre 4ème Dan .
Le samedi 19 Sepembre, un stage convivial et dans la bonne humeur
pour les enfants et l'après-midi pour adultes. Le dimanche 20,
un stage uniquement adultes.
                                                                                                          www.sakuradojo.be/blog                                                                                                                    
Stage aikido en Tunisie
avec

Michel Benard
sensei

13 ,14 & 15  Novembre  2009
vendredi 19h ,  samedi à 9h & 18h30  dimanche à 9h

Tamura sensei en Turquie
septembre 2009

poster tamura.jpg
Nos amis de Barcelone
logo-aikisbd-web02.jpg
Notons que le Tada Ima Dojo Sabadell organisera
- le 3 &  4 Octobre 2009 un stage avec
Dominique pierre
- le 6 et 7 fevrier 2010 un stage aikido avec

Nebi Vural

Sensei

pour ceux qui sont interessés

Mais aussi

Aikikai d'espagne

 

 

Cours aikido avec

Daniel Bourguinion sensei

5ème dan

le 22 sep a la gazelle - Ariana Nord

le 14 Dec _ ARIANA NORD

 

cours de Madame Therese Clement

http://aikidomontmedy.free.fr

juste avant la stage de maitre alaoui j'ai assisté au cours de madame therese organisé par nos amis de Ben arous.

un vrai regale !

cours therez chez Abd Aziz sensei .JPG

AIKIDO Summer camp in Turkey

http://www.facebook.com/home.php#/event.php?eid=106998610...

 


- Click here for the most popular videos

Stage Aikido en Tunisie avec Alaoui Mbarek sensei

La fédération tunisienne du judo organise ces 3-4-5 juillet 2009 un stage international d'aikido suivi d'un passage de grade pour les ceintures noires (2è, 3è, 4è, 5è et 6è Dan). Le stage se déroulera à la COUPOLE D'EL Menzah sous la direction du maître marocain Mbarek Alaoui directeur technique national du Maroc et 8ème Dan d'aikido.

Maitre ALAOUI ou "Lhaj" comme certains pratiquants préfèrent l'appeler, est né en 1939 (70 ans). Il a commencé sa pratique des arts martiaux à l'age de 12 ans au Budo Club de Casablanca ou il a servi comme UKE de Maitre Georges Stobbaerts pour plusieurs années de pratique.

En 1970, Maitre M'barek fonde le SYUDOKAN CLUB qui a participé à la formation de la plupart des Maitres aikido Marocain. Maitre ALAOUI est aussi 2ème Dan JUDO, 2ème Dan IAIDO, et 2ème Dan KENDO.
Le programme de stage est comme suit :
- Le vendredi 3/07/2009 :
de 9h30 à 12h (ouvert)
de 16h à 19h (ouvert)

- Le samedi 4/07/2009 :
de 9h à 12h (ouvert)
de 16h à 19h (ouvert)

- Le dimanche 5/07/2009 :
de 8h à 9h:30 (ouvert)
de 10h à 13h ( passage de grade)

Les frais de participation au stage sont à :
- 20Dt pour les adultes,
- 10 Dt pour les enfants (les minimes).


Pour les frais de participation au passage de grade, ils sont comme suit :
- 2è Dan : 15 Dt.
- 3è Dan et 4è Dan : 20Dt.
- 5è Dan et 6è Dan : 50Dt.


Les personnes inscrits au stage peuvent -sur leur demande- être hébergées au foyer universitaire d'Elmenzah (15mn à pied du lieu du stage) . Les frais d'hébergement en pension complète sont à 25Dt/nuité.

alaoui.JPG

Notre lien sur twiter

http://twitter.com/aikidotunis

Stage National d'Aikido

La federation tunisienne de judo (section aikido) organise

le 16 et 17 mai prochain un stage d'aikido sous la direction de

Mohamed Hmama (4eme Dan) et Nabil Ben Kahla (3eme Dan).

Le stage se deroulera a Hammam Sousse suivant les horaires suivants :
- samedi 16 mai : de 16h a 19h
- Dimanche 17 mai : de 9h30 a 12h30

A la fin du stage, un passage de grade ceinture marron est prevu.

 

                                  Stage aikido sous 
la direction de
Naceur rouibeh sensei
et
Ahmed silem sensei
le 10 11 et 12 avril



Photos su stage aikido avec senseis algeriens

DSC00127.JPG
                                                                                                                                                                         









*Stage International d'Aikido à Tunis organisé par la FTJ
La fédération tunisienne du judo organise ces 13-14-15mars 2009 un stage international d'aikido suivi d'un passage
de grade pour les ceintures noire (nidan, sandan,yondan Le stage se déroulera à la salle fédérale de judo d'Elmenzah
sous la direction du maître français René Trongon (7ème Dan aikido).
Le programme de stage est comme suit :


- Le vendredi 13/03/2009 :de 13h30 à 16h30 (pour les ceintures marron et plus)

- Le samedi 14/03/2009 :
de 10h à 13h (ouvert)
de 15h à 17h (ouvert)
17h à 18h30 (Formation Jury)

- Le dimanche 15/03/2009 :
de 8h à 9h:15 (Formation Jury)
de 9h30 à 12h (ouvert)
de 13h30 à 15h ( passage de grade 2ème dan et plus)

Pour les tarifs, ils sont comme suit :
- Les frais de participation au stage : 20DT
- les frais de participation au passage de grade :15 Dt.

 

                                   Photo du stage national , seance de samedi après midi 

stage aikido avec FTJ 3.jpg

   

 

 
 
S'inscrire à aikidotunisie

Assisté par fr.groups.yahoo.com

 

 

15/09/2009

si el bechir torki est decedé !


ترأس الوكالة الدولية للطاقة الذرية في عام 1969 ـ
في رصيده رسالتا دكتوراه في الفيزياء النووية و نشر حوالي 100 دراسة علمية و كتاب علمي و حوالي 100 عدد من
المجلة العلمية "العلم و الإيم...
ان" ـ
ولد بشير التركي في 21 مارس 1931 بالمهدية و قد تابع دراساته الثانوية في المدرسة الصادقية و دراساته العليا بفرنسا حيث أحرز على شهادة مهندس سنة 1956 و شهادة الدكتورا في الفيزياء النووية بكولاج دي فرانس سنة 1959. و هو العضو المؤسس لجامعة تونس و أول أستاذ فيها و درّس في جامعات عديدة، تونس و فرنسا و الجزائر و ليبيا و القاهرة. و أنجز عدة مشاريع علمية و مراكز للبحث العلمي نووية و شمسية و غيرها في عدة بلدان. و قد تقلد مسؤوليات علمية عديدة منها في الوكالة الدولية للطاقة الذرية بالنمسا حيث كان رئيسها في سنة 1969. وهو من مؤسسي مجلة التجديد سنة 1961 و مدير مجلة العلم و الإيمان منذ نشأتها سنة 1969. و شارك في عدة مؤتمرات علمية و إسلامية و نشر العديد من الكتب و المقالات و الدراسات العلمية
عانى من الظلم ككل المخلصين ونال من الأذى و تعرض لمحاولات اغتيال عديدة لكنه لم يحد عن مبادئه وصمد ليمد الأجيال التي من بعده بمشعل العلم مع خلاصة التجربة.. ـ

bechir.jpg

13/05/2009

Préceptes de l'aikido et du karate

Préceptes de la pratique d'Aïkido

Avec le temps et l'accroissement du nombre de pratiquants, il devint nécessaire de définir des règles de conduite à l'intéreur du dojo. Un jour que des élèves gradés allèrent trouver le Fondateur pour lui exposer le problème, il sourit et dit :"Ainsi, les temps ont changés!". Il prit une feuille de papier et écrivit rapidement six règles, puis les tendit aux élèves. Elles sont aujourd'hui regroupées pour constituer les "préceptes de la pratique de l'Aikido":

1. En Aikido, une seule frappe décide de la vie et de la mort, c'est pourquoi les élèves doivent suivre scrupuleusement l'enseignement de leur professeur et ne pas se mesurer pour savoir qui est le plus fort.

2. L'Aikido est la voie qui enseigne comment se défaire de plusieurs ennemis. Les pratiquants doivent s'entraîner pour développer leur vigilance non seulement de face, mais également de côté et par-derrière.

3. Le cours doit toujours se dérouler dans une atmosphère agréable et conviviale.

4. Le professeur n'enseigne qu'un aspect limité de l'art. Ses multiples applications devront être découvertes par chaque élève au travers d'une pratique et d'un entraînement constants.

5. Dans la pratique quotidienne, il faut commencer par bouger le corps avant de poursuivre par une pratique plus intensive. Ne jamais forcer les choses hors des limites du naturel et du raisonable. Si vous suivez cette règle, même les plus agés ne se blesseront pas et pourront continuer à s'entraîner dans une atmosphère agréable et conviviale.

6. L'Aikido a pour objet l'entraînement de l'esprit et du corps pour que l'homme devienne sincère et honnête. Toutes les techniques se transmettant d'individu à individu, ne les communiquez pas au hasard. Elles risqueraient d'être utilisées par des individus peu scrupuleux.

Morihei Ueshiba

 

NIJUKUN : les 20 préceptes du Karaté-do:

1- Karatedo wa rei ni hajimari, rei ni owaru koto wo wasuru na.
N'oublie pas que le karaté commence dans le respect et finit dans le respect.

2- Karate ni sente nashi
Pas de première attaque en karaté.

3- Karate wa gi no tasuke
Le karaté est l'instrument de la justice.

4- Mazu jiko wo shire, shikashite ta wo shire
Connais-toi d'abord toi-même, puis connais les autres.

5- Gijutsu yori shinjutsu
L'esprit plus que la technique.

6- Kojoro wa hannata ni koto wo yosu
Libère et garde détaché ton esprit.

7- Wazawai wa ketei ni sho zu
La malchance provient de la négligence.

8- Dojo nomi no karate to omou na
Ne pense pas que le karaté est seulement au dojo.

9- Karate no jugyo wa issho de aru
L'entraînement en karaté dure la vie entière.

10- Arayuru mono wo karate kaseyo, soko ni myo-mi ari
Pense toutes choses de la vie au travers du karaté, là est la subtilité cachée (lumière de l'esprit).

11- Karate wa yu nogotoshi taezu netsudo wo ataezareba moto no mizu ni kaeru
Le karaté est comme l’eau bouillante, qui redevient froide si vous ne lui apportez pas continuellement de la chaleur.

12- Katsu kangae wa motsu na, makenu kangae wa hitsuyo
Ne pense pas à gagner, pense à ne surtout pas perdre.

13- Teki ni yotte tenka seyo
Change en fonction de ton adversaire.

14- Ikusa wa kyo-jutsu no soju ikan ni ari
Dans le combat, la stratégie réside à distinguer les ouvertures des points invulnérables.

15- Hito no teashi wo ken to omoe
Pense aux bras et aux jambes humains comme à des sabres.

16- Danshi mon wo izureba, hyakuman no teki ari
Dès qu'on franchit le seuil de sa porte, il y a un million d’ennemis.

17- Kamae wa shoshinsha ni ato wa shizentai
Le novice s'astreint à la posture de garde formelle, la posture naturelle viendra plus tard.

18- Kata wa tadashiku, jissen wa betsumono
Le kata doit être exécuté strictement, en combat c'est une autre chose.

19- Chikara no kyojaku, tai no shinshuku, waza no kankyu wo wasureru na
N'oublie pas de moduler la puissance de la force, l'élasticité du corps et la vitesse relative des techniques.

20- Tsune ni shinen kufu seyo.
Penses-y tout le temps et suis ces préceptes au quotidien.

Annuaire arts martiaux et sports de combats

21/04/2009

Charles Joussot en tunisie !!

affiche stage tunisie A5.jpg

Le silat est un art martial d'origine indonésienne, vraisemblablement de l'île de Sumatra.

Il est également pratiqué aux Philippines, au Brunei, en Malaisie, à Singapour, dans le sud de la Thaïlande et plus généralement dans ce qu'on appelle le monde malais.

Dans les îles de Java, Madura et Bali, il s'appelle pencak.

La combinaison de Pencak et de Silat a été faite la première fois en 1948 lors de la création de la première fédération nationale, la fédération indonésienne de Pencak Silat : l'Ikatan Pencak Silat Indonesia (IPSI). Pencak Silat est depuis le terme officiel pour désigner l'art de combat des peuples Malais.

En pays minangkabau, dans la province de Sumatra Ouest, "silat" se dit silek. La richesse, en langue minangkabau, du vocabulaire lié au silek permet de penser que c'est dans cette région que l'art martial est apparu.

La pratique du silat et du pencak se caractérise par un grand nombre d'école ou aliran (littéralement : "courants").

On constate que le silat n'existe pas dans la tradition balinaise, même si Bali possède une tradition d'arts martiaux. En revanche, d'autres régions d'Indonésie, notamment le sud de l'île de Célèbes ont une tradition de silat.

Par ailleurs, on observe que jusqu'à très récemment, n'étaient admis dans de nombreuses écoles traditionnelles de pencak-silat que les personnes de religion musulmane.

Enfin, on ne connaît pas à ce jour de sources solides relatives au silat et au pencak antérieures au XVIIIe siècle, époque à laquelle la diffusion de l'islam dans l'archipel est déjà à un stade avancé, du moins dans les régions portuaires.

Ces faits permettent de supposer que le développement du silat et du pencak est lié à cette diffusion de l'islam.

Le silat possède les 3 éléments de base de tout art martial asiatique :

  • Les techniques de base,
  • Les enchaînements réglés de techniques produisant un combat imaginaire, appelés jurus,
  • Le combat proprement dit (avec son corrélat moderne, la compétition).

Deux éléments différencient le silat de la plupart des autres arts martiaux asiatiques, du moins du karate japonais et du taekwondo coréen.

La première est l'existence d'une forme dansée du silat, que dans certaines régions d'Indonésie on appelle bunga ("fleur"), accompagnée d'une musique exécutée avec des instruments traditionnels. Une explication de l'origine de cette forme est l'interdiction imposée par les autorités coloniales hollandaises au XIXe siècle, de pratiquer les arts martiaux. Les formes dansées seraient donc à l'origine une façon de dissimuler la pratique du silat et du pencak.

Inversement, on constate que de nombreuses formes de danse, notamment à Java mais aussi à Sumatra, intègrent des éléments des arts martiaux, y compris dans des cas où la dimension martiale semble totalement étrangère, comme par exemple dans des danses liées aux rites de fertilité et aux récoltes.

La deuxième différence est la dimension rituelle et religieuse du silat.

Par ailleurs, certaines écoles de silat et de pencak se fondent sur l'utilisation de ce qu'on appelle la tenaga dalam, l'"énergie intérieure", qui n'est pas sans analogie avec le qi chinois et le ki japonais.

Les styles suivant les régions sont fortement influencés par les animaux.

Aujourd'hui, il existe un nombre incalculable de styles puisque chacun a la possibilité de créer le sien dans le but de développer la discipline.

 

Le silat est traditionnellement pratiqué sous une forme de combat rythmique avec des armes, des bâtons ou à mains nues. Il s’agit d’un exercice stylisé basé sur des séries d'enchaînements (ou « drills ») codifiés appelés jurus. Les formes animales sont très importantes dans le Silat, et celles-ci sont réunies sous le nom de langkah, qui désigne les positions et les mouvements nécessaires à la pratique martiale. Ainsi, le langkah Dua ("deux") est une position d’attente et le Tiga ("trois") est une position de garde. Les langkah proposent ainsi un vaste répertoire d’attaques, de parades, et d’esquives. C’est le choix de certaines formes, par rapport à d’autres, qui détermine spécifiquement chaque école de silat.

En règle générale, l’apprentissage consiste à mémoriser une série de langkah de base, décomposés et répétés sous forme de drills. Cette première phase élémentaire se concentre sur la maîtrise d’une position stable. La seconde phase est purement défensive et l’élève apprend à parer et éviter toutes sortes d’attaques des membres supérieurs. La troisième phase se concentre sur l’usage exclusif des jambes : déplacement et attaque. En phase quatre, l’élève apprend les parades et les esquives contre les coups de pied. En phase cinq, il apprend à varier ses positions en ripostant à partir d’une posture très basse. Cette pédagogie de base sera ultérieurement complétée par des techniques de clés, fauchages, projections, par l’apprentissage des armes et d’une douzaine d’atémis appelés «rahasa». Le niveau supérieur consiste en un travail particulier de « danse polémique » où le pesilat doit apprendre à utiliser et placer efficacement ses techniques martiales.

On peut aujourd'hui diviser le silat en 7 branches principales :

  • les écoles islamiques, dans lesquelles il faut être musulman et savoir lire le Coran pour être accepté ;
  • les écoles ouvertes à tous, caractérisées par l'aspect self defense et apparues dans les années 1940 (silat moderne) ;
  • les écoles sportives enseignant un silat de compétition proche de la boxe pied poings ;
  • les écoles folkloriques, enseignant un silat de démonstration pour les mariages et les touristes ;
  • les écoles plus ou moins secrètes dans lesquelles l'art originel véritable est enseigné ; leur accès est quasiment impossible sauf sur haute recommandation ;
  • les écoles chamaniques en voies de disparitions (à cause de leurs éléments hérésiarques à l'Islam), mais qui subsistent encore dans les régions reculées du pays Sunda à Java Ouest en Indonésie ;
  • les écoles hybrides enseignant un silat adapté aux occidentaux ; ces systèmes se retrouvent principalement aux USA et en Europe.
Aujourd'hui, de nombreux pays veulent en faire un sport national en organisant des compétitions dont quelques-unes se sont déroulées en France, en Belgique, en Autriche, en Hollande et bien entendu en Indonésie et en Malaisie


Charles Joussot :

Professeur de Penchak-Silat
Ceinture Noire 5ème dan FFKAMA/FFKADA
Conseiller en sécurité
Formateur de Garde du Corps
Consultant expert auprès de Groupes d'Intervention
Fondateur et concepteur de FISFO
Créateur de matériel de sécurité, police et self-défense


Charles Joussot a découvert le Penchak-Silat à l'âge de 31 ans, ce fut alors la révélation. Il trouve dans cet Art Martial l'efficacité qu'il recherchait et se reconnait dans cette façon d'aborder le combat.Cette soif d'efficacité, il la met en pratique dans la conception et la réalisatin d'armes de défense et de sécurité que vous pouvez découvrir ici.
En 1978, Charles Joussot découvre Maître Turpinj au travers d’un article paru dans le magazine Karaté qui retient toute son attention. A l’époque, Charles Joussot avait pratiqué quelques temps la savate avec le père de Jean Lafond, la boxe anglaise et un peu le karaté. Et ce fut la rupture de toute pratique sportive jusqu’au moment précis où Charles Joussot prend contact avec le Maître indonésien.
C'est en 1978 que la rencontre se fait, Charles Joussot a 33 ans et Maître Turpinj lui démontre l’efficacité du Penchak-Silat. Aussitôt, Charles commence son apprentissage et brûle les étapes. En 1984, il ouvre son premier club rue de Dunkerque. En 1987, il ferme ce club devenu trop petit pour ouvrir un club plus grand situé rue de l’Ourq à Paris 19ème, qu’il fermera en octobre 1998 pour partir aux USA afin de continuer l’œuvre de son Maître.


LE BUT DE FISFO :

Former des Instructeurs et Professeurs partout dans le monde pour que FISFO y soit représenté et développé.Après avoir mis ces modules en place et toujours remis à niveau en tenant compte de l'évolution, de l'insécurité, Charles Joussot a créé du matériel de sécurité, de Self-Défense et d'intervention qui sont déjà en vente dans les boutiques spécialisées de sécurité ainsi que sur le site. D'autres produits sont en cours de réalisation.

Programme du stage:

Le stage se déroulera le matin de 9h à 12h
et le soir de 16h30/17h à 19h/19h30


pour tout renseignement complémentaire au 06.78.26.30.06
ou par email à l'adresse titom20@free.fr.

L'équipe fisfo (Thomas)




Par la même occasion:

- du kempo ainsi que du jujitsu brésilien à la cité gazelle

19/04/2009

Cours avec Christophe Peytier sensei 4ème Dan AIkikai

top tunisie

ce vendredi 17 avril monsieur Christophe Peytier un 4ème Dan AIkikai, Shidoin, et Directeur Technique de l'Association Sanjukan (Ecole représentant l'Aikido de Maitre T.K Chiba au Portugal).dirigera un cours à 19h30 dans un dojo ami

About Christophe Peytier sensei :

http://www.sanjukan.com

Cours avec Christophe Peytier sensei 4ème Dan AIkikai.JPG

Compte rendu du cours:

http://tunisaikido.blogspot.com/2009/04/variations-sur...

 

 

cours aikido avec Christophe Peytier sensei.JPG

 

http://www.metacafe.com/watch/2722875//

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

24/03/2009

Le BUDO


Cette interview de Pascal Krieger et Malcolm T. Shewan a été réalisée par
Robert Faure au cours du stage des Iles en 1987 et a été publiée dans la revue
« SOURCES – l’Aventure Intérieure »
du mois de juillet de la même année.

 

budo.jpg

R.F. Qu’est-ce que le Bushido ? Est-ce un nom japonais qui signifieune technique de combat, une philosophie, un art de vivre ?

Tiki : C’est un terme qui a tendance à se vulgariser ici, en Occident. Àl’origine, c’est essentiellement un code moral chevaleresque qui

comprend des notions de devoir, de fidélité, de loyauté, d’effacement
de soi-même au profit des autres.
L’application de ces règles de vie n’a jamais été réduite à une activité
particulière de la vie japonaise. Elles sont assez générales pour être
employées à tous les secteurs de l’action. Un homme d’affaire
japonais, une mère de famille, un artiste peut respecter un art de
vivre. Le terme BUSHIDO est constitué de trois racines – BU :
noblesse ; SHI : guerre ; DO : la voie. Il peut se traduire par : « la
voie de la noblesse guerrière ». Le concept de Bushido n’a pas
d’époque précise. L’apogée de l’influence de ce Code se situe au 12-13
siècle. Plus tard apparaissent les Samurai, serviteurs de la classe
guerrière. Le Bushido n’est pas à confondre avec l’ensemble des
techniques de combat issues du Japon, que l’on nomme BUDO.
R.F. Que pensez-vous de la prolifération de Dojo, de salles d’Arts
Martiaux, en Occident : des lieux de pratique reliés à un esprit
de compétition, de performance, à un art de dépassement de
nos complexes ?
Tiki : La réponse se divise en deux. Tout d’abord, il y a un certain nombre
de principes culturels, dans le Budo, qui viennent spécifiquement du
Japon. Maintenant, ces vérités culturelles contiennent des valeurs
proprement universelles. Où se trouve la plus grande fidélité ?
Faut-il transmettre des valeurs culturelles liées à l’aventure japonaise
ou faut-il tenter de transcender les questions de race, de culture, de
société ? Toutes les méthodes ont un enracinement culturel très fort
que l’on ne peut négliger. Mais il ne faut peut-être pas oublier que ces
méthodes ont toutes une finalité. Pour moi, il est nécessaire de
respecter la méthode dans la mesure où elle respecte l’être humain.
Je ne pense pas que ce soit en mettant des tapis japonais chez soi et
en mangeant du riz avec des baguettes que ça vous aidera dans la vie.
Mais, inversement, si dans la pratique d’un art, d’une technique de combat,
vous ne persistez pas, vous passez à côté d’éléments-supports
indispensables, de principes de comportement, comme la
concentration, le silence, les protocoles de combat… et vous avez ainsi
laissé la porte ouverte à un changement de l’état d’esprit initial, avec
les risques de dégradation que cela entraîne. Il faut toujours distinguer
entre ce qui est phénomène social, culturel et les principes sousjacents
des méthodes issues de telle ou telle culture, lesquels
dépassent largement le concept de race ou de nation.
Au niveau des Arts Martiaux, il faut conserver et préserver la méthode
exacte, qui a fait ses preuves, sans en perdre la finalité.
Pascal : Prenons un autre exemple : quelle est la vérité qui se cache derrière le
Budo, l’étiquette, le salut,… ? C’est le respect : respect du lieu, respect
de l’arme que l’on utilise. Nous essayons de faire passer ce principe
universel à travers une méthode japonaise. La forme du salut est
japonaise, mais le sens est universel et reste valable pour tout le
monde. À la limite, les Japonais tendent eux-mêmes à oublier
l’universalité de ces principes et pensent qu’ils sont quasi les seuls à
développer ses qualités de noblesse, de respect, de courtoisie.
R.F. Mais pourquoi, dans votre manière d’enseigner les Arts
Martiaux, créer cet environnement qui peut paraître excessif.
On entend des discours un peu crus sur l’art d’éliminer son
adversaire ?
Pascal : Oui, par exemple : « Si vous plantez comme ça votre sabre, vous ne
pouvez pas le ressortir. », ou encore : « Même avec un bras, votre
adversaire peut vous tuer. ».
Dans ces détails qui font un peu charcuterie, il y a des notions très
guerrières. Mais c’est l’emballage qui compte. On emballe ça dans une
étiquette, un respect de l’autre, un travail sur soi-même. Si l’élève s’y
refuse, il souffrira. C’est une ambiance de travail que l’on crée pour
que ces notions qui sont un peu meurtrières ne passent pas du
mauvais côté. Le respect de l’autre dans le combat, l’étiquette permet
de canaliser l’énergie, sans débordement.
R.F. Que pensez-vous de la prolifération des techniques martiales
enseignées aujourd’hui ?
Tiki : Il existe un obstacle dans la transmission des Arts Martiaux. C’est le
mélange de diverses techniques. Quelqu’un qui pratique diverses
disciplines est comme celui qui prend dans ses mains à la fois une
pince, un marteau et un tournevis. Il ne fait rien de bon. Il faut poser
l’un ou l’autre outil et n’en prendre qu’un.
Ce mélange est un frein. Alors qu’une technique doit être abordée
seule 8 à 10 000 fois avant d’être efficace.
R.F. De quelle façon le Budo modifie votre vie quotidienne ?
Tiki : Je prendrai un exemple. Il y a quelques années, j’étais toujours en
retard, partout où j’allais. Un jour, j’ai réalisé, en faisant du Budo, que
tout retard symbolise une mort. J’ai senti que la discipline que je
pratiquais faisait partie du quotidien.
Dès qu’un principe participe concrètement à notre vie consciente, il
devient vivant. Mais c’est la répétition qui permet cette prise de
conscience, peu à peu.
R.F. Et votre pédagogie, comment l’appliquez-vous ?
Pascal : Comme enseignants, nous sommes plutôt des catalyseurs, des
synthétiseurs. J’ai un sentiment de fidélité par rapport aux vieux
maîtres que j’ai connus.
Tiki : … oui, et c’est aussi le temps qui fait l’apprentissage. L’expérience du
temps est irremplaçable. J’aime voir quelqu’un, pas forcément doué,
venir régulièrement à l’entraînement. Et puis le voir évoluer, peu à
peu. Et au bout de dix ans, j’ai envie de lui parler et de lui dire :
« Vous avez fait dix ans de travail, maintenant on va commencer à
échanger autre chose. ».
Pascal : Oui, cette notion d’entraînement (KEIKO) est quelque chose
d’important chez les Japonais. KEI veut dire penser, se souvenir. KO
signifie la Tradition. KEIKO : se remémorer le passé et demeurer fidèle
à l’esprit de la tradition. Ceci suppose une complète adaptation aux
conditions du moment. Qu’il fasse froid ou chaud, que ce soit le matin
ou la nuit, accepter la situation présente telle qu’elle est.
Tiki : De même le mot SENSEI ne veut pas dire « maître » ou
« enseignant ». Mais il désigne « celui qui était là avant moi », donc,
dans le temps, celui qui a parcouru davantage de chemin que moi
débutant.
R.F. Alors justement, quels sont, dans les grandes lignes, les
différents stades d’apprentissage, jusqu’à la totale maturité ?
Pascal : On peut décrire 4 stades principaux : GYO – SHUGYO – JUTSU – DO.
Le stage GYO, c’est l’obéissance aux enseignements reçus, sans tenter
de les interpréter. L’élève accepte d’être en situation de dense
ignorance. Il n’y comprend rien, il ne sait pas du tout pourquoi on lui
fait faire certains mouvements. Il n’a qu’un point de référence : celui
de son maître. On lui demande à la fois de ne pas se poser de
questions, de ne pas réfléchir, et de faire.
C’est la phase d’apprentissage, qui, dans la conception japonaise, est
beaucoup exigeante. Pour apprendre la flûte japonaise, par exemple, il
faut consacrer 3 ans simplement pour arriver à bouger le cou de façon
à produire la modulation d’un son. On se trouve ainsi, au bout de 3
ans, dans la situation où l’élève peut commencer vraiment à travailler.
Il faut que le geste soit parfait. L’attitude mentale viendra après
seulement. C’est en traversant cette phase d’apprentissage que l’élève
sera en mesure, plus tard, de développer la souplesse d’esprit.
Le deuxième stade – SHUGYO – est une mise en pratique des
éléments appris. Les gestes sont techniquement au point,
extérieurement. L’élève doit les intégrer, les faire siens, de façon à
pouvoir se mettre en harmonie avec eux. Un peu comme un musicien
qui, connaissant le solfège et les lois de l’harmonie, va pouvoir
composer des morceaux à la fois rigoureux et harmonieux. Il crée de
la musique en se mettant au service de la musique.
Le troisième stade – JUTSU – est déjà un stade assez élevé et c’est
probablement le plus dangereux. L’élève a pu canaliser toute son
attention, son énergie, pour atteindre une certaine compétence, une
certaine efficacité. Que lui reste-t-il à découvrir ? Lui-même. Il
possède une somme importante de connaissances, mais il lui manque
la liberté. À cause de ses compétences, il peut se tromper et tromper
tout le monde. À ce stage, il fait un complet retour sur lui-même et est
confronté à des vrais problèmes : la vanité de son savoir, la peur de
vieillir, l’angoisse de s’être trompé de chemin. Il aura même envie de
rejeter ce qu’il a appris. C’est pourtant à ce stade qu’il apprend la
liberté de choisir. Le combat n’est plus dehors, mais dedans. Il mesure
la force de ses véritables contraintes.
Le quatrième stade – DO – est la voie réalisée. Je ne peux pas vous en
parler, il n’y a pas de définition. Un maître pourra répondre, parfois,
d’un geste…
R.F. J’ai vu, pendant votre stage, une démonstration de sabre
contre bâton. Quelles sont les qualités que vous cherchez à
mettre en valeur dans ce type de combat ?
Pascal : La façon dont vous posez la question est intéressante. Au premier
stade, on dira : « le sabre contre le bâton ». Ensuite, on dira plutôt :
« le sabre et le bâton ». Plus tard, peut-être, avec une vision moins
dualiste, on dira : « le sabre avec le bâton ».
En tant que pédagogue, on cherche à faire travailler l’élève de façon
de plus en plus exigeante techniquement, mais toujours en harmonie
avec lui-même, avec ce qu’il peut donner. On va le solliciter jusqu’à sa
limite, sans jamais la dépasser. On va le pousser, comme j’aime à le
dire, dans son pays inconnu, dans son « no man’s land » à lui.
R.F. Il se dégage une impression de très grande force, une grande
énergie, durant la pratique. Le Budo utilise directement les
pulsions de violence, d’agressivité, ou il cherche à les réduire
pour mieux les canaliser ?
Pascal : Il ne faut pas oublier que le sabre a, symboliquement, un double
tranchant : un tranchant vers l’autre, mais aussi un vers soi-même.
Tiki : Oui, et la violence absolue, chez l’être humain, est intimement liée au
problème, à la question de la mort. Donc, la pulsion de violence a une
origine très lointaine, très profonde. Pour le pratiquant des arts de
combat, il faut aller jusqu’au sabre qui donne la vie. De même dans la
vie quotidienne, toute action a une base d’énergie. Lorsque celle-ci est
mal connue, mal contrôlée, pulsionnelle, on dit qu’elle est plus ou
moins violente. Mais au départ, c’est de l’énergie qui veut vivre à tout
prix. Et il ne faut probablement pas la fuir, la nier ou en avoir peur. Il
faut rentrer dedans avant de la transcender.
Je raconte souvent cette histoire d’un braconnier que j’ai connu et qui
chassait tant et plus de façon sauvage et illicite. Puis il a changé peu à
peu son mode de voir la nature, il l’a aimée. Il est devenu gardechasse,
un protecteur de la nature hors classe ! Rendez-vous compte,
il connaît toutes les ficelles du métier, toutes les combines. La violence
est une crise à passer. On voit parfois les pacifistes parler de la paix en
douceur, et fuir la violence. Mais une paix qui ne prend pas en
considération la violence n’est pas une vraie paix.
R.F. Quelle est la raison d’être du cri (le KIAI) qui accompagne le
geste dans le combat ?
Pascal : Sur le plan physiologique, le kiaï met en relation les diverses parties
musculaires du corps qui, au moment du geste d’attaque, est à son
maximum de tension. Venant de la partie abdominale, il fait
l’intermédiaire entre les muscles du haut et les muscles du bas du
corps. Et cette mise en relation dégage une très grande puissance.
R.F. Sur le plan technique, l’apprentissage du Budo est
essentiellement basé sur un aspect répétitif du geste. L’élève
ne doit rien inventer, rien créer, mais reproduire. Où est la
spontanéité dans cette discipline ?
Pascal : Il y a deux sortes de spontanéité : l’une faussée parce qu’anarchique,
bloquée, mal canalisée, l’autre libre et harmonieuse.
En Judo, par exemple, lorsque votre adversaire attaque, vous n’avez
plus le temps de réfléchir, il ne faut pas réfléchir. La spontanéité est ce
qui permet à la meilleure réponse de trouver le chemin le plus rapide
pour s’exprimer, sans entrave, sans hésitation, sans rupture. Pour y
arriver, il faut éduquer les voies réflexes. C’est au niveau du cerveau
que se fait le travail d’élaboration du meilleur geste. Encore une fois,
cela suppose de très nombreuses répétitions, des milliers d’heures
d’entraînement.
R.F. Mais, par ailleurs, n’y a t-il pas un écueil, un danger à
apprendre à répéter des milliers de fois un même geste, un
même comportement ? N’y voyez-vous pas le danger d’une
robotisation chez l’élève ?
Tiki : Cette question n’est vraie que par rapport au premier stade
d’apprentissage dont nous avons parlé tout à l’heure.
Pascal : Avant de proposer à quelqu’un d’être libre, on lui demande d’être vrai.
Et la base de départ du Budo consiste à faire ce qui est à faire et rien
d’autre. L’élève doit se concentrer sur une seule chose, faire un geste.
Et la qualité de ce geste doit être telle que, s’il n’est pas parfait, pur,
l’élève ne peut se trouver aucune excuse.
R.F. De quelle façon vous voyez, ou avez-vous découvert par le
Budo certaines relations entre le corps et l’esprit ?
Pascal : Comment expliquer qu’un geste, aussi simple soit-il, est complètement
différent exécuté par un débutant ou un maître ? Il y a quelque chose
à l’intérieur de la personne qui est complètement différent. Lorsqu’on
veut tenter de faire quelque chose à 100 %, on ne peut pas le faire
uniquement avec le corps. Regardez toute l’importance de l’attitude
mentale, psychologique, dans les sports de haut niveau. Dans le Budo
également on constate qu’il y a au début séparation entre le corps et
l’esprit. Puis, peu à peu, diminue le fossé qui sépare les deux, et la
pratique d’une discipline martiale est une réponse à cette recherche
d’unité.
R.F. Avez-vous l’impression que la pratique intensive du Budo a
modifié votre façon de voir le monde, l’homme, votre
conception de la vie quotidienne ?
Tiki : Le plus important est d’essayer de vivre ici et maintenant. En japonais,
on dit NAKA-IMA (au milieu maintenant).
Il ne sert à rien de se référer perpétuellement à son passé. Être
maintenant, c’est développer une attitude fraîche dans laquelle tout
est nouveau. C’est la première et la dernière fois de ma vie que ce
maintenant existe. Ceci se résume en deux mots essentiels, qui
qualifient l’instant, le sel de la vie : ICHI-GO / ICHI-E : une rencontre,
une expérience.
février 2006

 

top tunisie

Foot

La Voie du Guerrier

La Voie du Guerrier
Entretien avec Pascal Krieger et Malcolm T. Shewan
par Daniel Bessaignet
publié dans la revue « ITINERANCES »
dossier n° 2 de novembre 1986


zanshin_partenariat.gif

 

 

 

 

 


Le thème des nouveaux guerriers ou les films de karaté grand spectacle offrent
une fausse image de l’homme invincible, doté de pouvoirs ou d’une pseudo
sagesse.
En dehors de ces clichés qui attirent la foule, nous concluons ce dossier avec
deux authentiques enseignants « d’arts martiaux ». Leur véritable recherche se
situe, en fait, bien au-delà d’une gestuelle ou d’une simple maîtrise corporelle.
Leur art est une voie qui fréquente l’émotion au plus haut niveau : depuis le
simple regard jusqu’au rapport de justesse, un sabre dans la main. Cet art des
anciens samuraï s’adresse à l’être d’aujourd’hui qui a besoin de se sentir
autant relié à sa fragilité d’homme qu’à la puissance qui l’habite.
Pascal et Tiki nous permettent dans cet entretien l’approche du véritable
paradoxe : combattre, c’est parvenir à l’état où il n’y a ni combat ni ennemi.
D.B. Pourriez-vous nous donner un aperçu des techniques que vous
pratiquez ?
Tiki : l'Aïkido est un Ko-Budo, c’est-à-dire un art martial traditionnel
japonais, actualisé pour être pratiqué comme il l’est de nos jours.
Contrairement au Judo, au Karaté ou au Kendo, l'Aïkido refuse toute
idée de compétitions ou d’applications sportives. C’est avant tout une
pratique de corps à corps, avec des immobilisations, des projections,
etc. L’étude des mouvements de corps pratiqués en Aïkido est issue
des techniques du maniement des armes, telles que le sabre (katana),
le bâton (jo ou yari), ou simplement un couteau (tanto). La discipline
du bâton (Jodo) est enseignée dans une école (ryu) datant du XVIIe
siècle. Le bâton a une taille et une circonférence déterminées pour
devenir efficace face aux armes classiques. Cette école, restée
traditionnelle, englobe dans son enseignement l’étude de diverses
armes telles que le sabre (katana), la canne (tanjo), la matraque
(jitte), la faucille munie d’une chaîne au bout de laquelle est fixée une
boule (kusarigama), l’art de ligoter un adversaire (hojo-jutsu), aussi
bien avec que sans armure.
Nous pratiquons également le Iaïdo, qui est à proprement parler l’art
de dégainer et couper avec un sabre (katana). Il s’agit également
d’une discipline classique qui ne saurait souffrir aucune application
sportive.
Il existe encore aujourd’hui au Japon de nombreuses écoles de Iaï qui
enseignent soit le Iaï-do qui est une approche spirituelle de cet art,
soit le Iaï-jutsu où la recherche vise l’efficacité technique et combative,
telle qu’elle existait par le passé. Il ne faut pas cependant commettre
l’erreur de croire que le Iaï-jutsu est une discipline moins spirituelle
que le Iaï-do. Les vertus guerrières imposent une moralité
irréprochable.
Ces trois disciplines, quoique différentes du point de vue technique, se
rejoignent dans leurs principes. Elles font partie de ce que nous
appelons le Ko-Budo, les disciplines martiales traditionnelles. C’est la
raison pour laquelle nous les travaillons parallèlement. Elles sont
pratiquées dans le même esprit.
D.B. Avez-vous une filiation particulière ?
Pascal : Après des années de pratique dans une discipline martiale, ou dans les
arts martiaux, on finit par être marqué par des personnalités dont
l’enseignement, qui est en soi une éducation autant physique que
spirituelle, permet une transformation du caractère et de notre mode
de comportement. Tous ceux qui ont mûri dans la pratique des
disciplines martiales ont connu un Maître qui les a marqués de son
empreinte. Le Maître peut revêtir la forme d’un simple professeur,
mais qui aura su transmettre.
J’ai été fortement marqué par deux… ou trois personnes et la façon
dont je me conduis actuellement est due en grande partie à l’influence
qu’ils ont exercée sur mon caractère.
Tiki : Nous avons la chance en Aïkido d’avoir en France un maître japonais,
Tamura Sensei, dont la compétence et la valeur sont reconnues dans
le monde entier. C’est un élève du Maître fondateur Morihei Ueshiba.
Je suis d’ailleurs venu en France pour travailler l'Aïkido sous sa
direction.
Dans ma pratique du Iaï, plusieurs personnes m’ont également
fortement influencé. Je voudrais cependant appliquer une définition à
ce que l’on entend par « maître ». C’est un individu qui grâce au
chemin déjà parcouru et par son expérience parvient à transmettre un
aspect, un détail, toujours par rapport à la totalité de l’activité ou de la
discipline qu’il transmet. (En japonais, Sensei ne veut pas dire
« maître », mais « celui qui vient avant ».) Il peut s’agir d’un geste,
d’un déplacement, d’une attitude, ne s’appliquant pas seulement pour
une technique, mais pour l’ensemble des techniques de la discipline.
Par là même, il rend ses élèves libres et indépendants. C’est un guide,
pas un mythe.
D.B. Considérez-vous les arts martiaux que vous enseignez comme
une technique psychosomatique, un sport, un art ?
Tiki : Peut-être faudrait-il avant tout définir ce qu’il convient d’entendre
lorsque l’on parle d’art martial, ou d’arts martiaux, terme trop
largement utilisé. Il faut en effet tenir compte de trois considérations
pour définir l’art martial :
1. il était toujours conçu pour la guerre ;
2. il était toujours en rapport direct avec les armes ;
3. il tenait compte des armures et des fortifications.
Ainsi, à nos yeux, le Judo, le Karaté, le full-contact, etc., ne sont pas
des arts martiaux, mais plutôt des disciplines martiales, en ce sens où
leurs techniques ne peuvent pas être appliquées sur un champ de
bataille. En fait, il n’y a jamais eu à proprement parler d’art martial à
mains nues, et surtout jamais d’art martial avec lequel on puisse faire
de la compétition sportive. L’art martial a techniquement des fins qui
ne s’accordent pas avec des jeux, même pris dans le sens noble du
terme.
Pascal : Au niveau de l’enseignement, nous portons de ce fait une lourde
responsabilité. En effet, on n’enseigne pas à des jeunes gens le
maniement d’une arme comme si c’était un jeu. Le sens de
l’enseignement est de pétrir, de malaxer, de forger le caractère des
gens qui s’y prêtent. Il est des notions simples, des notions de base
qu’il est nécessaire d’inculquer, et d’autres qui consistent à laisser faire
la nature.
Un jeune garçon, par exemple, qui aborde les « arts martiaux » aura
comme première motivation d’apprendre à se battre. En général, son
désir est d’obtenir une meilleure confiance en lui, non par un travail
sur lui-même mais par une domination sur les autres. Aussi, au début
de son entraînement, on lui fera faire des mouvements de base dans
son coin, sans trop le corriger. On va le reprendre s’il n’est pas à sa
place, s’il n’est pas propre, s’il arrive en retard, etc. C’est par là que
l’on va commencer son apprentissage. Après quelque temps, il doit
comprendre qu’après tout, il lui faut commencer par un contrôle de
soi-même avant d’aller plus loin. Il existe donc une sélection naturelle
dès le départ entre ceux qui possèdent un potentiel pour entamer un
travail sur eux-mêmes et ceux qui ne sont pas encore prêts. De là à
dire que ceux qui n’accrochent pas sont perdus est loin de notre
pensée. Ils iront peut-être essayer d’autres disciplines martiales et
acquérir quelques notions de combat, mais tant qu’ils ne percevront
pas la nécessité d’un combat contre soi-même, ils ne pourront pas
entamer un véritable travail.
D.B. Est-ce alors l’enseignement d’une technique ou d’une voie
spirituelle ?
Pascal : Elles vont de pair, car on demande à l’élève de travailler à la fois avec
son corps et avec son âme. Pour les armes, on lui demande de les
respecter, de se conformer à une certaine étiquette ou cérémonial,
d’exécuter des gestes éducatifs n’ayant aucune application combative.
Petit à petit, on le placera dans des situations combatives, non pas
dans un but technique, mais pour cultiver en lui l’attitude mentale de
celui qui a une arme entre les mains. Donc supprimer sa peur, sa
violence, son agressivité, lui faire exécuter les mouvements d’une
certaine manière avec l’attitude mentale nécessaire. Ce travail lui
prendra des années, et c’est lui qui le fera, à 99 %. Le professeur, ou
plus tard le maître, n’est là que pour le remettre dans le droit chemin,
et sera surtout pris comme exemple.
D.B. Dans la pratique des arts martiaux, une meilleure connaissance
de soi inclut-elle une compréhension et une acceptation de ses
peurs ?
Pascal : La peur est issue de l’ignorance. Ce n’est donc pas en la fuyant que
nous parviendrons à la comprendre. Il est en effet indispensable de la
comprendre pour qu’elle puisse disparaître. Tant de réactions de l’être
humain sont issues de la peur : la violence, le racisme, etc.
Tiki : D’ailleurs, à l’origine, les arts martiaux étaient pratiqués par des
guerriers professionnels. Leur travail était de combattre. Ainsi leur vie
était confrontée aux peurs et aux anxiétés issues de leur contact
constant avec la mort. Ils ont donc vite compris que ce n’est pas la
technique qui leur permettrait d’affronter la mort avec le plus
d’efficacité, mais qu’il fallait pénétrer et comprendre, de façon
spirituelle, l’essence même de la vie et de la mort.
Le travail qu’ils accomplissaient sur eux-mêmes leur permettait
d’aborder une situation mortelle comme on s’asseoit derrière un
bureau pour écrire.
On rejoint finalement une notion qui apparaît dans toutes les religions.
Cette notion est Do, la voie spirituelle, au travers de l’art martial. C’est
le paradoxe fondamental : voie spirituelle alors que techniquement on
apprend à tuer. C’est un koan. Il ne peut être résolu
intellectuellement, mais par un engagement total Corps, Ame et Esprit.
Pascal : Dans ce contexte, partant de sa peur de la mort, le guerrier supprimait
toutes ses autres peurs. Et puis, certains d’entre eux ayant fait le tour
de leurs dépendances et de leur manque, finissaient par vivre
frugalement. Habitué à rien, il n’avait besoin de rien. Arriver à ne plus
avoir besoin de la vie et de la Mort. Ils ont transcendé le phénomène,
sachant que vie et Mort forment un tout rejoignant le principe de
l’unité taoïste.
À cet instant de l’entretien, Pascal nous quitte pour prendre son avion
qui le ramène en Suisse, où il enseigne ? Nous poursuivons avec Tiki.
D.B. Actuellement dans votre pratique, il ne s’agit pas, comme dans
le japon d’autrefois, d’une question de vie ou de mort.
Comment insuffler alors au pratiquant l’esprit du Bushido ?
Tiki : Aujourd’hui, nous pratiquons dans un Dojo, qui signifie littéralement
« le lieu où l’on pratique la Voie ». Le dojo est un champ de bataille
sur lequel on peut revenir le lendemain.
Par ailleurs, il paraît difficile dans le contexte social moderne de
recréer la même ambiance de vie et de mort à l’intérieur d’une
structure de masse telle qu’une Fédération. Dans certains Dojo privés,
au Japon, constitués d’un maximum de trente élèves, le Maître
s’arrangera pour créer une situation où, face à lui, vous ne saurez à
aucun moment s’il va ou non porter un coup. Il recrée
intentionnellement et réellement par son attitude la peur que vous
éprouveriez face à la mort, le sentiment que vous pourriez mourir dans
votre entraînement. L’entraînement devient réalité et vous oblige à
aller au-delà de la technique. Il faut cependant déjà posséder plusieurs
années de pratique et une certaine volonté pour se soumettre à un tel
entraînement. C’est une expérience indispensable et déterminante.
Dans certaines écoles, les combats se déroulent avec de vraies armes,
et l’on peut y mourir.
Vous savez, lorsqu’un pratiquant de Iaï comprend la signification des
mouvements qu’il exécute, donc de l’horreur liée à l’arme qu’il manie,
sa prise de conscience est réelle. C’est à ce moment précis qu’il décide
de poursuivre et donc de transcender cette violence par des prises de
conscience successives, ou d’arrêter sa pratique.
D.B. Vous sentez-vous les dépositaires d’une tradition ?
Tiki : Il faut préciser qu’il s’agit de pratiques ouvertes – elles ne le sont pas
toutes -, donc abordables par tous. Elles sont exportables en Occident
et chacun peut y trouver son compte : bonne santé, self-défense,
compétition, détente, etc.
Dans ce sens, nous ne nous sentons pas dépositaires du patrimoine
militaire et stratégique à partir duquel s’est construit l’art martial dans
le Japon ancien.
Nous sommes plutôt des relais et notre responsabilité est de
transmettre au mieux de notre capacité les idées essentielles et
universelles qui sont exprimées dans nos disciplines. Et surtout de
transmettre le plus fidèlement les techniques qui nous ont été
transmises. En effet, du fait de notre antécédent martial, chaque geste
que nous exécutons dans le cadre de notre pratique a une raison
d’être, même lorsqu’il faut des années pour en percevoir le sens.
D.B. Y a-t-il eu, au cours du temps, une évolution de la peur ou bien
l’homme se posera-t-il toujours la question fondamentale de la
résolution de sa mort ?
Tiki : Rien n’a changé. Si autrefois on avait peur de mourir d’un coup de
sabre, aujourd’hui on a peur de mourir d’un coup de revolver. La peur
est la même dans son essence. L’évolution de l’homme, ou ce que l’on
est tenté de considérer comme telle n’est que technique, scientifique,
matérielle. Lui a très peu changé, dans ce sens où il est toujours le
seul à décider pour lui-même d’entreprendre le chemin de son
évolution. Ce n’est pas la résultante d’une transformation automatique
comme l’est par exemple la puberté. L’homme n’évolue pas
automatiquement de façon spirituelle. Cette évolution nécessite un réel
travail sur soi. Mais on peut, comme beaucoup, se contenter de
remplir le rôle que nous a assigné la nature. Aller au-delà, commencer
de répondre au problème de son existence, n’entre pas dans le schéma
de la nature. C’est l’homme seul qui se donne la capacité d’aller audelà.
Sans cette volonté, il n’y a pas de voie possible. Et ce n’est pas
par injustice puisque c’est une question de choix. (rires)
D.B. Pensez-vous que notre temps favorise la recherche spirituelle ?
Tiki : La situation du monde moderne offre des conditions intéressantes et
suffisantes. Nous sommes tous sous la menace d’un incident et/ou
d’un conflit nucléaire auquel il est difficile de se soustraire. En ce sens,
tout le monde est face à l’éventualité soudaine et imprévue de sa
propre mort, tout comme le samuraï ou le chevalier de notre histoire
lorsqu’il se mettait en quête du sens de son existence.
Les conditions actuelles permettent donc ce travail sur nous-mêmes.
D.B. Les arts martiaux amènent-ils tous à une meilleure
connaissance de soi ?
Tiki : Si un pratiquant savait clairement dès le départ les efforts qu’il lui faut
fournir pour obtenir si peu, il n’entreprendrait jamais ce travail.
Heureusement, il ne peut le savoir. Face à nos problèmes personnels :
phobies, angoisses, peurs, etc., il est vraiment nécessaire de refondre
tout notre être. La pratique martiale, telle que nous l’avons explicitée
tout au long de cet entretien, permet une transformation entière de
l’individu. Il n’est plus la même personne que celle qui a commencé.
Cela s’acquiert au prix d’efforts considérables.
D.B. Quelles sont les étapes de ce chemin ?
Tiki : C’est la continuité de la pratique qui crée les étapes. En japonais, on
dit JU NAN CHIN, c’est-à-dire pratiquer en gardant un esprit
d’ouverture et une souplesse d’adaptation en toutes circonstances. Si
la pratique est animée par cet esprit et qu’elle dure suffisamment
longtemps, on restera vigilant pour en percevoir les nuances et les
multiples aspects. Sept pas en arrière pour huit pas en avant, telle
pourrait être exprimée la progression d’un élève sur la voie du BUDO.
Cependant, les conditions nécessaires à la naissance d’une spiritualité
sont tout aussi délicates et hasardeuses que celles requises pour la
naissance d’un enfant… peut-être même plus délicates. Car il est
hasardeux de dire à l’élève : pratiquez, pratiquez, ça viendra ! Il n’y a
pas de garantie. Il s’agit plus d’une combinaison de circonstances qui
vous pousse dans cette direction. Souvent, on reste bon technicien.
Pour la plupart des gens, une quête spirituelle, la remise en question
de leur existence par rapport à la mort et à la vie, ne présentent pas
d’intérêt pratique et immédiat dans leur vie quotidienne et sociale.
Jusqu’au jour où la motivation devient prépondérante, vitale. Le
terrain est alors prêt. La première condition est que la personne le
désire véritablement de tout son Etre, non pas simplement par
curiosité, mais par une réelle insatisfaction qui lui permet de ressentir
la futilité de sa vie. Quand ce manque, ce vide, est ressenti, la
personne n’aura de cesse d’entrer en contact avec une réponse. Mais lnon
plus, il n’y a pas de garantie. La quête peut très bien avorter si les
conditions sont mauvaises. C’est le problème des personnes qui sont
entre les mains de faux maîtres. Mais même une telle expérience peut
se révéler positive si elle donne naissance au discernement.
D.B. Certaines personnes, souvent par souci d’authenticité, couplent
leur pratique corporelle avec une autre technique, voire
thérapie. Qu’en pensez-vous ?
Tiki : Ce n’est pas vraiment nécessaire, bien que la voie empruntée par bon
nombre de gens aille souvent dans pas mal de sens différents. À partir
du moment où ce que l’on fait est un véritable travail sur soi, la
diversité, dans le sens d’un dispersement, ne paraît pas souhaitable,
car c’est souvent par fuite que l’on veut toucher à de multiples
domaines. Cela se justifie encore moins lorsque l’enseignement reçu
est valable. C’est souvent par une sorte de matérialisme spirituelle
qu’une personne exige pour elle-même un traitement de faveur en
raison de ceci ou de cela.
De toute façon : « Toutes les pierres qui tombent à la rivière arrivent à
l’estuaire rondes et polies. ». Proverbe chinois. (rires)

POURQUOI L'ETIQUETTE?


L'étiquette est l'ensemble des formes cérémonieuses qui marquent les rapports entre les particuliers et qui constituent les règles de comportement et de bienséance à observer dans un cadre donné comme par exemple: la cour d'un monarque, un lieu de culte, une célébration, quelle soit profane ou religieuse, sociale ou privée. Voilà pour ce qui est de sa définition formelle et académique. Il est important de préciser que l'étiquette est en rapport aussi bien avec la structure du groupe ou de la société qui l'a instituée qu'avec son histoire et qu'elle implique nécessairement une expérience existentielle. Mais, comme chacun aura pu le constater, plusieurs scénarios peuvent coexister dans une même culture.

Dans la culture japonaise, il existe plusieurs termes concernant l'étiquette, savoir: REISHIKI, REIHO, REIGI, REIGI SAHO.

Tous ces termes sont composés de l'idéogramme REI qui signifie littéralement: salut, salutations.

SHIKI signifie "cérémonie". REISHIKI pourrait donc se traduire par "le cérémonial".
HO signifie "loi". REIHO serait donc "l'étiquette" proprement dite puisque s'agissant des lois régissant le "salut".
REIGI est le terme utilisé par N. Tamura dans son livre: "AIKIDO - étiquette et transmission":

"REI se traduit simplement par salut. Mais il englobe également les notions de politesse, courtoisie, hiérarchie, respect, gratitude. REIGI (l'étiquette) est l'expression du respect mutuel à l'intérieur de la société. On peut aussi le comprendre comme le moyen de connaître sa position vis à vis de l'autre. On peut donc dire que c'est le moyen de prendre conscience de sa position.

Le caractère REI est composé de 2 éléments: SHIMESU et YUTAKA.
shimesu: l'esprit divin descendu habité l'autel
yutaka: la montagne et le vase sacrificiel de bois qui contient la nourriture: deux épis de riz, le récipient débordant de nourriture, l'abondance.

Ces deux éléments réunis donnent l'idée d'un autel abondamment pourvu d'offrandes de nourriture, devant lequel on attend la descente du divin… la célébration.

GI: l'homme et l'ordre. Désigne ce qui est ordre et qui constitue un modèle.

REIGI est donc à l'origine ce qui gouverne la célébration du sacré. Il est probable que ce sens se soit ensuite étendu aux relations humaines lorsqu'il a fallu instaurer le cérémonial qui régissait les relations hiérarchiques entre les hommes."

REIGI SAHO pourrait être traduit par: "les règles de l'étiquette", ce qui correspond au sens donné par les dictionnaires occidentaux.

De façon plus pragmatique, l'on peut dire que l'étiquette constitue un code dont la signification ne peut être perçue que par les initiés, c'est à dire par ceux qui ont acquis les premiers éléments dans la connaissance ou/et la pratique d'une science, d'un art ou d'une pratique donnée. Ce code est la marque d'un groupe particulier ou d'une relation particulière. L'étiquette introduit le novice à la fois dans la communauté des pratiquants (shugyo-sha) et dans le monde des valeurs spirituelles. Elle lui apprend les comportements et l'histoire du groupe, mais aussi ses mythes et ses traditions. L'étiquette raconte pourquoi les choses sont ce qu'elles sont et comment elles nous sont parvenues. Elle raconte l'histoire de tous les évènements qui ont contribué à faire de l'art que l'on pratique ce qu'il est aujourd'hui. Il importe donc de la conserver soigneusement et de la transmettre intacte aux nouvelles générations de pratiquants.

L'étiquette est constituée d'un ensemble de gestes non utilitaires, non pas qu'ils ne servent à rien, mais plutôt que l'on peut s'en passer. Ce geste n'est matériellement pas rentable et peut même être considéré par certains comme une perte de temps. Son but n'est pas dans l'efficacité immédiate. Il n'est donc pas spontané comme ceux que l'on a constamment dans la vie courante, sans même devoir y penser. Il réclame "vigilance" de la part de celui qui l'exécute et, en ce sens, contribue à développer chez le pratiquant le ZANSHIN (littéralement traduit: l'esprit rémanent ou la présence - ici et maintenant - d'esprit).
Sa raison d'être ne se situe donc ni dans son utilité, ni dans sa rentabilité, mais dans la gratuité de ce qu'il induit. Il met en jeu une partie du corps (dont notamment les cinq sens) pour permettre à celui qui l'exécute de rassembler (du grec sumballein (assembler) qui dérive de sumbolon: symbole) son esprit à ce qui échappe à ses sens.

Pour qu'une chose soit bien faite, il faut la faire comme elle a été faite la première fois, s'imprégner de l'état d'esprit qui a prévalu à sa conception et participer ainsi à sa perpétuation. La répétition symbolique du geste implique donc une réactualisation du geste initial et de l'énergie qui l'a créé, avec la même pureté, la même efficience et la même virtualité intacte. En tant que symbole, il est chargé de sens et doit devenir "signe", pour ceux qui le font comme pour ceux qui le voient faire. Il doit être simple, beau, emprunt de sérénité (sans tension ni précipitation), juste et harmonieux.

La répétition rigoureuse du geste rend possible la tabula rasa sur laquelle viendra s'inscrire les révélations successives du pratiquant, de celles qui pourraient lui ouvrir les portes de l'esprit. (En Iai, par exemple, le geste exécuté par la main gauche sur le sageo pour le placer sous le sabre après s'être assis en seiza; ou en Aikido, au moment du salut des adversaires avant taninzu kakari geiko.)

L'étiquette ne vit pas uniquement dans une réalité "immédiate". Sa symbolique pourrait s'exprimer en ces termes: qu'on ne devient un pratiquant véritable que dans la mesure où l'on cesse d'être un homme biologique, mécanique. Elle démontre que le vrai pratiquant - le "spirituel" - n'est pas le résultat d'un processus naturel: il se fait. La "fonction" de l'étiquette pourrait donc être de révéler symboliquement au pratiquant le sens profond de l'existence et de l'aider à assumer sa responsabilité d'être un "Homme Totale", pour ainsi participer à l'évolution spirituelle de l'humanité.

En étudiant et en respectant l'étiquette, on ne perdra pas de vue que le but de la recherche est, au fond, la connaissance de l'homme, de soi. Aussi, l'étiquette constitue-t-elle une démarche, une expérience essentielle dans la progression du pratiquant s'il veut pénétrer le message ultime du BUDO, c'est à dire devenir capable d'assumer pleinement son mode d'être.

Mais à bien y regarder, l'étiquette n'est sclérosée qu'en apparence. Et si l'on se contente aujourd'hui d'imiter à l'infini les gestes transmis, on ne peut ignorer les innombrables transformations dont l'étiquette a bénéficié au cours de son histoire.

 

lesneven2006_0678.jpg



L'ETIQUETTE - COMMENT?


"Le caractère des hommes ne se montre jamais mieux que dans les choses qui paraissent indifférentes."
(Proverbe du monde)

Il serait prétentieux de vouloir dresser une liste exhaustive de l'ensemble des règles de l'étiquette. De surcroît, certaines de ces règles peuvent différer d'un pays à l'autre, ou plus précisément d'une culture à l'autre. Ainsi, au Japon, il est inconcevable de plier son hakama sur le tatami alors que cette façon de procéder semble avoir été adoptée dans tous les autres pays du globe. L'étiquette, cependant, exige que le pratiquant ne plie pas son hakama dos au kamiza. Cet exemple illustre à quel point les règles de l'étiquette ne sont pas gravées dans la pierre et doivent nécessairement s'adapter, notamment lorsqu'elles sont issues d'une culture différente de la sienne. Si en Aikido les règles de l'étiquette semblent relativement uniformes, il n'en est pas de même de disciplines martiales telles que, par exemple, l'Iai où l'étiquette peut varier d'une école à l'autre au point de paraître contradictoire, notamment la position du sabre lors du salut au kamisa ou au sabre lui-même. Dans un domaine plus religieux, le signe de croix n'est pas exécuté de la même façon par les Catholiques, les orthodoxes, les Protestants, les Nestoriens, les Coptes, les Jacobistes et autres. Mais tous, sans exception, font un signe qui symbolise la croix et la passion du Christ.

Ces différences, en apparence discordantes, démontrent à la fois la diversité et la cohérence de la nature humaine. Elles justifient la multiplicité des formes et confirment l'universalité des principes. A ce stade, il est intéressant de relever l'étrange homonymie entre les mots éthique et étiquette (à tel point qu'il ne serait pas choquant d'écrire "l'éthiquette" de cette façon). En effet, ne concerne-t-elle pas les règles de conduite, la morale?

Il n'est pas dans notre intention d'inventorier et répertorier les multiples règles de l'étiquette martiale à travers les âges et les cultures. L'idée n'est pas inintéressante mais déborde largement le cadre de cet exposé. Elle permettrait en revanche de mesurer à quel point nos comportements sont conditionnés par nos rapports avec l'autre et les divers modes de prévenir les conflits. Mesurer, par exemple, que la prohibition du port d'armes a permis de se saluer en se serrant la main, ce qui était parfaitement inconcevable avant. Comprendre que le geste de trinquer était conditionné par le fait que le mélange des liquides au moment où les verres s'entrechoquaient permettait de s'assurer qu'aucun poison n'avait été versé dans l'un d'entre eux. Ainsi, bon nombre des gestes encore utilisés de nos jours dans nos comportements relationnels étaient à l'origine conditionnés par la nécessité de rester vigilant en toutes circonstances, c'est-à-dire en état d'éveil permanent. A fortiori, cette vigilance s'adressait-elle en premier lieu à ceux qui avaient choisi le métier des armes et pour lesquels la moindre faute d'inattention pouvait être fatale.

Aussi, cet exposé se bornera à énoncer quelques principes de base qui devraient permettre au pratiquant de se repérer et, surtout, de comprendre que l'étiquette est plus affaire de conscience que de connaissance.

Fidèle à la didactique du budo classique japonais, nous proposons d'aborder le "comment?" sous la forme tandoku renshu (travail seul), sotai renshu (travail à deux) et tameshi giri (exercice de coupe) que nous transposons de la façon suivante:

-l'étiquette par rapport à soi-même,
-l'étiquette par rapport aux autres pratiquants et au dojo,
-l'étiquette par rapport à l'autre et à la société.

22/03/2009

Le rôle de l'UKE en AIKIDO

l'annuaire des sports en tunisie

http://www.lannuairesport.com

 

UKE, celui qui chute dans la pratique d'AIKIDO, par opposition à TORI qui exécute la technique, joue un rôle essentiel dans la didactique martiale en général et japonaise en particulier, tout du moins pour ce qui concerne les disciplines qui enseignent les formes de combat face à face à un adversaire. La cible n'a pas moins de valeur en KYUDO, par exemple, mais ne remplit pas les mêmes critères. Ce rôle est bien souvent méconnu ou mal compris, pour ne pas dire déconsidéré, par bon nombre de pratiquants notamment en raison de la fonction passive qu'on lui attribue injustement. Cet article se propose d'analyser ce rôle, sous tous ses aspects, et ainsi permettre au shugyo-sha d'y puiser les éléments susceptibles d'orienter son travail vers une meilleure compréhension de sa ou ses pratiques. Dans un premier temps, nous tenterons de comprendre et d'analyser les raisons qui pourraient justifier cet apparent manque d'intérêt. Puis nous aborderons les différents sens attachés à cet aspect de la pratique. Enfin, nous dégagerons quelques moyens utiles et pratiques pour améliorer notre propre technique à ce sujet. L'un des principaux facteurs qui contribue à mésestimer le rôle d'UKE est d'ordre psychologique , notamment dans les techniques corps à corps, savoir: la peur liée à la chute. Cette peur trouve vraisemblablement son origine dans l'inconscient attaché à l'évolution de l'espèce humaine en général et de chaque individu en particulier, lorsqu'il fait ses premiers pas. Il est communément admis, en effet, que l'espèce humaine est née le jour où un animal s'est dressé sur ses membres inférieurs pour adopter la position verticale. On peut facilement imaginer que cette mutation ne s'est pas réalisée sans douleur et il suffit d'observer, à défaut de se rappeler, les pénibles expériences du bébé lorsqu'il passe de la position couchée à la position assise, puis à quatre pattes pour finalement parvenir laborieusement, par imitation, à se dresser sur ses jambes. Combien de chutes, de plaies, de bosses n'ont-elles pas été durement expérimentées à cette époque de la vie? Elles restent inévitablement gravées dans notre mémoire pour ne laisser subsister qu'une peur viscérale de la chute. Dès lors, l'apprentissage de la chute à un âge où tous les facteurs génétiques liés à l'une des spécificités de notre espèce se sont définitivement établis, revient à entreprendre le même processus à l'envers, ce que l'inconscient refuse d'accepter. Il suffit, pour s'en convaincre, de relever les diverses locutions verbales utilisées dans toutes les langues pour exprimer cette peur. Ne parle t'on pas, en effet: de la chute d'un empire, d'une monarchie, d'un régime, d'un gouvernement; de la chute d'une monnaie, des cours de la bourse; de la chute de tension, de température, des cheveux; d'une chute d'eau, de neige, de pluie; de la chute du jour, ne dit-on pas: tomber dans les pommes, des nues, de Charybde en Scylla, etc… sauter dans l'inconnu, Qui n'a pas entendu sa mère lui dire: «Fais attention à ne pas tomber, tu vas te faire mal!», ou encore: «A force de faire le fou, tu vas finir par tomber!», sous-entendu «te faire mal!». Il semble donc que la chute soit associée, dans l'inconscient collectif, à la douleur, au déclin, au manque, à une déchéance, à une perte d'équilibre physique, mental et social . Il n'est donc pas étonnant, dans ces conditions, que l'homme s'en défie instinctivement. Car il s'agit bien d'un défi, puisqu'en entreprenant l'apprentissage de la chute, le pratiquant va à la rencontre de l'une des peurs inscrites dans ses gènes. Parallèlement à ces peurs liées à ce que l'on pourrait appeler l'inconscient de l'espèce, existent d'autres peurs, plus subjectives, plus personnelles. En effet, il y a un monde entre tomber tout seul , par maladresse, par faiblesse temporaire, par inadvertance, et se faire chuter (on dit plutôt se faire projeter ). Ce monde est l'autre et la confiance relative qu'on lui accorde. Car UKE ne se limite pas à l'UKEMI (communément traduit par chute). Il y a, de fait, une part d'inconnu dans le fait de se placer dans une situation de complet abandon, physiquement et psychologiquement. En cela, on peut abonder dans le sens de ceux qui n'accordent à UKE que le seul droit de mourir. Chuter, c'est effectivement mourir un peu, ou tout du moins avoir la possibilité d'en prendre conscience et d'en accepter l'éventualité. Malheureusement, la mauvaise compréhension du rôle d'UKE, alliée à une certaine rigidité physique - que n'améliore pas les conditions de la vie moderne -, aux hiatus techniques de TORI et sa difficulté à réaliser une technique juste, n'incite pas le pratiquant à renouveler l'expérience de sa propre mort suffisamment souvent pour y trouver autre chose qu'un "mauvais moment à passer"! On ne peut, par ailleurs, passer sous silence le rôle que peut jouer l'ego dans cette situation. En effet, en AIKIDO, en JUDO, en KARATE-DO, UKE est celui qui «perd", par opposition à TORI qui le terrasse ou qui, du moins, tente de le faire. En effet, lorsque deux êtres, deux animaux, deux insectes, sont amenés à combattre, pour quelques raisons que ce soit: la prédominance du mâle au sein du groupe, la défense de son territoire, de ses petits, de son honneur -, ils cherchent mutuellement à se faire tomber, à faire perdre l'équilibre à l'autre, et le combat cesse, tout du moins dans le monde animal, quand l'un des deux tombe à terre. Ce système de combat prévaut encore actuellement dans le SUMO, par exemple. Dans le cadre d'un entraînement, bien souvent, la chute peut paraître dévalorisante, pour le pratiquant lui-même comme pour le spectateur néophyte. Il est certes plus gratifiant de s'entendre dire: "Dis donc, qu'est ce que tu lui as mis à ton UKE!" plutôt que: "Tu ne tiens pas debout, mon vieux! Qu'est-ce qui t'a mis!". En fait, la réalité est tout autre, ou devrait être tout autre. En AIKI-KEN, par exemple, c'est UKE qui "domine" puisqu'il conserve le centre à chaque instant, avant, pendant et après la ou les attaques d'UCHI. Ceci constitue d'ailleurs une spécificité du travail d'AIKI aux armes, qui n'existe pas dans les autres BUDO avec armes tels que le KEN-JUTSU ou le JO-DO, par exemple. Dans les disciplines classiques, UKE est celui qui "perd". C'est l'une des raisons pour lesquelles ce rôle est normalement joué par un instructeur, voire par l'enseignant lui-même. Nous aurons l'occasion de revenir sur cette notion par la suite car, bien entendu, le travail sur le tatami ne se résume à gagner ou perdre. De ce qui précède, on peut donc déduire que la peur viscérale liée à la chute génère un certain blocage physique, ou pour le moins une réticence, en relation avec notre inconscient collectif et notre mémoire. Mais on ne pourrait pas moins considérer que le déséquilibre soit à l'origine de cette peur. De fait, il est aux lois physiques ce que la peur est aux facteurs psychologiques, c'est à dire la cause de la chute, qu'elle soit physique, mentale ou sociale. En effet, nous l'avons vu, l'espèce humaine est née le jour où elle s'est dressée sur ses membres inférieurs, c'est à dire qu'elle est passée d'une position parfaitement stable, que lui assurait ses quatre points d'appui, à une position de recherche perpétuelle d'équilibre – ou de constant déséquilibre - l'obligeant à développer une morphologie qui, aussi parfaite soit-elle, n'en est pas moins insuffisante pour le garantir sans risque. Le kangourou, par exemple, qui se déplace également sur ses deux membres inférieurs, dispose d'une queue, c'est à dire du troisième point d'appui qui lui assure une parfaite stabilité. L'état de perpétuel déséquilibre ou d'équilibre précaire de l'homme, qui résulte de son choix d'avoir adopté la position verticale, ne l'a peut-être pas seulement rendu instable physiquement mais également psychologiquement. En se dressant sur ses membres inférieurs, il a de facto généré une situation qui lui fait craindre à tout instant de tomber. Quel est le réflexe d'un homme n'ayant pas appris à chuter lorsqu'il tombe? Il cherche mécaniquement à mettre ses mains pour amortir sa chute, c'est à dire qu'il utilise instinctivement ses membres supérieurs. Il ne lui vient pas naturellement à l'idée de rouler.

Nebi.jpg

Il n'est donc pas moins vrai que cet état de perpétuel déséquilibre génère chez l'homme une peur inconsciente, celle de perdre l'équilibre si chèrement acquis et de tomber. Mais la question n'est pas de savoir aujourd'hui qui de la poule ou de l'œuf est arrivé le premier, mais de mesurer à quel point la chute n'est pas inscrite dans les gènes de la nature humaine. De ce fait, l'homme n'est pas naturellement disposé à en faire l'expérience ou l'apprentissage. Le deuxième facteur qui contribue à déconsidérer le rôle d'UKE est d'ordre physique et physiologique . En effet, qui peut prétendre chuter par ou avec plaisir? La chute, même "maîtrisée", reste douloureuse, et ne manque pas de laisser des séquelles irréversibles au corps, dont la fameuse "touche de piano". De ce point de vue, le fait d'aborder la chute à un âge où le corps n'est pas encore musculairement formé, c'est à dire avant 25 ans en moyenne, peut présenter un avantage certain. Il n'est donc pas étonnant que la propension à chuter diminue proportionnellement à l'âge. Mais fort heureusement, nous le verrons par la suite, la chute n'est qu'un aspect de la notion d'UKE, certes le plus éprouvant physiquement. En revanche et paradoxalement, la chute aide à façonner le corps nécessaire à la réalisation de la technique suivant les critères biomécaniques propres à l'AIKIDO. On pourrait même dire qu'il constitue le seul entraînement à sa disposition pour éduquer les muscles, tendons et autres ligaments indispensables. La préparation des débuts de cours n'y suffit pas, aussi complète soit-elle, tout juste permet-elle d'éviter des raideurs inutiles, un peu comme on s'étire le matin au réveil pour stimuler le corps. D'autre part, il est nécessaire de disposer de ses pleines capacités physiques pour espérer réaliser une chute sans trop de dommages. Des douleurs chroniques, notamment au niveau de la colonne vertébrale, ou des malformations congénitales peuvent handicaper le pratiquant dans la réalisation de la technique d'UKEMI proprement dite, et ce indépendamment des facteurs psychologiques qui y sont immanquablement associés. De même, les chevilles jouent un rôle fondamental dans la chute puisque le principe de base de l'UKEMI est de réduire au maximum sa hauteur par rapport au sol avant de "tomber". En biomécanique, cette fonction est assurée par les chevilles. La position "assise accroupie" chère au monde oriental et moyen-oriental, ainsi qu'aux cow-boys devant le feu de camp en rase campagne, permet de s'assurer que les chevilles possèdent la souplesse nécessaire. Enfin, la chute est étroitement liée au souffle et il semble difficile de ne pas soutenir que tomber est plus épuisant que projeter. A plus d'un titre, la chute peut s'apparenter à une course de fond et parfois, en raison du rythme imposé par TORI, à une course de vitesse. De fait, le cœur et le système pulmonaire sont grandement sollicités et requièrent une bonne constitution. De surcroît, beaucoup de pratiquants dissocient la chute et la remise sur pieds en position verticale. Ils tombent d'abord et se relèvent ensuite. Ils n'utilisent donc pas la dynamique de leur chute pour se relever, ce qui nécessite plus d'efforts de leur part et contribue à les essouffler davantage. Ainsi, à son corps défendant, si l'on peut dire, l'homme n'est naturellement pas disposé à tomber. Il n'est donc pas étonnant qu'il ait quelques réticences à en faire l'apprentissage. Pourtant, c'est en maîtrisant, autant que faire se peut, sa propre chute, c'est à dire son propre déséquilibre, qu'il parviendra à reconnaître et contrôler cette peur viscérale et à utiliser la loi de la gravitation indispensable à la réalisation de la technique martiale. En effet, comment pourrait-on espérer déséquilibrer un adversaire si l'on n'a pas soi-même expérimenté les lois de l'équilibre sur son propre corps? Or, le principe de base des techniques d'AIKIDO ou de JUDO vise à utiliser la dynamique - l'énergie - d'une attaque pour entraîner l'adversaire dans son propre déséquilibre. L'on pourrait donc dire que l'apprentissage de la chute par UKE est à la recherche d'équilibre ce que l'apprentissage de la technique par TORI est à la recherche du déséquilibre. Ces deux aspects de la pratique semblent donc indissociablement liés, comme le positif et le négatif, le ying et le yang. Et ce n'est qu'à cette condition qu'AIKI pourra se manifester. Il est intéressant de constater, à ce sujet, que par un juste partage des rôles, la moitié du temps passée à la pratique est consacrée à jouer celui d'UKE et que la moitié – environ et dans des conditions idéales - de cette part à faire UKEMI. Or, force est de constater que l'apprentissage du rôle d'UKE se limite bien souvent à la seule chute, au seul UKEMI, c'est à dire "comment tomber sans se faire mal", et se résume à la chute avant, arrière et parfois latérale. Ceci équivaut à limiter l'apprentissage de l'écriture à: "comment tenir son stylo", ou l'apprentissage de la natation à: "comment ne pas boire la tasse". Non pas que ce soit inutile, loin s'en faut, c'est même indispensable mais insuffisant pour écrire ou nager. Les nombreux ouvrages relatifs à l'AIKIDO traitent des chutes de façon par trop laconique et pour la plupart ignorent totalement le rôle d'UKE. Aussi, nous nous permettons d'emprunter à Franck Noël, dans son livre: "AIKIDO: fragments d'un dialogue à deux inconnues" cette approche à la fois diserte et expressive de la chute: "La chute, en AIKIDO, est tout sauf une déchéance. Elle revêt une dimension utilitaire, symbolique, magique, héroïque, rythmique et esthétique à la fois. En tant qu'exploration systématique de tous les modes de contact possibles avec le sol, elle va prendre des formes diverses: roulades, glissades, rebonds, voire aplatissages… Le sol, que nous ne pensions qu'à piétiner sans remords ni d'ailleurs sans plaisir, se pose soudain comme le partenaire de longues conversations, comme l'interlocuteur de négociations serrées, difficiles, dans lesquelles il faut confronter tous les points de vue, tenir compte des exigences et faire des concessions." Aussi, nous encourageons le pratiquant à chuter aussi longtemps que son corps le lui permet et à ne jamais interrompre cette douloureuse, mais ô combien instructive, négociation avec l'élément "terre". Mais le concept d'UKE va au-delà de l'apprentissage de la chute qui n'est, pour UKE comme pour TORI, qu'une part du mouvement, sa fin, son dénouement, son apothéose, comme l'orgasme l'est au coït. Et chacun s'accorde d'ailleurs à penser qu'il en constitue le meilleur moment: pour TORI la satisfaction du résultat obtenu, pour UKE celle de s'être relevé et pour les deux celle de pouvoir recommencer. Mais à ce niveau également, ce moment si exaltant dépendra de la "mise en place", des "préliminaires" en quelque sorte, et pour UKE de sa capacité à tenir, car beaucoup reste des "éjaculateurs précoces". En AIKIDO, il ne peut en effet y avoir de chute sans attaque et ce rôle revient de fait à UKE. Hélas, bien souvent, par peur ou par ignorance, l'attaque est rarement ce qu'elle devrait être et le pratiquant se retrouve aussi gauche dans son attaque qu'un enfant sur un terrain de foot quand il reçoit le ballon qu'il n'a pas demandé: il s'en débarrasse. En AIKIDO, la saisie est le moyen éducatif mis à la disposition du pratiquant pour lui permettre d'apprendre et comprendre physiquement, intellectuellement et émotionnellement les principes qui sous-tendent sa pratique et qui constituent, à proprement parler, l'essence de cet art martial. Physiquement parce qu'il est tenu ou qu'il tient - selon qu'il est TORI ou UKE -, intellectuellement parce qu'il doit reconnaître et ordonner, au travers de cette saisie, les lois et principes à mettre en place pour s'en défaire ou la maintenir, et émotionnellement parce qu'elle représente, en finalité, une attaque censée l'abattre. C'est à ce niveau que se situe la principale ambiguïté de la pratique d'AIKIDO. En effet, la saisie n'est pas une attaque en soi, mais un simulacre d'attaque. Martialement parlant, elle ne saurait, tout au plus, que s'apparenter à une menace dissuasive, voire une tentative de contrôle, ou n'être que le prélude d'une attaque plus définitive, telle un atemi, un coup de boule, ou autres. Cependant, une attaque, quelle qu'elle soit: saisie, coup de poings, de pieds, de bâtons, de couteaux, flèche, balle, missile, est toujours constituée d'une direction, d'une dynamique – force, vitesse ou énergie suivant la conception qu'on en a – et d'une distance. Dans la terminologie martiale, ce concept est appelé MA-AI: l'espace-temps. Qu'on lance un missile ou un coup de poing, l'objectif à atteindre nécessite la mise en oeuvre de ces trois facteurs. Le résultat, bien entendu, dépendra des capacités de destruction de l'arme utilisée. Mais, curieusement, plus elle sera destructrice, plus ses effets seront difficilement contrôlables. Bien souvent, les moyens mis en œuvre sont disproportionnés par rapport à l'objectif à atteindre. Ce constat s'applique aussi bien à la dernière guerre en Irak, qui a laissé l'impression "d'un éléphant pour écraser une souris", qu'à une coupe au sabre ou la saisie d'un poignet. Il paraît donc indispensable, pour tenter de comprendre le rôle d'UKE à ce niveau, de ne pas envisager la saisie comme une attaque au sens réel du terme, mais plutôt comme ce que l'esquisse est au peintre, l'épure à l'architecte, la trame au tisserand. Elle est le schéma, le linéament, l'ébauche avec lequel l'artisan-pratiquant pourra, à l'aide des outils que l'AIKIDO met à sa disposition, travailler et donner forme au mouvement, l'améliorer, l'ajuster sans cesse. Plus l'ébauche sera grossière, plus ardue sera la tâche de TORI pour parvenir au produit fini. A contrario, plus l'ébauche s'en rapprochera, plus le travail de TORI s'en trouvera facilité, meilleure et plus rapide sera sa compréhension du mouvement juste et de son exécution. Que l'on se rassure cependant, la didactique de l'AIKIDO comporte dans son curriculum des attaques qui tentent de se rapprocher, autant que faire se peut, de la réalité, savoir: shomen, yokomen, tsuki et les attaques avec armes, pour les plus courants. Mais également à ce niveau, il existe un monde entre une attaque sur le tatami et une attaque "réelle", c'est à dire une attaque qui menace réellement notre vie et qui laisse entrevoir sa possible fin. Personne ne souhaite, d'ailleurs, vivre une telle expérience, à moins d'avoir un tempérament suicidaire. Il est ridicule, quelque part, de croire le contraire, tant au niveau d'UKE que de TORI. Personne ne vient dans le dojo pour tuer quiconque, même si la pratique impose d'y croire. N'en déplaise aux nostalgiques, il n'existe aucune tolérance de perte dans un dojo, comme cela a pu exister dans les RYU à une époque où il s'agissait d'apprendre le métier des armes. Dans le cas contraire, son auteur serait traduit devant les tribunaux et inculpé d'homicide volontaire ou involontaire. Il pourra toujours plaider qu'il pratique les arts martiaux et convaincre les jurés que cette étude comporte une part de risques! Pour clore ce chapitre sur l'attaque en AIKIDO, ce qu'elle n'est pas mais ce qu'elle représente, nous nous permettons une nouvelle fois d'emprunter à Franck Noël une citation de son livre : "Elle (l'attaque) est un des termes du dialogue par lequel l'AIKIDO engage ses adeptes à communiquer; il leur incombe de l'élaborer en même temps qu'ils l'utilisent. Comme dans toute rhétorique véritable, les questions sollicitent des réponses, mais ces éléments de réponses amènent les questions à préciser. Pertinence des unes et adéquation des autres sortiront renforcées de cet échange." Avant d'envisager quelques suggestions utiles et pratiques pour améliorer notre compréhension du rôle d'UKE, il n'est pas inutile de dégager les quelques idées développées jusqu'à présent: De son choix d'avoir adopté la position verticale au cours de son évolution, l'homme n'est pas prédisposé à faire l'apprentissage de sa propre chute en raison des facteurs psychophysiologiques qui y sont, consciemment ou inconsciemment, rattachés et notamment la perte d'équilibre. L'apprentissage de la chute permet d'entrer dans des peurs viscérales liées à notre nature humaine et de former physiologiquement le corps nécessaire à l'exécution des techniques d'AIKIDO. La chute, même "maîtrisée", reste douloureuse et éprouvante. UKE ne se limite pas au seul UKEMI. Il est à la recherche d'équilibre ce que l'apprentissage de la technique par TORI est au déséquilibre. La saisie n'est pas une attaque au sens réel. Elle est son ébauche. Elle est le moyen éducatif mis à la disposition du pratiquant (UKE et TORI) pour lui permettre d'apprendre et comprendre physiquement, intellectuellement et émotionnellement les principes qui sous-tendent sa pratique. Dans le cadre du dojo, une attaque n'est pas portée dans le but d'attenter à la vie de TORI ou de lui nuire, même si la pratique impose d'y croire. La question reste donc de savoir comment UKE doit se comporter pour remplir son rôle. Mais peut-être conviendrait-il, dans un premier temps, de préciser quel est ce rôle? A plus d'un titre, UKE doit se comporter comme un père avec son enfant. C'est d'ailleurs la principale raison pour laquelle ce rôle devrait être joué par un avancé, c'est à dire un pratiquant parvenu à maturité. C'est une situation avérée dans les BUDO classiques qui utilisent des armes. En effet, on ne manipule pas une arme, même en bois, comme une saisie ou une main. Dans la plupart des traditions orientales, la vie humaine se déroule par période de 7 ans. Un dicton japonais recommande d'ailleurs: "Jusqu'à 7 ans, sert ton enfant comme un prince, après sert-en comme d'un esclave.". Ceux qui ont la chance d'avoir éduqué leur(s) enfant(s) comprendront facilement de quoi il s'agit. Durant le difficile passage de la position assise à la position verticale, l'enfant a besoin de ses parents. C'est donc leur rôle de l'assister tout au long de cet apprentissage. Dans un premier temps, ils l'aident à se tenir debout en lui tendant des bras accueillants pour l'inciter à se lever et le rassurer, prennent garde à réduire ses chutes au maximum ou pour le moins s'assurent qu'il ne risque pas de se faire mal ou "trop" mal, car ils savent que les chutes et les bosses gardent une valeur éducative. Puis, quand il parvient fébrilement à se tenir debout, en s'agrippant à eux ou aux meubles, ils l'aident patiemment à faire ses premiers pas en lui prêtant leurs doigts, s'harmonisent à son rythme, calquent leurs pas sur les siens, en un mot consacrent le temps nécessaire au bon déroulement de cette expérience unique dans les meilleures conditions possibles. Ensuite, quand il s'aventure à abandonner cette protection rassurante en lâchant une main, puis l'autre, pour se lancer seul sur ses deux jambes de ses pas hésitants et instables, ils l'accompagnent, prêts à intervenir au moindre déséquilibre, à le soutenir en cas de défaillance et ne manquent jamais de l'encourager par des paroles réconfortantes. Enfin, il marche. Puis il court, il saute des marches, une, puis deux. Après viennent les patins à roulettes, le vélo, le foot et tant d'autres choses que les parents ne manqueront pas de s'enthousiasmer à lui montrer, et ce durant sept années. Mais que sont, au juste, 7 années de la vie d'un AIKIDO-KA? A ce niveau également subsiste une certaine ambiguïté. Sept années à raison de deux cours de deux heures par semaine sont une chose, sept années à raison d'un cours de deux heures par jour une autre chose. Dans le premier cas, elles représentent environ 1450 heures, dans le second plus de 5000 heures, soit 3 fois plus. En matière d'aéronautique, par exemple, seul est pris en compte le nombre d'heures de vol pour déterminer les aptitudes d'un pilote. En AIKIDO, cette imprécision est à l'origine de multiples méprises sur la qualité, les aptitudes et la valeur des uns et des autres. En général, les pratiquants mettent plus volontiers en avant leur nombre d'années de pratique et restent discret sur leurs heures de vol. Mais peut-on normaliser cette situation? La meilleure formule consisterait à se calquer sur la pratique des UCHI-DESHI de O'SENSEI. Lorsque Maître TAMURA est arrivé en France, il avait environ 12 années d'ancienneté…, mais combien d'heures de pratique? La seule raison pour laquelle nous mettons cette ambiguïté en évidence est de permettre au pratiquant de réaliser que les 7 premières années de la vie d'un aïkido-ka sont à mesurer en heures plus qu'en années de pratique et ainsi comprendre que la première enfance peut durer beaucoup plus longtemps pour une grande majorité de pratiquants. Autrement dit, UKE devra conserver à leur égard les mêmes prédispositions qu'un père pour son enfant. Dans l'échelle de mesure proposée ci-dessus, la fin de la première période de 7 années pourrait correspondre au grade de YONDAN, censé sanctionner la fin de l'apprentissage de la technique. Le pratiquant parvenu à ce stade en a fait le tour - en long, en large et en travers -, il est rompu à toutes ses spécificités, comme le pianiste possède la technicité des 10 doigts et du pédalier de son piano. Il est capable de jouer sans difficulté les grandes pièces du répertoire. Il peut désormais commencer à interpréter la musique, mais il ne possède pas encore SA musique. Dès lors, à quoi bon tenir dur ou fort, à quoi bon tester quand le partenaire ne sait pas encore marcher seul? Que penserions-nous d'un père qui considérerait que son enfant sait marcher à partir du moment où il se tient debout, qui déciderait donc de ne pas lui offrir ses doigts mais lui saisirait la main, lui imposerait son rythme, ses enjambées, le réprimandait s'il ne suit pas? Il est fort à parier que cet enfant ne devienne un attardé. En reprenant le parallèle entre le pratiquant d'AIKIDO et l'enfant durant les 7 premières années de sa vie, on pourrait considérer que la position debout correspond à l'apprentissage de l'UKEMI et la marche à celui de la technique, aussi bien en tant que TORI qu'UKE puisque, comme nous l'avons vu, ces deux aspects sont indissociables de la pratique. Une autre incompréhension du rôle d'UKE réside dans le fait que, dans la plupart des cas, UKE ne sait pas plus marcher que TORI, ou à peine mieux, voire moins. En revanche et paradoxalement, du fait qu'il lui appartient d'attaquer, il a loisir de fausser le jeu en n'offrant pas à TORI la saisie dont il a besoin pour comprendre et réaliser la technique. On a trop disserté à propos de la "complaisance" d'UKE. Beaucoup, trop nombreux, considère en effet qu'ils n'ont pas de raisons de chuter si le mouvement exécuté ne les y oblige pas, ne les y entraîne pas. Ils sont ce qu'on pourrait appeler les absolutistes, les: "Christ, puisque tu es Christ, descends donc de ta croix!", ou autrement dit "Puisque tu dois me faire chuter, montre-moi que tu en es capable!". Si l'on veut bien considérer, pour les besoins de la démonstration, que ce comportement soit dicté par des soucis d'ordre pédagogique, il peut sembler utopique d'attendre de la part d'un pratiquant qui ne sait pas encore marcher seul, ou à peine, qu'il réalise un mouvement imparable, ou gagne les 100 mètres aux jeux olympiques! Il n'est pas moins présomptueux d'exiger que TORI marche quand on se tient à peine debout soi-même. Bien souvent, cette attitude n'est dictée que par le souci de se ménager car, comme nous l'avons vu, la chute, même "maîtrisée", reste pénible et douloureuse. Aussi, sous prétexte de ne pas être complaisant avec TORI, on finit par être complaisant envers soi-même. Dans bien des cas, malheureusement, il s'agit plus d'une manifestation de l'ego que d'une véritable vocation pédagogique, dans ce sens où contrarier la réalisation de la technique permet de se rassurer sur sa propre incapacité à la réaliser soi-même. Ils pensent: "Je n'y parviens pas, mais il n'y parvient pas non plus!… et je ne fais rien qui puisse lui permettre d'y parvenir.". Ce comportement, quelque peu stérile, empoisonne littéralement la pratique sur les tatamis. En effet, il s'apparente à une ingérence du rôle d'UKE sur celui de TORI: c'est exiger de lui qu'il fasse correctement sa part de travail pour accepter de faire la sienne. Or, il entre dans le rôle et la fonction d'UKE de faire le premier pas en créant les conditions favorables, en proposant l'ébauche la plus affinée. En effet, pour aider son enfant à marcher, on ne lui fait pas traverser un champ de mines, on ne sème pas d'obstacles son parcours, on ne leste pas ses pieds avec des chaussures en plomb. Bien au contraire, on dégage le terrain, on éloigne les obstacles et on lui enfile des chaussures adaptées à la marche. Par ailleurs et de surcroît, ils se privent eux-mêmes de la part de pratique dont leur corps a besoin pour se former: refuser de tomber est une chute définitivement perdue. N'est-ce pas en forgeant que l'on devient forgeron? Dès lors, il appartient à UKE de faire consciencieusement son travail et à TORI le sien, indépendamment mais ensemble. Cette notion s'appelle: AWASE. En y regardant de plus près, cette dernière proposition peut paraître foncièrement égoïste. Elle l'est effectivement. "Connais-toi toi-même et tu connaîtras les autres." pourrait donc se traduire en termes de pratique AIKIDO: "Connais la chute et tu connaîtras le mouvement". Il importe donc peu pour UKE, quelque part, que TORI parvienne ou non à réaliser la technique juste, pourvu que son embryon de mouvement lui permette de chuter et d'apprendre à son corps les lois de l'équilibre et du déséquilibre. Les pratiquants qui comptent un certain nombre d'années d'expérience savent combien il est difficile de réaliser une technique sur un débutant qui n'a que quelques heures de pratique. A contrario, il n'est pas moins difficile et instructif de parvenir à chuter, c'est à dire à faire en sorte que la technique s'approche au plus près de ce qu'elle devrait être, avec quelqu'un qui ne possède pas encore toutes les clés lui permettant de la réaliser correctement. Mais toutes ces digressions ne disent pas ce que doit être une saisie. Tout au plus, les quelques idées développées ci-dessus ont-elles permis de mieux cerner quel devrait être le rôle d'UKE. Une saisie doit-elle être dure, molle, puissante, forte, solide, souple, rapide, énergique, passive? En fait, la question n'est pas là. Si l'enseignant demande un travail KOTAI, elle sera puissante et solide. S'il demande JUTAI, elle sera souple et énergique. Dans tous les cas et durant toutes les tentatives de TORI pour réaliser la technique, UKE doit, autant que faire se peut - à l'impossible nul n'est "tenu" - et dans les limites de la biomécanique s'entend, maintenir sa saisie et ne pas contrarier le mouvement, même s'il n'est pas "juste", pour ne lâcher qu'au moment où il est entraîné dans sa chute et finalement se relever. Si TORI travaille avec ses bras, UKE reproduit son mouvement avec les siens. S'il pousse, il recule; s'il tire, il avance, etc… UKE doit, en quelque sorte, devenir le miroir de TORI, devenir ce que la photo est au négatif: son révélateur. Idéalement, il doit reproduire le résultat et les effets réels du mouvement de TORI, un peu comme le sketch des 2 clowns avec le miroir cassé. Ce n'est qu'ainsi que TORI parviendra à voir et comprendre ce qu'il fait et qu'UKE développera la souplesse du corps et de l'esprit indispensable à la compréhension des principes de l'AIKIDO. Ces quelques suggestions n'ont pas la prétention d'épuiser le sujet, ni d'apporter de solutions miracles. Le rôle d'UKE s'expérimente et s'affine sur le tatami avant tout. Notre souhait est qu'elles apportent une contribution, un éclairage à cet autre aspect de la pratique, trop souvent déconsidéré. Cet article est une tentative d'engager les pratiquants à communiquer et élaborer ensemble ce dialogue à deux inconnus : FAIRE DE DEUX: UN. Pour y parvenir, il est indispensable de connaître et posséder le rôle de chacun d'eux. Pour conclure, nous rappellerons qu'UKE dérive du verbe UKERU qui signifie: RECEVOIR. Mais pour recevoir, il faut donner. UKE, par sa saisie, son attaque, doit faire le don de son énergie, son corps, sa compréhension, sa disponibilité, son expérience (aussi infime soit-elle), sa sensibilité et met symboliquement sa vie entre les mains de TORI pour lui permettre de réaliser AIKI, l'UNITÉ. Mais le pratiquant ne pourra espérer atteindre le TAO que s'il accepte d'explorer ces 2 éléments indissociables de la pratique: TORI et UKE, qui composent et constituent la technique de l'AIKIDO. Daniel Leclerc

Martial Arts Techniques

21/02/2009

jaff RAJI at the kobudo taikai japan feb 8th 2009

une corespandonce de Jaff à ses amis et ses élèves :



Bonjour à tous,

Comme vous le savez je suis bien rentré du Japon. Déjà les conversations avec vous lors des cours et rencontres me permettent de vous résumer et de vous livrer mes impressions et mon expérience à la source des BUDO. Il est plus facile de le faire de vive voix et de répondre à vos questions personnelles et pertinentes. N’hésitez pas.

Ce fut une quinzaine hyper intense et profonde dans l’étude de l’école Muso jikiden eishin ryu IAIJUTSU sous la direction du 21éme Soke SEKIGUCHI KOMEI héritier de ce style qui trouve son origine il y a près de 5 siècles. L’entraînement quotidien fut de 11h par jour, donc pas de perte de temps ni de temps de repos réel et approprié à l’effort quotidien. Encore, pour ma part, une belle expérience de travail et d’approfondissement dans le monde du BUDO auprès d’un maître authentique. L e clou de la première semaine , le 8 février, était comme prévu le fameux festival des arts martiaux traditionnels : le KOBUDO TAIKAI qui se tient tous les deux ans au légendaire BUDOKAN de Tokyo et lors duquel, 40 Ryu Ha ( écoles anciennes) sélectionnées sur plus de 400 se mettent en valeur pour assurer aussi leur pérennité. Comme convenu j’y ai pris part avec un groupe représentatif de l’école et international. Un moment mémorable puisque très peu d’étrangers y ont accès et pour cause : les Ryu Ha sont patrimoines culturels japonais. La deuxième semaine fut encore plus intense puisque nous n’étions vraiment plus que deux stagiaires étrangers, un australien et moi-même. Lors de certaines séances nous étions accompagnés des élèves féminines les plus dévouées de Sekiguchi sensei, la plus jeune âgée de 57 ans et la plus âgée de près de 80 ans. Ce sont aussi des femmes remarquables par leur présence et leur capacité de travail sans complaisance. Ce ne fut que plus intense et Maître Sekiguchi plus précis et plus exigeant sur notre travail. Pas un moment de répit ni de compassion de la part de Sekiguchi Sensei. Que pouvions nous espérer de mieux mon nouveau frère d’armes et moi-même. Nous sommes arrivés chaque jour au bord de l’épuisement et le bain nocturne après 22h00 était bien accueilli par nos corps douloureux et pour mieux assumer le réveil du jour suivant dès 4H00 du matin. Pour moi c’était aussi la meilleure manière pour définitivement faire pénétrer dans mes cellules ce style exigeant et authentique. Je peux dorénavant commencer a le transmettre à mon tour avec plus de confiance.

Maitre Sekiguchi avant de nous quitter et lors d’une petite cérémonie simple et à huis clos, avec comme assistant mon nouvel ami australien Robert Sedyunari, m’a délivré le certificat INKEN ou MENKYO de son école. Autorisation officielle pour transmettre son Ryu à qui que ce soit et n’importe ou. Un petit moment d’émotion.

Voilà en quelques mots ma petite expérience à la source du BUDO Japonais.

Bien à vous tous,
Jaff

 

JAFFh.jpg

19/11/2008

Iaido , Muso shinden ryu

INITIATION à L'IAIDO avec Farouk Benouali:

Pour plus d'informations:

ctaikido2@yahoo.fr

Gsm:+20.025.535

farou iai 5.jpg

 

Concernant l'IAIDO Le terme Iaido date du début des années 30 et fut rendu populaire par NAKAYAMA HAKUDO SENSEI (1869-1958) considéré aussi comme à l’origine de l’école MUSO SHINDEN RYU. L’histoire de l’art de dégainer le sabre remonte à l’après quatorzième siècle, époque pendant laquelle des maîtres comme IZASA IEANO, fondateur de l’école TENSHIN SHODEN KATORI SHINTO RYU et ses disciples pratiquaient l’art guerrier du Iai-jutsu utilisant le Katana, sabre long japonais qui se portait à la ceinture, tranchant vers le haut. Mais on s’accorde à considérer que c’est JINSUKE SHINEGOBU (1546-1621 ?) ou plus précisément HAYASHIZAKI JINSUKE SHINEGOBU qui est à l’origine du Iaido et des écoles de sabre qui au cours du temps ont abouti à l’école MUSO SHINDEN RYU.
Peu de choses sont connues sur JINSUKE SHINEGOBU. Il est né dans la province de SAGAMI vers le milieu du seizième siècle, à une époque où les guerres étaient incessantes. Il se peut que dans cette atmosphère, il eut un intérêt précoce et compréhensible pour les arts de combat.
On raconte que lorsqu’il avait environ vingt cinq ans, il traversa le village d’OKURA, et alla prier la divinité HAYASHI MYOJIN au temple HAYASHIZAKI. Il eut une inspiration divine qui lui permit de concevoir sa propre vision de l’art de dégainer le sabre. On dit que c’est à partir de ce moment qu’il se nomma lui-même HAYASHIZAKI.Il est plus probable que ce soit au cours de son séjour à BUSHU (actuellement la préfecture de SAITAMA) que JINSUKE SHINEGOBU élabora son style personnel basé sur la théorie chinoise du Yin et du Yang (In et Yo en japonais) qu’il dénomma initialement SHIMEI MUSO RYU BATTO JUTSU, mais ses élèves et disciples rebaptisèrent son école SHIN MUSO HAYASHIZAKI RYU. Les deux noms suggèrent que l’école n’a pu exister qu’à travers une vision divine reçue dans un rêve.
La trace de JINSUKE SHINEGOBU se perd petit à petit lors de son deuxième tour du Japon.Au vingtième siècle, un temple fut construit en sa mémoire.Les différents SOKE (responsable en titre de l’école) diffusèrent l’enseignement de l’école originelle et parfois créèrent leurs propres écoles.

DSC00137.JPG

Après le décès du onzième SOKE, l’école se sépara en deux branches, la branche SHIMOMURA à l’origine de l’école MUSO SHINDEN RYU, et la branche TANIMURA à l’origine de l’école MUSO JIKIDEN EISHIN RYU.C’est le seizième SOKE de la branche SHIMOMURA, NAKAYAMA HAKUDO qui jeta les bases du Iaido moderne et de l’école qu’il nomma MUSO SHINDEN RYU moins connue sous le nom de NAKAYAMA RYU. Le Iaido moderne est un art martial basé sur un code d’éthique très strict et le contrôle de son corps dans un esprit de non agressivité. Le terme Iaido fait penser à l’harmonie entre l’homme et son environnement. On a l’habitude de dire que le Iaido n’est pas l’art de couper un adversaire qui n’existe pas, mais bien de lutter contre son égo afin d’atteindre la perfection du geste.L’école MUSO SHINDEN RYU comporte des techniques pratiquées seul et des techniques pratiquées à deux, les premières étant les plus enseignées.Celles ci consistent en trois séries : SHODEN dont l’origine est l’école OMORI RYU, CHUDEN dont l’origine est l’école EISHIN RYU et OKUDEN qui est la série la plus ancienne traditionnellement réservée aux pratiquants confirmés.

La série SHODEN se compose de douze mouvements, onze pratiqués à genoux (Seiza) et un pratiqué debout (Tatchi Waza) :SHOHATTO ,SATO, UTO ,ATARITO ,INYOSHINTAI ,RYUTO ,JUNTO ,GYAKUTO ,SEICHUTO ,KORANTO (Tatchi Waza) ,GYAKUTE INYOSHINTAI & BATTO



 

 

Kenjutsu - Iaïjutsu - Iaïdo

L'art du sabre japonais est divisé en deux pratiques principales le Ken-Jutsu et le Iaï-Jutsu:

  • Le Ken-Jutsu est l'art de manier le sabre lorsqu'il est déjà retiré du fourreau. C'est à proprement parler l'art du sabre. Cette pratique était considérée comme la plus importante, aussi, le Bushi y concentrait-il l'essentiel de son attention et de son effort. Le Ken-Jutsu, selon la mode de l'époque ou les conceptions philosophiques et politiques inhérentes à certains écoles, prit différents noms au cours de son histoire: Heiho, Kenpo, Toho, Gekken, Hyoho, Tojutsu, Tachiuchi, Hyodo, etc. Cependant, le plus couramment, on applique à l'art du sabre classique le nom de Ken-Jutsu.
  • Le Iaï-Jutsu est l'art de dégainer et couper d'un seul geste. Grâce à la rapidité avec laquelle il permettait de porter une attaque, le Iaï-Jutsu réussit à occuper une place importante de l'escrime bien que secondaire par rapport au Ken-Jutsu. On s'accorde à penser aujourd'hui que le développement du Iaï ou Batto-Jutsu est à mettre au compte de Hayashizaki Jinsuke Shigenobu, mais le fait qu'il ait vécu entre la fin du 16e siècle et le début du 17e incite à émettre quelques doutes. Comment peut-on supposer en effet qu'un tel avantage technique naisse si tardivement?

 

DSC00178.JPG

Il semble plus vraisemblable de penser que le Iaï existait avant que Jinsuke Shigenobu ne le développe, et ce depuis des temps indéterminés, en conjonction avec les différentes écoles de Ken-Jutsu. Mais Jinsuke Shigenobu rénova la façon de considérer le Iaï et c'est grâce à ses efforts que l'art du dégainage rapide se répandit à travers le Japon. Le Iaï-Jutsu prit aussi différents noms au cours de son histoire: Batto-Jutsu, Tachiuchi, Batto-Ho et, de nos jours, Iaïdo.

 

Le Iaïdo : de l'art de tuer à l'art de vivre

Ce n'est qu'au 20e siècle que l'on commença à utiliser le terme "Iaïdo" et que cet art fut considéré comme une discipline spécifique au sein des autres Budo. Jusqu'alors les termes les plus couramment utilisés étaient Iaïjutsu ou Batto-Jutsu. La différence est essentielle: en Iaïjutsu prime l'efficacité combative; en Iaïdo c'est le développement spirituel et moral qui prend une place prépondérante.

Dans son ouvrage sur le Tenshin Shoden Katori Shinto Ryu, Otake Risuke donne du Iaïjutsu la définition suivante: "C'est un art avec lequel on tue un ennemi". Beaucoup de pratiquants ignorent aujourd'hui cette origine et se contentent d'exécuter des "figures" esthétiques mais trop souvent vides ou, le cas échéant, se donnent l'illusion de reproduire les techniques mêmes utilisées par le Bushi d'autrefois ("syndrome du petit samouraï"). Une  expérience et une compréhension insuffisantes sont à l'origine de ces deux attitudes.

En effet, le Budo envisagé comme "discipline" spirituelle, possédant par-là même des "fins plus élevées" que le Bu-Jutsu, et tolérant - voire encourageant - une certaine inaptitude pratique, est le résultat non seulement d'une compréhension insuffisante, mais peut-être même d'une simple ignorance intentionnellement dissimulée tant par le pratiquant que par l'enseignant. Il n'y a ni contradiction ni opposition entre Jutsu et Do.

Ceux qui créèrent le Iaïdo pensaient que le sabre et l'art de le tirer pouvaient être à l'origine d'un développement spirituel de l'homme. C'est ainsi que la conception de Seishin Tanren ("la forge de l'esprit") introduit une situation où les méthodes techniques nécessaires à l'éveil spirituel de l'individu ne sont pas toujours totalement identiques à celles dictées par le besoin d'efficacité combative. Le pratiquant de Iaïdo doit donc réunir en lui, à travers une compréhension juste, deux aspects apparemment contradictoires de cet art: moyen pour éliminer l'adversaire, moyen au service d'un éveil spirituel. La conception originelle de cette discipline ne saurait être ignorée sous prétexte de croire que la voie vers l'éveil spirituel semble opposée aux techniques brutales nécessaires pour éliminer un adversaire réel.

 

Photo du Stage Iaido

stage iaido dernier jour.JPG


le 2ème stage d'

Iaido ,Muso shinden ryu

est prevu
pour le 1 et le 2 mai 2010

visitez aussi le nouveau site

24/10/2008

Aikido in Everyday Life



The modern martial art from Japan called Aikido is often referred to as the “art of peace” because it espouses a quick peaceful end to any form of aggression. In the practice place of Aikido, usually called dojo, students will be able to learn about flexibility and adaptation. Both of these are results of a relaxed manner that Aikido students strive to embody.

The reason why being relaxed and calm is taught in Aikido practice is because at the heart of its principles of spirituality and philosophy, Aikido masters and instructors believe that the ki or ch’i or energy can only truly flow in its complete potential energy when one is relaxed. It is in this relaxed state that ki flows freely and smoothly. This philosophy that ki is a force that is very strong and fundamental.

It is believed to be superior to muscle and physical strength, which sometimes hinders the ki. In fact, in Aikido, instead of muscle and strength building, flexibility and endurance is part of the Aikido martial art training. Now, it said that to be able to truly harness the power of the ki, it must be allowed to flow. It can only flow properly within us when we are in a relaxed state. The relaxed state cannot be built like muscles through exercise. A spiritual journey must be taken upon by an Aikido student to be able to achieve the state of calm and peace that is vital in combat.

In constant defense and fear, we tend to be too busy to concentrate and are easily distracted. Aikido stresses this fact and so it teaches its students to remain calm in the face of an assault. Remaining calm puts an advantage over the assailant because you will not be caught of guard and unaware and therefore will not be toppled over or thrown. More advanced techniques teach students not only to fall properly, but also to be able to rebound and plant a counter attack as one rises from a fall.

Beyond combat and the dojo however, Aikido masters and instructors cultivate the development of spirituality and character within Aikido students so that they can apply Aikido principles everyday in life. True understanding of Aikido simultaneously promotes better performance in practice combats as well as in performance in everyday life.

Aikido everyday in life is akin to having an unshakable peace and calm that enables you to have the strength needed to withstand even the toughest of life’s challenges. Remember that Aikido teaches students about flexibility, adaptability, calm and clarity. All these are useful tools in dealing with life, so say Aikido practitioners.

Some Aikido martial artists tend to relate Aikido combat principles to everyday life like work, play and personal relationships. This results in a true oneness in the practice of Aikido everyday in life. In Aikido training, there is such a thing as uke and nage. One cannot exist without the other. Uke makes an assault on nage and consequently is the receiver of the Aikido technique which nage uses to neutralize uke’s attack energy with. In training using uke and nage, one will be able to get better in Aikido techniques by learning from each other and gaining each others strengths and battling each others weaknesses together.

If this is something that you want to cultivate in your life then Aikido everyday in life is something that you might want to take up and learn.

HISTORY OF AIKIDO IN THE UNITED STATES

The task of documenting the history of aikido in the United States is a formidable one. The most obvious reason for this is the sheer physical size of the country and the almost total lack of communication among early practitioners from different areas. Also, a considerable number of American servicemen studied aikido while stationed in Japan and, on their return, taught the art in the U. S. In many cases, their activities were on a small scale and this, coupled with the fact that some have since died or abandoned their practice, has made it difficult to record their contributions.

Koichi TOHEI is considered the first to have introduced aikido to the U. S. when he traveled to Hawaii in February 1953 at the invitation of the Hawaii Nishi Kai. Tohei, at that time representing the AIKIKAI HOMBU, established numerous schools on the islands during his one-year stay. He also made a brief trip to California in May where he demonstrated aikido at an AAU-sponsored judo event in San Jose. In June of the same year, Kenji TOMIKI and a group of high-ranking judo instructors also visited the continental U. S. at the invitation of the U. S. Air Force. Some aikido techniques were shown during the seminars and demonstrations conducted on this tour. Thereafter, the Strategic Air Command sent groups of martial artists to Japan annually to study aikido, karate-do, judo, kendo, and TAIHO-JUTSU. Tohei made subsequent trips to Hawaii in 1955, 1959 and 1961, each time staying for extended periods. The 1961 trip was especially memorable because Tohei accompanied aikido founder Morihei UESHIBA on his first and only trip to Hawaii. Some of Tohei's senior Hawaiian students such as Isao TAKAHASHI, Ben Sekishiro, Tokuji Hirata, Clem Yoshida, Roderick KOBAYASHI and others relocated to California in the late 1950s and early 1960s when the Aikikai began to establish firm roots on the mainland.

As mentioned above, an early source of aikido instructors was returning servicemen who had practiced in Japan. One of these, Eugene COMBS, who had studied YOSHINKAN AIKIDO at Camp Drake near Tokyo, set up what may have been the first commercial aikido dojo in the Continental U. S. in 1956. Combs' school was located in Lawndale, California and he produced several instructors who helped pioneer Yoshinkan Aikido in Southern California. Among them were Tom CORZINE, Virgil CRANK, John Rudy Bowen and Richard TAYLOR. Crank, in turn, opened up a dojo in Lomita, California and among those who trained there were Mits Yamashita, Victor Kato, Walter Foster and Stanley PRANIN. Some of the first Japanese teachers of Yoshinkan Aikido in the U. S. were Yukio Noguchi, who was based in Hawaii from the late 1950s, and Takeshi KIMEDA, who later settled in Toronto, Canada in the mid-1960s. An early instructor of TOMIKI AIKIDO named Jack Mumpower set up a club in Charlotte, North Carolina in 1960 after having trained under Kenji TOMIKI at Waseda University.

The first full-time instructor dispatched by the Aikikai was Yoshimitsu YAMADA who arrived in New York in 1964. Yamada was and continues to be the leading figure in the Aikikai organization in the Eastern U. S. DOSHU Kisshomaru UESHIBA made his first U. S. tour in 1964 and this stimulated increased interest in the art. Yamada was followed in 1966 by Mitsunari KANAI who began instructing in Boston, Massachusetts. Another Aikikai instructor, Shuji MARUYAMA, also moved to the U. S. in 1966 and eventually settled in Philadelphia, Pennsylvania. Later in March 1972, Akira TOHEI was sent to Chicago to replace Isao Takahashi who had recently died. Tohei is the major Aikikai figure today in the Midwestern U. S.

Early Japanese teachers of Tomiki Aikido include Tatsuya Kibushi who was in New York City for two years beginning 1966, and Seiji TANAKA who opened a dojo in Denver, Colorado in 1969. Another major teacher of Tomiki Aikido, Riki KOGURE, spent about six years in Houston, Texas starting around 1970. He taught at the judo school of Karl GEIS and also trained Tony SEREDA in Chicago.

Throughout the 1960s and early 1970s, many Aikikai-affiliated schools, particularly in the Western U. S. , were strongly influenced by Koichi Tohei. His teaching methodology, which emphasized the principle of KI, was widely adopted as a result of his extensive travels and the popularity of his books on aikido. However, a major change occurred in April 1974 when he announced his impending resignation from the headquarters dojo to become official on 1 May. Tohei called a meeting in Los Angeles with representatives from some 50 California dojos and requested that all aikido dojos declare their loyalty either to him or the Aikikai Hombu. This produced a schism among aikido practitioners in America who were forced to choose between the two sides, and the effects of this crisis lingered for many years.

Yoshinkan Aikido received a boost in 1974 with the arrival to the U. S. of Takashi KUSHIDA who settled in Michigan. He established a network of more than 50 schools centered in the Michigan-Illinois-Minnesota area known as AIKIDO YOSHINKAI ASSOCIATION OF NORTH AMERICA. Kushida's political status has recently become unclear after the Yoshinkan Aikido Hombu Dojo severed relations with him in August 1990. This came about as a result of events concerning the creation of the INTERNATIONAL YOSHINKAI AIKIDO FEDERATION which Kushida opposed.

In 1975, one of the leading Aikikai Hombu instructors, Mitsugi SAOTOME, resigned his teaching post and moved to Florida where he taught in a private capacity. Saotome, who later relocated to Washington, D. C. , was not welcomed into the UNITED STATES AIKIDO FEDERATION and subsequently formed his own organization called AIKIDO SCHOOLS OF UESHIBA. After operating independently for many years, Saotome's organization was recognized in 1988 by the Aikikai which now registers its dan rankings. This group includes some 40 dojos at the present time.

The mid-1970s also saw the arrival in America of two leading instructors of SHINSHIN TOITSU AIKIDO who had remained loyal to Tohei after his departure from the Aikikai. Shizuo IMAIZUMI settled in New York City and Fumio TOYODA began teaching in Chicago, Illinois. Both instructors have since withdrawn from Tohei's organization. Over the years Toyoda built up a national organization called the AIKIDO ASSOCIATION OF AMERICA which claims 70 member dojos in the U. S. , Europe and Japan. Imaizumi also created his own group in 1989 called the SHIN BUDO KAI which is headquartered at his New York Ki Society dojo.

The creation of the INTERNATIONAL AIKIDO FEDERATION by the Aikikai in 1976 had strong political repercussions in the U. S. Plans to inaugurate the new worldwide organization met with some resistance and various U. S. dojos chose not to participate in the new UNITED STATES AIKIDO FEDERATION or join only provisionally. The U. S. was subsequently divided into four regions: the Eastern, Midwestern, and Western regions and Hawaii. These regional organizations were to be subordinate to the USAF, which would in turn handle communications and send rankings to Japan. Most dojos in the Western region, in particular, continued to conduct their affairs in a rather independent manner and refused to submit to central control. In the late 1970s, the AIKIDO ASSOCIATION OF NORTHERN CALIFORNIA established an indirect channel to the Aikikai through Morihei SAITO for purposes of ranking. It later forged a direct link with the Aikikai as did another group of dojos in Southern California. The two independent groups combined account for some 70 schools.

Kazuo CHIBA, who had previously taught in the U. K. , relocated to San Diego, California in 1981 at the invitation of the USAF. Seiichi SUGANO joined Yamada at the New York Aikikai to share teaching duties in 1987. As recently as 1989, another Aikikai Shihan, 6th dan Ichiro SHIBATA, left his teaching post at the Aikikai Hombu to become the chief instructor of Aikido of Berkeley, in Northern California. Shibata works in close collaboration with Chiba, and the two often instruct at seminars together.

Although estimates as to the total number of aikido schools in the U. S. vary greatly, a range of 700 to 1,000 appears to be a reasonable guess. The USAF is the largest aikido organization in America with some 110 member dojos. The four regions now operate more or less autonomously. The Eastern region under Yamada and Kanai has some 73 dojos and has conducted a well-attended summer camp in New England for many years. Akira Tohei and Chiba oversee the Midwestern and Western regions, respectively, which include about 20 dojos each. Hawaii has a number of dojos connected to the Aikikai, but is unstable politically. Various other organizations such as Aikido Schools of Ueshiba and the Aikido Association of Northern California maintain independent affiliations with the Aikikai in Tokyo.

There are still many dojos in Tohei's KI SOCIETY network, although it was greatly weakened by the defections of Rod Kobayashi, Imaizumi and Toyoda. Shuji Maruyama also left Tohei's organization, but returned to Japan in the early 1980s. Yoshinkan Aikido is currently undergoing a restructuring phase due to the advent of the IYAF and the recent dismissal of Kushida. Other high-ranking Yoshinkan teachers are Yukio UTADA in Philadelphia and Masatoshi MORITA in San Francisco, Mits Yamashita and Sam Combes in Southern California. The IYAF is a loose, flatly structured organization and seems to be drawing a number of independent dojos into the fold.

Major Tomiki Aikido teachers are Seiji TANAKA in Denver, Yoji KONDO in Maryland, Nobuyoshi HIGASHI in New York City, and Bob DZIUBLA in Los Angeles. Yoseikan Aikido has a small presence primarily in Alabama and California and is under the technical direction of Patrick  AUG

 

logo.gif

 

Links

http://www.usaikifed.com

www.aikidoeast.com

www.aikido-shobukan.org

http://www.aikidopoly.com

 

 

Famous senseis in the USA:

Yoshimitsu Yamada, a direct student of O Sensei for more than ten years, is an 8th dan and the chief instructor at the New York Aikikai. Currently, he is Chairman of the Board of the United States Aikido Federation and the Latin America Aikido Federation. He is the author of Aikido Complete and has made multiple aikido training tapes. Yamada Sensei is well known for his clear and strong basic technique. He teaches seminars all over the world where thousands of students attend his classes. Quote: "We must keep the spirit of budo no matter how we practice." Q: You were one of the earlier uchideshi at the Aikikai. What year did you start? A: When I joined as an uchideshi only Tamura Sensei and Arikawa Sensei were there. Yasuo Kobayashi was still in college. He came to the dojo every day. I entered when I was 17. I am 53 now, so it must have been 1955.

Kazuo Ciba:Professional aikido instructor. Entered the AIKIKAI HOMBU DOJO as an UCHIDESHI in February 1958. Promoted to 3rd dan in 1960. Assigned to Nagoya in 1961 to assist in the establishment of an Aikikai dojo. Received 4th dan in 1962 while an instructor at the Aikikai. Also taught at the Kokugakuin, the Self-Defense Force, Kogaku Kan and Aichi Daigakuin universities. Chiba was appointed official representative of the Aikikai for the U. K. in January 1966. He formed the Aikikai of Great Britain which received Aikikai approval that same October. Chiba's promotion to 6th dan came in 1970. Also, in that year, in an effort to unify instruction, he introduced a FUKU SHIDOIN and a SHIDOIN system where he taught his senior students a basic teaching curriculum for dissemination to their own students. Chiba, moreover, began to introduce training in the use of the JO and KEN as taught by Morihiro SAITO. His grading syllabus adopted in 1974 made aiki weapons a requisite for higher ranks. During his stay in the U.K., Chiba also invited many of his contemporary instructors in Europe to conduct seminars in the U.K. He also traveled widely to other European nations to instruct. He returned to Japan in 1976. leaving Minoru KANETSUKA as his successor. In Japan, he assumed the office of Secretary of the Aikikai Hombu Dojo, International Division, and played an active role in the creation of the INTERNATIONAL AIKIDO FEDERATION. Chiba was appointed Assistant General Secretary of the IAF in 1976. He relocated to San Diego, California in 1981 at the invitation of UNITED STATES AIKIDO FEDERATION to establish the San Diego Aikikai and head the Western Region of that federation. Chiba has recently formed an international aikido federation known as the Birankai which also incorporates training in Batto-ho/Iaido. He is known for his powerful technique.

 

 

 

Kanai sensei:Chief Instructor of New England Aikikai, Technical Director of USAF,Born in 1938. Kanai Sensei entered the Aikikai in 1958 as an uchi deshi at Hombu Dojo. He came to the United States in 1966 and subsequently founded the New England Aikikai. He was instrumental in the early development of Aikido in the United States and Canada.
He teaught seminars widely throughout the United States, Canada and Europe. He was one of the founders and a Technical Director of both the USAF and the CAF.
Kanai Sensei passed away on March 28th, 2004.

Sugano sensei:Instructor at New York Aikikai, Technical Director for Australia and Belgium,Born in 1939. Sugano Sensei entered the Aikikai around 1957 and became an uchi deshi about one year later. He moved to Australia in 1965 to teach Aikido.
He pioneered the spread of Aikido in both Australia and New Zealand before moving to Belgium to instruct in Europe in 1979. He currently resides in the United States and teaches at New York Aikikai with Yamada Sensei.He periodically conducts Aikido seminars worldwide.

Shibata sensei:Chief Instructor of Berkeley Aikikai and Director of Dojinkai,Born in 1950, Shibata Sensei began practicing Aikido at the age of 16 and became an Aikikai uchi deshi in the early 1970's.He instructed at Hombu Dojo and at various universities prior to moving to California in 1989 to become chief instructor of Berkeley Aikikai. He has held many key techincal positions in the United States Aikido Federation. He is currently Chief Instructor of Berkeley Aikikai and Director of the Dojinkai.He regularly conducts seminars around the United States and internationally.

 

 

http://www.aikiryucorbeil.org/aikido-filiation.htm

25/09/2008

Endo sensei !

Seishiro Endo (Né le 6 septembre 1943) est un professeur japonais d' Aikido de l'Aikikai Hombu Dojo et est actuellement 8 e Dan.


Aujourd'hui Endō Sensei organise régulièrement des cours à l'Hombu Dojo et au dojo de l'université Gakushuin à Tokyo. Il dirige également de nombreux stages dans les différents dojos du Japon ainsi que des stages organisés chaque année en France, en Suède, en Finlande, le Liechtenstein, la Suisse, l'Autriche, la Hollande et l'Espagne.

En 1993, il construit Saku Aikido Dojo dans sa ville natale de Saku.

 

 
1 2 Page suivante